Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

“La Chine et l’ordre du monde”

Numéro special de la revue Agone, n° 52, 2013, 232 p.
David Bartel
p. 75-77

Texte intégral

  • 1 Page de présentation du numéro sur le site des éditions Agone : http://agone.org/revueagone/agone5 (...)

1Le numéro 52 de la revue Agone est intéressant à plus d’un titre. Constitué d’un ensemble de textes écrits principalement par des intellectuels chinois de renom, il entend porter un regard « sur la Chine de l’intérieur, débarrassé des écrans de l’orientalisme et de la fascination des performances économiques »1. Il vient ainsi s’ajouter à une liste de traductions en langue française inaugurée par les Écrits édifiants et curieux sur la Chine du xxe siècle édités par Chen Yan et Marie Holzman (éditions de l’Aube) en 2003. Notons encore le numéro 221 de la revue Diogène sur les tendances de la philosophie politique publié en 2008, et le numéro 31 de la revue Extrême-Orient, Extrême-Occident édité par Sébastien Billioud et Joël Thoraval paru en 2009 et consacré à la situation du politique en Chine contemporaine. Ce numéro spécial d’Agone participe donc à l’indispensable – et encore trop rare – travail d’introduction de textes écrits par des chercheurs chinois concernés par le présent et l’avenir des évolutions de leur pays. Une perspective « de l’intérieur » absolument nécessaire pour comprendre la réalité de ce grand pays troublé. La douzaine de textes publiés ici ont été précédemment publiés dans une revue anglaise emblématique de la gauche intellectuelle, la New Left Review entre 1998 et 2013. Ils s’intéressent à différents aspects – social, politique, culturel – de la situation chinoise au tournant du xxie siècle.

2Le nationalisme chinois (et son instrumentalisation contemporaine par le pouvoir comme outil fédérateur de légitimation) a été très présent dans les années 1990. Il reste aujourd’hui très discuté. Il semble donc logique que la revue s’ouvre sur ce thème, d’abord par un texte de Benedict Anderson dont l’essai sur L’imaginaire national : Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme (La Découverte, 1996) est devenu une référence. La réflexion est suivie par Wang Chaohua qui compare nationalismes chinois et taïwanais. Elle cite d’ailleurs Anderson en reprenant l’idée d’un nationalisme « extra-territorial » pour analyser le cas taïwanais, c’est-à-dire un nationalisme similaire dans la forme à celui des colons américains des 13 colonies désirant se libérer de la tutelle métropolitaine (p. 28). Ces deux textes, en abordant l’ethnicisation du nationalisme – ou le Han-centrisme – permettent d’aborder bien armé théoriquement l’entretien de Tsering Shakya à propos des causes des violentes émeutes de 2008 dans les régions frontalières de la RPC. Revenant sur l’histoire des relations entre Chinois et Tibétains, surtout depuis les violentes manifestations de la fin des années 1980, ce spécialiste des études tibétaines installé au Canada dresse un portrait assez triste de la situation dans la région autonome où toute expression de l’identité tibétaine est assimilée à du séparatisme et réprimée en conséquence.  

3Le texte de l’économiste Hong Ho-fung offre une belle leçon d’économie (même pour les plus rétifs à la discipline) : analysant de manière limpide le comportement de la RPC pendant la crise financière de 2009, il redessine le « modèle » chinois de développement et déconstruit de manière très convaincante des idées assez couramment répandues, que ce soit sur la sous-évaluation du RMB ou la réserve de main-d’œuvre « inépuisable » des campagnes chinoises (p. 84). Il analyse également les effets de la compétitivité salariale chinoise sur le monde en général et sur les voisins asiatiques en particulier et offre des clés simples pour comprendre les raisons de l’intrication des économies chinoise et américaine. Pour lui, le modèle en « vol d’oies sauvages » centré sur le Japon a ainsi été remplacé en 2005 par un « réseau de production sino-centrique » qui permet par exemple à la Chine de fournir les États-Unis en productions bon marché tout en utilisant son épargne pour financer l’achat de ces mêmes biens par les Américains (p. 91).

4Dans un même élan iconoclaste, l’analyse que fait He Qinglian de la structure sociale chinoise est alarmante. Dans un texte écrit en 2000, peu après la polémique qui suivit la publication de son livre Xiandaihua de xianjin (Les Pièges de la modernité, 1998) et qui poussera He à quitter la Chine en 2001, l’auteure reprend l’idée d’une « sudaméricanisation » de la société chinoise et de la concentration croissante des pouvoirs et des richesses dans les mains d’une « élite politique et intellectuelle qui ne croit plus dans l’avenir du pays qu’elle dirige » (p. 176). Elle s’attaque avec maestria au mythe persistant d’une « classe moyenne » nombreuse en demande de représentation et donc de droits politiques. Et, malgré le mince espoir qu’elle entrevoit dans l’évolution de ce qu’elle appelle les « organisations intermédiaires » (associations, ONG, regroupements professionnels...), la dernière décennie semble malheureusement avoir démontré la pertinence de ses conclusions.   

5Il faut encore noter la discussion d’acteurs importants des manifestations de 1989 (Wang Chaohua, Wang Dan et Li Mingqi), qui avait été publiée pour le dixième anniversaire du mouvement de Tiananmen par la New Left Review. En reprenant le constat de l’« exploitation impitoyable d’une importante main-d’œuvre bon marché » (p. 137), la discussion interroge la portée historique des manifestations du printemps 1989 qui lancèrent le mouvement aussi rapide qu’inattendu qui allait mettre un terme à la guerre froide et venir à bout des dictatures communistes en Europe de l’Est et en Russie. Les comparaisons avec le « printemps des peuples » de 1848 ou encore avec 1968, dans la perspective d’un écrasement de l’utopisme et de l’idéalisme sous les obligations du réalisme – politique et économique – sont absolument passionnantes, surtout venant d’acteurs dont la vie a été bouleversée par ces événements.

6Une mention particulière peut être faite à l’article de Ying Qian, professeure à l’Université nationale d’Australie, qui revient sur la parole politique portée par le cinéma documentaire chinois contemporain en retraçant l’origine et les différentes grandes étapes de son histoire. Elle situe en 1984 le tournant moderne du documentaire chinois et l’inspiration pour les jeunes générations des images dénuées de « dramaturgie » du fameux documentaire d’Antonioni (Chung Kuo) sorti en 1972. Le reste de l’article traverse les années 1980, 1990 et 2000 entre les hésitations, les doutes et les avancées d’une discipline à la « recherche de pertinence politique », face au pouvoir, à l’insignifiance et au marché (p. 198). En liant discipline artistique et questionnement politique, l’auteure nous fait pénétrer au cœur d’« une source alternative d’analyses, de témoignages, de mobilisations et de solidarité » d’où il devient possible d’envisager « un changement social et une sphère publique reconfigurée » (p. 203).    

7Enfin, les deux derniers articles portent sur la revue Dushu. Le premier est l’extrait d’un article écrit par Zhang Yongle. Publié en 2008 dans le contexte de l’éviction de l’équipe de rédacteurs en chef formée par Wang Hui et Huang Ping, il revient sur l’importance de cette revue dans la formation et l’évolution de la scène intellectuelle chinoise contemporaine. Le second est un extrait d’un entretien de Wang Hui dans lequel celui-ci revient – encore – sur son désamour des libéraux chinois à qui il semble reprocher de nombreux péchés intellectuels. Ces deux extraits reflètent assez justement le ton des débats intellectuels chinois sur les événements de la première décennie du siècle. On notera en particulier l’amertume soulignée par Wang Hui devant l’« hypocrisie politique » (p. 215) occidentale devenue évidente durant les années 1990 et qui a conduit à une perte de crédit notable des idéaux démocratiques.  

8Ainsi doit-on féliciter la revue Agone, revue indépendante fondée à Marseille en 1990, de donner à lire au public français des travaux importants qui pourront alimenter une réflexion sur la Chine trop souvent embrumée par les vapeurs officielles des « caractéristiques chinoises » et leur pendant occidental des fumées de l’« altérité chinoise ». En sortant la Chine du domaine fermé des études chinoises et en l’ouvrant sur le monde, la revue fait un travail salutaire qui renvoie ce pays non à ses « cinq mille ans d’histoire » mais à la réalité bien terre à terre de ses difficultés présentes marquées par l’abandon des promesses de justice sociale et un plongeon dans les leurres de la consommation. Car, si on devait exprimer un sentiment général à l’issue de la lecture de ces articles, c’est bien le pessimisme qui domine l’ensemble de ces interventions (à l’exception notable de Wang Hui). Un pessimisme en porte-à-faux avec les propos lénifiants d’optimisme qui entourent certains discours sur la croissance chinoise et qui interroge sur le degré de cécité nécessaire indispensable pour pénétrer le marché chinois.

9C’est sur le hiatus concernant le libéralisme en Chine que ce numéro de la revue Agone offre, entre les lignes, une perspective intéressante. En effet, la quatrième de couverture de la revue semble bien se ranger du côté d’une certaine critique de gauche qui veut que les « libéraux regardent les Chinois ordinaires avec bienveillance tant qu’ils contribuent au développement du marché en tant que consommateurs ». Pourtant, les textes publiés ici sont le fait tant d’intellectuels qui se revendiquent de la Nouvelle gauche que de « libéraux » chinois. Et si les préoccupations sociales parcourent l’ensemble de l’ouvrage, il serait bien hasardeux de ranger He Qinglian ou Hung Ho-Fung dans la nébuleuse « Nouvelle gauche ». Cette évidente tension entre la couverture et le contenu de la revue pointe ainsi le fait que certaines divisions du champ intellectuel chinois sont toujours difficilement perceptibles en Occident. En montrant tout l’intérêt des intellectuels libéraux pour la question sociale, les textes réunis ici invalident ainsi fortement les réquisitoires néogauchistes contre le fossé supposé entre les « libéraux » et le « peuple » et rapprochent le libéralisme chinois contemporain de certaines articulations intellectuelles de la pensée des gauches européennes ou américaines.

10Pour comprendre les raisons de ce hiatus dans la perception des courants intellectuels et idéologiques chinois contemporains, il faut revenir sur les stratégies développées par la « Nouvelle gauche » en Chine et à l’étranger. En accusant les intellectuels réformateurs « libéraux » d’être en partie responsables de la libéralisation économique et donc coupables des effets catastrophiques du développement néolibéral perceptible dès le milieu des années 1990, les critiques de la « Nouvelle gauche » ont trouvé une oreille attentive tant auprès d’un pouvoir politique communiste incapable d’excuser théoriquement son abandon dès 1978 des promesses révolutionnaires d’égalité et de justice sociale qu’auprès de mouvements altermondialistes européens et américains en quête de nouveaux soutiens.

11Il y a pourtant là un détournement sémantique qui semble tenir de l’imposture. On le sait, les termes « libéralisme » et « néolibéralisme » sont équivoques tant les références théoriques auxquelles ils renvoient sont hétérogènes (Rosanvallon, La société des égaux, 2011, p. 328). Les libéraux chinois des années 1980 voyaient la propriété privée comme l’ultime protection institutionnelle de l’individu face à l’État. Leur ennemi commun était le léviathan totalitaire dont ils avaient tous fait l’expérience. Expérience traumatique qui sédimentait un certain consensus intellectuel dans lequel le triptyque individu, droits de l’homme et démocratie était perçu comme le plus sûr rempart contre les abus du pouvoir. À ce moment, les excès du développement (néo)libéral – polarisation et marginalisation sociale, destruction de l’environnement – n’avaient pas encore produit leurs conséquences globales. Mme Thatcher et M. Reagan commençaient à peine leur carrière politique en entamant « le grand cauchemar des années 1980 » (Cusset, La Découverte, 2006). Condamner les libéraux au nom des résultats postérieurs du tournant néolibéral des années 1990 a ainsi été une manœuvre habile en partie à l’origine des malentendus entre intellectuels libéraux chinois et penseurs de gauche européens et américains.

12On notera enfin pour terminer qu’à l’exception de Wang Hui, la majeure partie des auteurs chinois ici présents sont désormais persona non grata sur le territoire de la RPC, ce qui confirme la triste réalité d’un pays qui se coupe d’une partie de son intelligentsia. Pourtant, en continuant à écrire et à informer sur la situation de leur pays d’origine, ces intellectuels participent de cette « Chine culturelle » qui est désormais en train de se transformer en ce que l’économiste Hung Ho-Fung a récemment appelé une « société civile offshore » sur laquelle il faudra – nous l’espérons – compter pour que la RPC puisse sortir rapidement des pièges de sa modernisation.

Haut de page

Notes

1 Page de présentation du numéro sur le site des éditions Agone : http://agone.org/revueagone/agone52/index.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Bartel, « “La Chine et l’ordre du monde” », Perspectives chinoises, 2014/1 | 2014, 75-77.

Référence électronique

David Bartel, « “La Chine et l’ordre du monde” », Perspectives chinoises [En ligne], 2014/1 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6789

Haut de page

Auteur

David Bartel

David Bartel est doctorant à l’EHESS (CECMC, Paris), associé au CEFC (db.chine@gmail.com).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org