Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Angela Ki Che Leung et Charlotte Furth (éds.), Health and Hygiene in Chinese East Asia: Policies and Publics in the Long Twentieth Century,

Durham, Londres, Duke University Press, 2010, 338 p.
Luca Gabbiani
p. 72-73

Texte intégral

1Fruit d’une initiative d’Angela K. Leung et de Charlotte Furth, qui en a rédigé l’introduction, ce recueil regroupe dix articles de chercheurs taïwanais (6), chinois (2) et américains (2). Il se clôt par une postface de Warwick Anderson, professeur à l’université de Sydney, dont la contribution vise à élargir les perspectives en replaçant la problématique générale dans le cadre de l’évolution historiographique des dernières décennies. La forte représentation de chercheurs chinois et plus encore taïwanais parmi les auteurs témoigne de l’importance qu’a prise la problématique de la santé dans la réflexion historiographique et des sciences sociales en général dans cette région du monde au cours des dernières décennies, un mouvement qui doit évidemment beaucoup aux travaux pionniers qu’a menés Angela Leung dans ce domaine depuis plus de trois décennies maintenant.

  • 1  Voir Ruth Rogaski, Hygienic modernity. Meanings of health and disease in Treaty-port China, Berkel (...)

2Comme le résume Furth dans son introduction, l’objectif de l’ouvrage est d’éclairer « le contexte scientifique et politique de l’élaboration et de la mise en œuvre de mesures de santé publique » (p. 3) dans cette partie orientale de l’Asie longtemps influencée, sur les plans linguistique, intellectuel et culturel, mais aussi économique et politique, par la Chine. La période envisagée recoupe grosso modo le siècle et demi qui nous sépare, aujourd’hui, de l’introduction des premières notions « modernes » d’hygiène et de santé publique dans cette région du monde, sous la houlette du mouvement d’expansion coloniale des grandes nations d’Europe occidentale à compter de la deuxième moitié du xixe siècle. Au cœur de la réflexion figure donc la notion de santé publique, rendue par le binôme eisei en japonais et weisheng (衛生) en chinois, que Ruth Rogaski, auteur d’une des contributions de ce volume, a popularisé dans les milieux sinologiques anglo-saxons sous la forme de l’expression « modernité hygiénique »  (hygienic modernity)1, reprise sans autre forme de procès à travers l’ouvrage.

3Prenant leurs distances avec la tradition historiographique de langue anglaise longtemps dominée, dans son approche du cas de l’Inde en particulier, par l’entreprise coloniale et les liens étroits qu’elle a entretenus avec le concept de nation et le discours développé autour de l’essor de la médecine moderne, Furth, Leung et leurs auteurs s’efforcent de « compliquer » l’ensemble du tableau : sans ignorer la dynamique coloniale et son attribut « civilisateur », les uns et les autres cherchent avant tout, à travers une série d’études précises et limitées en envergure, à porter l’éclairage sur les multiples niveaux d’interaction qui, au cours de cette période charnière, se juxtaposent au sein du processus d’extension de la santé publique en Asie orientale. Aux sphères nationales et coloniales se surajoute ainsi celle transnationale – où figurent au premier chef les organisations internationales, qu’elles fussent gouvernementales ou non. Cette diversification des échelles d’analyse permet notamment de reconsidérer la chronologie ordinairement proposée du processus. Et dans le domaine de la « science » – ici en particulier médicale –, plutôt qu’à une disparition pure et simple des savoirs dits traditionnels, pourtant très clairement en butte au formidable défi de la modernité et du discours triomphaliste l’accompagnant à l’époque, les études réunies dans ce volume attestent d’une forme complexe d’adaptation et de transformation, qui remet salutairement en cause l’habituelle et radicale séparation entre connaissances dites scientifiques et pratiques (sinon « superstitions ») traditionnelles.

4Reflet de ces préoccupations, le recueil est divisé en trois parties. La première, intitulée « Tradition and Transition » regroupe trois articles qui dessinent, chacun à leur façon, les grands traits de l’adaptation de conceptions traditionnelles sous l’influence d’apports nouveaux. Angela Leung, tout d’abord, explore la notion chinoise de contagion (chuanran 傳染), retraçant à la fois la façon dont elle fut conceptualisée très tôt par la médecine chinoise traditionnelle (dès les xiie-xiiie siècles) et le rôle – longtemps mineur – qui lui fut attribué dans le passage au stade pathologique. Ce cadre conceptuel, qui a perduré jusqu’au début du xxe siècle, a d’ailleurs influé sur les façons dont l’épidémie de peste pulmonaire de Mandchourie, durant l’hiver 1910-1911, a été envisagée par certains praticiens traditionnels. C’est ce que montre fort bien l’article de Sean Hsiang-lin Lei dans cette même première partie, consacré précisément à cet épisode épidémique bien connu. Inguérissable à l’époque, la forme pulmonaire de la peste, qui s’est répandue dans le Nord-Est de l’empire Qing finissant à partir de l’automne 1910, a mis au jour l’incapacité thérapeutique partagée des médecines traditionnelle et moderne. Mais alors que les tenants de la première cherchèrent – inutilement et souvent en y sacrifiant leur propre vie – à soigner les victimes, la seconde, en mesure d’identifier la cause du mal grâce au recours au microscope, sut imposer aux autorités les mesures de quarantaine et d’isolation stricte des patients, qui permirent, malgré leur caractère cruel pour celles et ceux concernés, d’endiguer la progression de la maladie et finalement d’en éteindre le foyer. Alors que les autorités se convertissaient aux mesures de santé publique prônées par la médecine moderne de l’époque, les fondements des connaissances traditionnelles se voyaient remis en cause, forçant les praticiens à reconsidérer leurs positions à l’aune des nouveaux savoirs.

5Le troisième article enfin (deuxième en réalité dans l’ordre de présentation), de Yu Xinzhong, s’intéresse à la question de la propreté et de l’assainissement urbains. L’auteur tente de dresser un tableau d’ensemble de la façon traditionnelle dont les excréments des citadins étaient retraités dans les villes de l’empire chinois, avant d’aborder l’influence qu’a pu avoir en la matière l’expansion occidentale dans le pays. L’un des seuls du recueil à se confronter au pays dans son ensemble, l’article pèche précisément par ce biais-là, l’auteur jonglant avec des sources de nature souvent fort différentes et relatives à des périodes parfois distantes de plus d’un siècle pour asséner des généralités qui, malheureusement, ne font pas justice à un sujet par ailleurs fort intéressant. On regrettera aussi que l’auteur, dans son approche du passage à la modernité, limite pour l’essentiel son propos aux concessions étrangères situées dans les ports ouverts au commerce international à partir du milieu du xixe siècle, et surestime bien souvent les « acquis » de cette modernité en devenir, dont bien des travaux ont montré les limites à l’époque, et plus encore les fondements scientifiques encore instables, dont témoignent les débats houleux en Occident et au Japon, tout au long de la seconde moitié du xixe siècle, autour des notions de contagion, d’infection ou de micro-organisme, qui font aujourd’hui l’unanimité.

6La deuxième partie du recueil est intitulée « Colonial Health and Hygiene ». Les trois articles qui la composent nous transportent dans le monde singulier de ces sociétés colonisées, où pratiques traditionnelles et nouveautés importées se confrontent et se mélangent. Shang-jen Li s’intéresse ainsi, dans le cadre des ports ouverts de la Chine de la seconde moitié du xixe siècle, à la question des régimes alimentaires indigènes tels qu’ils ont pu être décrits par les « observateurs » étrangers, ici avant tout des médecins britanniques. Le deuxième article, de Ruth Rogaski, a lui pour théâtre la Mandchourie sous domination japonaise, s’attachant à décrire les formes qu’a prises l’encadrement sanitaire des populations au cours des années 1930, alors que le troisième, signé par Wu Chia-ling, se concentre sur le rôle et la formation des sages-femmes à Taiwan, là aussi à l’époque de la colonisation japonaise. Le fil rouge, ici, est représenté par le rapport à l’autre, à l’altérité, dans un contexte général où, de façon plus ou moins marquée selon les cas et les périodes, la supériorité du colonisateur, de ses savoirs et de ses pratiques, est considérée comme allant de soi. Or, il n’est pas inintéressant de remarquer, à la suite de nos auteurs, que la confrontation de l’expertise des uns et des pratiques « ancestrales » des autres, qu’accompagne toujours une forme de violence symbolique, sinon physique, donne aussi lieu à une médiation, et ce même dans la Mandchourie sur laquelle se penche Rogaski, où le terme d’occupation serait probablement le plus adéquat, tant l’armée japonaise du Guandong avait la haute main sur le territoire annexé.

7La troisième partie, « Campaigns for Epidemic Control », nous rapproche quant à elle des temps présents. Les quatre articles qui y figurent s’intéressent aux efforts menés au long du xxe siècle, et jusqu’à nos jours, en vue d’éradiquer certaines maladies endémiques de la région ou d’en contrôler d’autres, récemment apparues. Dans un premier temps, Lin Yi-ping et Liu Shiyung s’attèlent au cas classique de la malaria à Taiwan, retraçant les diverses campagnes de suppression menées depuis les débuts de la colonisation japonaise jusqu’au milieu des années 1960, qui marquent la fin de la présence de la maladie sur l’île. La deuxième contribution, de Li Yushang, concerne cette fois la Chine continentale, et plus particulièrement la région du Jiangnan, où la bilharziose (aussi connue sous le nom de schistosomiase) était endémique jusqu’aux années 1980. Dans son article, Li s’intéresse à une campagne d’éradication lancée dans les années 1950, illustrant tout à la fois le volontarisme des nouvelles autorités communistes et leur incapacité à mener à bien l’entreprise, dans le contexte de sur-mobilisation des « masses » qui fut celui de la fin de la décennie.

8Les deux derniers textes, respectivement de Marta Hanson et de Tseng Yen-fen et Wu Chia-ling, traitent eux de l’épidémie de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère), qui s’est répandue en Asie orientale en particulier au cours de l’année 2003. Hanson s’intéresse au rôle de la médecine chinoise traditionnelle, en Chine continentale, dans l’approche des traitements possibles de cette maladie atypique, apport qui a souvent été associé aux thérapeutiques de la médecine moderne. Plutôt que d’un retour en grâce des principes et des conceptions qui fondent la médecine chinoise traditionnelle, Hanson voit dans cette association leur ultérieure marginalisation, les praticiens développant d’eux-mêmes un discours axé sur les dimensions « scientifiques » des preuves de validité de cet apport, plutôt que sur les fondements théoriques traditionnels pouvant le justifier. Tseng et Wu, quant à elles, s’attachent à l’analyse des réactions qui furent celles des autorités face à l’épidémie, portant leur regard plus particulièrement sur Taiwan et Singapour. Elles montrent les tâtonnements de part et d’autre, et les difficultés à réagir dans un contexte pathologique inconnu. Elles signalent aussi les hésitations de la coopération internationale et de la coordination à ce niveau par l’Organisation mondiale de la santé. De manière somme toute attendue, mais qui n’a de cesse d’étonner, l’irruption d’un mal difficilement curable par la médecine moderne nous confronte à notre condition d’humains, mortels et vulnérables, et fait renaître en nous des angoisses ancestrales que l’essor de la santé publique et de cette même médecine moderne au cours du xxe siècle avaient pour un temps reléguées au rang de reliques du passé.

9Il y aurait bien plus à dire au sujet d’un recueil qui mérite à coup sûr d’être lu par ceux et celles qui s’intéressent aux thématiques relevant de la santé publique et de la modernisation du monde chinois au cours des deux derniers siècles. On saura donc gré à Angela Leung et Charlotte Furth d’avoir su réaliser ce volume qui, et ce n’est pas le moindre de ses mérites, témoigne aussi de l’utilité que peuvent revêtir les publications d’actes de colloques, lorsque celles-ci sont bien menées.

Haut de page

Notes

1  Voir Ruth Rogaski, Hygienic modernity. Meanings of health and disease in Treaty-port China, Berkeley, Londres, University of California Press, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luca Gabbiani, « Angela Ki Che Leung et Charlotte Furth (éds.), Health and Hygiene in Chinese East Asia: Policies and Publics in the Long Twentieth Century, », Perspectives chinoises [En ligne], 2014/1 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 25 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6787

Haut de page

Auteur

Luca Gabbiani

Luca Gabbiani est chercheur à l’École française d’Extrême-Orient et directeur du Centre EFEO de Pékin (luca.gabbiani@efeo.net).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page