Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Bianca Bosker, Original Copies: Architectural Mimicry in Contemporary China

Hong Kong, Hong Kong University Press, University of Hawai’i Press, 2013, xii & 164 p.
Martin Minost
p. 89-90

Texte intégral

1En 2001, la municipalité de Shanghai, à l’initiative du maire de l’époque, lançait un programme d’urbanisme connu sous le titre de « One City, Nine Towns ». Le programme, intégré au plan directeur qui planifiait entre autres projets le développement de certaines villes satellites de la municipalité, prévoyait notamment que dix villes nouvelles seraient dotées d’un quartier expérimental thématisé s’inspirant principalement de l’architecture des villes européennes. Ainsi furent construits un « quartier anglais » à Songjiang, un « quartier allemand » à Anting, un « quartier hollandais » à Gaoqiao, un « quartier suédois » à Luodian, etc. Le phénomène des villes et des quartiers thématisés en République populaire de Chine  dont l’architecture s’inspire très largement voire complètement des pays européens ou nord-américains demeure aujourd’hui un sujet encore peu étudié dans le monde académique occidental, au contraire de la blogosphère qui recèle de nombreux articles de presse et témoignages de touristes et architectes étrangers, et exception faite par exemple des villes concernées par le programme « One City, Nine Towns » qui ont fait couler beaucoup d’encre, notamment parmi les cercles d’architectes.  Mais ces cas d’étude ne sont en quelque sorte que la partie visible et médiatisée de l’iceberg et cachent en réalité un phénomène distribué sur l’ensemble du pays et démultiplié dans chacune de ses villes.

2Aussi, l’ouvrage de Bianca Bosker, diplômée de l’université de Princeton et actuellement journaliste au Huffington Post réalise un vrai tour de force en parvenant à agréger une importante masse de documents et en tentant d’apporter à la fois une description et une explication générale, à partir de nombreux cas, du phénomène.

3Son point de départ est de définir ces objets, les « simulacrascapes » (peut-être le terme est-il une référence aux ethnoscapes d’Arjun Appadurai, mais ce dernier n’est à aucun moment cité) comme des produits socio-culturels : à la fois la plus récente manifestation d’une culture proprement chinoise de l’imitation, et le fruit d’une évolution sociale de la Chine qui se traduit par le développement d’une classe moyenne aisée attirée par l’image de réussite que transmettent les produits européens. À partir de cette définition, Bianca Bosker tente de répondre, par son analyse, aux questions classiques qui ont été soulevées par l’architecture copiée depuis que le phénomène actuel existe : comment le caractère occidental est-il imité ? Par quels moyens ? Comment est-il perçu et vécu ? Quelles sont les motivations liées à l’érection de tels bâtiments ? Qui s’y installe ? Et pour quelles raisons ? Que cela nous apprend-il sur la société chinoise contemporaine, du moins sur les classes moyennes et supérieures, et leur quête d’identité ? L’auteure tente également de définir les raisons culturelles ayant favorisé l’émergence du phénomène des villes copiées.

4Le deuxième chapitre est ainsi un argumentaire visant à prouver que la culture chinoise considère différemment l’imitation, par opposition à l’Occident où l’on ne valoriserait que l’original et l’authentique. Ainsi, de nombreux exemples très divers permettent de démontrer qu’une bonne copie, quand bien même et d’autant plus qu’on ne peut plus la différencier de son original, sera valorisée en Chine. Cette distinction des valeurs entre la Chine et l’Occident permet à Bianca Bosker de montrer les limites de l’analyse postmoderne (renvoyant les imitations chinoises à des avatars de Disneyland) pour plonger plus profondément dans la complexité du phénomène et sa particularité chinoise.

5Pourtant, même si cette analyse théorique est nécessaire pour tenter de comprendre les processus socio-culturels à l’œuvre en Chine, la dichotomie Chine/Occident, traduite par une culture de la copie qui s’opposerait à une culture de l’authentique, est quelque peu ambitieuse, et aux exemples servant à fonder un rapport particulier à l’imitation en Chine peuvent être opposés des exemples équivalents issus de l’histoire européenne. Si elle parvient à dépasser la théorie postmoderne qui a globalement collé à la peau des quartiers récents d’architecture étrangère, Bianca Bosker s’enferme dans une vision d’un monde bipolaire où deux cultures contraires s’opposent, la Chine étant toujours sujette aux influences d’un Occident réduit à la cosmologie postmoderne qui n’est pourtant qu’un courant encore discuté d’un demi-siècle.

6Cette lecture nous semble être une des limites de l’analyse du phénomène par l’auteure. Celle-ci tend ainsi à opérer parfois des généralisations culturalisantes,  alors qu’une prise en compte des processus sociaux menant à la construction des simulacrascapes lui aurait permis de voir la multiplicité des situations et de nuancer plus justement son propos. Un exemple de ce problème apparaît dans le quatrième chapitre du livre, dans lequel Bianca Bosker cherche à comprendre quelles sont les motivations derrière la réplique à grande échelle des architectures étrangères et parallèlement, pourquoi ne reproduit-on pas de modèles architecturaux chinois traditionnels. Son idée est que le gouvernement étant, quelle que soit l’échelle administrative, toujours impliqué, les imitations de l’Occident sont pragmatiquement une source de profit plus rentable à court terme (car elles transmettent une image de richesse et de prestige), et symboliquement des marqueurs de la capacité et du pouvoir de la Chine à rattraper son retard et même à dépasser techniquement l’Occident. Les copies de style traditionnel européen sont alors pour le gouvernement chinois un moyen, aux yeux de l’auteure, de conquérir symboliquement le passé et le présent de l’Occident, et les trophées de la conquête.  

7À cette explication qui est généralisée à toutes les situations doivent cependant être opposées quelques réserves au regard de notre propre expérience de terrain. Le fait est que Bianca Bosker dans son enquête, qui a eu lieu entre 2006 et 2008, se limite aux imitations qui sont visibles et accessibles au public, c’est-à-dire que l’implication de l’État y était forcément plus importante de par la fonction touristique et le caractère de vitrine de ce type de quartiers. Mais il y a une différence notable entre les copies d’un projet comme « One City, Nine Towns » initié par le maire de Shanghai, la capitale économique du pays et donc forcément médiatisé au-delà des frontières du pays, et des quartiers fermés aux publics, véritables gated communities, à la périphérie de Chongqing par exemple dont la qualité architecturale est reconnue tant par les institutions que par les résidents – nous pensons aux quartiers construits par le développeur privé Longfor (Longhu) dans des styles méditerranéens – et dont le rôle du gouvernement local a principalement été de donner son accord et de céder les droits d’utilisation des terres. Les motivations de tous les acteurs (les agents du gouvernement, les promoteurs, mais aussi les acheteurs et résidents) varient ainsi selon le contexte et la situation, ce que semble parfois oublier Bianca Bosker.

8Néanmoins, l’enquête de l’auteure apporte aussi beaucoup de données sur les formes que ces imitations peuvent prendre, entre la part effectivement copiée et la part se rapportant plutôt aux modèles chinois de logement (voir le troisième chapitre), notamment grâce à une documentation photographique assez impressionnante venant illustrer l’ensemble du livre. Nous sommes aussi renseignés sur certains modes de vie des résidents de ces quartiers. Bien que l’enquête se soit concentrée sur les promoteurs immobiliers (apparemment principale source d’informations de l’auteure, ainsi que des architectes et des universitaires spécialistes du monde chinois), Bianca Bosker est parvenue à rencontrer des résidents qui lui ont parlé de leur vie et de leurs aspirations (voir le cinquième et dernier chapitre).

9Ainsi, au-delà des interprétations différentes des processus à l’œuvre selon que l’on adopte un point de vue plus culturaliste ou plutôt socio-historique, malgré quelques abus liés à un objet d’étude pas assez circonscrit, et certaines données contestables car l’enquête de terrain a eu lieu il y a cinq ans, ce qui est énorme au regard du développement actuel de la Chine, l’ouvrage apporte des informations justes et pertinentes sur les formes de copie, l’évolution de la demande et des capacités des nouvelles classes moyennes et supérieures chinoises ainsi que leur situation. Et par-dessus tout, d’un point de vue plus général, il montre que la mode de réplication des architectures européennes est un phénomène proprement endogène, dans le sens où loin de manifester un processus d’acculturation forcée venu de l’extérieur et lié à la réintégration de la Chine à des réseaux mondialisés, sorte d’« américanisation » ou d’« européanisation », il reflète au contraire une nouvelle forme de ce que Thierry Sanjuan qualifie de « mondialisation chinoise ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Minost, « Bianca Bosker, Original Copies: Architectural Mimicry in Contemporary China », Perspectives chinoises [En ligne], 2013/4 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6704

Haut de page

Auteur

Martin Minost

Martin Minost est doctorant contractuel en anthropologie sociale et ethnologie à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS, Paris), rattaché au Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaines (CECMC – UMR 8173) (martin.minost@gmail.com).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page