Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Françoise Mengin, Fragments d’une guerre inachevée. Les entrepreneurs taiwanais et la partition de la Chine

Paris, Karthala, 2013, 519 p.
Tanguy Le Pesant
p. 87-89

Texte intégral

1Au travers d’une étude très détaillée de l’entrepreneuriat taïwanais, de sa genèse à nos jours, cet ouvrage propose de revenir sur le contentieux sino-taïwanais en l’abordant du point de vue de l’économie politique. En introduction, Françoise Mengin souligne à juste titre que ce différend ne peut être pleinement compris sans « intégrer les logiques sociales aux logiques du conflit de souveraineté » (p. 20) et sans replacer dans leur historicité les rouages qui le mettent en mouvement. L’une des forces de l’ouvrage est justement d’y parvenir en mettant à profit une impressionnante bibliographie et un grand nombre d’entretiens menés au cours des 15 dernières années pour faire ressortir les logiques et les dynamiques qui structurent et orientent l’évolution des relations Taiwan-Chine depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Parallèlement, l’étude du cas taïwanais, de ses entrepreneurs et des relations entre les deux rives du détroit de Formose, offre à Françoise Mengin le matériau d’une réflexion qui touche à des débats académiques de portée plus générale : la pertinence du concept d’État développementaliste forgé au début des années 1980, les rapports entre acteurs transnationaux et État-nation, la notion de frontière, l’existence supposée d’un esprit chinois du capitalisme ou encore la question de la démocratisation de la Chine.

2Le premier des quatre chapitres est consacré à la genèse de l’entrepreneuriat taïwanais. Il montre que ce sont des considérations d’ordre exclusivement politique qui ont motivé les choix économiques du gouvernement du Kuomintang (KMT) à Taiwan : le maintien d’un régime colonial et d’une économie de guerre tous deux destinés à servir le projet de reconquête du continent et la réalisation de la révolution nationaliste portée par le KMT replié sur l’île en 1949. Dans cette perspective, qu’elles aient émané d’une idéologie clairement anticapitaliste ou qu’elles aient contribué, en définitive, à l’essor du secteur privé et de l’économie de marché, les mesures adoptées ne visaient pas tant à optimiser les conditions du développement économique de Taiwan qu’à assurer l’accaparement par l’État-Parti d’un maximum de ressources et à empêcher la naissance de tout groupe d’intérêt susceptible de s’élever contre lui. Le monopole sur tous les secteurs clés de l’économie permit la mise sous tutelle des grands entrepreneurs privés dont l’État était à la fois le premier fournisseur et le premier client. Les grandes entreprises restèrent ainsi à la fois protégées et prisonnières d’une sphère économique rentière dont la logique n’était clairement pas « développementaliste », l’État n’hésitant pas à mettre en péril l’essor de certains secteurs dans le but de préserver ses intérêts, comme ce fut le cas pour l’automobile. De même, la mainmise sur le secteur bancaire fut un frein au développement d’un secteur privé échappant au contrôle direct de l’État-KMT et empêcha la formation d’un groupe de grands financiers taïwanais qui aurait pu se constituer en contre-pouvoir. Quant aux mesures qui ont contribué à la prospérité de Taiwan, telle que la réforme en 19 points de 1960 et la promotion des exportations, Françoise Mengin rappelle qu’elles répondaient à des impératifs militaires – continuer à financer les dépenses colossales de l’Armée et s’affranchir de l’aide américaine et des pressions qui l’accompagnaient – maisque les petites et moyennes entreprises (PME) qui ont su tirer partie de cette opportunité pour finalement devenir le moteur de l’économie taïwanaise n’ont pas été directement soutenues par l’État. Bien au contraire, elles ont été façonnées par tout ce dont elles ont été exclues. Dans la continuité de travaux récents, ce chapitre entreprend donc de détruire l’idée, toujours très présente dans le discours du Kuomintang et de son entourage, selon laquelle le « miracle économique » taïwanais serait le résultat des choix judicieux effectués par le gouvernement tout au long de la période de dictature.

3Le chapitre suivant enfonce le clou. Frappé par la crise diplomatique des années 1970, le Kuomintang chercha à tirer avantage de la forte croissance économique que connaissait l’île et à s’en attribuer le mérite afin de renforcer sa légitimité mise à mal. S’inspirant de Michel Foucault et Jean-François Bayart, Françoise Mengin se penche sur les caractéristiques de cette dernière. Elle montre d’abord que le succès économique a certes produit de la légitimité au bénéfice de l’État-KMT, mais qu’il ne s’agissait que d’une légitimité de complément, la « racine » de la légitimité de l’État restant l’idéologie de la Grande Chine couplée à l’accomplissement de la révolution nationaliste. Avec quelques années d’avance sur la Chine de Deng Xiaoping, la République de Chine dirigée par Chiang Ching-kuo était ainsi entrée dans une « situation thermidorienne » définie par Jean-François Bayart comme le passage « du registre de la mobilisation utopiste à celui de la raison gestionnaire », la professionnalisation de la classe dirigeante s’accompagnant cependant de la « perpétuation de l’idéologie, du vocabulaire et de l’imaginaire révolutionnaires » (cité p. 121). Cette professionnalisation et le lancement concomitant de l’industrie des semi-conducteurs ont souvent été considérés comme de solides preuves attestant l’existence d’un État développementaliste à Taiwan. Françoise Mengin réfute, là encore, cette thèse en rappelant que d’une part le succès de cette industrie tient pour l’essentiel à une poignée d’hommes (dont les ministres des Affaires économiques et des Finances) aidés de quelques conseillers étrangers qui ont souvent eu à se battre contre les réticences de l’appareil étatique, et que d’autre part, en dépit de sa technocratisation partielle, l’État était loin de former un ensemble homogène produisant une politique économique parfaitement intégrée et cohérente. Au contraire, ses différentes administrations et ramifications locales étaient autant de bastions, de fiefs et d’enjeux pour une classe dirigeante très fortement liée aux factions et aux pouvoirs économiques locaux. Problème qui ne fit que s’amplifier avec la démocratisation du régime, sous la présidence de Lee Teng-hui. Quant au développement rapide des PME au cours des années 1970-1980, il s’est fait pour l’essentiel en dehors du cadre réglementaire instauré par l’État, et même contre celui-ci. Ne pouvant bénéficier ni de la protection ni du soutien financier que l’État apportait aux quelques grands groupes auquel il réservait également l’accès au marché intérieur en grande partie sous son contrôle, les PME se sont développées sur une base essentiellement familiale et en se tournant vers les multinationales dans le cadre de contrats de sous-traitance.

4Le troisième chapitre est consacré aux taishang, les entrepreneurs taïwanais présents en Chine. Il repose notamment sur de nombreux entretiens menés des deux côtés du détroit, auprès d’hommes d’affaires taïwanais et de responsables des différentes administrations concernées par le phénomène de délocalisation de l’appareil de production taïwanais en Chine. L’ampleur de ces délocalisations y est présentée comme une conséquence de la configuration politique et économique analysée au cours des deux premiers chapitres. Tout d’abord, le maintien de la fermeture de la frontière sino-taïwanaise jusqu’en 2008 – héritage direct de la « guerre inachevée » – a façonné les modes d’investissement des taishang. En obligeant les personnes, les biens et les capitaux à transiter par un territoire tiers, les gouvernements taïwanais successifs ont en fin de compte permis aux taishang de s’affranchir du contrôle qu’ils auraient pu et voulu exercer sur les délocalisations. De même, ne pouvant compter sur la protection de Taipei, les taishang ont été incités à négocier directement avec les bureaucraties locales en Chine populaire et à se regrouper en associations autonomes pour défendre leurs intérêts. Ensuite, les chefs d’entreprises taïwanais ont avant tout cherché à retrouver en Chine des conditions similaires à celles connues à Taiwan durant la période de dictature. Faisant de nouveau référence aux travaux de Jean-François Bayart sur « l’expérience liminale » (p. 281), Françoise Mengin montre que les taishang ont cherché à profiter de leur « statut d’entre-deux – ni complètement chinois, ni complètement étranger » dans une stratégie d’accumulation de ressources (capital économique, social, culturel) en exploitant le maintien de la frontière, et non en poussant à sa disparition. Les taishang sont donc, comme bien d’autres, des acteurs transnationaux qui instrumentalisent les frontières et les différentiels qu’elles produisent et n’annoncent pas l’avènement d’un monde post-national. L’ouvrage touche ici deux points importants. Premièrement, la multiplication des acteurs transnationaux n’implique pas la fin des frontières et des territoires. Deuxièmement, la présence des taishang et leurs investissements ne contribuent certainement pas au développement de la démocratie en Chine, contrairement à ce que le KMT espère, ou voudrait faire croire. Leur collusion avec les bureaucraties locales chinoises a renforcé les pratiques d’accaparement rentier et permis l’exploitation de la main-d’œuvre sur la base d’une organisation parternaliste et quasi militaire des usines aux antipodes des valeurs de la démocratie naissante à Taiwan. Mais elle a aussi débouché sur l’assujetissement des taishang au principe d’une Chine unique et sert donc, en définitive, la politique irrédentiste de Pékin.

5Le quatrième chapitre retrace avec une grande précision les étapes de l’ouverture progressive de la frontière sino-taïwanaise depuis le début des années 2000. Il montre comment le rejet du principe d’une Chine unique par le gouvernement de Chen Shui-bian, le refus persistant des autorités chinoises de négocier avec une administration qui ne reconnaît pas ce principe et la volonté du Kuomintang de contourner le gouvernement du Parti démocratique progressiste (Democratic Progressive Party, DPP) ont conduit à une « dégouvernementalisation » et à une privatisation du processus de négociation bilatérale. Mais cette configuration et l’empressement du KMT à renouer le dialogue avec le PCC dans le but de marginaliser le DPP, et plus largement la cause de l’indépendance de Taiwan, ont aussi ouvert une brèche dans laquelle la politique de Front uni de Pékin s’est engouffrée. Et si le retour au pouvoir du KMT s’est traduit par une « regouvernementalisation » des négociations et la signature de 18 accords entre juin 2008 et août 2012, le gouvernement de Ma Ying-jeou a aussi rendu possible un déploiement sans précédent de cette politique de Front uni dont les effets menacent désormais la survie de la démocratie taïwanaise. La « détente » dans le détroit se fait essentiellement aux conditions et au bénéfice de Pékin : ce sont des discussions de parti à parti qui déterminent le rythme et l’agenda des négociations qui sont ensuite conduites par les organismes paragouvernementaux et tendent à contourner les mécanismes de contrôle parlementaire ; Taiwan apparaît de plus en plus comme réduite à une économie sur la scène internationale ; la politique étrangère de Taipei donne des signes inquiétants d’alignement sur les positions de la RPC ; la peur de froisser les autorités chinoises conduit à des formes de censure et d’auto-censure que ce soit dans les pratiques du gouvernement qui portent régulièrement atteinte à la souveraineté de Taiwan et aux libertés publiques, ou au sein de certains secteurs clés de la société tels que les médias.

6L’ouvrage se termine par une conclusion pessimiste sur l’avenir politique de Taiwan. Deux scénarios se profilent. Le premier voit la dilution du multipartisme dans l’incapacité du DPP à trouver une alternative crédible au principe d’une Chine unique et dans le maintien au pouvoir d’un KMT qui serait perçu comme la seule force politique capable de négocier avec les autorités chinoises. Le deuxième envisage la restructuration du politique à Taiwan autour d’un débat et de clivages partisans qui porteraient sur « le politique en Chine » et non plus « avec la Chine ». Ces conclusions sous-estiment sans doute les capacités de résistance de la société civile taïwanaise, mais aussi les effets à terme du renforcement de l’identification à un État-nation taïwanais et du décalage croissant entre les orientations unificatrices prises par le gouvernement KMT et les aspirations de la population taïwanaise. Les menaces qui pèsent sur la démocratie taïwanaise sont néanmoins bien réelles. On ne peut donc qu’approuver lorsque Françoise Mengin propose une nouvelle vague de travaux s’inspirant de l’approche néogramscienne de Robert Cox pour analyser le « développement et la mobilisation d’une coalition d’intérêts » qui regroupe les forces « politico-économiques dominantes » de part et d’autre du détroit « autour de normes, d’institutions et de mécanismes ». Cette coalition rassemble les dirigeants du PCC et du KMT, le grand patronat insulaire, des bureaucrates et des élus locaux, des universitaires, etc.

7En somme, cet ouvrage parvient à son objectif – décrypter le contentieux sino-taïwanais à la lumière de l’économie politique. Aux yeux des spécialistes de Taiwan, il paraîtra probablement revenir un peu trop longuement sur certains points connus, notamment dans les deux premiers chapitres, mais il leur offrira également de nombreuses pistes de réflexion potentiellement très fécondes. En outre, le souci de précision dont fait preuve Françoise Mengin contribue à la clareté de la démonstration et fait de l’ouvrage une mine d’informations. Un seul regret, peut-être : l’absence d’un développement de quelques pages traitant des conséquences dévastatrices de la configuration étudiée sur le marché du travail et les conditions de vie à Taiwan (pression sur les salaires, dégradation des conditions de travail, spéculation immobilière, etc.). Les tensions sociales produites pourraient en effet avoir un impact non négligeable sur la trajectoire politique de Taiwan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tanguy Le Pesant, « Françoise Mengin, Fragments d’une guerre inachevée. Les entrepreneurs taiwanais et la partition de la Chine  », Perspectives chinoises, 2013/4 | 2013, 87-89.

Référence électronique

Tanguy Le Pesant, « Françoise Mengin, Fragments d’une guerre inachevée. Les entrepreneurs taiwanais et la partition de la Chine  », Perspectives chinoises [En ligne], 2013/4 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6703

Haut de page

Auteur

Tanguy Le Pesant

Tanguy Lepesant est maître de conférences à la National Central University, Taiwan, et chercheur associé au CEFC.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org