Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Lu Xueyi, Li Peilin, Chen Guangjin (eds.), 2013 nian Zhongguo shehui xingshi fenxi yu yuce (Analyses and projections for Chinese society in 2013)

Beijing, Shehui kexue wenxian chubanshe, 2012, 333 p.
Aurélien Boucher
p. 101-102

Texte intégral

1Cet ouvrage fait partie de la collection des « livres bleu » (lanpishu). Avec ses 19 homologues publiés sur l’année 2013 – qui abordent des sujets aussi divers que l’éducation, l’économie ou le développement des zones économiques spéciales – il doit être appréhendé comme un « rapport » officiel (baogao) destiné à faire le bilan d’orientation des politiques publiques nationales et/ou locales. Publié depuis 1993, le livre bleu dédié aux « analyses et aux prévisions de la société chinoise » est principalement rédigé par des chercheurs de l’Académie des sciences sociales de Chine (CASS). Il compte parmi les missions de cet institut dont le rôle consiste à accompagner le gouvernement dans ses « réformes ». Depuis le début des années 2000, les études qui y sont compilées se focalisent ainsi sur des sujets tels que le développement de l’État-providence (système de santé, de retraite, assurance chômage), l’emploi, la mobilité sociale, les relations de travail et l’évolution des sociétés rurales.

2Du point de vue des thématiques abordées, l’édition 2013 ne se distingue pas franchement des précédentes. Elle s’inscrit dans le mouvement amorcé depuis 2009 qui consiste à porter une attention plus aiguë sur l’insertion professionnelle des diplômés d’université, les usages d’Internet et la sécurité alimentaire et environnementale. Cinq des 26 articles de l’édition 2013 traitent de ces sujets, tandis que les autres reprennent les thèmes traditionnels. Seul changement notable, pour la première fois, ce livre ne compte aucun article spécifiquement dédié à la question de la corruption (fubai).

3D’une manière générale, on retrouve également le style d’écriture très retenu des précédentes éditions. En effet, les auteurs s’abstiennent de toute montée en généralité et de passages qui relatent la construction des catégories d’analyses. Ils insistent également peu sur les critiques formulées par les agents sociaux à l’encontre des dirigeants du Parti. Même l’article de Zhu Huaxin, Liu Peifeng et Shan Xuegang dédié à l’expression de l’opinion publique sur Internet – discutant entre autre chose des représentations que les administrés entretiennent vis-à-vis des gouvernants nationaux ou locaux – est écrit avec réserve (p. 193-212). Hormis un passage d’une dizaine de lignes où il est directement question des commentaires sur la corruption et le train de vie des fonctionnaires, les auteurs préfèrent aborder ce délicat sujet à travers des références clairsemées aux « affaires » (notamment celle des pluies torrentielles de Pékin qui a conduit à une rapide destitution du maire de Pékin et l’« Affaire Wang Lijun/Bo Xilai »). La démarche critique des auteurs se lit donc en filigrane d’un article qui se ponctue par l’idée très politiquement correcte selon laquelle « Internet représente (pour le gouvernement) un moyen d’ajuster sa relation à la société et d’apaiser la contestation sociale » (p. 211).

4Quel que soit par ailleurs le sujet abordé, les auteurs adoptent tous la même stratégie. Tout se passe comme s’ils devaient nécessairement insister sur l’existence de « remèdes » aux « contradictions sociales » (shehui maodun). À la décharge des auteurs, leurs marges de manœuvre sont particulièrement restreintes. Un guide leur est transmis afin de leur rappeler qu’ils ne sont pas autorisés à émettre de jugement (panduan) et qu’ils doivent s’en tenir aux chiffres. Derrière cette relative homogénéité des manières de livrer une expertise à l’État, l’ouvrage demeure instructif, à condition de sauter quelques articles et de pouvoir lire entre les lignes. En effet, certains articles se détachent clairement du lot, du point de vue de la richesse des informations et de la profondeur de l’analyse. Aux côtés d’un article sur les migrations où Tian Feng se borne à réécrire en toutes lettres des informations figurant dans des tableaux statistiques et d’un article sur les coopératives agricoles pratiquement dénué de données empiriques, Li Chunling signe un nouvel article habile sur les difficultés des jeunes diplômés d’université (p. 164-176).

5Dans ce chapitre, cette sociologue rompue aux enquêtes sur la mobilité sociale et sur les inégalités du système éducatif chinois produit une analyse fine du rapport à la politique des diplômés d’université en fonction de leur insertion sur le marché du travail, qui est elle-même corrélée aux ressources familiales. Pour cela, elle s’appuie sur une étude longitudinale d’une cohorte de 6 000 étudiants entrés à l’université à partir de 2003, pour moitié diplômés des établissements du supérieur les plus prestigieux (six des 12 établissements appartiennent au projet 985, soit aux établissements les mieux dotés économiquement tels que l’université Tsinghua ou l’université de Pékin). Bien que les entretiens ne soient pas mobilisés ici, l’étude s’appuie également sur des matériaux qualitatifs.

6Li Chunling relève d’abord que les étudiants chinois sont peu confiants en l’avenir. Seuls 26,6 % d’entre eux pensent avant d’être diplômés qu’ils n’auront pas de difficulté dans la recherche d’emploi. D’après l’auteure, cette inquiétude expliquerait l’importance qu’ils accordent à l’entrée au Parti et à la recherche frénétique d’attestation ou diplôme en tout genre (tests de langues ou attestation en comptabilité). Exit donc l’idée d’adhérer au Parti pour servir la nation… Du point de vue de l’emploi, les données et le ton employé par Li Chunling sont tout aussi alarmistes. Trois ans après la fin des études, le taux de chômage de ces étudiants ayant reçu leur licence en 2007 est de 10 % (p. 167), soit un taux avoisinant celui des diplômés de licence en France en période de très faible croissance (Bref CEREQ n° 283 mars 2011, « Le diplôme : un atout gagnant des jeunes face à la crise », p. 2).

7De surcroît, un tiers des nouveaux entrants sur le marché du travail déclarent avoir un travail « sans rapport avec la filière universitaire suivie ». Pour les étudiants de médecine, ce taux est de 5/6 ! (p. 169). Dans ce contexte, on comprend pourquoi la moitié des étudiants diplômés d’universités considèrent ne « pas être satisfaits de leur insertion professionnelle ». D’après Li Chunling, cette insatisfaction n’est pas seulement due à un manque d’emplois qualifiés. Elle s’ancre dans l’expérience d’un marché du travail où la compétition sociale est dominée par ceux qui peuvent « passer par la porte de derrière ». À travers l’accumulation d’expressions indigènes telles que « avoir des relations », « être supporté par son contexte familial », l’auteure se fait le porte-parole d’une colère qui gronde sur le net. Dans la droite ligne des travaux de Lian Si sur la « tribu des fourmis » (yizu), elle met en lumière l’essor d’une nouvelle classe à risque en soulignant que « les diplômés qui ont des rémunérations peu élevées et dont le travail et la situation par rapport au logement sont les moins stables sont également ceux qui commentent le plus les affaires politiques ». Elle évoque aussi le fait que les relégués de la compétition sociale sont à la fois ceux qui gagnent le moins et qui admirent le plus le modèle des sociétés occidentales. Analysant leur implication politique à travers les usages d’Internet, elle montre clairement que les étudiants « réticents au travail d’éducation politique au sein de l’école » ont le modèle des « démocraties occidentales » (xifang shi minzhu zhidu) comme point de repère, bien qu’ils considèrent que « le niveau de développement de la Chine et la (faible) qualité du peuple » ne permettent pas de l’envisager à court terme (p. 173).

8Cet article sonne donc comme un véritable avertissement adressé à la nouvelle équipe dirigeante. Il est d’autant plus précieux qu’il fait partie d’une nouvelle génération d’études qui font la part belle au rapport au politique. Reste à espérer que les chercheurs chinois puissent continuer sur cette voie, et pourquoi pas, nous livrer d’ici un an quelques études sur la réception du « rêve chinois » de Xi Jinping. À cet égard, la récente disparition de Lu Xueyi – ancien directeur de l’Institut de Sociologie de la CASS et père fondateur du livre bleu sur les transformations et perspectives de la société chinoise – fait peser une incertitude sur la pérénité d’une entreprise déja moins audacieuse qu’à ses débuts. En effet, le charisme et le capital politique de « Lao Lu » avaient permis d’ouvrir des possibilités de publications académiques. Il n’est donc pas certain que les futures publications ne se sclérosent pas dans des avalanches de chiffres, plutôt qu’elles ne s’orientent vers l’étude de sujets sensibles tels que les minorités ethniques, la religion et les mouvements sociaux qui demeurent encore non-traités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Boucher, « Lu Xueyi, Li Peilin, Chen Guangjin (eds.), 2013 nian Zhongguo shehui xingshi fenxi yu yuce (Analyses and projections for Chinese society in 2013) », Perspectives chinoises [En ligne], 2013/3 | 2013, mis en ligne le 15 septembre 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6595

Haut de page

Auteur

Aurélien Boucher

Aurélien Boucher est doctorant au Centre nantais de sociologie (CENS-EA3260) et chargé de mission au Centre franco-chinois de l’université Tsinghua (ouhaiyang@gmail.com).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page