Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Peter Nolan, Is China Buying the World?

Cambridge, UK, Polity Press, 2012, 147 p.
Yu Tao
Traduction de Mathieu Bordes
p. 99-101

Texte intégral

1La remarquable performance économique de la Chine depuis la fin des années 1970 est impressionnante sous plusieurs aspects. Le taux de croissance élevé et constant pendant plus de trois décennies est en lui-même un miracle. Le développement, en grande partie réussi, du pays le plus peuplé au monde est un réel succès, surtout si l’on tient compte du fait qu’avant cette réussite la Chine avait souffert d’invasions étrangères répétées et de troubles intérieurs pendant plus d’un siècle. La survie et la prospérité du régime communiste en Chine après la fin de la guerre froide défient également les prédictions faites par de nombreux spécialistes peu après la chute du mur de Berlin et l’effondrement de l’Union soviétique.

2Contrairement à l’affirmation autrefois populaire selon laquelle la Chine suivrait rapidement l’exemple de l’Union soviétique dissoute et de ses États satellites européens, le « Dragon Géant de l’Extrême-Orient » est aujourd’hui devenu un des pays les plus influents au monde. La Chine constitue la deuxième plus grande économie mondiale, et son rôle significatif sur la scène internationale est devenu évident. Dans ces circonstances, il n’est pas surprenant que beaucoup de spécialistes, de personnalités politiques et de membres de l’élite économique aient été captivés par la spectaculaire émergence de la Chine au cours des  trois dernières décennies. Économistes et spécialistes universitaires de la Chine débattent ardemment du caractère stable et durable de la croissance du pays. Parallèlement, pour un nombre considérable de dirigeants d’entreprises et de leaders politiques des pays développés, l’ascension rapide d’un État dirigé par un parti communiste représente une menace pressante qui, si elle n’est pas prise en compte et traitée, déstabilisera bientôt l’ordre établi économique et politique de la communauté internationale.

3Un tel mythe est mis en cause et déconstruit par Peter Nolan, professeur titulaire de la chaire Sinyi de Chinese Management à l’Université de Cambridge et l’un des spécialistes mondiaux de l’économie chinoise, dans son nouvel ouvrage Is China Buying the World?. En  répondant à la question fascinante posée en titre, le livre parvient à convaincre ses lecteurs qu’une Chine plus riche et plus forte n’est pas en train d’acheter le monde. Contrairement à l’idée reçue qui accuse la Chine de prendre le contrôle d’entreprises dans les pays développés par le biais d’acquisitions et/ou d’investissements, la comparaison effectuée par Peter Nolan des stratégies et de l’échelle des grandes entreprises chinoises et occidentales dans plusieurs secteurs clés, dont l’industrie manufacturière et la finance, suggère que l’influence économique de la Chine est relativement faible en dehors de son territoire ; l’auteur affirme en outre que l’expansion économique chinoise doit faire face à une série d’obstacles difficiles. Par conséquent, selon Peter Nolan, « la Chine n’a pas encore acheté le monde et ne semble pas prête de le faire dans un futur proche » (p. 143).

4Le nouvel ouvrage de Peter Nolan s’adresse clairement à un large public. Malgré cela, en tant qu’ouvrage académique sérieux, il se fonde sur les recherches de l’auteur à partir de données empiriques récoltées auprès de grandes entreprises. Après une convaincante introduction mettant en lumière l’importance de l’essor de la Chine et plusieurs préoccupations et débats associés, ce livre se structure en quatre chapitres et une conclusion. Le court premier chapitre soulève deux questions clés qui traversent l’ouvrage entier : qui est ce « nous » (terme par lequel Peter Nolan évoque les pays à hauts revenus) et qui est ce « eux » (que l’auteur emploie pour désigner les pays en développement avec la Chine à leur tête). La définition et les frontières entre ce « nous » et ce « eux » étaient autrefois claires et explicites. Cependant, comme  le montre l’auteur dans les deuxième et troisième chapitres, la situation a été fondamentalement transformée par l’approfondissement de la mondialisation capitaliste.

5Selon Peter Nolan, au moment où la Chine basculait des campagnes politiques au développement économique, l’économie mondiale « entrait dans une nouvelle phase de la mondialisation capitaliste » (p. 15). Comme le montrent certains chiffres que Peter Nolan a calculés à partir de données provenant de plusieurs entreprises manufacturières de premier plan dans les secteurs de l’automobile et des boissons, cette nouvelle vague de mondialisation, entraînée par la libéralisation du commerce et des flux de capitaux, a permis à de nombreuses grandes entreprises d’accélérer leur expansion internationale, soit par le biais d’activités intenses de fusion et d’acquisition, soit par une croissance interne. Au cours de ce processus, tout en gardant leurs sièges sociaux dans des pays à hauts revenus, beaucoup de grandes entreprises ont connu une restructuration massive de leurs actifs sur le marché mondial. Grâce à ce processus de mondialisation et à leurs avantages comparatifs en matière de technologie, de capital, de ressources humaines et d’expérience sur les marchés, ces grandes entreprises ont été capables de rehausser la qualité de leur portefeuille d’actifs en vendant leurs « activités non-principales » et en se concentrant sur leurs « activités principales ». Une concentration industrielle s’est donc étendue à tous les pays à haut niveau de revenus et à une grande partie des pays en développement. En conséquence, selon Peter Nolan, la richesse, la technologie et les capacités décisionnelles sont devenues significativement concentrées dans un petit nombre de très grandes entreprises issues des pays développés, mais les perspectives de croissance de ces dernières dépendent de manière critique de l’extension de leurs activités dans les pays en développement comme la Chine.

6Malgré la croissance économique rapide de la Chine au cours des décennies passées et son empressement à émerger (ou, selon Peter Nolan, à « renaître » puisque le pays était la plus grande économie mondiale avant la révolution industrielle), « il existe encore de larges écarts de développement entre la Chine et les pays à hauts revenus » (p. 66). L’immense population chinoise, les énormes pressions sur l’environnement, et des protestations sociales massives restreignent le développement interne. En revanche, grâce à la politique chinoise de « réforme et d’ouverture », beaucoup d’entreprises multinationales ont étendu avec succès leurs organisations et leur influence au sein du plus grand marché émergent du monde. Ces entreprises pourraient « avoir contribué de manière essentielle à la croissance et à la modernisation chinoises » (p. 93), mais leur réussite en Chine renforce avant tout leur propre supériorité en matière de technologie, de finance et de marketing. À l’inverse, du fait de facteurs défavorables tels qu’un environnement politique international de plus en plus hostile, les grandes entreprises chinoises demeurent principalement restreintes à l’économie intérieure. Malgré la volonté du gouvernement chinois de mettre en place une politique de « sortie vers l’étranger » pour les principales entreprises du pays, « les entreprises chinoises ont été notablement absentes des fusions et acquisitions internationales majeures » (p. 98), et « les efforts des grandes entreprises chinoises pour acquérir des entreprises dans les pays à hauts revenus se sont principalement soldés par des échecs » (p. 99). Comme le souligne sévèrement Peter Nolan, l’échelle des réserves de change et des investissements directs à l’étranger chinois est très modeste par rapport aux niveaux atteints par les principaux pays et fonds du monde développé, et les entreprises chinoises font face à de nombreux obstacles insurmontables lorsqu’elles essaient d’étendre leurs organisations et leur influence commerciale dans les pays à hauts revenus.

7Dans le quatrième chapitre, Peter Nolan développe plus avant les questions de l’effacement des limites entre les entreprises chinoises émergentes et les grandes entreprises bien établies des pays à hauts revenus. En prenant des exemples  dans les secteurs bancaire et aéronautique, il montre que des entreprises occidentales majeures sont fortement impliquées dans plusieurs domaines critiques et stratégiques dont la Chine semble être en train de prendre le contrôle. Par conséquent, comme la conclusion le fait remarquer, la plupart des positions dominantes principales dans la chaîne de valeur sont occupées par de grandes entreprises originaires de pays à hauts revenus, et la Chine est loin d’être sur le point « d’acheter le monde », en raison de ses faiblesses technologiques, financières et politiques dans la compétition mondiale.

8Malgré sa brièveté, cet ouvrage agréable à lire tout en étant rigoureux s’attaque à de nombreux problèmes essentiels qui touchent directement au futur de l’ordre économique et politique mondial. Il y a bien plus à apprendre de ce livre que les réponses apportées à la question posée en titre, une question fondamentale tant sur les plans académique que politique et pratique. En fait, ce livre devrait être perçu comme un nouve excellent produit de la fertile carrière universitaire de Peter Nolan. En cohérence avec ses nombreux travaux précédents qui démontraient son expertise dans les domaines du développement, de la mondialisation et de la transition économique, ce nouvel ouvrage souligne avec succès certains aspects cruciaux mais pourtant souvent négligés du développement chinois ; par exemple, alors que l’idée reçue prétend que la Chine est en train de conquérir les marchés mondiaux grâce à une main-d’œuvre peu chère, à une pollution importante, à une consommation intensive de ressources et à des stratégies concurrentielles déloyales soutenues par un régime autoritaire, Peter Nolan montre que l’image réelle est bien plus complexe, et il présente clairement les nombreux défis et obstacles que les pays en développement rencontrent au cours de leur rattrapage économique. De plus, ce livre apporte un éclairage nouveau sur le rôle dominant que jouent les grandes entreprises à l’intérieur et au-delà de l’économie mondiale, et invite les lecteurs à réfléchir aux impacts de la mondialisation capitaliste sur les relations de pouvoir entre pays développés et pays en développement.  En fait, Peter Nolan utilise la Chine comme un cas typique destiné à illustrer les défis que la plupart des pays en développement ont à affronter au cours de leur émergence. En d’autres termes, ce livre adopte une perspective comparée avec une seule étude de cas. De ce fait, bien que l’auteur mette particulièrement l’accent sur les caractéristiques distinctives de la Chine, l’intérêt académique et pratique de ce livre n’est pas limité à la Chine.

9Il s’agit certainement d’un ouvrage très réussi, qui parvient à remplir les objectifs de l’auteur. Cependant, inspirés par un livre aussi fascinant, les lecteurs intéressés pourraient s’autoriser à mener leurs réflexions au-delà de la portée des intentions de l’auteur. Certes, la Chine n’est pas en train d’acheter le monde, et n’est probablement pas susceptible d’être en mesure de le faire dans un futur proche, mais le taux de croissance élevé du pays est, après tout, un fait important pour de nombreuses personnes à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de la Chine. Par conséquent, un ensemble de questions liées de près ou de loin à ce livre pourrait également mériter réflexion : la rapide croissance économique chinoise durera-t-elle longtemps, étant donné les nombreux défis posés à sa stabilité sociale et à sa durabilité environnementale ? Qu’implique un État chinois plus riche et plus puissant pour son propre peuple, pour ses pays voisins, ses partenaires commerciaux et ses concurrents potentiels ? Comment la Chine peut-elle efficacement transmettre son message au monde ? Comment la Chine peut-elle mieux gérer les impressions et les attentes mondiales qu’elle suscite ? Comment le monde développé devrait-il interpréter la Chine et l’accueillir ? Quelles leçons les chercheurs et l’opinion publique devraient-ils tirer de l’émergence de la Chine ? Au cours d’une interview de promotion de son livre, Peter Nolan a déclaré que le système bureaucratique chinois était « stimulant, tolérant, encourageant, mais régulait aussi le marché d’une manière non-idéologique », avec un haut degré de professionnalisme. Bien qu’un tel argument ait des chances d’être bien accueilli par des universitaires tels que Sebastian Heilmann (2011), il pourrait aussi rencontrer de nombreux sceptiques, parmi lesquels probablement Yasheng Huang (2008) et Minxin Pei (2006). Les débats concernant le développement futur de la Chine ainsi que son impact continueront certainement à mesure que l’influence chinoise continuera à augmenter sur la scène internationale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yu Tao, « Peter Nolan, Is China Buying the World? », Perspectives chinoises, 2013/3 | 2013, 99-101.

Référence électronique

Yu Tao, « Peter Nolan, Is China Buying the World? », Perspectives chinoises [En ligne], 2013/3 | 2013, mis en ligne le 15 septembre 2013, consulté le 17 août 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6592

Haut de page

Auteur

Yu Tao

Yu Tao est doctorant au sein du Département de science politique et de relations internationales de l’Université d’Oxford (yu.tao@politics.ox.ac.uk).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org