Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

David Shambaugh (ed.), Charting China’s Future: Domestic and International Challenges

Londres et New York, Routledge, 2011, 187 p.
Ding Hui
Traduction de Soline Le Saux
p. 98-99

Texte intégral

1Parce que la politique est sujette à de perpétuels changements qui peuvent aboutir à des résultats inattendus, les prévisions avancées par les politologues peuvent facilement tomber dans l’écueil de conjectures simplistes. Des généralisations théoriques ambitieuses fondées sur une simple observation des faits peuvent être balayées dès l’apparition de nouvelles données. Dans ces conditions, rien n’est plus difficile que de prédire l’avenir d’un régime politique aussi complexe que celui de la Chine. La Chine contemporaine suit ses propres dynamiques qui ne peuvent être parfaitement éclairées par aucun modèle analytique établi dans un contexte académique occidental. Ceci n’a toutefois jamais freiné les sinologues, notamment américains, dans leurs conjectures audacieuses ou clairvoyantes sur les bouleversements qui ont secoué la Chine ces dernières années. Mais, depuis 1989, le pays a emprunté une voie différente de celle qu’ils avaient prédite : le pays n’a pas connu de démocratisation radicale, ni de chute brutale du régime. Au contraire, le Parti communiste chinois (PCC) a conservé sa mainmise sur le pouvoir et a maintenu efficacement la société sous son contrôle. De surcroît, le pays a poursuivi son « ascension pacifique » et est devenu la deuxième plus grande économie mondiale. Ainsi, pourquoi y a-t-il de telles divergences entre les prévisions des sinologues et la Chine telle qu’elle est réellement ? Vaut-il encore la peine d’écrire un énième ouvrage qui présage l’avenir de la Chine ?

2Dans ce livre, les contributeurs rassemblés sous la direction de David Shambaugh, l’un des plus éminents politologues spécialisé sur la Chine, aspirent à remplir cette « mission impossible » grâce à une nouvelle approche. Ils ne cherchent pas à tirer des conjectures générales, sur le long-terme, mais comme le souligne David Shambaugh, ils s’attachent à anticiper le développement de la Chine à court et moyen terme, soit jusqu’en 2015 (p. 174). Ils dressent tout d’abord un portrait exhaustif et nuancé de la Chine actuelle à partir des enjeux qu’elle rencontre sur le plan national (politique, économique ou social) et des questions internationales et de leurs retombées, qu’elles soient mondiales ou locales. Puis, grâce à ces descriptions factuelles du statu quo, les auteurs imaginent dans les grandes lignes comment le pays pourrait évoluer dans leurs domaines respectifs d’étude. C’est à dessein qu’ils ne partagent pas un même modèle théorique et qu’ils ne s’inscrivent pas dans une perspective empirique comparative. Ils revendiquent au contraire une analyse fine d’informations circonstanciées de la Chine d’aujourd’hui, et cela, sans s’embarrasser du « jargon des sciences sociales ou de notes de bas de page à rallonge » (p. 2).

3Refuser un modèle théorique commun ne veut cependant pas dire qu’il n’y ait pas de cohésion entre David Shambaugh et ses contributeurs. Leur démarche commune est d’appréhender la Chine sous un angle institutionnaliste historico-sociologique. La Chine est considérée comme une institution sans égale douée d’autosuffisance et d’auto-adaptabilité qui est parvenue à maintenir une « stabilité dynamique » (p. 174). Suivant la logique de dépendance au chemin emprunté (path dependence), aucun des auteurs n’envisage de profonds changements à court terme. À l’inverse, ils insistent sur le fait que le statu quo sera maintenu pour l’essentiel. Ils identifient les différents enjeux auxquels vont devoir se confronter la société et l’État chinois, aux niveaux national et international. La gravité potentielle de ces enjeux et la façon dont la Chine s’en emparera apparaissent vitales pour la stabilité future du pays et son développement sur le long terme.

4Les différents auteurs de l’ouvrage s’accordent à dire que la politique est le domaine le plus réfractaire à un changement drastique en Chine. Selon Kjeld Erik Brødsgaard, le système politique chinois ne suivra pas un processus linéaire vers la démocratie et ne subira pas une chute spectaculaire du régime, mais il vivra de « la résilience de l’autoritarisme » du Parti communiste chinois, qui est doué d’une incroyable capacité d’adaptation (p. 20). Comme le souligne David Shambaugh, les questions politiques en Chine ne constitueront pas une variable indépendante et ne joueront pas un rôle moteur capable d’insuffler le changement dans d’autres sphères (p. 176).

5De même, le développement d’une sphère sociale autonome demeurera limité. Dans leurs chapitres respectifs, Rachel Murphy attire l’attention du lecteur sur l’expansion de « l’espace public » grâce à l’apparition de nouveaux médias et Pitman B. Potter évalue les réformes récentes et à venir dans divers secteurs juridiques. Tous deux parviennent à la même conclusion : l’État-Parti revendique toujours sa domination puissante et son contrôle sur la société civile dont l’expansion ne peut être que limitée et graduelle.

6L’économie, contrairement aux domaines politiques et sociaux, est exposée aux influences extérieures et pâtit de fragilités internes. Peter Nolan explique qu’à court terme la Chine continuera à résister à la crise financière mondiale. Mais comme l’économie chinoise est désormais profondément intégrée au système économique international, elle ne sera pas à l’abri de chocs externes. Il lui faudra donc du temps pour « rééquilibrer » son développement et passer d’un modèle économique centré sur une exportation dépendante des pays à hauts revenus à un modèle de croissance plus orienté vers la consommation intérieure. À moyen terme, la capacité des pays occidentaux à faire face à la crise financière peut effectivement avoir un impact sur la croissance chinoise elle-même, ses échanges commerciaux et ses investissements à l’étranger (p. 52-53). En outre, quelques faiblesses non négligeables subsistent au niveau micro-économique, telles que la forte inflation et la flambée des prix de l’immobilier, qui représentent une bombe à retardement pouvant exploser à tout moment.

7Pour ce qui est de l’avenir de la Chine sur la scène internationale, les auteurs estiment que la croissance économique constitue un élément stabilisateur favorable au statu quo, alors que « l’ascension » de la Chine pourrait en revanche représenter un facteur déstabilisateur, source de conflits et de défis auxquels le pays aurait du mal à faire face. Ils expliquent tout d’abord qu’une croissance continue de l’économie chinoise tendra à améliorer et stabiliser ses relations avec les grandes puissances, les pays émergents et ses voisins asiatiques. Plus particulièrement, l’intégration économique toujours plus grande entre la Chine continentale, Taiwan, Hong Kong et Macao pourra faciliter le processus de normalisation vers une résolution pacifique des problèmes opposant les deux côtés du détroit de Taiwan et renforcer la confiance dans le principe « Un pays, deux systèmes » dans les deux Régions administratives spéciales. En second lieu, ils jugent que la Chine devra surmonter plusieurs défis dans sa transition stratégique pour qu’à son désir de « garder profil bas à l’étranger » (taoguang yanghui) succède une « ascension pacifique » (heping jueqi). Il est vrai que les protestations qui s’élèvent contre le dumping à l’exportation pratiqué par la Chine, son exploitation des ressources naturelles et l’envoi de sa main-d’œuvre dans les pays développés ou en voie de développement sont de plus en plus vives. De même, son indifférence envers les questions de gouvernance telles que la lutte contre la corruption et le respect des droits de l’Homme, et les questions d’engagement responsable en tant que grande puissance dans la promotion de la sécurité mondiale, lui vaut des critiques de plus en plus virulentes.  

8Pour résumer, ce livre est clair, bien renseigné et novateur. Il aide à mieux comprendre les complexités et enjeux du développement de la Chine. Deux ans après la publication de ce travail raisonné, les sérieux pronostics établis par David Shambaugh et ses contributeurs se sont avérés relativement justifiés et convaincants. En effet, la succession historique des dirigeants lors du 18ème congrès du Parti n’a pas entraîné de changement abrupt du système. La crise de l’euro n’a pas non plus causé de choc économique externe insurmontable, mais a offert à la Chine l’opportunité de revendiquer sa suprématie dans la résolution de la crise économique mondiale, sans suivre les directives de l’Occident. Il est dès lors raisonnable de suivre les prédictions avancées par les auteurs : dans les prochaines années, la Chine saura relativement bien faire face à ces enjeux, qu’ils soient nationaux ou internationaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ding Hui, « David Shambaugh (ed.), Charting China’s Future: Domestic and International Challenges », Perspectives chinoises, 2013/3 | 2013, 98-99.

Référence électronique

Ding Hui, « David Shambaugh (ed.), Charting China’s Future: Domestic and International Challenges », Perspectives chinoises [En ligne], 2013/3 | 2013, mis en ligne le 15 septembre 2013, consulté le 17 août 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6588

Haut de page

Auteur

Ding Hui

Ding Hui est un chercheur indépendant qui a obtenu son doctorat en 2012 à l’Institut de sciences politiques de l’Université de Heidelberg, Institut für Politische Wissenschaft, Germany (dingdanghui@hotmail.com).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org