Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Michelle Dammon Loyalka, Eating Bitterness: Stories from the Front Lines of China's Great Urban Migration

Berkeley/Los Angeles/Londres, University of California Press, 2012, 264 p.
Kimiko Suda
p. 93-94

Texte intégral

1À partir des histoires de huit migrants, basées sur des entretiens approfondis effectués en 2007, la journaliste Michelle Dammon Loyalka dresse un portrait vivant et précis de la vie quotidienne dans un des villages urbains (Ganjia Zhai) de la ville de Xi’an. À l’époque où se déroulait son enquête, ce quartier, qui abritait selon les estimations une population de 30 000 migrants, était sur le point d’être démoli dans le cadre d’un plan de rénovation urbaine faisant partie du programme de développement économique de Xi’an, point central de la politique de développement de l’Ouest (xibu da kaifa) du gouvernement chinois.

2Comme le titre de son ouvrage le suggère, « Eating Bitterness: Stories from the Front Lines of China’s Great Urban Migration », la patience et la capacité des migrants à supporter des difficultés financières et à vivre dans des conditions difficiles ont stupéfait l’auteur, tout comme leur espoir dans un meilleur futur ou leur résignation face à l’absence d’avenir prévisible.  Tout au long de ces huit chapitres, dont chacun revient sur l’histoire personnelle d’un migrant, Michelle Dammon Loyalka souligne l’importante contribution des migrants au processus d’urbanisation de leur environnement, que ce soit en tant qu’ouvriers du bâtiment, travailleurs dans le secteur des services (garde d’enfants, réparations, alimentation, bien-être, etc.) ou petits commerçants offrant à bas prix des biens, de la nourriture et de petits services aux résidents urbains. On trouve parmi les personnes interviewées une employée d’un salon de beauté, un vendeur de légumes, un aiguiseur de couteaux ambulant, un chiffonnier, une nourrice, une gérante d’un commerce et d’un hôtel, un nouveau propriétaire et un patron possédant plusieurs épiceries. En choisissant différentes professions, différents groupes d’âge et en interrogeant des personnes des deux sexes, l’auteur a préféré présenter des portraits individuels variés plutôt que de livrer une description homogène de la population migrante de Xi’an.

3Présenter certaines personnes planifiant leur survie à court terme sur quelques jours, quelques semaines ou quelques mois, et d’autres envisageant leur avenir à long terme dans la ville lui permet de décrire les différences d’aspirations, de valeurs et d’identité qui existent entre les migrants. Ainsi, cet homme dont la famille a reçu une compensation importante contre la cession de son terrain, au moment où l’urbanisation a gagné l’ancien village agricole de Ganjia Zhai, et qui tue son ennui en passant son temps à jouer de l’argent. Le loyer qu’il touche lui permet en effet de vivre sans travailler, sa famille ayant conservé une parcelle de terrain et la maison qu’elle possédait dans le village, à laquelle ont été ajoutés plusieurs étages loués à des entreprises ou des individus. Cet homme est toujours titulaire d’un hukou rural, qu’il échangera pour le statut de citadin en déménageant au sein d’un nouveau complexe résidentiel, dans le logement qui a été attribué à sa famille en compensation de la démolition prochaine de leur maison. Ce déménagement vers un appartement neuf et mieux équipé n’apporte pas les améliorations attendues en matière de qualité de vie, puisque cette famille y perd à la fois le revenu qu’elle tirait des loyers et son réseau social. Ayant dépassé le stade de la survie, ils sont à la recherche d’une certaine qualité de vie. Offrant un contraste avec cette famille, un couple vend des fruits et des légumes dans la rue tous les jours de l’année,  travaille d’arrache-pied pour offrir une éducation et un futur à leur enfant, qui les a suivis en ville, et accepte de vivre dans un garage humide dans l’espoir de jours meilleurs. Un autre couple de migrants travaille en tant que nourrice et gardien pour une famille appartenant à la classe moyenne supérieure, tandis que leurs filles sont élevées par des proches à la campagne. L’aiguiseur de couteaux et le chiffonnier décrits dans le livre se contentent de vivre au jour le jour. À l’heure où partout dans le monde les femmes prennent en main leur vie professionnelle, les jeunes femmes travaillant dans le salon de beauté caressent le rêve d’une carrière rapide dans l’industrie cosmétique qui leur permettra de changer de vie et de s’émanciper financièrement du système social de leur village.

4En analysant précisément les stratégies individuelles élaborées par les migrants pour assurer leur survie financière et professionnelle et leur évolution future, ainsi que leurs projets et leurs espoirs de s’installer en ville, l’auteur offre des observations intéressantes sur l’influence directe du développement urbain et des changements sociaux sur les migrants vivant dans un village urbain. Ces phénomènes sont source d’épreuves et d’obstacles pour les migrants mais font aussi émerger des niches économiques qui leur permettent de vivre dans l’espace urbain. En plus de présenter le point de vue des migrants sur des questions pratiques et organisationnelles, l’auteur réussit à saisir des bribes de leur état d’esprit, qui reflètent les rapides changements sociaux du pays et la recherche d’un sens à l’existence, au-delà de la simple aspiration à gagner plus d’argent.

5Dans l’épilogue, Michele Dammon Loyalka annonce un changement dans l’attitude de la jeune génération de migrants, qui n’est plus disposée à continuellement « manger de l’amer » (chi ku) sans la garantie de bénéfices immédiatement visibles. Elle montre que si les revenus des migrants ont augmenté ces dernières années, par rapport aux diplômés des universités par exemple, la perspective d’une carrière ou d’une mobilité urbaine leur fait défaut, de même que l’accès de plein droit au système de sécurité sociale, à des logements adéquats, à l’éducation, aux soins de santé ainsi qu’au droit du travail. Elle mentionne la multiplication des mesures gouvernementales destinées à protéger les droits des migrants et à encourager leur intégration dans la société urbaine, tout en soulignant le manque de mise en application de ces mesures. Elle évoque notamment la réforme en cours du hukou, le système d’enregistrement des ménages, une question structurelle de grande importance. Malgré certaines expériences pilotes qui offrent une variété de choix pour le changement de hukou, de nombreux migrants hésitent à abandonner leur ancien statut et les droits fonciers qui vont avec. Selon l’auteur, les raisons qui expliquent cette réticence sont les difficultés énormes que rencontrent encore les migrants en ville, et les améliorations que le gouvernement a encouragées dans les campagnes, telles que la suppression des taxes agricoles et la création d’un système de santé subventionné par l’État. En guise de conclusion générale, elle situe les migrants entre « le passé traditionnel du pays et la modernisation future ». « Personnes en transition dans un pays en transition », « en butte aux mauvais traitements » (p. 243), ils sont les protagonistes sur lesquels reposent le progrès et le développement des villes et des communautés rurales laissées pour compte.

6Ce livre, destiné à un large public, est d’un abord aisé, chaque portrait de migrant pouvant se lire comme une nouvelle. Néanmoins, forte de son expérience de journaliste, l’auteur aurait pu ajouter des éléments du débat médiatique chinois sur le développement urbain, les différentes générations de migrants ou encore la justice sociale. Les débats théoriques du monde universitaire sur les migrations et l’urbanisation sont laissés de côté au profit des « histoires individuelles », qui sont présentées et interprétées de manière très convaincante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kimiko Suda, « Michelle Dammon Loyalka, Eating Bitterness: Stories from the Front Lines of China's Great Urban Migration », Perspectives chinoises [En ligne], 2013/2 | 2013, mis en ligne le 15 juin 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6573

Haut de page

Auteur

Kimiko Suda

Kimiko Suda est chercheuse associée en études chinoises au départment d’études extrêmes-orientales de la Freie Universität, Berlin (kimiko.suda@fu-berlin.de).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page