Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Zhou Xun (éd), The Great Famine in China, 1958-1962: A Documentary History,

New Haven, Yale University Press, 2012, 256 p.
Thomas P. Bernstein
Traduction de Antoine Roset
p. 84-86

Texte intégral

1Ce recueil de documents d’archives est un supplément opportun aux travaux sur la famine du Grand Bond en avant, qui connaissent un véritable essor ces dernières années. L’historienne Zhou Xun a passé quatre années à collecter un millier de documents d’archives, en retenant 121 pour les besoins de ce livre, tous issus des archives du Parti de six provinces et des archives de cinq villes et districts. Un index des documents en dresse la liste avec leurs dates et numéros d’identification. Si certains de ces documents sont présentés en entier, la plupart le sont sous forme d’extraits. Un petit nombre de documents provenaient d’autres provinces, et furent distribués de manière horizontale, probablement à l’initiative des autorités centrales, desquelles émanent directement sept des documents présentés. Les huit chapitres et l’épilogue sont accompagnés de plusieurs pages d’explications précieuses.

2Les titres des chapitres donnent une idée de l’étendue des questions abordées: 1. « Famine dans les communes populaires (mars-septembre 1958) » 2. « Terreur, répression et violence (1958-l961) »; 3. « Saisons de la mort (1959-l962) »; 4. « Cannibalisme (fin l959-début l961) »; 5. « Désolation dans les campagnes (l958-l961) »; 6. « Le recours à la religion (l957-l962) »; 7. « Stratégies de survie (1959-l962) »; 8. « Lettres de doléances (l957-l962) », suivis d’un « Épilogue » pour 1961-1962. Néanmoins, les titres des chapitres prêtent parfois à confusion : le chapitre 3 contient 14 documents, mais sept d’entre eux ne mentionnent pas de décès et sont en réalité des rapports et des  demandes de médicaments pour prévenir et soigner les maladies liées à la famine, notamment les œdèmes et des maladies gynécologiques provoquées par une grave malnutrition et des travaux physiques éreintants. L’index, détaillé bien que parfois incomplet, permet de s’orienter à travers les différents sujets abordés. Le lecteur peu familier avec le Grand Bond en avant pourra se reporter à l’utile chronologie des évènements.

3Les 121 documents choisis par Zhou reflètent son intention de montrer à quel point cet épisode a été tragique. Elle cherche à « aider le lecteur à comprendre comment et pourquoi cette catastrophe a eu lieu, ainsi que l’énormité et la pure horreur de ce qui s’est produit » (p. xiv). Elle justifie les répétitions par le fait que « la tragédie et la dévastation n’ont pas eu lieu à une seule occasion dans un endroit en particulier, mais se sont produites encore et encore partout en Chine entre 1958 et 1962 » (p. xiv). Sa méthode soulève au demeurant la question de l’équilibre, car il aurait été utile de fournir des informations concernant les 879 autres documents qui n’ont pas été retenus.

  • 1  Dali Yang, Calamity and Reform in China, Stanford (CA), Stanford University Press, p. 38.

4La répartition des documents entre les différentes provinces est extrêmement biaisée : 56 concernent le Sichuan, 15 le Hunan et 12 le Guizhou. Quatre proviennent respectivement du Guangdong et du Shandong. Les provinces du Gansu, du Jiangsu, du Henan et du Yunnan n’ont que trois documents chacune, tandis que sept autres provinces ne présentent qu’un document chacune. Ici aussi, la question de l’équilibre se pose. En 1957, le taux de mortalité du pays était de 10,8 pour 1000 habitants. Il culmine à 25,9 ‰ en 1960, la pire des années de famine. Cette même année, le Sichuan et le Guizhou se situaient bien au-dessus de la moyenne avec des taux respectifs de 54 et 52,3 ‰, uniquement dépassés par la province de l’Anhui, avec un taux de 68,6 ‰. L’un des problèmes que rencontrent les recherches consacrées au Grand Bond en avant est d’expliquer ces variations. Pourquoi le taux de mortalité au Shaanxi était-il seulement de 12,3 ‰ ? Sur ce point précis, ce livre apporte peu d’éclaircissements1.

  • 2  Voir Yang Jisheng, Stèles: la grande famine en Chine, Paris, Seuil, 2012, Chapitre 1.

5De même, les documents sont répartis de manière inégale entre les différentes années du Grand Bond en avant. Environ les deux tiers d’entre eux sont datés de 1961 et 1962, et sont le résultat de l’appel lancé par Mao Zedong à la fin de l’année 1960 demandant d’enquêter sur ce qui s’était réellement passé. En octobre 1960, Mao reçoit un rapport concernant l’ « incident de Xinyang », une préfecture du Henan, où la faim et les violences ont provoqué 1,05 million de morts, soit 14 % de la population, événement qui fut un véritable choc pour le président2. La réponse de ce dernier fut d’accuser les fonctionnaires de rang inférieur et non le sommet de la hiérarchie, et d’utiliser l’étiquette d’ennemi de classe pour désigner les coupables. Il ordonna que des enquêtes soient menées par les comités du Parti au niveau central, provincial et du district ainsi que par les administrations spécialisées comme le ministère des Affaires civiles ou celui de la Santé afin de comprendre quels avaient été les agissements des fonctionnaires au niveau des districts et des villages. Leurs rapports n’offrent aucun éclaircissement sur le rôle joué par certains secrétaires provinciaux du Parti, situés à l’extrême gauche, dans la promotion de la terreur anti-droitière. Néanmoins, ils contiennent de nombreux détails, souvent horribles, sur les évènements de la période précédente. Que nous apprennent donc ces documents ?

61. La Famine en 1957-1958. On pense généralement que la famine n’a débuté qu’à la fin de l’automne 1958, mais un « résumé » des rapports téléphoniques, distribué par la Direction générale du Comité central et daté du 25 avril 1958, fait état de pénuries de nourriture importantes et généralisées et de cas de famine dans 16 provinces et régions autonomes. Comme on le sait, les pénuries de nourriture surviennent régulièrement dans la Chine rurale au printemps, lorsque la récolte de l’année passée est plus ou moins épuisée et que la nouvelle récolte est encore verte (qinghuang bujie 青黄不接). Mais les rapports évoquent des circonstances tout à fait anormales.

7Dans l’Anhui, 1,3 million de personnes « sont privées de nourriture ». Dans le Shandong, 670 000 personnes manquent de vivres et 150 000 d’entre elles ont fui leur village. Lors de la famine du printemps au Guangdong, près d’un million de personnes manquaient de nourriture et « sept personnes sont mortes de faim ». Dans le Gansu, « des pénuries importantes de nourriture ont touché 21 districts […] Dans le district de Hui […] les cas de graves famines sont très courants, et les gens se sont nourris d’écorce et de racines […] Depuis décembre 1957, 2 031 personnes souffrent d’œdèmes et 795 personnes sont mortes […] Dans un grand nombre d’endroits, le travail productif a été interrompu à cause de la malnutrition ». 

8Ce document accuse les cadres locaux de ne pas avoir révélé les problèmes d’alimentation et de ne pas avoir procédé à temps à des reventes de céréales. Tout en évoquant la peur d’être taxés de « droitier », il ne désigne pas directement la raison évidente de ce comportement, à savoir les réquisitions de céréales qui ont été menées en 1957 et 1958 durant les terribles campagnes anti-droitière et d’éducation socialiste qui ont poussé les fonctionnaires à obtenir des résultats extrêmes (Document 2 ; désormais nous indiquerons les document avec un D suivi du numéro du document).

92. La responsabilité de Mao. Un document « top secret » permet de mieux comprendre cette question controversée. Il s’agit de la réaction de Mao à l’encontre d’un rapport sur les réquisitions de céréales délivré par Li Xiannian, un membre du Bureau politique en charge du commerce, lors de la conférence du Parti à Shanghai le 25 mars 1959. Mao qualifie les insuffisances des levées de céréales non seulement de « décevantes » mais aussi de « terribles à certains égards ». Il appelle à redoubler d’efforts tout en prenant garde à ce que les réquisitions ne soient pas « perçues comme néfastes ». Il ajoute : « tant que les prélèvements de céréales ne seront pas supérieurs à un tiers [des récoltes], les paysans ne se révolteront pas… Chaque province doit adopter la méthode du Henan : “celui qui frappe le premier l’emporte ; celui qui frappe en dernier est vaincu”. C’est une leçon à retenir ». 

  • 3  Voir Felix Wemheuer, « Hunger and Food Politics in Maoist China and the Soviet Union », à paraître (...)

10Ce que Mao voulait dire par un tiers demeure confus, puisqu’il ne distingue pas prélèvements brute et net, ce dernier signifiant que les céréales sont revendues aux régions rurales frappées par la catastrophe et aux régions spécialisées dans les cultures non-céréalières. Mais les mots employés par Mao ont certainement contribué à inspirer les terribles tactiques de collecte de la saison 1959-1960, au cours de laquelle un niveau sans précédent de 39,7 % des récoltes de céréales a été saisi alors que la réquisition nette atteignait le record de 28 %, à un moment où la production avait diminué de manière dramatique 3. Cette saisie devait être la raison principale à la famine de 1959-1960.

11La déclaration la plus accablante de Mao portait sur la famine :

12Distribuer les ressources équitablement ne conduirait qu’à l’échec du Grand Bond en avant. Quand il n’y a pas assez de nourriture, le peuple meurt de faim. Il est préférable de laisser une moitié de la population mourir pour que l’autre puisse manger à sa fin (D-5).

  • 4  T. P. Bernstein, « Mao Zedong and the Famine of 1959-1960 », China Quarterly, n°186, juin 2006, p. (...)

13Selon certains chercheurs, cette déclaration montre que Mao était prêt à accepter des décès en masse sur une échelle immense. Je préfère croire qu’il s’agit d’un exemple de l’emploi  de l’hyperbole par Mao, un autre étant son acceptation désinvolte de la mort de la moitié de la population en cas de guerre nucléaire. À d’autres occasions, Mao a en réalité refusé l’idée de décès de masse. La chronologie réalisée par Zhou Xun montre qu’en octobre 1958, Mao avait exprimé sa préoccupation à l’égard de 40 000 personnes mortes de faim au Yunnan (p. 173).  Peu après la réunion du 25 mars, il s’inquiétait des 25, 2 millions de personnes au bord de la famine 4. Mais à partir de la fin de l’été, Mao laissa de côté ce problème, jusqu’à ce que, comme nous l’avons mentionné, l’« incident de Xinyang » fasse surface en octobre 1960.

14Toutefois, l’hyperbole employée par Mao pourrait bien avoir donné à ses nombreux subordonnés l’idée d’augmenter les livraisons de grains à l’État au point de condamner le peuple à mourir. Peu après sa déclaration, une affiche « contrerévolutionnaire » faisait son apparition dans la préfecture de Jining, au Shandong, avec le message suivant : « En Union soviétique, 70 % de la population est morte de faim pour construire le communisme… Et le Président Mao a donné des ordres pour que la moitié de la population meure de faim… » (D-118). En 1961, le comité du Parti de la préfecture de Wanxian, au Sichuan, citait les propos d’un « ancien » secrétaire du Parti d’une commune populaire dont 14,5 % des membres avait succombé : « Quelques morts n’ont aucune importance… Notre système socialiste a montré que la mort était inévitable. En Union soviétique, pour construire le système socialiste, environ 30% de la population est morte » (D-3).

153. Information. À quel degré les autorités centrales avaient-elles connaissance de la famine de 1959-1960 ? Les pressions anti-droitières ont conduit à des exagérations grossières au sujet de la production mais ont également incité les fonctionnaires à intercepter les rapports fidèles à la réalité destinés aux échelons supérieurs. Le livre fait état de six cas dans lesquels les enquêteurs ont découvert que les autorités locales avaient intercepté, ouvert et retenu des lettres envoyées à Mao, au Comité central et aux comités de province.

16Le secrétaire du Parti d’un district du Guizhou avait ordonné à la sécurité publique de retenir 100 lettres, parmi lesquelles les lettres anonymes furent qualifiées d’ « antisocialistes » et de « contre-révolutionnaires ». Une lettre destinée à Mao et interceptée provenait d’un cadre du département de la propagande qui faisait état des exagérations concernant le niveau de production et des famines de masse. Ce cadre devint la cible de séances de « lutte », d’humiliations publiques et fut réaffecté à des travaux physiques éreintants.

17Au Sichuan, un villageois implora les « autorités supérieures » de « sauver [les] vies » des paysans. Le secrétaire du Parti de sa brigade avait confisqué toutes leurs rations, les condamnant à manger des herbes et de l’écorce. Ce fonctionnaire, après avoir dévoilé l’identité de l’auteur de la lettre, forgea de toutes pièces des preuves contre ce dernier, et le fit battre sauvagement par des brutes du village. En avril 1960, 128 paysans de sa brigade étaient morts de faim (D-104).

18Un troisième document provient du district de Shizhu, au Sichuan, où un « ancien » secrétaire du Parti et d’autres personnes cherchèrent à dissimuler leurs erreurs et leurs crimes, dont le fait d’avoir notamment battu « un certain nombre de personnes à mort » pendant la campagne anti-droitière. Ils interceptèrent les lettres de doléances des villageois, obligeant certains d’entre eux à se rendre à pied jusqu’à d’autres districts pour envoyer leurs lettres (D105).

194. La recherche des récoltes cachées. Cet épisode fait partie de la campagne anti-droitière de 1959-1960. Conséquence de leurs mensonges sur les résultats de la production agricole, les fonctionnaires cherchaient par tous les moyens à trouver des céréales pour atteindre les quotas de prélèvement de l’État, ce qui a conduit les fonctionnaires des échelons supérieurs au niveau des districts à maltraiter leurs subordonnés, qui à leur tour abusaient de ceux qui se trouvaient sous leurs ordres. Dans le district de Shizu dont nous venons de parler, afin de forcer les cadres à trouver des céréales cachées en employant tous les moyens possibles, on n’hésita pas à frapper et même à torturer « les secrétaires du Parti, les chefs de brigade et les comptables… Une fois de retour dans leurs administrations locales, les cadres de base organisèrent des réunions de dénonciations publiques et torturèrent physiquement les villageois… » Certains d’entre eux furent volontairement affamés, jusqu’à ce que mort s’ensuive. Le secrétaire du Parti d’une commune populaire déclara qu’« un cadre qui ne prend pas part aux passages à tabac est un droitier ». Le taux de mortalité de cette commune est estimé  entre 20 % et 50 %. Les enquêteurs relevèrent que les lettres envoyées par les citoyens ordinaires à propos de ces événements étaient « plutôt exactes » (D-9).

20En juin 1960, le Comité du Parti de la province du Hunan recevait un rapport concernant le « règne de la terreur » qui sévissait contre les cadres du district de Liling. Depuis le mois d’octobre 1959, « plusieurs réunions au niveau du district… avaient montré l’exemple en infligeant des violences physiques aux cadres, pratique qui se propagea ensuite dans les communes populaires, avec une férocité accrue à mesure qu’on descendait les échelons ».  Dans 11 communes, 235 personnes furent dénoncées lors d’une conférence du Parti, 120 personnes furent battues, « causant trois décès » et 17 cas de blessure grave. « Plus de 20 types de torture, pour la plupart extrêmement dangereuses, ont été employées ». « Dans certaines communes, “la folie du passage à tabac” balaie la société de haut en bas » (D-8). En 1959 et 1960, le « vent du communisme » soufflait de nouveau. On ne peut s’empêcher de se demander si cette « folie » résultait uniquement de la peur du châtiment ou de visions apocalyptiques d’entrée imminente dans le paradis communiste.

  • 5  Roderick MacFarquhar, The Coming of the Cataclysm, New York, Columbia University Press, 1997, p.17 (...)

21Des documents aussi horribles soulèvent la question de l’équilibre. Combien de fonctionnaires des échelons inférieurs n’ont pas pris part à la répression ? Un indice nous est donné par le fait qu’en mai 1961, il était annoncé que sur le nombre ahurissant de 3,65 millions de cadres taxés de droitiers en 1959 et 1960, 70 % avaient été injustement accusés5. On peut clairement en déduire que nombreux furent les fonctionnaires qui d’une manière ou d’une autre avaient refusé de participer aux violences ou s’y étaient opposés. Le livre donne quelques rares exemples de cadres ayant informé leur hiérarchie de la violence de la terreur.

225. Méthodes de survie des paysans. Certains mangèrent des écorces ou de l’herbe ; d’autres de la « terre d’immortel » (D-88). D’autres encore vendirent leurs enfants. Certains choisirent de s’enfuir. Certaines jeunes femmes se prostituèrent. D’autres se tournèrent vers les médiums ou les guérisseurs : « si vous voulez manger, vous devez obéir aux esprits, non aux cadres » (D-68). Le cannibalisme fut la plus extrême des techniques de survie. Le livre évoque des cas d’anthropophagie au Gansu, au Sichuan et au Guizhou. Dans l’une des municipalités du Gansu, 41 cas ont été recensés à partir de mars 1961.  Les coupables, enregistrés selon leur classe sociale, ont évoqué la « survie » comme raison les ayant poussés à consommer de la chair humaine (D-26).

23Les émeutes de la faim se généralisèrent en tant qu’actions collectives. En 1961, à Changshou, dans le Sichuan, eut lieu un événement frappant peut-être déclenché par des raisons politiques : 20 à 30 paysans firent irruption dans l’enceinte des bâtiments du Parti du district, « arrachèrent les écorces des arbres et les mangèrent » (D-88). Entre septembre 1960 et fin janvier 1961, 30 000 incidents liés aux pillages de trains par des « groupes » dans 23 provinces furent rapportés au ministère de la Sécurité publique (D-83). Il s’agissait d’actes de résistance contre la négligence avec laquelle on s’occupait des tombes et des cadavres, un exemple de la « guerre contre les morts » (D-47). Des révoltes, dont on ne précise pas l’ampleur, eurent lieu au Hunan, au Guangxi et au Jiangxi autour du mois de décembre 1958, auxquelles prirent part des sociétés secrètes (D-62). Des satires amères de la vie dans les communes populaires étaient diffusées dans un grand nombre de lieux.

24Début 1959, des villageois d’une commune du Shandong manifestèrent l’envie de se rendre à Pékin. « Ils veulent que le Président Mao et le Parti les vengent » (D-108). À l’inverse, en 1961, des affiches portant le slogan « À bas Mao » firent leur apparition dans une commune du district de Ningxiang, au Hunan. Des rumeurs circulaient également selon lesquelles Peng Dehuai, purgé en 1959 pour avoir critiqué le Grand Bond, avait été nommé par Mao gouverneur du Hunan (D-113).

25Début 1959, des dénonciations violentes de Mao vinrent de Xinchang, une préfecture tibétaine au Sichuan. Dans l’un des cantons, on disait que « le Président Mao [était] plus brutal que Deng Xiuting », l’ancien seigneur de la guerre local. « Nous sommes traités pire que des esclaves ». Les groupes ethniques peuvent s’organiser pour « détruire ce gouvernement soi-disant populaire ». « Les cadres Han sont pires que les cadres indigènes ». « En ce qui concerne la réquisition des céréales, le gouvernement populaire est beaucoup plus brutal que les anciens esclavagistes ». Mais seules de « très petites » organisations contrerévolutionnaires furent formées (D-111).

26Un exemple d’acte réellement subversif est une lettre écrite par deux membres de la Ligue de la jeunesse de Nankin et envoyée à plusieurs comités du Parti début 1962. Il s’agissait d’une dénonciation totale des désastres causés par la communisation. Cette lettre appelait le centre à « abandonner ses dogmes » et à renoncer à cette entreprise. Les auteurs de la lettre proposaient avec une certaine naïveté que la Chine mette en garde les autres pays communistes contre ce genre de catastrophes. On ordonna aux officiels qui reçurent la lettre de la détruire (D-110).

27Le chapitre « Désolation dans les campagnes » apporte des informations supplémentaires sur les dégâts causés durant le Grand Bond en avant à l’agriculture, aux forêts, aux ressources hydriques, à l’habitat paysan, etc. Hu Yaobang, alors à la tête de la Ligue de la jeunesse, déclara à la suite d’un voyage de 25 jours à travers le Hunan et l’Anhui à l’automne 1961 : « tant qu’on ne l’a pas constaté de ses propres yeux, il est impossible d’imaginer toute l’horreur de la situation » (D-42).

28Pour résumer, même si ce livre soulève des questions quant à son équilibre, il offre néanmoins un recueil très instructif de documents originaux.

Haut de page

Notes

1  Dali Yang, Calamity and Reform in China, Stanford (CA), Stanford University Press, p. 38.

2  Voir Yang Jisheng, Stèles: la grande famine en Chine, Paris, Seuil, 2012, Chapitre 1.

3  Voir Felix Wemheuer, « Hunger and Food Politics in Maoist China and the Soviet Union », à paraître, Tableau 2.

4  T. P. Bernstein, « Mao Zedong and the Famine of 1959-1960 », China Quarterly, n°186, juin 2006, p. 427.

5  Roderick MacFarquhar, The Coming of the Cataclysm, New York, Columbia University Press, 1997, p.179.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas P. Bernstein, « Zhou Xun (éd), The Great Famine in China, 1958-1962: A Documentary History, », Perspectives chinoises [En ligne], 2013/2 | 2013, mis en ligne le 15 juin 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6568

Haut de page

Auteur

Thomas P. Bernstein

Thomas P. Bernstein est professeur émérite de sciences politiques à Columbia University, New York (tpb1@columbia.edu)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page