Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Gerard Lemos, The End of the Chinese Dream: Why Chinese people fear the future

New Haven/ London, Yale University Press, 2012, ix + 301 pages.
Pierre-Henry de Bruyn
p. 113-114

Texte intégral

1La Chine est en train de changer à un rythme effréné. Nul ne saurait en douter. Près de 350 millions de Chinois vont émigrer vers les villes avant 2030. Pour faire face à cette transformation, la Chine devra construire plus de 50 000 nouveaux immeubles de grande taille et 170 villes auront besoin de se doter de nouveaux systèmes de transport urbain. Les réseaux routiers, autoroutiers, ferroviaires et aériens devront croître de 60 % d’ici 2030 (p. 185).

2Parvenir à comprendre les désirs des Chinois face à ce futur changeant si rapidement est un défi immense. Dans la ligne des efforts accomplis en ce sens, l’enquête très originale présentée par Gerard Lemos vaut la peine d’être mentionnée.

3Professeur invité dans une université de Chongqing entre 2006 et 2010, Lemos a imaginé une méthode novatrice pour explorer, de façon scientifique, ce que les gens du peuple pensent réellement et ce à quoi ils rêvent. Son stratagème consista à utiliser un objet traditionnel appelé un « arbre à souhaits » (wish tree) que l’on trouve partout en Chine et qui, non seulement en Chine mais aussi au Japon et en Corée, sert traditionnellement aux Bouddhistes tibétains autant qu’aux Taoïstes de moyen d’expression de leur dévotion durant les célébrations populaires. L’usage de ces arbres, auxquels les gens sont invités à attacher des papiers exprimant leurs désirs, repose sur la croyance que le vent transporte de la terre au ciel les prières, y compris celles que l’on écrit sur des bouts de papier. Lemos a préparé cette enquête un peu spéciale dès le début de l’année 2007 en demandant à un artiste basé en Angleterre de dessiner un tel arbre ainsi que ses feuilles sur lesquelles il serait possible d’exprimer ses souhaits. L’arbre fut imprimé sur des affiches de la taille de grands panneaux publicitaires. Les cartes en forme de feuilles comportaient seulement quatre questions : qui êtes-vous ? Quel événement a changé votre vie ? Quel est votre plus grande préoccupation ? À quoi aspirez-vous ?

4Lemos obtint une sorte de blanc-seing officiel de la part de fonctionnaires expérimentés du Bureau des affaires civiles qu’il était parvenu à intéresser à son projet. En mai 2007, son arbre à souhaits fut installé successivement à trois endroits différents de Chongqing. Le premier était à Hemu Lu (Rue de l’harmonie), un nouveau quartier d’habitation construit pour des paysans. Sur ce premier site, 311 participants placèrent des feuilles sur l’arbre. Le lendemain, un autre arbre à souhaits fut installé sur la place de Ma’anshan, un village de 1 500 habitants situé au nord-est de Chongqing et 624 feuillets supplémentaires furent récoltés à cet endroit. En chacun de ces deux lieux, un employé de la communauté du quartier avait préparé l’événement en collant des affiches invitant les gens à participer à l’expérience. Lemos fit lui-même un bref discours en chinois puis les gens prirent les feuillets, pensèrent avec attention à leurs réponses et placèrent ces papiers sur l’arbre. Le jour suivant, un troisième arbre à souhaits fut installé à Banshanercun dans le district de Jiulongpo. C’est là que vit une importante population répartie le long de routes sinueuses surplombées par une grande usine en briques où, autrefois, 3 000 personnes fabriquaient des pneus mais où, en 2007, au moment de l’enquête, il n’y avait plus que 1 000 ouvriers. 492 autres réponses furent recueillies à cet endroit, portant le total des réponses à 1 427 cartes. Gerard Lemos fit alors traduire et classer de façon thématique ces réponses.

5L’analyse soigneuse ainsi réalisée des souhaits exprimés spontanément par des Chinois ordinaires met en lumière que « leurs attentes par rapport à l’avenir sont, d’un point de vue pragmatique, assez limitées » (p. 97). Tout ce qu’ils semblent désirer est ce que nous pourrions appeler une vie plus aisée : ils se préoccupent des problèmes de santé, voudraient avoir une maison, disposer d’une voiture, posséder suffisamment d’argent pour se sentir en sécurité face à l’avenir ou encore être capable de voyager. En ce sens, les désirs des Chinois sont similaires à ceux de tout être humain. Comme dans la plupart des endroits du monde, les hommes y sont plus enclins à exprimer des ambitions pécuniaires que les femmes qui tendent quant à elles à rechercher davantage sécurité et bonheur (p. 101). De plus, comme ailleurs, les postes offerts par le gouvernement confèrent tant de sécurité aux gens qu’ils sont avidement recherchés, même quand ils consistent en des tâches aussi modestes que par exemple celle de porteurs de fumier (tiao fen) (p. 89).

6Cependant, selon Gerard Lemos, le problème fondamental en Chine aujourd’hui semble être que ces modestes ambitions, qu’on pourrait définir comme « le véritable rêve chinois », sont en train de devenir une sorte d’utopie pour la plupart des Chinois qui se trouvent exclus des bénéfices résultants des transformations actuelles. Par ailleurs, le recours fréquent  aux propos des citoyens eux-mêmes dont l’auteur émaille son ouvrage donne une réelle puissance à son analyse. L’image d’ensemble de la société chinoise qui émerge de cette fresque est par conséquent assez pessimiste, et Gerard Lemos de conclure son livre par ces mots : « Le rêve chinois de prospérité, de sécurité, de stabilité et même le commencement de liberté qui étaient cultivés dans les années 1980 sont terminés » (p. 271).

7La violence croissante de la société chinoise est décrite en détails. Les inquiétudes profondes des citoyens concernant l’éducation sont expliquées clairement en faisant observer que le budget éducatif peut absorber aujourd’hui jusqu’à un tiers des revenus d’une famille, la moyenne étant d’environ 20 % et même jusqu’à 50 % à la campagne (p. 132). L’auteur analyse également en détail comment les carences du système de santé expliquent pourquoi les anxiétés relatives à la santé forment le sujet de préoccupation le plus important exprimé sur les arbres à souhaits. Et, en réalité, la proportion des dépenses personnelles consacrées à la santé s’est accrue de façon importante ces dernières années, passant de 21,2 % des dépenses totales en 1980 à 49,6 % en 2006, et jusqu’à 60 % en 2000. Il n’est pas surprenant, dans ce contexte, qu’il n’y ait pas de réelle solution concrète à portée de main. Par ailleurs, si une solution existe, les gens ne semblent pas croire qu’elle puisse venir des autorités. La crédibilité du personnel politique est régulièrement et durement mise en doute. Durant le tremblement de terre de mai 2008 au Sichuan, 6 898 classes d’école se sont écroulées, 4 737 enfants sont morts et 16 000 ont été blessés… mais beaucoup de citoyens ont fait remarquer que « si les écoles se sont écroulées, par contre, la plupart des bâtiments restés presque intacts après le séisme appartenaient au gouvernement et au Parti » (p. 148).

8Vu sous cet angle, ce qu’on appelle « l’avenir chinois » semble bien sombre. La lueur d’espoir qui reste, comme le note Gerard Lemos dans sa postface, est que « l’histoire récente est remplie d’exemples d’événements ayant pris une tournure inattendue » (p. 273). Le lecteur achève ainsi ce livre avec l’espoir secret qu’une telle évolution puisse éventuellement se reproduire en Chine, tout en craignant cependant, pour et avec les Chinois, que ce puisse ne pas être le cas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Henry de Bruyn, « Gerard Lemos, The End of the Chinese Dream: Why Chinese people fear the future », Perspectives chinoises [En ligne], 2013/1 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6509

Haut de page

Auteur

Pierre-Henry de Bruyn

Pierre-Henry de Bruyn est chercheur au CEFC et Rédacteur en chef de Perspectives chinoises.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page