Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Luca Gabbiani, Pékin à l’ombre du Mandat Céleste. Vie quotidienne et gouvernement urbain sous la dynastie Qing (1644-1911)

Paris, Éditions de l’EHESS, 2011, 288 pp.
Erling von Mende
Traduction de Antoine Roset
p. 110-112

Texte intégral

1Cette étude est composée de deux parties divisées en huit chapitres, et pourvue d’une introduction et d’une courte annexe évoquant rapidement les principaux personnages impliqués dans les réformes, notamment urbaines, des dernières années de la dynastie Qing. L’introduction dispense quelques remarques sur la singularité de Pékin par rapport aux autres grandes villes chinoises traditionnelles. En tant que capitale, les tensions existant entre les autorités centrales et locales y étaient plus présentes que partout ailleurs, a fortiori de par la division instituée par la dynastie non-chinoise des Qing entre une ville intérieure, domaine des membres des bannières, non-chinois, et la ville extérieure, où vivait et travaillait la population chinoise locale. Cette division existait à un moindre degré seulement dans les autres villes où stationnait une garnison militaire mandchoue. L’introduction rappelle le fait connu mais important que les villes chinoises différaient de leurs homologues européens en ce qu’elles n’avaient jamais revendiqué de chartes communales, garantes de la liberté et de l’autonomie urbaine des villes médiévales européennes.

2Une fois encore, comme beaucoup l’ont fait avant lui, Luca Gabbiani souligne la difficulté de trouver des sources suffisantes pour appréhender réellement l’histoire de la vie quotidienne chinoise. À cet égard, l’admirable et enthousiasmante étude menée par Jacques Gernet sur Hangzhou à la fin des Song, La vie quotidienne en Chine à la veille de l’invasion mongole 1250-1276, de 1959, qui a bénéficié de sources particulières et de l’ingéniosité de son auteur, fait figure d’exception. Gabbiani évoque les archives locales comme sources intéressantes pour comprendre la vie quotidienne. Jusqu’à présent, seules celles de Baxian au Sichuan, de Shuntian à Pékin et de Shexian dans l’Anhui sont disponibles et ont été utilisées par des chercheurs, mais elles traitent principalement des questions de propriété, de fiscalité et d’actions judiciaires, et seules les riches archives de Shexian, que Gabbiani ne mentionne pas, sont susceptibles de mieux nous informer sur les conditions de vie locales. De manière générale, cependant, les griefs de l’auteur concernant le contenu des archives locales semblent justifiées. Il en va de même pour les histoires locales. Pour combler ces lacunes, Gabbiani a eu recours aux archives du gouvernement central et aux textes du genre biji. Bien entendu, ces derniers ne donnent un aperçu que d’évènements particuliers, dont il est difficile de fournir une évaluation quantitative.

  • 1  James H. Cole, Shaohsing: Competition and cooperation in nineteenth-century China, Tucson, The Uni (...)

3Étant donné que l’organisation administrative est mieux documentée que tout le reste et que Gabbiani a mené précédemment des recherches sur les réformes administratives de la période xinzheng (« nouvelle politique »), la seconde partie de l’ouvrage, intitulée « Le gouvernement urbain, xviiie – xxe siècles » (p. 123-232) apporte de nouveaux éclaircissements qui nous permettent de comparer l’organisation administrative de Pékin à la fin des Qing avec celle d’autres villes chinoises pour lesquelles nous disposons des études antérieures menées par Bergère, Buck, Rowe et autres. Parmi ces travaux auxquels Gabbiani fait référence, il ne manque que celui de James H. Cole, Shaohsing: Competition and cooperation in nineteenth-century China1, qui me semble important également dans le cas de Pékin, dans la mesure où les artisans de Shaoxing ont laissé une empreinte spécifique sur le Pékin de l’époque Qing.

  • 2  Rui Magone, Once Every Three Years: People and Papers at the Metropolitan Examination of 1685, thè (...)
  • 3  Ronald P. Toby, «Carnival of the Aliens: Korean Embassies in Edo-Period Art and Popular Culture», (...)
  • 4  Shi-Jyuan Huang-Deiwiks, «Die kaiserlichen Wachoffiziere shiwei der Qing-Dynastie in der zidishu-L (...)
  • 5  Emu tanggû orin sakda-i gisun sarkiyan. Erzählungen der 120 Alten. Beiträge zur mandschurischen Ku (...)

4La première partie, « Portrait historique d’une capitale d’empire » tente d’énumérer les principes à  partir desquels ont été initiés la réorganisation et les changements urbains. Elle se divise en chapitres traitant des différentes mesures prises par le pouvoir impérial pour construire la capitale sur son emplacement actuel, de l’espace urbain et ses habitants, de l’économie locale et plus modestement, de la communauté métropolitaine. Ces chapitres s’appuient en grande partie sur des recherches antérieures, en chinois et en langues étrangères, sur les histoires traditionnelles locales et, pour la dernière période, sur des données statistiques. Gabbiani dresse un tableau assez complet et il serait injuste de lui reprocher d’éventuelles lacunes. Pourtant, je ne peux m’empêcher de regretter qu’il n’ait pas accordé plus de place à la vie quotidienne, en évoquant par exemple les artisans de Shaoxing évoqués par Cole, les gens du Zhili et du Shandong, les populations venues des marches de l’empire chinois, l’invasion de la ville par les candidats aux titres de juren et de jinshi et leurs examinateurs tous les trois ans (phénomène pour lequel la description de Rui Magone2me semble particulièrement instructive), les membres des « missions tributaires » (quant à savoir s’ils recevaient le même accueil de la part des Pékinois que celui que décrit Ronald P. Toby pour Edo dans son article « Carnival of the Aliens: Korean Embassies in Edo-Period Art and Popular Culture »3, les journaux des membres des délégations coréennes semblent le confirmer dans une certaine mesure), et bien entendu, les dirigeants mandchous eux-mêmes. Quand on décrit ces derniers, il est bien sûr d’usage de se référer à l’ouvrage de Mark Elliot, The Manchu Way, mais d’autres textes apportent, me semble-t-il, une description plus authentique et plus immédiate, comme les ouvrages de Shi-Jyuan Huang-Deiwiks, « Die kaiserlichen Wachoffiziere shiwei der Qing-Dynastie in der zidishu-Literatur »4, et Emu tanggû orin sakda-i gisun sarkiyan. Erzählungen der 120 Alten. Beiträge zur mandschurischen Kulturgeschichte5. Il faut reconnaître toutefois que les traductions et les annotations de ces deux textes ont été réalisées en allemand, qui n’est pas à proprement parler une langue internationale.

  • 6  Emil Bretschneider, Die Pekinger Ebene und das benachbarte Gebirgsland(La plaine de Pékin et la zo (...)
  • 7  Eva Sternfeld, Beijing: Stadtentwicklung und Wasserwirtschaft. Sozioökonomische und ökologische As (...)
  • 8  Oswald Sirén, The walls and gates of Peking / researches and impressions, London, John Lane, 1924.

5L’emploi de l’allemand est probablement une des raisons qui explique que l’auteur n’ait pas eu recours au livre d’Emil Bretschneider6, qui demeure utile ne serait-ce que pour la géographie historique, ni à celui d’Eva Sternfeld7, contenant un long premier chapitre sur l’histoire de l’approvisionnement en eau de la ville de Pékin, qui est à ma connaissance la meilleure description de cette question en langue occidentale. Mais pourquoi, dans la description de l’agencement de la ville, ne pas avoir utilisé The walls and gates of Peking / researches and impressions, de Oswald Sirén, accompagné de 109 photogravures tirées des photographies de l’auteur et de 50 plans d’architecture réalisés par des artistes chinois8?

6Comme nous le mentionnions plus haut, la deuxième partie est le résultat de recherches à partir de sources primaires, imprimées ou manuscrites. Elle s’ouvre par l’étude des institutions compétentes du système administratif urbain, en commençant par les forces de police qui, avec plus de 33 000 membres, étaient probablement à l’époque les plus importantes de toutes les capitales du monde entier. Elles étaient responsables de la protection des bâtiments publics, notamment des greniers, de l’enregistrement de la population et des affaires judiciaires. Cette partie se poursuit par la description des censorats, divisés en cinq arrondissements (nord, sud, est, ouest et centre) et qui remplissaient la fonction d’organe de contrôle, et se termine par les institutions préfectorales. Bien que les forces de police relèvent de la ville, un certain nombre d’officiers étaient nommés en accord avec la direction des travaux publics. Les cartes apportées par Gabbiani sont très instructives car elles montrent la répartition géographique de ces différentes institutions dans la ville.

  • 9  Eugène Vincent, La médecine en Chine au XXe siècle. La vieille médecine des Chinois, les climats d (...)

7Une des principales tâches dont s’occupait l’administration concernait l’approvisionnement en eau, le drainage et le traitement des eaux usées. Il semble que Gabbiani décrive ce système tel qu’il était supposé fonctionner plutôt que la réalité vécue par les habitants de Pékin, qui ne devait pas différer de beaucoup de la « grande puanteur de Londres » au milieu du xixe siècle. Pour une description fidèle, bien que sans doute trop négative, de ce problème, on peut se référer à l’ouvrage d’Eugène Vincent9. Bien entendu, il est possible de présenter quelques déductions sur les changements effectués en se référant aux mesures prises pendant la période de réforme des années 1901-1911.

  • 10  Ernst Faber, « Literarische Missionsarbeit in China » (Mission littéraire en Chine), in Allgemeine (...)
  • 11  Deng Yunte, Zhongguo jiuhuangshi (Histoire de la lutte contre la famine en Chine), Taipei, Taiwan (...)
  • 12  Deng Yunte, op. cit., p. 329-330.

8L’assistance publique était une autre tâche importante relevant de l’administration, même si cette dernière ne pouvait assumer seule le fardeau et était secondée dans cette entreprise par des initiatives privées. Gabbiani mentionne ce phénomène de 1860 jusqu’à la fin des Qing, mais ce mélange d’aide sociale privée et publique peut être trouvé au moins depuis la période Song. Le compte-rendu du missionnaire allemand Ernst Faber mentionne à la même époque plus de 30 institutions privées d’aide sociale à Canton10. À Pékin, la distribution de nourriture aux populations nécessiteuses répondait selon toute vraisemblance à un certain nombre de règles établies et était conçue comme une mesure provisoire. Elle était généralement limitée à une certaine période qui prenait fin au plus tard avec la nouvelle récolte. Sur ce phénomène, l’étude de référence est la monographie de Deng Yunte parue en 193711. L’ensemble des mesures d’aide aux populations affamées sont énumérées et décrites, depuis les soupes populaires – le Yangsheng suibi (Notes sur la manière d’entretenir la santé)de Cao Tingdong, du début des Qing, comme le Zhoupu (Traité sur les brouets) de Huang Yunhu à la fin de l’empire donnent des exemples de préparation de gruau pour lutter contre la famine – à la vente de céréales à bas prix, en passant par l’aménagement de foyers pour les sans-abris, d’orphelinats et d’hôpitaux de fortune. Il arrivait que les populations dans l’indigence fussent en très grand nombre. Pendant l’inondation de 1801, près de 70 000 personnes à Pékin et dans ses environs vécurent des soupes populaires fournies par les autorités. En guise de comparaison, d’après Deng Yunte, entre décembre 1931 et janvier 1932, au Henan, 34 750 personnes se nourrissaient aux soupes populaires, qui servirent 4, 25 millions de repas12. Pour prendre un exemple encore plus ancien, en 1075 à Yue, l’actuelle ville de Shaoxing, 21 900 personnes avaient été nourries pendant cinq mois, consommant plus de 52 000 hectolitres (dan) de céréales, alors qu’en 1890 à Pékin, ce sont plus de 250 000 hectolitres qui avaient été distribués, en majeure partie par le biais des soupes populaires.

9Gabbiani ne décrit pas la manière dont les distributions étaient effectuées. À d’autres époques de famine, on sait par des comptes-rendus qu’il arrivait que les gens se piétinent les uns les autres pendant les distributions de céréales. Un certain nombre de mesures avaient été prises pour résoudre ce problème. Soit la nourriture était distribuée alternativement aux femmes et aux hommes, à raison d’un jour sur deux, soit on formait des groupes réservés aux personnes âgées et aux enfants, et on mettait en place des cantines pouvant seulement servir 200 personnes à la fois. On distribuait des permis pour chaque cantine et on tenait des registres pour éviter tout abus.

10Ce monde traditionnel traversé de crises pendant les 50 dernières années du règne des Qing connut un certain nombre de réformes à partir des années 1890, et plus encore pendant la décennie suivante, tant au niveau du gouvernement central qu’au niveau local. Le chapitre sept, « Réformer le gouvernement urbain », souligne les changements et les continuités, ainsi que la répartition des responsabilités entre les différentes institutions. Le chapitre huit, « Les grands chantiers de la modernisation locale » décrit l’amélioration des routes, mais ne s’appuie que sur les illustrations  2 et 3 (avant les mesures de réfections) et 14 (pendant les travaux). Si l’on regarde des photographies de mémoires rédigées au cours des deux premières décennies du xxe siècle, on s’aperçoit des progrès réellement effectués. La démolition de bâtiments et la construction de nouveaux quartiers peuvent être mises en parallèle avec l’époque actuelle, et les infrastructures et les services publics, comme l’aide sociale, semblent être devenus plus « modernes » et bureaucratiques.

11Ces deux derniers chapitres et la deuxième partie dans son ensemble font de ce livre un outil indispensable pour écrire une histoire exhaustive de Pékin à la fin de la période Qing. Grâce à des livres à la Arlington, qui décrivent la réalité matérielle de Pékin, et des livres comme celui de Gabbiani, qui analysent les rouages de la machine administrative urbaine, nous pourrons peut-être enfin exhumer la vie quotidienne du Pékin traditionnel de la masse des archives et des autres sources.

Haut de page

Notes

1  James H. Cole, Shaohsing: Competition and cooperation in nineteenth-century China, Tucson, The University of Arizona Press, 1986 (Monographs of the Association for Asian Studies 44).

2  Rui Magone, Once Every Three Years: People and Papers at the Metropolitan Examination of 1685, thèse de doctorat, Freie Universität Berlin, 2002.

3  Ronald P. Toby, «Carnival of the Aliens: Korean Embassies in Edo-Period Art and Popular Culture», Monumenta Nipponica, n° 41, 1986, p. 415-456.

4  Shi-Jyuan Huang-Deiwiks, «Die kaiserlichen Wachoffiziere shiwei der Qing-Dynastie in der zidishu-Literatur» (Les officiers (shiwei) de la garde impériale des Qing dans le zidishu), in Lutz Bieg, Erling von Mende et Martina Siebert (éds.), Ad Seres et Tungusos. Festschrift für Martin Gimm zu seinem 65. Geburtstag am 25. Mai 1995, Wiesbaden, Harrassowitz, 2000, p. 55-85 (opera sinologica 11).

5  Emu tanggû orin sakda-i gisun sarkiyan. Erzählungen der 120 Alten. Beiträge zur mandschurischen Kulturgeschichte(Récits des 120 Anciens. Contributions à l’histoire culturelle mandchoue), Introduction, traduction et annotations de Giovanni Stary, Wiesbaden, Harrassowitz 1983 (Asiatische Forschungen 83).

6  Emil Bretschneider, Die Pekinger Ebene und das benachbarte Gebirgsland(La plaine de Pékin et la zone montagneuse environnante), Gotha, Perthes, 1876 (Petermann's Geographische Mittheilungen. Ergänzungsheft n° 46).

7  Eva Sternfeld, Beijing: Stadtentwicklung und Wasserwirtschaft. Sozioökonomische und ökologische Aspekte der Wasserkrise und Handlungsperspektiven(Pékin: développement urbain et gestion de l’eau. Aspects socioéconomiques et écologiques de la crise hydrique et solutions à envisager), Berliner Beiträge zu Umwelt und Entwicklung, Bd.15, TU Berlin, 1997.

8  Oswald Sirén, The walls and gates of Peking / researches and impressions, London, John Lane, 1924.

9  Eugène Vincent, La médecine en Chine au XXe siècle. La vieille médecine des Chinois, les climats de la Chine, l’hygiène en Chine et l’hygiènie internationale, Paris, G. Steinheil, 1915, p. 214-225.

10  Ernst Faber, « Literarische Missionsarbeit in China » (Mission littéraire en Chine), in Allgemeine Missions-Zeitschrift, Monatshefte für geschichtliche und theoretische Missionskunde, 9.1882, p. 49-66 (p. 63-65).

11  Deng Yunte, Zhongguo jiuhuangshi (Histoire de la lutte contre la famine en Chine), Taipei, Taiwan shangwu yinshuguan, 1987 [1937].

12  Deng Yunte, op. cit., p. 329-330.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erling von Mende, « Luca Gabbiani, Pékin à l’ombre du Mandat Céleste. Vie quotidienne et gouvernement urbain sous la dynastie Qing (1644-1911)  », Perspectives chinoises, 2013/1 | 2013, 110-112.

Référence électronique

Erling von Mende, « Luca Gabbiani, Pékin à l’ombre du Mandat Céleste. Vie quotidienne et gouvernement urbain sous la dynastie Qing (1644-1911)  », Perspectives chinoises [En ligne], 2013/1 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6506

Haut de page

Auteur

Erling von Mende

Erling von Mende est professeur émérite de l’Institut d’Asie orientale de la Freie Universität de Berlin (mende@zedat.fu-berlin.de).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org