Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Daffydd Fell, Government and Politics in Taiwan

Londres, Routledge, 278 p.
Gabriel Jonsson
Traduction de Matei Gheorghiu
p. 90-92

Texte intégral

1Government and Politics in Taiwan est un nouveau manuel écrit par Daffyd Fell, vice-directeur du Centre d’études taïwanaises à l’École d’études orientales et africaines de l’université de Londres. L’auteur, professeur et universitaire aguerri, s’appuie sur de nombreuses sources comprenant ses propres recherches entreprises entre 2002 et 2011, ainsi que de nombreux entretiens, et a bénéficié de sa grande familiarité avec un pays qui est rarement l’objet de l’attention des médias occidentaux en dehors des périodes électorales.

2Daffyd Fell écrit qu’« un des objectifs de ce volume est de présenter la vie politique taïwanaise dans une perspective comparative de sciences politiques et d’encourager les lecteurs à approfondir le sujet » (p. 2). L’introduction rappelle quelques éléments historiques fondamentaux : la première tenue d’élections multipartites en 1989 et l’organisation des premières élections présidentielles au suffrage universel direct en 1996 ainsi que l’alternance politique en 2000 entre le Kuomintang (KMT) et le Parti démocratique progressiste (Democratic Progressive Party, DPP) puis le retour au pouvoir du KMT en 2008. Daffyd Fell souligne également que « malgré les défauts de sa démocratie, Taiwan est la preuve que la démocratie occidentale peut fonctionner dans la société chinoise ou d’autres sociétés confucéennes » (p. 4). Le premier chapitre s’achève (à l’instar des autres) en indiquant des éléments de débat ainsi que des suggestions de lecture, ce qui en fait un manuel de qualité.

3Le second chapitre se penche sur la manière dont Taiwan a été gouvernée sous la loi martiale entre 1949 et 1989, mais il commence en discutant l’héritage politique de la période coloniale japonaise, de 1895 à 1945. Peu après son intégration à la République de Chine, la situation politique se dégrade rapidement. L’incident du 28 février 1947 en est une des principales illustrations et ses conséquences sont encore objet de controverse. L’arrestation d’un vendeur à la sauvette de cigarettes avait alors déclenché un vaste mouvement de protestation au cours duquel les Taïwanais ont usé de représailles à l’encontre des Chinois du continent, ce qui a entraîné une répression brutale de ce mouvement par le KMT. Près de 10 000 personnes y ont trouvé la mort et cela a engendré par la suite des tensions durables entre les deux communautés. Toutefois, le KMT s’est arrangé pour rétablir la stabilité politique et garantir la réussite économique tout en maintenant le pays dans un régime à parti unique. L’ère autoritaire a eu un effet durable sur la vie politique par le biais de son influence sur les institutions, les partis politiques, les enjeux politiques et le statut international de l’île.

4Le troisième chapitre est consacré au processus de démocratisation à l’œuvre à Taiwan depuis les années 1980. La démocratisation est expliquée par les choix politiques du KMT, la pression des États-Unis et l’effet persuasif de la chute de Ferdinand Marcos aux Philippines en 1986 ainsi que de l’effondrement du communisme en Europe de l’Est. L’église presbytérienne et le mouvement étudiant y ont aussi contribué. La formation de partis politiques a été autorisée en 1989. En 1990, une conférence nationale sur les réformes politiques donne une impulsion supplémentaire au processus que le président Lee Teng-hui (1988-2000), né à Taiwan, met en oeuvre avec succès. Après avoir observé les premières élections présidentielles de 1996, l’organisation non gouvernementale Freedom House a qualifié Taiwan de pays libre. Cette organisation (Freedom House) mène depuis 1972 des enquêtes permettant de situer divers pays sur une échelle de droits civils et politiques allant de non libre, partiellement libre à libre. En 2000, Taiwan a même été considérée comme un modèle de démocratie en Asie mais les opinions sont divisées en ce qui concerne son fonctionnement démocratique ultérieur.

5Le chapitre 4 présente les évolutions de la structure gouvernementale taïwanaise depuis la démocratisation. La constitution de la République de Chine de 1947 a été conservée mais certaines modifications y ont été apportées. Le KMT souhaitait maintenir des élections présidentielles au suffrage indirect tandis que le DPP voulait mettre en place le suffrage universel direct, ce qui a finalement été obtenu et a donné lieu à une révision de la constitution en 1990. La réforme de 2005 a vu la mise en place d’un scrutin uninominal, l’abolition de l’Assemblée nationale et son remplacement par le Yuan législatif. Le nombre de députés a été réduit de moitié, passant de 225 à 113 et leur mandat a été rallongé, passant de 3 à 4 ans afin qu’il corresponde au mandat présidentiel.

6Le chapitre 5 s’intéresse à la politique électorale de Taiwan. Sur les 25 années écoulées depuis la fondation du DPP, 19 ont vu l’organisation d’élections à différents échelons. En 2000, le candidat du DPP Chen Shui-bian a été élu président après qu’un dissident a quitté le KMT pour faire cavalier seul. Toutefois, l’Assemblée nationale a été dominée par le KMT ce qui a considérablement réduit ses marges de manœuvre. Le KMT a par la suite remporté les élections de 2008, bénéficiant de la réforme électorale de 2005. Daffyd Fell signale l’importance des campagnes électorales pour les démocraties et décrit l’usage et l’influence croissants des médias dans leur déroulement. Les problèmes politiques priment désormais sur l’idéologie.

7Le chapitre 6 décrit les principaux partis politiques ayant dominé la vie politique à Taiwan depuis les années 1980. Il insiste d’abord sur le fait qu’une analyse des partis selon une perspective gauche/droite ne présente pas de véritable intérêt. L’analyse prend ici en considération plutôt la structure organisationnelle, l’idéologie, l’image du parti, le leadership, les méthodes de sélection des candidats et l’équilibre des pouvoirs au sein des partis. Il relate la lutte pour le pouvoir au sein du KMT après la mort de Chiang Ching-kuo entre les supporters et les opposants de son successeur Lee Teng-hui. En 2008, Tsai Ing-wen devient la nouvelle dirigeante du DPP après l’échec de ce dernier aux élections présidentielles. Depuis 2005, le fonctionnement électoral taïwanais a évolué vers un système bipartite. Les succès et échecs des petits partis ainsi que l’évolution globale du système des partis sont également abordés dans ce chapitre.

8Le chapitre 7 s’interroge sur les transformations de la politique au niveau local. Tandis que des élections au niveau national ont été mises en place seulement dans les années 1990, des élections étaient organisées à l’échelon local dès les années 1940. Ce chapitre se focalise sur les relations entre les diverses factions du KMT à l’échelle locale après la suppression de la loi martiale. Les luttes de pouvoir à l’intérieur du parti ont été intenses à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Toutefois, le KMT est parvenu à rester, grâce à la solidité de son organisation, la principale puissance politique aux élections locales, à la différence de l’échelon national.

9Le chapitre 8 expose le conflit entre les deux principales manières de concevoir la construction de l’identité nationale, l’une orientée vers la réunification et l’autre insistant sur l’indépendance. Ces deux conceptions ont été promues par les élites politiques avant et après la démocratisation et trouvent leur fondement dans l’héritage de l’impérialisme japonais, dans le nationalisme chinois et le nationalisme taïwanais. L’identité nationale est l’enjeu dominant dans l’étude de la vie politique taïwanaise depuis les années 1990. Durant cette décennie, le DPP a lutté pour l’admission de Taiwan à l’ONU de laquelle elle avait été exclue en 1971. A contrario, le KMT a cherché à diversifier les relations internationales. Une enquête d’opinion de 2010 a montré que depuis 2001 une majorité se prononce en faveur du maintien du statu quo tandis que le nombre de partisans de l’unification a décru de manière significative depuis 1993. En 2010, la plupart des personnes interrogées se considéraient comme taïwanaises ou comme à la fois taiwanaïses et chinoises tandis qu’une minorité se voyait comme uniquement chinoise. Les un à deux millions de personnes qui travaillent et vivent en Chine continentale sont largement absents de cette enquête. Cette situation interroge leurs réactions possibles : sont-ils influencés par le nationalisme chinois grandissant ou font-ils preuve d’un sentiment identitaire taïwanais distinct suite à leurs contacts quotidiens avec les citoyens chinois ?

10Le chapitre 9 relate les relations internationales de Taiwan pendant la loi martiale et la Guerre Froide et détaille la manière dont elles se sont développées après la libéralisation politique. Taiwan satisfait aux critères qui définissent un État à part entière : elle est dotée d’une population permanente, d’un territoire défini et d’un gouvernement fonctionnel composé d’agences capables d’entrer en contact avec d’autres pays. En 1971, Taiwan était officiellement reconnue par 68 pays, contre 53 pays qui reconnaissaient la Chine (populaire). Aujourd’hui, l’île est seulement officiellement reconnue par 23 pays mais maintient des relations non-officielles avec la plupart des États membres de l’ONU. Des contacts minimes ont existé entre Taiwan et la Chine populaire entre 1949 et 1987 tandis que les transformations ultérieures se caractérisent à la fois par une convergence économique et une divergence politique. La crise des missiles de 1995-1996 a eu pour objectif de rendre l’opinion publique hostile à Lee Teng-hui qu’on désignait en Chine comme « un traître et un pêcheur qui crache sur la Chine continentale ». Mais le KMT et le DPP ont pris une position ferme contre la Chine et les menaces chinoises ont permis à Lee Teng-hui d’être réélu.

11Le chapitre 10 considère l’influence et les stratégies des principaux mouvements sociaux. Tandis que le KMT a supprimé la vie associative sous la loi martiale, après 1987 la société civile a éclos : le nombre d’associations est passé d’environ 6 000 en 1987 à 34 171 en 2009. Elles ont renforcé la démocratie en s’opposant au KMT. La vie politique taïwanaise a toujours été dominée par les hommes mais depuis 1987 des organisations de défense des droits des femmes ont été créées. En 2001, la loi pour l’égalité de l’emploi a été votée et Annette Lu a été vice-présidente entre 2000 et 2008. Les mouvements des travailleurs, le mouvement de défense de l’environnement et le mouvement étudiant sont aussi inclus dans l’analyse. Bien que ne constituant pas un mouvement de masse, les activistes environnementaux ont contribué à retarder la construction du 4e réacteur nucléaire de l’île.

12Le chapitre 11 cherche à évaluer dans quelle mesure la démocratie est effective à Taiwan en considérant le fonctionnement du système de protection sociale et les indices de corruption dans la vie politique. Le KMT avait mis en œuvre un système de protection sociale au bénéfice de ses partisans. Les prestations sociales sont devenues plus importantes pendant la transition politique à partir de 1987. La mise en place de la Sécurité sociale nationale en 1995 a été un grand succès. Même si Taiwan est généralement considérée comme un pays ayant combiné avec succès une forte croissance économique et l’égalité des revenus, le coefficient de Gini a crû dans les années 1990 et 2000. La corruption politique est devenue, grâce à la démocratisation et à la libéralisation des médias, un enjeu majeur depuis 1987. Pendant les années 1949-1987, la corruption était un phénomène fort répandu, tandis que de 1992 à 1997 le KMT fut considéré comme plus corrompu que le DPP. Malgré la vaste campagne du DPP contre la corruption entre 2000 et 2004 cherchant à empêcher l’achat de votes, ce thème est demeuré un enjeu politique controversé qui a contribué à la défaite du parti à l’élection présidentielle de 2008. Et de fait, le président Chen Shui-bian lui-même a été arrêté immédiatement après sa défaite puis condamné en 2010 à 17 ans et demi d’emprisonnement pour corruption. Daffyd Fell estime par conséquent que la démocratie fonctionne à Taiwan, puisque le système de protection sociale a été étendu et que la corruption n’est pas acceptée.

13Le chapitre 12 se concentre sur les changements en cours dans la vie politique depuis 2000. Le succès de Chen Shui-bian à l’élection présidentielle a marqué non seulement la fin du règne du KMT à Taiwan mais aussi la première alternance politique dans une nation chinoise. Même si son pouvoir était sapé par l’absence d’une majorité parlementaire, le système social a été étendu et le droit du travail a été amélioré. Le statut international du pays s’est affaibli mais l’indépendance a été institutionnalisée de facto. Lee Teng-hui a dû quitter la tête du KMT après cette défaite. Le président Chen Shui-bian a été réélu de justesse en 2004. Le KMT a été renforcé par l’élection de Ma Ying-jeou à la tête du parti en 2005. À l’inverse, le DPP a été affaibli durant son second mandat présidentiel en raison de sa position plus extrême sur la question de l’identité nationale, de ses maigres réalisations politiques, des difficultés économiques croissantes et de la tension grandissante dans les relations entre les deux rives. Les changements les plus importants après 2008 ont eu lieu dans le domaine des relations internationales et concernent l’acceptation de touristes de Chine, la mise en place de vols directs vers le continent, l’arrivée d’investissements chinois continentaux ainsi que la signature en 2010 de l’accord-cadre de coopération économique avec la Chine. Le fait que Taiwan n’ait perdu aucun allié est un succès même si des ONG internationales ont critiqué l’interventionnisme du KMT à l’encontre des médias.

14Le chapitre 13 expose « les remarquables miracles politiques que Taiwan a accomplis au long des dernières décennies » et les défis que la démocratie doit relever. La démocratie a été mise en place en réformant les institutions existantes : le KMT a fait preuve d’une grande capacité d’adaptation. On a pu assister à deux alternances politiques, à des campagnes électorales actives et à l’institutionnalisation des partis politiques. Grâce à l’action de la société civile, la transparence du monde politique s’est accrue depuis 1987. Le fonctionnement démocratique a créé une image positive de Taiwan au sein de la communauté internationale. Daffyd Fell démontre de manière fort convaincante le bon fonctionnement de la démocratie à Taiwan, et il est difficile de le contredire. Toutefois, en considérant que le fonctionnement de la démocratie dans toute société est affecté par la culture locale, l’auteur aurait pu poser la question des relations entre démocratie et confucianisme. Seul le temps dira si les défis dans les domaines des réformes constitutionnelles du système politique et électoral, du renforcement et de la diversification de la société politique, de la suppression de l’héritage de l’ère autoritaire et d’un renouveau du consensus politique seront relevés et menés à terme avec succès.

15En somme, Daffyd Fell remplit avec succès son objectif annoncé en page 2 et devrait encourager tout lecteur à suivre de plus près les manières dont la démocratie à Taiwan et la question de l’identité nationale vont évoluer. En comparant la situation de la démocratie à Taiwan à celle de la Corée du Sud à laquelle sont faites quelques références, mon impression est que la première a fonctionné de manière plus harmonieuse. Les différences les plus frappantes résident dans la possibilité de réélire le président et dans le maintien de la domination des deux principales forces politiques à Taiwan depuis 1986 tandis qu’en Corée du Sud beaucoup de nouveaux partis ont fait leur apparition avec des conséquences négatives sur la vie politique. La politique semble aussi moins focalisée sur des personnes et plus sur des problèmes. Enfin, le régionalisme qui est un facteur de division en Corée n’est plus aussi important qu’il l’a été pendant l’ère de la loi martiale puisque les vieilles générations de Chinois continentaux, aujourd’hui décédés, ont été remplacées par des générations nées à Taiwan, ce qui a contribué à réduire les tensions.

16En bref, ce livre est une lecture indispensable pour quiconque veut comprendre la politique taïwanaise mais sa lecture aurait été facilitée si une chronologie des événements majeurs avait été ajoutée en appendice. Tous les noms dans le texte auraient pu être présentés rapidement et rappelés dans un appendice. Une carte de Taiwan aurait utilement pu être ajoutée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Jonsson, « Daffydd Fell, Government and Politics in Taiwan », Perspectives chinoises [En ligne], 2012/4 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6452

Haut de page

Auteur

Gabriel Jonsson

Professeur associé en études coréennes à l’Université de Stockholm (gabriel.jonsson@orient.su.se).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page