Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Jean-Paul Maréchal, Chine/USA, le Climat en jeu

Paris, Choiseul, 2011, 115 p.
Jean-François Huchet
p. 89-90

Texte intégral

1À quelques rares exceptions près, les rapports des scientifiques travaillant sur le climat sont depuis près d’un quart de siècle de plus en plus alarmistes. Les scenarii en matière d’impacts pour la planète les plus pessimistes il y a encore une décennie, semblent malheureusement aujourd’hui les plus probables pour le xxie siècle. Non seulement les émissions de gaz à effet de serre s’emballent ces dernières années, mais aucun accord international sur le climat entre les grands pays industriels n’est en vue. L’élection de Barack Obama à la présidence des États-Unis en novembre 2008, le volontarisme de l’Union Européenne, et la reconnaissance de la montée en puissance des grandes économies en développement comme la Chine, et dans une moindre mesure, l’Inde et le Brésil, avaient pourtant fait souffler un vent d’optimisme à la fin de l’année 2008. L’impact de la crise financière de 2008 a assurément relégué en arrière plan la question du réchauffement climatique dans les agendas des gouvernements de la planète. Mais c’est surtout l’incapacité des deux plus grands émetteurs de gaz à effet de serre, à savoir les États-Unis et la Chine, à s’entendre sur la régulation des émissions qui accentue le pessimisme ambiant de ces dernières années. L’avenir du climat est en quelque sorte pris en otage par les deux plus grandes puissances économiques de la planète.

2C’est justement l’objet du livre de Jean-Paul Maréchal qui arrive à point nommé. L’auteur s’emploie de manière concise et didactique à décortiquer et à analyser la portée de cette relation capitale entre les États-Unis et la Chine sur la question du climat.

3Dans un premier chapitre, Jean-Paul Maréchal dresse un tableau rapide, mais néanmoins très fouillé de l’évolution des émissions de gaz à effet de serre en Chine et aux États-Unis. Bien que l’auteur insiste par le biais de statistiques extrêmement pertinentes (en intégrant par exemple le poids des importations de biens manufacturés) sur la responsabilité historique prédominante des États-Unis dans les émissions de gaz à effet de serre, il montre également la rapidité du « rattrapage » de l’Empire du milieu sur l’Oncle Sam depuis le lancement des réformes économiques de Deng Xiaoping en 1978. Ce rappel sur l’évolution de la situation dans les deux pays lui permet de poser les termes du débat et du dilemme dans lequel est enfermée la négociation internationale sur le climat : responsabilité historique présente pour les États-Unis versus responsabilité future pour la Chine qui refuse de faire le moindre pas tant que les États-Unis ne bougent pas.

4Dans les deuxième et troisième chapitres, l’auteur décortique avec beaucoup de clarté et de précision les éléments éthiques de ce dilemme, à savoir la nécessité de concilier une limitation des émissions pour « conserver ce bien commun global » qu’est le climat, avec le droit au développement futur de la Chine. La position éthique des États-Unis est de plus en plus intenable étant donné leur responsabilité historique dans le volume des émissions, mais également en raison de la différence avec les autres nations industrielles qui émettent beaucoup moins de Co2 par tête ou par unité de PIB produite.

5Pour autant, Jean-Paul Maréchal ne s’arrête pas à ce constat qui est largement connu et rappelé dans tous les ouvrages traitant du climat. Il pousse plus loin le débat en questionnant la responsabilité actuelle de la Chine. Dans le troisième chapitre, il rappelle en effet quelques statistiques intéressantes comme celles des émissions de gaz à effet de serre de la classe moyenne chinoise qui avoisine déjà un niveau par tête équivalent à celui de bon nombre de pays occidentaux. L’auteur met aussi en avant des éléments du modèle de croissance chinois qui contribuent à la progression rapide des émissions de gaz à effet de serre : un mode de croissance où la quantité prime sur la qualité pour des raisons politiques liées à la légitimité du Parti communiste, une consommation effrénée qui sert d’antidote aux revendications politiques, ou bien encore la priorité donnée à l’automobile parmi les modes de transport. Derrière tous ces éléments, l’auteur veut nous faire mesurer sur la question éthique du partage international du fardeau de l’effort de réduction des émissions, à quel point la responsabilité de la Chine ne peut être renvoyée aussi facilement que le voudrait le gouvernement chinois aux calendes grecques. Pékin se devrait comme Washington d’assumer dès à présent une part de responsabilité dans la limitation des émissions de gaz à effet de serre. On est pourtant encore très loin de reconnaître cette responsabilité du côté des dirigeants chinois qui s’abritent derrière l’inaction et la frilosité des gouvernements américains (républicains ou démocrates) qui se sont succédés depuis un quart de siècle.

6L’auteur nous explique ensuite pourquoi et comment la négociation sur le climat entre les deux nations est restée dans une impasse malgré plusieurs sommets internationaux dont il détaille les enjeux et les blocages. Malgré des avancées périphériques, la limitation volontaire des émissions de gaz à effet de serre dans le cadre d’un accord international reste à ce jour totalement écartée par les deux pays. Un nouveau régime d’encadrement des émissions post-Kyoto (qui arrive à échéance en 2012) reste donc selon l’auteur encore à inventer, et seuls les États-Unis et la Chine en détiennent les clés.

7Jean-Paul Maréchal termine néanmoins son ouvrage sur une note plus optimiste. Il nous explique qu’à défaut de voir les deux pays coopérer et s’engager dans un accord d’encadrement volontaire des émissions, ils vont se livrer à une concurrence sur les « technologies vertes », ce qui pourrait avoir un impact salutaire sur l’environnement et le climat. Conscient de l’impossibilité de prolonger son modèle de développement très vorace en énergie, notamment en charbon, le gouvernement chinois s’est lancé depuis quelques années déjà dans un ambitieux programme de développement des énergies « propres ». Encore leader sur les technologies vertes, les États-Unis, nous fait remarquer Jean-Paul Maréchal, vont devoir pour conserver une suprématie face à la Chine, accélérer non seulement la recherche et le développement dans ces domaines, mais également l’adoption par le grand public de ces technologies. En quelque sorte, le changement de modèle de croissance en Chine pourrait accélérer celui existant aux États-Unis et avoir un impact bénéfique sur les émissions de gaz à effet de serre au niveau global. Ce sont là, nous explique l’auteur, les seules raisons d’espérer une inflexion de l’évolution de la courbe d’émission de gaz à effet de serre, et par là, de limiter la hausse de la température et les dégâts sur l’environnement.

8Au total, l’ouvrage de Jean-Paul Maréchal fait le tour d’une question cruciale de notre siècle, de manière claire, concise et intelligente, tout en offrant une ouverture extrêmement pertinente sur les questions éthiques de résolution du problème du réchauffement climatique. La lecture de cet ouvrage est vivement conseillée non seulement pour ceux et celles qui s’intéressent aux problèmes des négociations internationales sur le climat, mais également pour tous les spécialistes de la Chine qui travaillent sur les questions environnementales ou sur l’évolution du modèle de croissance chinois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Huchet, « Jean-Paul Maréchal, Chine/USA, le Climat en jeu », Perspectives chinoises [En ligne], 2012/4 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6451

Haut de page

Auteur

Jean-François Huchet

Professeur des universités, INALCO-Langues’O, Sorbonne Paris Cité (jean-francois.huchet@inalco.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page