Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Erik Kjeld Brødsgaard, Hainan – State, Society, and Business in a Chinese Province

Londres, Routledge, 2009, 190 p.
Hiav-yen Dam
p. 88-89

Texte intégral

1Cet ouvrage de Kjeld Erik Brødsgaard, professeur et directeur du centre de recherche sur l’Asie (Asia Research Center, Copenhagen Business School), aborde à travers l’étude détaillée de la province de Hainan à l’ère des réformes, une large palette de sujets, allant des relations entre l’autorité centrale et les autorités provinciales et locales aux stratégies de développement économique de l’île, en passant par les réformes administratives en Chine, ainsi que les relations entre l’État et la société. Compte tenu de la rareté des études concernant l’île de Hainan, en particulier dans le domaine politique et économique ainsi qu’en ce qui concerne son développement récent, cet ouvrage représente donc une contribution importante.

  • 1  Pour la traduction en français du slogan, voir l’article de Feng Chongyi, « Retrait timoré du gouv (...)
  • 2  Kjeld Erik Brødsgaard, « Bianzhi and cadre management in China: the case of Yangpu », in Erik Kjel (...)
  • 3  Kjeld Erik Brødsgaard, « Central-regional relations: the case of Hainan», in Robert F. Ash, Richar (...)

2L’ouvrage compte 144 pages (hors notes, bibliographie et index) divisées en 11 chapitres. Après avoir tracé le contour des questions qui seront traitées par le livre dans le premier chapitre, l’auteur brosse très brièvement le contexte géographique, démographique et historique de l’île de Hainan dans le deuxième chapitre. Le chapitre 3 décrit le processus ayant conduit à l’élévation de Hainan au rang de province et à l’octroi du statut de Zone Économique Spéciale (ZES). Les chapitres 4 et 5 abordent les questions relatives au secteur économique : la structure économique de l’île, les échanges et les investissements étrangers. L’accent est mis sur la zone de développement économique de Yangpu dans le chapitre 6. Les chapitres 7 et 8 relatent l’expérience de réforme administrative de l’île connue sous le slogan d’« État minimal, société maximale » (« xiao zhengfu da shehui », littéralement « petit gouvernement, grande société »1). Ils examinent tour à tour le principe « d’État minimal » (chap. 7) et celui de « société maximale » (chap. 8). Le chapitre 9 décrit l’implication de Hainan au sein du plan de développement transrégional du delta de la rivière des Perles. Le chapitre 10 étudie quant à lui sa place au sein des relations internationales en mer de Chine méridionale. Enfin le chapitre 11 consiste en une courte conclusion de deux pages. Il y a un déséquilibre important entre les chapitres, certains comprennent plus de 20 pages (chapitres 4 et 7), tandis que d’autres en comptent moins de cinq (chapitres 2 et 11). Par ailleurs, le chapitre 7 reprend en partie un des chapitres d’un ouvrage sur la réforme du Parti communiste chinois édité par Kjeld Erik Brødsgaard et Zheng Yongnian en 20062. Les chapitres 2 à 4 reprennent également en partie la contribution de l’auteur à la conférence « Perspectives on contemporary China in transition » 3 qui s’est tenue en 1995 à l’université de Londres.

3L’auteur a effectué différents séjours en Chine dont un en 1998-1999 en tant que professeur associé à l’université de Pékin, au sein du Centre de recherche sur la Chine contemporaine. Il a également été chercheur associé à l’East Asian Institute de l’université nationale de Singapour en 2000-2001. Enfin il a fait plusieurs voyages à Hainan. Au cours de ces séjours, il a pu bénéficier de l’expertise des chercheurs locaux, notamment de celle de Liao Xun, alors directeur du Centre de recherche sur le développement économique et social du gouvernement provincial de Hainan et rédacteur du rapport concernant la réforme du système politique. L’auteur s’est également appuyé sur les données des annales nationales et provinciales ainsi que sur les annales de statistiques nationales et provinciales.

4Longtemps délaissée, l’île de Hainan a été depuis l’arrivée au pouvoir des communistes sous l’autorité administrative de la province du Guangdong. En 1988, suite à de longues discussions, il fut finalement décidé de l’élever au rang de province et de lui conférer par la même occasion le statut de ZES. Le caractère récent du phénomène a permis à l’auteur d’étudier le processus de prise de décision et les interactions multiples et complexes entre les différents niveaux de l’administration chinoise : l’administration centrale de Pékin, celle provinciale de Canton et celle locale de Haikou. Il montre ce faisant le nécessaire soutien des ténors du PCC, en particulier Deng Xiaoping, dans le succès d’un tel processus. Celui-ci peut être divisé en plusieurs phases qui suivirent le cours des changements que connut la Chine de l’ère des réformes. Les discussions qui eurent lieu au niveau national et provincial sur la question de Hainan au début des années 1980, aboutirent à la conclusion qu’il était nécessaire de développer l’île et de lui en fournir les clés à travers des mesures économiques similaires à celles en vigueur dans les zones économiques spéciales sans pour autant lui accorder ce statut – ce dernier point aurait en effet signifié un investissement financier de la part de l’administration centrale, ce qu’elle n’était pas prête à concéder. Profitant de ces mesures favorables, les autorités locales se livrèrent entre janvier 1984 et mars 1985 à des opérations frauduleuses d’importation de biens étrangers détaxés revendus ensuite au double ou au triple de leur prix sur le continent. Ces pratiques furent découvertes et mises au jour en 1985. Lors du règlement de cette affaire du scandale de Hainan, des officiels de l’île furent critiqués et punis. Mais d’une manière intéressante, ce scandale révéla trois positions différentes : la condamnation ferme de la part des autorités de Canton qui ne voulaient pas être mêlées à l’affaire, une position plus conciliante de la part des autorités centrales afin de ne pas jeter le discrédit sur le mouvement général des réformes et enfin la position des autorités locales de Hainan. Ces dernières sur la défensive, clamèrent leur légitimité en tant que province pauvre et « arriérée » ayant toujours été exploitée au bénéfice du continent, et leur droit à une part du gâteau. Malgré la gravité de l’affaire qui eut un retentissement international, le rapide développement économique de l’île avait toujours des partisans à Pékin. Parmi ces derniers, il y avait des personnalités haut placées telles que Zhao Ziyang (Premier ministre), Hu Yaobang (secrétaire général) ou Gu Mu (conseiller d’État). Ces derniers ainsi que d’autres dirigeants du PCC firent tour à tour une visite sur l’île. Suite à cela, l’un d’entre eux, Liang Xiang (vice-Président de la commission consultative de la province de Canton, et ancien maire et secrétaire du parti à Shenzhen), proposa d’élever Hainan au rang de province à part entière, et d’en faire une zone de libre échange et de libre circulation des biens et des personnes. Cette proposition trouva un soutien en la personne de Deng Xiaoping qui approuva l’idée dans un entretien avec des dirigeants yougoslaves en juin 1987. Cela fut donc officialisé par Zhao Ziyang à la réunion du comité permanent du vie Congrès national populaire, qui décida de discuter de la proposition au cours de la réunion du congrès de l’année suivante. Un groupe de préparation fut constitué. Ce dernier proposa non seulement d’élever l’île au rang de province mais également à celui de ZES et d’en faire une région expérimentale de réforme administrative et économique. Ceci fut approuvé et le 13 avril 1988 deux décisions furent adoptées : celle de faire de l’île une province et celle de lui accorder le statut de ZES. Cependant, les manifestations de Tiananmen qui imprimèrent un coup de frein au mouvement des réformes eurent des répercussions importantes sur le développement de l’île. En effet suite à cela et même après la reprise des réformes, l’île ne fut plus au centre des intérêts de Pékin qui tourna son attention vers d’autres régions telles que celle de Shanghai.

5Lors de la constitution de l’appareil administratif de la nouvelle province, l’île a aussi servi de cadre à la mise en place d’une expérience de réforme administrative sans précédent en Chine à partir de 1988. Cette réforme de l’« État minimal, société maximale » repose sur le principe de la nécessité de rationaliser l’administration, de réduire le personnel et de déléguer les fonctions non essentielles de l’État à la société. C’est dans un tel contexte que l’espoir de voir apparaître une société civile en Chine a pu susciter de vifs intérêts. Si l’expérience s’avérait concluante, elle devait être généralisée à l’ensemble du territoire, comme cela avait été le cas pour les réformes agraire et industrielle qui avaient été menées respectivement dans les provinces de l’Anhui et du Sichuan à partir de 1978. Ces différents aspects font donc de l’île de Hainan un laboratoire de réformes particulièrement intéressant à étudier.

6Dans le chapitre 7, consacré à cette expérience de réforme administrative, l’auteur souligne que malgré la volonté des autorités centrales de réorganiser l’administration et de réduire son personnel, dans les faits, celle-ci et le PCC sont encore très réticents à l’égard de ce genre d’initiative et n’ont finalement pas apporté, dans le cas de Hainan, le soutien et les ressources nécessaires pour mener à bien le projet de réforme « xiao zhengfu da shehui», et cela malgré la grande publicité dont il a fait l’objet. Par ailleurs, dans la pratique, la réduction du nombre d’organes administratifs au niveau de la province s’est également heurtée au problème de dialogue entre les organes administratifs centraux et les organes locaux, l’organisation allégée de l’administration de Hainan ne disposant plus des organes correspondants à ceux de l’échelon central. Enfin l’auteur souligne avec justesse que le principal problème de l’administration chinoise ne réside finalement pas tant dans l’importance en nombre de son personnel que dans son efficacité. Cette étude pointe également du doigt la faible participation des fonctionnaires locaux aux postes-clés de direction, toujours détenus par des cadres originaires du continent et nommés par Pékin, et la quasi-absence de cadres issus des nationalités minoritaires, en l’occurrence l’ethnie Li – aborigène de l’île –, à la tête de la province.

7L’ouvrage fourmille de détails quant à l’organisation politique et à l’économie de l’île témoignant de l’expertise de l’auteur en ce qui concerne le sujet traité. Ces détails ne manqueront pas d’intéresser les spécialistes de Hainan. Cependant, il est bien dommage que d’une manière générale, les différents chapitres de l’ouvrage restent souvent très descriptifs et manquent d’une grille d’analyse cohérente. Par ailleurs, comme il a été souligné à plusieurs reprises, l’intérêt de l’île réside dans son changement relativement récent de statut et dans la tentative de mise en place d’une réforme administrative. Il eut peut-être été plus judicieux de réorganiser les chapitres, qui comme cela a été mentionné plus haut, sont très déséquilibrés, autour de ces deux axes. Malgré ces limites, l’apport de l’étude à la compréhension du développement économique et à l’organisation politique de la province de Hainan demeure significatif.

Haut de page

Notes

1  Pour la traduction en français du slogan, voir l’article de Feng Chongyi, « Retrait timoré du gouvernement et développement restreint de la société. Une évaluation du modèle ‘‘État minimal, société maximale’’ à Hainan », Perspectives Chinoises, n° 64, 2001, p. 25-38.

2  Kjeld Erik Brødsgaard, « Bianzhi and cadre management in China: the case of Yangpu », in Erik Kjeld Brødsgaard et Feng Zhongnian (éds), The Chinese Communist Party in Reform, Londres et New-York, Routledge, 2006, p. 103-121.

3  Kjeld Erik Brødsgaard, « Central-regional relations: the case of Hainan», in Robert F. Ash, Richard L. Edmonds et Yu-ming Shaw (éds), Perspectives on contemporary China in transition, Taipei, Institute of International Relations, 1997, p. 26-57.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hiav-yen Dam, « Erik Kjeld Brødsgaard, Hainan – State, Society, and Business in a Chinese Province », Perspectives chinoises [En ligne], 2012/4 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6449

Haut de page

Auteur

Hiav-yen Dam

Doctorante au Laboratoire d'Anthropologie Sociale de l’EHESS, Paris (hiavyen.dam@gmail.com).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page