Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Lucien Bianco, La révolution fourvoyée : Parcours dans la Chine du xxe siècle

La Tour d’Aigues, L’Aube, 2010, 230 p.
André Laliberté
p. 84

Texte intégral

1Cette anthologie présentée par Michel Bonnin et préfacée par Marie-Claire Bergère souligne la carrière d’un penseur iconoclaste, dont les idées avaient été accueillies avec indifférence par le grand public et beaucoup de scepticisme par les thuriféraires du régime maoïste dans les années 1960, mais dont la justesse a été confirmée depuis. Les dix essais de l’historien de la révolution chinoise Lucien Bianco rassemblés ici n’ont rien perdu de leur pertinence, même pour le plus ancien de ces derniers, « La page blanche ». Écrit pendant la Révolution culturelle, alors que beaucoup de sources n’étaient pas encore disponibles, il remettait en question la perception bénigne du régime maoïste exprimée par nombre de compagnons de route occidentaux. Notamment, il n’hésitait pas à dénoncer le « désastre » du « Grand Bond en avant », quand les données de cette politique aux conséquences catastrophiques étaient encore inconnues du grand public. C’est sur la base d’une étude approfondie et d’une analyse rigoureuse des sources disponibles qu’il en était arrivé à ce jugement et, qui plus est, à identifier correctement la chaîne causale qui liait la famine du Grand Bond à la Révolution culturelle.

2Bien que de prime abord historien de la paysannerie chinoise avant 1949 – en témoigne l’œuvre qui l’a fait connaître, Les origines de la révolution chinoise – il a été l’un des premiers à établir le bilan de Mao et du maoïsme, par l’entremise de comparaisons entre le régime soviétique et la « fameuse voie chinoise vers le socialisme ». Selon Lucien Bianco, le maoïsme ne différait du modèle soviétique que sur des points de détail et le stalinisme a beaucoup plus influencé les choix de la Chine avant la période de réforme et d’ouverture que l’on ne voulait l’admettre durant les années 1970. Dans « La révolution fourvoyée », un texte publié après la mort de Mao, et qui donne son titre à cette anthologie, il concluait que pendant  les 20 dernières années de sa vie, Mao a détourné la révolution de sa raison d’être : le développement. Dans son « Essai de définition du maoïsme », écrit en 1979, Lucien Bianco a fait montre de sagacité en déplorant à quel point l’usage de la pensée de Mao Zedong à l’ère post-maoïste, loin de mettre fin à l’exploitation de la majorité de la population, a servi les fins d’une nouvelle puissance.

3Les problèmes de la démographie comptent parmi les autres sujets qui ont retenu l’attention de Lucien Bianco. Cette fois-ci, dans « La population chinoise face à la règle de l’enfant unique », il fait figure d’historien contemporain, et témoigne des horreurs induites par la politique de l’enfant unique pendant les années 1980, mais il fait aussi œuvre de pionnier en énumérant les conséquences de cette politique sur le vieillissement de la population et le déséquilibre entre les sexes, deux problèmes suscitant un intérêt grandissant aujourd’hui. Bien que l’avenir de la Chine soit de plus en plus déterminé par les citadins, les difficultés de la condition paysanne demeurent l’enjeu capital. Ses plus récents textes sur la paysannerie devraient continuer d’inspirer les recherches sur le monde rural contemporain : « Conflits villageois dans la Chine du xxe siècle » scrute le problème des xiedou, ces conflits entre localités et clans que le régime n’est pas parvenu à éradiquer, et dans « Vingt-cinq ans de réformes rurales, après le beau temps, la pluie », il propose un bilan mitigé de la réforme de l’agriculture, qui piétine après les progrès initiaux engendrés dans les années 1980. Le mérite des analyses historiques de Lucien Bianco est de mettre en relief les différences fondamentales entre le mécontentement paysan de la Chine républicaine, et celui qui a court après 1949. Dans le court texte  « L’agitation paysanne menace-t-elle le régime ? », écrit en réponse aux émeutes de 1993 dans un village du Sichuan, il démontrait pourquoi ces incidents ne devraient pas être lus comme les signes avant-coureurs d’une fin de régime : si le parti communiste pouvait articuler les doléances paysannes contre le régime avant 1949, rien de comparable n’existe aujourd’hui. Globalement, ces textes révèlent l’intégrité de l’approche adoptée par Lucien Bianco, qui a toujours maintenu une posture critique malgré les changements de cap du régime. Au moment où le succès de son développement économique s’impose comme une évidence, ce que Bianco souligne dans le plus récent essai inclus ici, « Mao et son modèle », il est rafraîchissant de voir qu’il n’est pas contaminé par l’enthousiasme très répandu pour la thèse de l’« avantage autoritaire ». Cela s’explique par la constante de son œuvre, fondée sur un parti pris jamais démenti en faveur de la paysannerie chinoise.

4Finalement, deux textes révélateurs décrivaient une période que l’on voudrait croire révolue, lorsque le régime cherchait à convaincre de manière gauche les « amis étrangers » de la justesse des politiques du moment. Dans « Comment Yugong déplaça les montagnes », publié à la fin de la Révolution culturelle, Lucien Bianco dénonçait avec mordant la série de documentaires filmés par des compagnons de route obnubilés par les autorités chinoises. « Voyage en Chine », écrit lui aussi en 1970, décrivait non sans humour les subterfuges et les manipulations auxquels avaient recours les autorités chinoises pour s’assurer que les amis étrangers décrivent « correctement » les réalités de la Chine nouvelle. De toute évidence, et cela transpire dans toutes les pages de cette remarquable série de textes, Bianco a écrit en tant qu’ami sincère de la Chine, mais sans jamais se plier aux directives du Parti. Cette excellente collection de textes a non seulement le mérite de jeter un éclairage utile sur des thèmes importants de l’histoire récente de la Chine, mais elle constitue aussi un exemple de rigueur à méditer dans les sciences sociales. Les politistes, sociologues et anthropologues apprécieront la démarche interprétative de Lucien Bianco, qui fait un usage judicieux des matériaux historiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Laliberté, « Lucien Bianco, La révolution fourvoyée : Parcours dans la Chine du xxe siècle », Perspectives chinoises, 2012/4 | 2012, 84.

Référence électronique

André Laliberté, « Lucien Bianco, La révolution fourvoyée : Parcours dans la Chine du xxe siècle », Perspectives chinoises [En ligne], 2012/4 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6444

Haut de page

Auteur

André Laliberté

Professeur titulaire à l’École d’études politiques, Université d’Ottawa (andre.laliberte@uottawa.ca).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org