Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Sheldon H. Lu and Jiayan Mi (éd.), Chinese Ecocinema in the Age of Environmental Challenge

Hong Kong, Hong Kong University Press, 2009, 370 p.
Jie Li
Traduction de Marie Berne
p. 103-105

Texte intégral

1Ce livre propose le concept attrayant d’« écocinéma chinois » comme nouveau paradigme critique pour analyser la façon dont les films chinois se sont emparés des questions environnementales et écologiques pour créer un nouvel imaginaire des lieux et des espaces. Si la Chine socialiste constitue une première rupture avec les croyances chinoises traditionnelles en un ordre social et naturel harmonieux, les politiques développementalistes de l’État menées pendant la période postmaoïste ont conduit à des destructions sans précédent sous la bannière de la modernisation. Cet ouvrage porte sur les films et documentaires en langue chinoise depuis les années 1980 jusqu’à aujourd’hui, dans lesquels, comme le démontrent les auteurs, se manifeste une nouvelle conscience écologique qui appréhende la nature, l’humanité et la modernité à partir de l’environnement. Chaque chapitre offre une lecture pertinente et innovante de films contemporains, célèbres pour certains, encore peu étudiés pour d’autres, tout en analysant la forme cinématographique et « le monde réel » auquel il est fait référence.

2Les 14 chapitres sont organisés en quatre parties selon les thèmes suivants : l’eau, les paysages manufacturés, les espaces urbains et la bioéthique. La première partie explore le motif cinématographique des pathologies des rivières chinoises grâce à trois essais écrits par Jiayan Mi, Sheldon Lu et Nick Faldis. Ces chapitres examinent un ensemble de films représentant les conséquences environnementales et psychiques des inondations, démolitions et mises à l’écart provoquées par le projet de barrage des Trois Gorges. Les trois lectures choisissent les films Still Life de Jia Zhangke, Wushan Yunyu de Zhang Ming, et Balzac et la Petite Tailleuse chinoise de Dai Sijie comme témoignages de la désorientation et du traumatisme éprouvés après l’anéantissement total et sans appel de ces communautés locales d’une grande richesse historique. Parce qu’il examine aussi les films sur la pénurie ou la pollution de l’eau, tels que Yellow Earth de Chen Kaige, Old Well de Wu Tianming, ou les films souvent « gorgés d’eau » de Tsai Mingliang, l’essai de Mi montre de manière convaincante comment les films qui traitent du thème de l’eau s’avèrent être moins « ethnographiques » que « topologiques » puisqu’ils cartographient la relation affective entre les habitants et leur espace tout en reliant la mort par noyade à la dégradation écologique. Le chapitre d’Andrew Hageman étudie l’esthétique cinématographique brute de Lou Ye dans Suzhou River en tant que représentation de l’écologie actuelle de Shanghai. La caméra suit le point de vue des débris qui flottent dans la rivière et contribue à ce qu’on « s’attarde dans le monde glauque des dernières créations du capitalisme ».

3La seconde partie, intitulée « Écoesthétique, nature, et paysage manufacturé », comprend trois des essais les plus remarquables du volume. En prenant Hero de Zhang Yimou comme cas d’étude, Mary Farquhar reprend le concept traditionnel de l’« image-idée » (yijing) pour souligner l’art et l’artifice des paysages dans « les films d’art martiaux à l’âge de la reproduction digitale ». À l’étude novatrice du thème de « tout ce qui est sous le ciel » (tianxia) du film Hero, mais aussi des couleurs et transformations digitales qui parviennent à « effacer la pollution réelle d’un revers de la main », s’ajoute le post-scriptum à propos des endroits réels où le film a été tourné, ce qui permet de relier terre, paysage, lieu et loi grâce aux débats environnementaux récents. Jerome Silbergeld s’intéresse quant à lui à la question des façades et de l’écologie à Pékin dans son analyse de The World de Jia Zhangke. Le film relate le quotidien de migrants qui travaillent dans un parc à thème organisé autour de répliques à échelle réduite des monuments les plus importants du monde. Silbergled établit non seulement des associations entre le film et les problèmes environnementaux contemporains mais il revient aussi sur les antécédents de ces reconstitutions paysagères à l’époque de la Chine impériale. Prenant également les films de Jia Zhangke comme exemples, le chapitre de Hongbing Zhang explore la relation spatiale entre les personnages et la mise en scène, en mettant l’accent sur les éléments complémentaires des «  ruines et du peuple ». En s’éloignant du portrait héroïque des personnages du cinéma grand public, Jia garde la dimension populaire de ses héros loin des premiers plans grâce à de longs plans séquences qui les font disparaître derrière les ruines de vieilles usines socialistes et de quartiers détruits, tout en montrant leur incroyable détermination et capacité à survivre envers et contre tout.

4L’accent est mis sur la création et la disparition des espaces urbains avec la troisième partie du volume qui nous amène dans les mines de charbon illégales du Shanxi et dans les paysages industriels du Nord-Est de la Chine, ainsi que dans les paysages urbains contemporains de Hong Kong et de Pékin. Ban Wang ouvre son essai sur l’histoire de meurtre de Blind Shaft de Li Yang et le documentaire À l’Ouest des rails de Wang Bing en décrivant la « lutte acharnée » entre les « tendances politiques développementalistes » et une modernité socialiste censée, du moins en théorie, « être ancrée dans les communautés », « respecter l’environnement » et « ne pas exploiter ». Le chapitre poursuit en faisant ressortir le contraste entre « l’existence bestiale ou barbare » des ouvriers – victimes du « marché non-réglementé » au cœur du cinéma documentaire néoréaliste – et la « classe ouvrière socialiste et fière de l’être » telle qu’elle était représentée dans les images idéalisées des films à l’époque de Mao. Chris Tong examine ensuite trois films de Fruit Chan qui dévoilent l’« écopaysage » du « vrai Hong Kong » qui a jusqu’ici échappé aux (fausses) représentations de la ville et explorent les thèmes de la dégénérescence et de la régénération de l’espace urbain et des corps ainsi que ceux de l’emprisonnement et de la mobilité entre les frontières. Le chapitre de Jing Nie examine les représentations de l’espace urbain et du malaise à Pékin dans les films Shower de Zhang Yang, Beijing Bicycle de Wan Xiaoshuai, Cell Phone de Feng Xiaogang, et, à nouveau, The World de Jia Zhangke. Il prête une attention particulière à la disparition des espaces traditionnels que sont les hutong et les bains publics, lesquels encourageaient les relations sociales et les souvenirs collectifs. Cet essai montre qu’au sentiment familier et rassurant de la communauté se substituent l’aliénation et le déplacement qui vont de pair avec le mirage superficiel de la métropole moderne.

5Les quatre chapitres regroupés dans la dernière partie sous le titre « Bioéthique, anti-anthropocentrisme et la souveraineté du vert » passent de l’espace de la ville au paysage rural de la Chine continentale, de Taiwan et du Tibet, avec l’étude de films à la recherche de formes de croyances autres que le seul fétichisme de la société de consommation. Dans un chapitre revendiquant une éthique en rapport avec l’attachement à la terre, Xinmin Liu observe d’une part l’attachement émotionnel que les paysans locaux portent à leur habitat ancestral grâce à leur travail manuel dans Old Well de Wu Tianming, d’autre part la critique de la trahison urbaine et de la désertion rurale dans Nuan de Hou Jianqi. Xiaoping Lin offre une analyse descriptive de Incense de Ning Hao qui raconte les tribulations d’un moine bouddhiste appauvri en quête d’un moyen de sauver son « temple de 100 ans » : il interpelle le gouvernement et fait l’aumône jusqu’à transformer sa requête en une véritable « entreprise capitaliste » pour être finalement informé de la démolition imminente du temple pour « faire place aux riches ». Dans son étude sur le « mème de la femme-animal » dans le cinéma taïwanais contemporain, Chia-ju Chang examine le court roman The Butcher’s wife de Li Ang et l’adaptation cinématographique qui en est faite par Zeng Zhuangxiang avec Woman of Wrath, les deux œuvres pouvant être qualifiées de textes végétariens et écoféministes. Chang continue en analysant la symbiose entre les hommes et les animaux dans le film d’animation Grandma and Her Ghosts de Wang Shaodi dans lequel la vision anthropocentrique de la communauté est remise en question par la subjectivité animale. Pour finir, Donghui He étudie les représentations cinématographiques récentes du Tibet en comparant le documentaire ethnographique Delamu de Tian Zhuangzhuang et le premier film du réalisateur tibétain Pema Tsedan (Wanma Caidan), The Silent Holy Stones. Là où Tian présente l’ancienne route commerciale entre le Yunnan et le Tibet comme un paradis harmonieux sur le point de disparaître, Pema nous montre un « environnement habité et bien ancré dans les détails du quotidien » et dans lequel les Tibétains intègrent une version moderne chinoise télévisée du Voyage en Occident à leur propre croyance sur le pèlerinage.

6Dans son ensemble, ce recueil d’essais parvient à relier de manière efficace la critique esthétique du cinéma contemporain chinois aux questions environnementales, écologiques et bioéthiques, grâce à l’approche privilégiée de la lecture détaillée des films. Il reste qu’à l’exception du chapitre de Farquhar, ni la production, ni la réception des films, ni même la dimension économique et écologique de leur circulation ne sont véritablement traitées. En dehors d’une condamnation générale du marché mondial et des réformes économiques, le volume reste évasif en ce qui concerne la manière dont ces films pourraient apporter un changement pour l’environnement ou interpeler les spectateurs pour agir différemment. Mais en dénouant les fils de la dialectique de l’utopie et de la contre-utopie à l’oeuvre dans ces portraits cinématographiques de lieux chinois, ce livre pourrait bien aider le lecteur à adopter une vision plus juste des crises environnementales d’aujourd’hui telles qu’elles sont représentées par le cinéma contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jie Li, « Sheldon H. Lu and Jiayan Mi (éd.), Chinese Ecocinema in the Age of Environmental Challenge », Perspectives chinoises [En ligne], 2012/3 | 2012, mis en ligne le 05 octobre 2012, consulté le 30 juillet 2014. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6366

Haut de page

Auteur

Jie Li

Chercheure en postdoctorat Cotsen au sein de la Society of Fellows in Liberal Arts de l’université de Princeton (jl19@princeton.edu).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page