Navigation – Plan du site
Dossier. À la recherche de la société civile : des groupes défendant les libertés fondamentales

Médias et société civile en Chine

Mise en réseau et construction d’une communauté dans le milieu du journalisme d’investigation
Marina Svensson
Traduction de Céline Letemplé
p. 19-30

Résumé

Bien que les journalistes chinois ne puissent créer leurs propres associations indépendantes, ils se mettent en réseau de manière informelle en ligne comme hors ligne, ce qui développe chez eux un fort sentiment d’appartenance à une communauté en particulier chez les journalistes d’investigation1. À travers le partage d’expériences, d’informations et de combats, les journalistes créent une identité collective et définissent leurs rôles dans la société. Les études précédentes consacrées aux journalistes chinois n’ont d’une part pas explicitement traité de la question de la façon dont se crée et se consolide une communauté journalistique dans une société dépourvue de liberté de la presse et où la liberté d’association est considérablement restreinte, ni rendu compte d’autre part de l’importance des nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) dans ce contexte. Ce sera l’objet de cet article. De plus, il est important d’étudier dans quelle mesure et comment les journalistes d’investigation entrent en réseau avec d’autres groupes dans la société, y compris avec des avocats, des intellectuels engagés et des organisations de la société civile. Avec le développement des microblogs (weibo) on observe de nouvelles formes de communautés, une expression plus explicite de la solidarité et de la résistance par l’ironie, ainsi qu’une interaction croissante entre différents groupes de la société. En rendant compte des injustices et de la situation des groupes marginalisés dans la société et en commentant les événements publics sur weibo, les journalistes d’investigation interagissent avec de nombreux groupes dans la société et intègrent une communauté plus vaste de gens qui partagent les mêmes idéaux et les mêmes combats. Certains journalistes vont encore plus loin en créant ou en s’impliquant activement dans des œuvres caritatives et des organisations de la société civile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marina Svensson, « Médias et société civile en Chine », Perspectives chinoises [En ligne], 2012/3 | 2012, mis en ligne le 05 octobre 2012, consulté le 01 août 2014. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6319

Haut de page

Auteur

Marina Svensson

Marina Svensson est maître de conférences au Centre for East and Southeast Asian Studies de l’Université de Lund.
Centre for East and South-East Asian Studies, Lund University, Scheelev. 15 D, S-223 70 Lund, Suède (marina.svensson@ace.lu.se).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page