Navigation – Plan du site
Dossier. La Chine et l'OMC : dix ans après

L’improbable État de droit par l’internationalisation

Leïla Choukroune
p. 9-14

Résumé

En accédant à l’OMC, la Chine a accepté une série d’obligations généralement décrites comme « OMC-plus » et visant à la transformation progressive du paysage juridique chinois. Alors que l’on ne peut ignorer un ensemble de réalisations très significatives tout comme la réelle réactivé politique dont la Chine à fait preuve en réponse aux interrogations des autres Membres de l’OMC, Pékin n’a pas voulu se saisir de l’opportunité offerte par sa participation à l’Organisation pour mettre en œuvre une véritable réforme juridique comme l’espéraient un nombre important d’observateurs mais aussi de dirigeants chinois. Cette révolution normative inachevée crée désormais des tensions entre les Membres de l’OMC comme le souligne le volume de plus en plus important de différends mettant directement en lumière le manque de transparence du régime juridique chinois.

Dix ans après la publication du numéro spécial de Perspectives chinoises sur la Chine et l’OMC, ce court article se propose de revenir sur nos constations et prévisions initiales en matière « d’État de droit par l’internationalisation » tout en plaçant la réforme juridique chinoise dans une perspective politique plus large.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Leïla Choukroune, « L’improbable État de droit par l’internationalisation », Perspectives chinoises, 2012/1 | 2012, 9-14.

Référence électronique

Leïla Choukroune, « L’improbable État de droit par l’internationalisation », Perspectives chinoises [En ligne], 2012/1 | 2012, mis en ligne le 30 mars 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6192

Haut de page

Auteur

Leïla Choukroune

Docteur en droit international (Paris I Panthéon-Sorbonne) et avocate au barreau de Paris, enseigne le droit international économique et du développement à la faculté de droit de l’Université de Maastricht. Elle y est directrice adjointe de l’Institut sur la globalisation et la régulation internationale (IGIR). Ses recherches portent sur les interactions entre le commerce, l’investissement et les droits de l’homme et se concentrent tout particulièrement sur le monde émergent et l’Asie, la Chine et l’Inde notamment, deux pays où elle a vécu et séjourne très régulièrement. Elle conseille également gouvernements, entreprises et Organisations internationales sur ces thèmes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org