Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Jean-Philippe Béja (éd.), The Impact of China’s 1989 Tiananmen Massacre

Londres, Routledge, 2011, 272 p.
Joshua Rosenzweig
Traduction de Matei Gheorghiu
p. 72-73

Texte intégral

1Ce volume éclectique d’essais recueille les interventions des participants à une conférence organisée en 2009 à HongKong en mémoire du vingtième anniversaire de la répression sanglante, par le gouvernement chinois, du soulèvement populaire de 1989 en faveur d’une réforme politique. Partant de perspectives variées, des experts de la politique chinoise, des relations internationales, de la littérature, des sciences sociales et du droit traitent ici des événements majeurs et traumatiques de ce printemps comme d’un fait social total dont les effets continuent à traverser l’ensemble de la société chinoise et ont eu une influence profonde sur la Chine contemporaine et sa place actuelle dans le monde. Le résultat en est une réflexion intéressante sur la nécessité de garder à l’esprit le rôle majeur du 4 juin dans les transformations de la Chine et l’actualité de ces combats inachevés.

2Contrairement aux prédictions initiales, l’État-Parti chinois a consolidé son contrôle à la suite de ces événements, parcourant dans les décennies suivantes un long chemin vers la réalisation du rêve nationaliste de modernisation, symbolisé par une couse effrénée vers la richesse et le pouvoir. Mais comme la  plupart des contributeurs le remarquent, la rupture traumatique de 1989 fragilise la légitimité des récentes transformations. Le fondement de cette légitimité, l’impératif d’harmonie, prend place dans une société profondément fracturée où les conflits sont en augmentation. Barry Naughton illustre cela en montrant comment l’uniformisation des opinions économiques autorisées après Tiananmen a rendu possible la mise en œuvre de nouvelles politiques économiques caractérisées par un renforcement du lien entre Parti et entreprises, une privatisation accrue des biens de l’État et l’augmentation de l’investissement central dans des secteurs clés comme l’énergie, la banque et les communications. Les politiques mises en place à partir des années 1990 ont inauguré l’ère actuelle de croissance phénoménale mais ont aussi encouragé la corruption et les inégalités sociales qui minent aujourd’hui la Chine. Dans le même ordre d’idées, Willy Lam rappelle le contrôle accru du Parti depuis 1989 dans l’application du droit et sur les institutions juridiques, particulièrement après la consécration de l’administration Hu-Wen et le 17e congrès du Parti. Il remarque cependant que cet effort pour s’assurer que la police, les procureurs, les cours de justice et leurs agents agissent pour supprimer toute dissidence et préserver le « mandat céleste » du Parti aura nécessairement des conséquences négatives à mesure que la justice et le professionnalisme seront sacrifiés au nom de la loyauté politique et du contrôle.

3La vulnérabilité qui se profile sous l’apparente puissance de la Chine post-Tiananmen est largement absente des analyses proposées par les autres contributeurs sur les relations de la Chine avec le monde extérieur. Jean-Pierre Cabestan montre comment, au cours des années 1990, la Chine est parvenue à sortir de l’isolement diplomatique dans lequel elle s’était trouvée après Tiananmen, une gageure accomplie par une intégration sélective dans les institutions internationales et un usage instrumentalisé du nationalisme. Guoguang Wu affirme ainsi que, contrairement aux prédictions selon lesquelles l’intégration économique dans le système mondial conduirait la Chine à des réformes politiques, la dépendance des pays développés à l’égard des marchés et des ressources des pays en voie de développement comme la Chine s’est traduite par une « impuissance politique » et le sacrifice des valeurs libérales comme les droits politiques et civiques en échange de l’accès au marché chinois. Cette capacité à résister aux pressions extérieures est soulignée par Andrew Nathan qui s’interroge sur l’influence des institutions internationales de défense des droits de l’homme sur la Chine depuis 1989. Il remarque qu’en exerçant un contrôle accru sur le cadre dans lequel est posée la question des droits de l’homme à l’échelle internationale, la Chine a de fait limité leur portée comme instrument politique et continue à instrumentaliser ces institutions afin de servir ses propres intérêts. Les pays occidentaux semblent avoir été jusqu’à présent incapables de résister à ce processus.

4La remarquable contribution de Perry Link sur la mémoire et l’éthique souligne également ce mélange de force et de vulnérabilité. Il y suggère que la préoccupation obsessionnelle des leaders du Parti à étouffer toute commémoration publique de 1989 et confiner les souvenirs individuels dans une version officielle des événements dissimule en réalité leur profond sentiment d’insécurité (les diverses formes de censure sont explorées de manière plus approfondie dans le chapitre rédigé par Michel Bonnin). Link est troublé par l’apparente incapacité de la plupart des victimes (à l’exception d’une poignée d’âmes courageuses comme Ding Zilin ou les Mères de Tiananmen qui essayent activement de commémorer publiquement le 4 juin), à trouver un sens collectif à ces événements historiques traumatiques. Mais sa demande éthique la plus insistante s’adresse aux spectateurs des événements de 1989, c'est-à-dire à tous ceux qui ont observé ces événements dans les rues de Chine ou à travers les images diffusées par les télévisions étrangères. En nous appelant à être des « spectateurs éthiques », Link veut nous rappeler la parenté, le lien moral existant entre nous et les victimes du 4 juin et nous encourage à refuser de succomber à l’amnésie organisée par le gouvernement à propos de ces événements – une amnésie facilitée par la démission des pays occidentaux face à l’autoritarisme chinois qui, en contrepartie d’une meilleure intégration économique, ont renoncé à leurs préoccupations politiques et éthiques.

5Pour la plupart, si ce n’est l’ensemble des contributeurs, l’héritage de 1989 se perpétue dans la lutte continue entre le libéralisme et l’autoritarisme qui va nécessairement modeler l’avenir de la Chine. Feng Chongyi affirme que malgré la purge des libéraux du Parti après le 4 juin et la montée en puissance d’une Nouvelle Gauche puissante et véhémente, le libéralisme chinois comme projet intellectuel continue à se développer et à prospérer. En accord avec Xiaorong Li, Eva Pills et quelques autres auteurs de ce volume, il considère le mouvement actuel de « défense des droits » (weiquan) comme l’héritier du libéralisme politique des années 1980, un mouvement dans lequel les aspirations démocratiques de la génération précédente ont été transformées en des actions plus concrètes visant à obtenir des réformes juridiques et politiques. Les changements structurels que l’économie et la société chinoise ont traversés lors des deux dernières décennies ont progressivement réorienté les préoccupations des intellectuels envers les catégories défavorisées de la société (un processus décrit dans l’analyse que fait Sebastian Veg des écrits de Wang Xiaobo). Les luttes pour les droits sont devenues un champ important et croissant à partir duquel peut s’articuler la résistance au contrôle autoritaire et répressif.

6Finalement, le succès de ces efforts dépendra au moins en partie de l’existence et de l’émergence d’opportunités structurelles. Comme le remarque Michel Bonnin, il est difficile d’imaginer les autorités mener volontairement une véritable réforme politique parce que cela impliquerait de libérer des forces qui seraient inévitablement conduites à examiner les responsabilités du Parti dans des événements comme ceux du 4 juin. De même, Jérôme Cohen et Margaret Lewis remarquent à quel point il est difficile d’identifier les moyens de pression qui contraindraient les autorités à abandonner des instruments de détention administrative comme la « rééducation par le travail ». Face à un leadership du Parti fermement résolu à dissimuler ses fractures internes derrière un vernis consensuel et clairement prêt à employer des mesures répressives pour préserver la stabilité, la pression pour un changement politique dans la Chine contemporaine s’inscrit dans un environnement différent des années 1980. Cependant, Jean-Philippe Béja et Merle Goldman placent leurs espoirs dans la nouvelle génération d’activistes qui est en train de s’approprier l’héritage de 1989 et est prête à mener de nouvelles actions au nom des citoyens chinois ordinaires. En ce sens, l’activisme de la cybercommunauté en Chine et l’émergence d’une sphère de débat public plus vivante, plus étendue et plus difficile à contrôler créent la possibilité de nouvelles coalitions unissant différents groupes sociaux autour de revendications communes pour des réformes politiques. Ainsi, l’influence future du 4 juin pourrait résider dans les failles de cet État-Parti sorti renforcé après 1989, car c’est dans la conquête de ces espaces faillibles que repose l’avenir de la Chine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joshua Rosenzweig, « Jean-Philippe Béja (éd.), The Impact of China’s 1989 Tiananmen Massacre », Perspectives chinoises, 2011/4 | 2011, 72-73.

Référence électronique

Joshua Rosenzweig, « Jean-Philippe Béja (éd.), The Impact of China’s 1989 Tiananmen Massacre », Perspectives chinoises [En ligne], 2011/4 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2011, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6121

Haut de page

Auteur

Joshua Rosenzweig

Doctorant en études chinoises au Centre for East Asian Studies, The Chinese University of Hong Kong.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org