Navigation – Plan du site
Dossier : La modernisation de l'Armée populaire de libération et ses répercussions

Les réponses des alliés des États-Unis à la modernisation de l'APL

Les réactions du Japon, de l’Australie et de la Corée du Sud
Bonnie Glaser et David Szerlip
Traduction de Céline Letemplé
p. 17-31

Résumé

Le Japon, l’Australie et la Corée du Sud, les trois plus proches alliés des États-Unis en Asie-Pacifique réagissent tous différemment à la modernisation de l’Armée populaire de libération, selon la situation de sécurité immédiate propre à chacun. Au Japon, plus directement affecté par les opérations de la marine de l’APL et des autres forces militaires chinoises, la réaction est la plus directe : une augmentation des investissements dans les capacités maritimes et de surveillance ainsi qu’une coopération plus étroite avec les États-Unis et les autres partenaires de même sensibilité dans la région. Pour Canberra, la menace chinoise est encore lointaine mais, même en Australie, la portée et les actions de l’APL inquiètent, menant à des projets d’augmentation des forces militaires et à encourager le déploiement permanent de troupes américaines. Enfin, en Corée du Sud, la République populaire démocratique de Corée reste la première menace, bien que le récent soutien sans faille de la Chine à Pyongyang ait mené à des débats sur la nécessité ou non de redéfinir une stratégie de sécurité datant de plusieurs décennies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bonnie Glaser et David Szerlip, « Les réponses des alliés des États-Unis à la modernisation de l'APL », Perspectives chinoises, 2011/4 | 2011, 17-31.

Référence électronique

Bonnie Glaser et David Szerlip, « Les réponses des alliés des États-Unis à la modernisation de l'APL », Perspectives chinoises [En ligne], 2011/4 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2014, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6078

Haut de page

Auteurs

Bonnie Glaser

Maître de recherche à la Freeman Chair in China Studies au Center for Strategic and International Studies (CSIS) à Washington et associée comme membre éminent au Pacific Forum du CSIS.

David Szerlip

Consultant pour le gouvernement américain spécialisé sur la question de la modernisation militaire de la Chine et ancien chercheur à la Freeman Chair in China Studies du CSIS.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org