Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Kevin J. O’Brien, Suisheng Zhao (éd.), Grassroots Elections in China

New York, Routledge, 2011, 235 p.
Paul Charon
p. 96-97

Texte intégral

1La marche de la science n’est pas faite que de découvertes et d’avancées – que celles-ci soient modestes ou capitales – mais se révèle au contraire discontinue, jalonnée de pauses, de reculs, de ruptures. Dans ce processus lent de construction du savoir, il est bon qu’un chercheur, mieux, qu’une communauté de chercheurs partageant un même objet scientifique, sache marquer une pause. L’arrêt momentané mais volontaire est en effet essentiel à ce que Popper appelle « l’attitude critique » qui est au cœur de « l’attitude scientifique » ; faire le point sur l’état des connaissances, des méthodes, mettre à l’épreuve de soi-même et des pairs les résultats obtenus est un moment fort de la recherche. C’est du reste le plus sûr moyen de refonder les questionnements. L’ouvrage dont il est fait le compte-rendu ici s’inscrit résolument dans cette démarche ; aucune nouvelle hypothèse, aucun terrain récemment défriché ne sont présentés dans cet opus ; il s’agit d’un livre-bilan.

2Plus de 20 ans après la promulgation de la première loi – dite expérimentale (shixing) – sur les élections des comités villageois (1987), il était en effet devenu nécessaire de faire le bilan de la profonde évolution qu’a connue la configuration villageoise en Chine tant sur le plan politique que dans les champs économique et social, et de présenter les résultats obtenus par les multiples enquêtes menées dans ce laps de temps. L’ouvrage, dirigé par Kevin J. O’Brien et Zhao Suisheng (tous deux professeurs de science politique respectivement à l’université de Californie et à l’université de Denver), s’acquitte parfaitement de cette tâche en offrant au spécialiste de la question un compendium fort utile et au néophyte une introduction problématisée du sujet d’une remarquable clarté.

3L’ouvrage, d’assez bonne facture, est composé de quatre parties : les deux premières – les plus stimulantes – sont consacrées aux élections des comités villageois dans leurs aspects purement politiques ; la troisième évalue les relations entre l’économie et les élections villageoises ; quant à la dernière partie, qui ne comprend que deux chapitres, elle s’intéresse aux élections aux échelons des districts (xian) et cantons (xiang). Les chapitres, hormis l’introduction, sont tous issus d’articles publiés dans le Journal of Contemporary China entre 1999 et 2010.

4L’ambiguïté du titre résonne d’emblée avec la difficulté d’appréhension de la question des élections locales en Chine. Le terme « grassroots » peut en effet renvoyer uniquement à l’idée de « local », il s’agirait alors en l’espèce de traiter des élections aux échelons inférieurs des institutions politiques. Dans cette acception, le terme peut se justifier par sa capacité à englober tout à la fois l’échelon du village et celui du canton, les deux niveaux étant étudiés dans le livre quoique de manière inégale ; cette démarche « descriptive » a par ailleurs l’avantage de coller au terrain. Mais « grassroots » évoque aussi l’idée de peuple, voire de société civile, que celle-ci soit existante ou émergente ; le sujet porterait alors sur le rôle de la société dans ces élections, en d’autres termes sur la démocratisation. Une telle démarche prend alors le risque d’un glissement vers le prescriptif. Les auteurs ne lèvent pas vraiment cette ambiguïté, ce qui serait pourtant souhaitable.

5Des études présentées, dont il est juste possible de donner à voir un bref aperçu, il ressort que les élections des comités villageois sont un phénomène difficilement qualifiable, dont les effets sur l’ensemble du système politique ne sont pas encore appréhendables de manière évidente. Si dans les démocraties libérales, le terme « élection » renvoie ipso facto à l’idée de liberté, de pouvoir du peuple, en Chine le terme est bien plus équivoque et peut renvoyer à l’essor de la démocratie comme à la construction d’un État autoritaire. S’il demeure difficile aux chercheurs de trancher entre ces deux perspectives, les très nombreuses enquêtes, tant quantitatives que qualitatives, menées depuis 20 ans offrent aujourd’hui une vision assez nette du déroulement des élections dans les quelques 600 000 villages chinois, des réussites (candidatures plus libres et multiples, secret du vote souvent respecté, suppression progressive des urnes itinérantes, progression de l’usage de l’isoloir…) comme des faiblesses du système (achats de votes, test d’alphabétisation pour les candidats, obstructions, intimidation verbale et physique des candidats…). Néanmoins, Kevin O’Brien et Han Rongbin font remarquer que les travaux disponibles ont par trop mis l’accent sur les procédures électorales au détriment de l’exercice du pouvoir. Pour ces deux auteurs, l’avenir est donc à des études plus poussées sur la gouvernance démocratique des villages, ou pour le dire autrement, sur l’impact des élections sur les modes de gestion du pouvoir. Sans réfuter ce constat, Tan Qingshan souligne que l’aspiration à une meilleure connaissance de la période postélectorale ne doit pas faire oublier que le cœur de la démocratisation se trouve dans l’institutionnalisation des règles et que seules celles-ci permettent la propagation d’une culture démocratique. Il affirme du reste que la démocratie locale pourrait franchir une étape décisive par la création d’une commission nationale chargée du contrôle des élections ; il n’est pas certain cependant que le Parti soit prêt à accorder de réels pouvoirs de contrôle à une telle institution. Björn Alpermann, de son côté, conteste l’étendue de la coupure identifiée par O’Brien et Zhao entre élections et gouvernement postélectoral ; pour lui, l’exercice de l’autorité recèle également une dimension profondément procédurale et les provinces sont des acteurs majeurs de l’institutionnalisation des règles de la gestion des villages, d’où la nécessité de porter son regard sur les autres acteurs impliqués dans le jeu politique local. C’est ce que fait, entre autres, Gunter Schubert en promouvant une étude plus systématique du rôle des gouvernements des districts et cantons et de la cellule du Parti dans les élections et la gestion du village.

6Plusieurs auteurs soulignent l’effet positif des élections sur l’attitude des cadres. Les élections auraient été intégrées et acceptées par de nombreux cadres qui chercheraient à séduire l’électorat par des politiques plus conformes à ses attentes. On touche là cependant à la plus grande contradiction du système, car les cadres du village n’ont pas seulement pour fonction de représenter les villageois mais également d’appliquer les directives du centre, notamment en termes de politique de contrôle des naissances. Cette situation est d’ailleurs source de grande tension et rend la fonction de chef de village assez déplaisante et dans certains cas peu enviable. David Zweig et Chung Siu Fung montrent également la nécessité de prendre en compte les facteurs économiques dans les jeux de pouvoirs locaux car, pour ne citer qu’une observation, l’enrichissement des villageois, contrairement à ce que d’aucuns ont pu affirmer, n’entraîne pas l’affaiblissement de la demande démocratique ni de l’aspiration à des procédures mieux établies.

  • 1  Maurice Agulhon, Histoire vagabonde, vol. 3, Paris, Gallimard, 1996, p.72.

7Cet ouvrage souffre tout de même de quelques faiblesses. Sur la forme, on regrette par exemple l’absence presque totale (à tout le moins dans les deux premières parties) de matériaux iconographiques tels que schémas, tableaux, illustrations qui facilitent pourtant la démonstration ; sur le fond, et cela est plus dommageable, les recherches ici présentées ne font que très peu appel à la démarche comparative. Certains invoquent bien la nécessité d’étudier l’expérience taïwanaise par exemple, mais sans aller vraiment au bout de la logique. Or, en confrontant le contexte chinois à d’autres configurations politiques, d’autres trajectoires historiques, la démarche comparative peut permettre de comprendre le sens et la portée de certains dispositifs institutionnels ou, pour le moins, de décentrer le regard et d’éviter les conclusions hâtives ; elle offre ainsi des perspectives particulièrement heuristiques et de nouvelles pistes de recherche aux sinologues. Les processus qui ont conduit à la politisation des paysans français à partir de la Seconde République, par exemple, sont désormais bien connus et autorisent des hypothèses peut-être osées mais assurément stimulantes pour aborder le terrain chinois. Dans ses travaux, Maurice Agulhon, historien spécialiste de la Seconde République, a montré que ce n’est pas l’électeur qui fait l’élection, mais « l’élection qui fabrique l’électeur » ; la politisation s’opère donc par « imprégnation », l’institution électorale agissant comme un puissant vecteur de transformation des attitudes politiques. En effet, nous dit Agulhon, « disposer du droit de vote et en user, c’est apprendre à s’en servir, donc apprendre à discuter, à débattre des affaires publiques, à faire de la politique enfin »1. Dans la même veine, Patrick Lagoueyte a établi que le processus de politisation des paysans s’est poursuivi sous le régime autoritaire du Second Empire, malgré le phénomène des « candidatures officielles » lors des élections, candidatures qui ne sont pas sans rappeler les « candidats du Parti » dans les villages chinois. Ces exemples sont autant de nouveaux sentiers à explorer pour les sinologues et poussent à conclure qu’une refondation des études portant sur les élections en Chine rurale passe sans aucun doute par un travail comparatif plus systématique. Malgré ces quelques défauts, Grassroots Elections in China demeure un ouvrage indispensable pour quiconque s’intéresse aux changements massifs à l’œuvre dans le monde rural chinois.

Haut de page

Notes

1  Maurice Agulhon, Histoire vagabonde, vol. 3, Paris, Gallimard, 1996, p.72.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Charon, « Kevin J. O’Brien, Suisheng Zhao (éd.), Grassroots Elections in China », Perspectives chinoises, 2011/3 | 2011, 96-97.

Référence électronique

Paul Charon, « Kevin J. O’Brien, Suisheng Zhao (éd.), Grassroots Elections in China », Perspectives chinoises [En ligne], 2011/3 | 2011, mis en ligne le 30 septembre 2011, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/6038

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org