Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Lin Xiaoping, Children of Marx and Coca-Cola. Chinese Avant-garde art and independent cinema

Honolulu, University of Hawaii Press, 2010, 312 p.
Aurelia Dubouloz
p. 85-86

Texte intégral

1Lin Xiaoping est actuellement maître de conférence au Queens College à New York. Comme il l’explique dans l’introduction de Children of Marx and Coca-Cola, il a vécu en Chine avant de se rendre aux États-Unis, où il a obtenu son titre de doctorat en 1993 à l’université de Yale. Son ouvrage, seconde publication de la collection Critical Interventions des éditions de l’université de Hawaï, propose une étude parallèle de l’avant-garde artistique et des cinéastes indépendants chinois dans le contexte d’une Chine postsocialiste pénétrée par la mondialisation capitaliste. L’auteur porte son étude sur des artistes résidant à Pékin et à New York, mégapoles dont l’aspect transnational traduit bien ses préoccupations, et sur des œuvres réalisées entre 1998 et 2008, décennie représentative de la rapide intégration de la Chine au reste du monde. S’opposant à la fois au système officiel chinois et au modèle capitaliste tout en créant néanmoins pour le marché, artistes et cinéastes se retrouvent au cœur d’un paradoxe constituant un des objets du livre. « Traumatisme postsocialiste » (p. 208), nationalisme chinois et dénonciation de la mondialisation servent ainsi de grilles de lecture à un grand nombre d’analyses d’installations et de films, souvent agrémentées par les anecdotes personnelles de l’auteur. C’est donc avec intérêt que le lecteur pourra suivre les rapprochements développés entre art et cinéma ou entre cultures chinoise et occidentale, notamment lors d’une introduction où Andy Warhol sert de lien entre ces différents éléments.

2La première partie, « Re-creating Urban Space in Avant-garde Art », présente les photographies et les installations vidéo d’artistes pékinois travaillant sur l’influence qu’exerce la mondialisation sur les espaces public et privé. Des dichotomies parfois très tranchées entre modernité et tradition, masculin et féminin, mondialisation capitaliste et nationalisme chinois n’enlèvent pas à l’intérêt des analyses qui démontrent l’ironie de ce nouveau Pékin où le gouvernement demeure le patron de l’avant-garde architecturale mondiale. Une étude de The Ruined City, installation de Yin Xiuzhen, aborde ensuite les transformations urbanistiques menées dans la capitale tout en proposant des comparaisons avec l’art féministe américain. Cette partie se termine par une présentation de trois artistes résidant à New York et ayant selon l’auteur intégré une identité postmoderne et mondialisée, Cai Guoqiang, Zhang Huan et Xu Bing.

  • 1  Il s’agit notamment d’une vision psychanalytique de  la rencontre avec un nouveau système, le capi (...)

3La seconde partie, « China’s Lost Youth through the Lens of Independent Cinema », examine une thématique qui pour Lin Xiaoping est essentielle au cinéma chinois : la jeunesse perdue parmi les transformations sociales et économiques. S’appuyant sur les thèses de Slavoj Žižek1 pour étudier cinq films marquants de la sixième génération, l’auteur considère que la mondialisation néolibérale est le nouveau mal contre lequel se tournent les cinéastes chinois. Les personnages de ces films doivent ainsi sans cesse s’adapter au nouvel ordre capitaliste, alors que l’absence de la figure parentale, au centre des analyses, constitue une métaphore du fantôme du socialisme patriarcal. Lors d’un chapitre dédié à L’Orphelin d’Anyang (Wang Chao, 2001), Lin Xiaoping parle de « l’étrange pouvoir du matriarcat chinois » (p. 119) pour décrire la force du personnage féminin qui remplit le rôle nourricier laissé vacant par l’État-parti. Il propose également diverses lectures des murs de la ville comme métaphores ou symboles. Tantôt protecteurs, tantôt signes d’enfermement ou encore marqueurs d’une certaine nostalgie, ils constituent un des motifs communs au travail des artistes et des cinéastes. Enfin, Lin Xiaoping présente une étude de trois films récents où les femmes entrent en conflit avec leurs pères, anciens ouvriers n’arrivant pas à intégrer les changements sociaux et économiques.

4La troisième partie examine le vide laissé par le socialisme de l’ère maoïste, tant dans les films de fiction que dans les vidéos d’art. Les trois premiers longs-métrages de Jia Zhangke sont ainsi perçus comme le « voyage symbolique d’un homme à travers une Chine postmaoïste en ruines » (p. 29). Lin Xiaoping présente ensuite le travail de l’artiste Yang Fudong, dont l’esthétique représente une « ultime fuite hors de la réalité mondiale cauchemardesque » (p. 165). L’analyse de deux vidéos datant de 2003, Liu Lan et Seven Intellectuals in Bamboo Forest Part I, expose notamment l’absurde généré par leurs références à des symboles issus de différentes époques et détournés par l’artiste. Le dernier chapitre propose une analyse du film de Ning Hao, Encens (2003), qui montre les tribulations d’un moine bouddhiste abandonnant les ordres afin de survivre économiquement. La description des emplois multiples et parfois décontextualisés du vocabulaire bouddhique révèle l’ironie recelée dans ce film.

5Dans la postface, l’auteur revient sur différents artistes et cinéastes « dont les œuvres récentes défient un “discours dominant” occidental en matière de politique, de religion et de culture » (p. 29). Il est toujours question du rapport complexe qu’entretiennent artistes et cinéastes avec la culture mondiale, mais cette fois-ci en présentant des œuvres grâce auxquelles ils ont trouvé des solutions au paradoxe présenté en introduction. L’ouvrage se termine sans réelle conclusion par une présentation des installations de deux femmes artistes, Jiang Jie et Qin Yufen, et par une citation de Julia Kristeva, laissant la porte ouverte sur un xxie siècle « mystérieux ».

6Bien que Children of Marx and Coca-Cola présente des analyses très minutieuses d’un grand nombre d’œuvres, les replaçant dans un contexte global, une place trop importante laissée à la citation empêche une réelle originalité. Lin Xiaoping dresse des parallèles intéressants entre cultures chinoise et occidentale, toutefois l’anachronisme et l’absence de réels points communs dans certaines comparaisons remettent en cause la pertinence de leur choix. En effet, comparer Madame Bovary à une vision postmoderne de la famille ou encore Stolen Life (Li Shaohong, 2005) à Way Down East (D. W. Griffith, 1920) peut sembler quelque peu incongru.

7Une définition insuffisante des notions de mondialisation, de postsocialisme ou même d’avant-garde et d’indépendance ainsi qu’une volonté de plier les œuvres à des présupposés théoriques desservent parfois les analyses par ailleurs très poussées.

8Bien que les connaissances de l’auteur constituent des références précieuses, on regrette qu’il n’ait pas l’ironie de Geremie Barmé, cité à plusieurs reprises, face au démon de la culture mondialisée.

Haut de page

Notes

1  Il s’agit notamment d’une vision psychanalytique de  la rencontre avec un nouveau système, le capitalisme, perçue comme un choc et du postsocialisme vécu comme un traumatisme, mais aussi de la Chine présentée comme un pays cherchant à devenir une superpuissance au moyen d’un capitalisme sans pitié. Voir Žižek Slavoj, On Belief, Londres et New York, Routledge, 2001; Žižek Slavoj, Welcome to the Desert of the Real: Five Essays on September 11 and Related Dates, Londres et New York, Verso, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurelia Dubouloz, « Lin Xiaoping, Children of Marx and Coca-Cola. Chinese Avant-garde art and independent cinema », Perspectives chinoises [En ligne], 2011/2 | 2011, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 23 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5961

Haut de page

Auteur

Aurelia Dubouloz

Chercheuse indépendante dans le domaine du cinéma chinois.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page