Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Gladys Chicharro, Le fardeau des petits empereurs – Une génération d’enfants uniques en Chine

Nanterre, Société d’ethnologie, col. « Recherches sur la Haute Asie », 2010, 313 p.
Pierre-Henry de Bruyn
p. 80-82

Texte intégral

1Il est des livres qui se laissent dévorer tant ils sont bien écrits : l’ouvrage de Gladys Chicharro est parmi eux. En plongeant, dès les premières pages, ses lecteurs dans le chemin de sa propre aventure de recherche et en les prenant presque par la main durant les 300 pages de son récit, l’auteur fait découvrir les témoins qu’elle a rencontrés au fil de ses enquêtes, en mettant en valeur autant les lieux où ils vivent que les mots qu’ils disent et la culture qu’ils engendrent. L’approche est profondément incarnée en un endroit précis de Chine, à savoir l’école primaire n ° 12 de la ville de Langfang, située entre Pékin et Tianjin. Et si, en commençant cette étude, vous ne savez pas où se trouve Langfang, soyez sans crainte et laissez simplement Gladys Chicharro vous la présenter : elle le fait avec un indéniable talent.

2La population de Langfang est passée en 50 ans de 5 000 à 500 000 habitants. C’est donc une cité nouvelle, une ville qui pourrait être quelconque et même affreusement banale. Pourtant Gladys Chicharro parvient à ce qu’aucun de ses lecteurs ne puisse néanmoins s’imaginer demain prendre un train entre Pékin et Tianjin sans prendre le temps de s’arrêter, au moins quelques heures, pour visiter Langfang. Grâce à un usage habile de certains slogans officiels, Langfang devient progressivement sous sa plume « la perle étincelante du corridor Pékin-Tianjin », une « ville nouvelle, prospère et civilisée », riche « de la plus longue rue piétonne de Chine » (p. 32), un lieu dirigé avec talents et ambition par un maire désireux de « forger une Silicon Valley verte en Chine et transformer Langfang en la plus belle ville chinoise du Nord » (p. 34). En s’appuyant sur sa double proximité de Pékin et de Tianjin et en s’offrant à les servir (par exemple en abritant succursales et dortoirs pour les universités de ces deux mégapoles), Langfang parviendrait en réalité à devenir une porte ouverte sur l’ensemble de la Chine. Et le désir du lecteur de connaître lui aussi ce « petit paradis » de Langfang est encore aiguisé davantage par l’auteur qui termine le premier chapitre de sa première partie par les mots suivants :

En somme, en cherchant la banalité d’une ville de province, je suis en réalité tombée sur une ville modèle, avant-gardiste et représentative des ambitions de la Chine contemporaine. Langfang réalise, ou tente de réaliser l’utopie de la modernité. (p. 50)

3Rien de moins !

  • 1  Susan Greenhalgh, « Missile Science, Population Science: The Origins of China’s One-Child Policy » (...)

4Le livre se présente en trois parties intitulées respectivement : « Villes, familles, enfances » ;  « Écoles, enseignants, enseignements » ; « Les enfants uniques, créateurs de culture ». Les deux autres chapitres de cette première partie s’attacheront à présenter les déstructurations du cadre familial et éducatif dont cette population chinoise (de Langfang ou d’ailleurs) fut l’objet depuis la fin des années 1970. Nous avons seulement été quelque peu étonné en constatant que lorsque l’auteur revient sur les efforts entrepris par les autorités chinoises pour « contrôler la croissance de la population et augmenter la qualité de la population » par une politique de planning familial très sévère, elle n’ait pas jugé utile de mentionner les travaux de Susan Greenhalgh qui montrait en 2005, dans un article devenu célèbre, combien cette planification avait au départ été principalement imaginée par Song Jian, un scientifique spécialiste non pas de démographie… mais du lancement de missiles1. Cette origine « militaire » du projet explique pourtant bien un point sur lequel Gladys Chicharro insiste fréquemment : la génération de l’enfant unique est le fruit d’une « politique volontariste de contrôle des naissances pour accélérer la modernisation » (p. 58) et « façonner » un nouveau sujet chinois. Dans les familles chinoises d’aujourd’hui (dites « familles 4-2-1 » pour quatre grands-parents, deux parents et un enfant), les enfants occupent une position tellement centrale qu’ils sont surnommés « petits empereurs », « petites princesses » ou même « petits soleils ». Mais, comme le souligne l’auteur, « au-delà de l’apparition de la structure familiale 4-2-1, c’est l’ensemble de la parenté chinoise qui est en train de se métamorphoser » (p. 62) : les termes de frères ou sœurs sont désormais souvent utilisés pour désigner seulement des cousins (p. 69) ; la notion de patrilinéarité est remise en cause (p. 71) ; les fils uniques sont jugés manquer parfois de « virilité » (男子气-nanziqi, p. 78) ; de profonds changements à l’égard des conceptions de l’éducation et de transmission familiales surgissent (p. 85) ; les parents se sentent désormais incompétents pour éduquer leur enfant dans les circonstances actuelles (p. 107), gardant pour le cadre familial l’apprentissage à « être humain » (为人-weiren, p. 103) et laissant à l’État le choix de la transmission culturelle à effectuer, situation parfois perçue par les enfants uniques comme « un véritable abandon de la part des parents » (p. 111).

5La seconde partie commence par une présentation approfondie de l’école primaire n° 12 de Langfang dans laquelle l’auteur fit plusieurs séjours entre 2001 et 2005 (p. 18-23). La visite guidée qui est en faite révèle une fois de plus le talent de Gladys Chicharro pour faire parler des lieux. La description est émaillée d’observations qui ne deviennent parlantes que grâce à l’acuité de ses réflexions :

Le piano occidental est désormais installé au rez-de-chaussée […] dans un lieu bien visible. Le violon chinois, erhu, a quant à lui sa place tout en haut, au dernier étage de l’école, dans une pièce calme, ouverte sur une terrasse qui permet de dominer la ville […] : l’un se voit au premier coup d’œil, l’autre est caché mais il domine.  (p. 123)

  • 2  On doit à Mayfair Mei-hui Yang l’invention du terme anglais de guanxiology (Gifts, Favors and Banq (...)

6Le directeur de l’école, M. Lu, y est dépeint comme un entrepreneur talentueux qui a su, grâce à une « guanxiologie » active2, peu à peu transformer son école en une unité de travail (danwei)d’un nouveau type dans laquelle se recrée une sorte de « collectivisme communiste » (p. 137) où les enseignants travaillant et vivant ensemble, adoptent un style de vie qui « rappelle plutôt la vie communautaire d’un village clanique » car leur mode de fonctionnement, dans lequel la vie privée des individus n’est « pas volontairement contestée par idéologie » mais « seulement compromise par la promiscuité », évoque plus celui des clans que celui des unités de travail (p. 142).

7Dans ce nouveau contexte, la perception du rôle des enseignants a profondément changé. À la fois « jardiniers » et « ingénieurs des âmes », fêtés officiellement en Chine à la fête des professeurs, le 6 juin, ils sont perçus par les familles, avant tout comme « des spécialistes de l’éducation à qui l’on demande conseil et à qui l’on se confie en cas de problèmes avec les enfants » (p.159). Entre les enseignants et les familles de leurs élèves, circulent des échanges de dons et de contre-dons tellement complexes que les frontières entre les deux mondes tendent parfois à s’estomper : de nombreux enseignants continuent à s’occuper de leurs élèves en dehors de l’école et certaines enseignantes sont fières que leurs étudiants les appellent à l’occasion « maman » (p. 161). Ce rôle de transmetteurs d’une nouvelle voie attribué aujourd’hui en Chine aux enseignants est encouragé par l’État qui soutient le modèle d’une certaine « idolâtrie » des professeurs  en utilisant habilement un soi-disant point de vue confucéen traditionnel (fortement idéalisé). Et même si les plus jeunes enseignants prônent parfois davantage une certaine « égalité » susceptible de faire émerger « des relations d’amitié entre élève et professeur » (p. 174), de telles opinions restent néanmoins généralement considérées avec suspicion.

8L’insistance permanente des parents à « bien écouter ce que disent les professeurs » provient du fait que ceux-ci perçoivent avec clarté que le domaine de l’éducation scolaire est le lieu où l’État entend rester libre de « façonner un individu ou une collectivité » selon les objectifs qu’il se fixe afin de « fabriquer des hommes utiles au pays » (p. 182). Les réformes pédagogiques sont, en ce sens, des moments particulièrement révélateurs dans ce processus de fabrication des futurs citoyens et Gladys Chicharro s’arrête longuement à celle dont elle fut témoin (p. 182-214). Le ministère de l’Éducation ayant en effet lancé en juin 2001 une circulaire « concernant la réforme du programme de l’éducation de base (à titre expérimental) », et le gouvernement de Langfang ayant ensuite choisi d’appliquer ces directives à partir de l’année scolaire 2003-2004 en faisant ainsi de cette ville une « région d’expérimentation » (实验区 – shiyan qu, p. 183), Gladys Chicharro se trouva par conséquent aux premières loges pour observer comment une école primaire chinoise pouvait tenter concrètement de passer d’une « éducation tournée vers les examens » (应试教育 - yingshi jiaoyu) à une « éducation de qualité » (素质教育 - suzhi jiaoyu).

  • 3  Michel Bonnin, Génération perdue. Le mouvement d’envoi des jeunes instruits à la campagne en Chine (...)

9Placés en position de petits empereurs durant leur enfance puis façonnés par une machine scolaire étatique qui vise davantage à les transformer en citoyens économiquement et scientifiquement productifs plutôt qu’en sujets pensant et responsables susceptibles de devenir acteurs de transformations sociales, faut-il pour autant considérer la génération d’enfants uniques en Chine comme une autre génération non moins « perdue » que la précédente 3?  Dans la dernière partie de son livre, Gladys Chicharro semble vouloir répondre à cette question par la négative et propose au contraire trois perspectives permettant un regard positif et rempli d’espérance sur cette jeunesse chinoise, en montrant ces enfants uniques comme « créateurs de culture ».

10D’abord, il y a tous ces enfants qui refusent clairement d’adhérer au modèle dominant et l’expriment sous forme de jeux (chapitre VII), soit par des chansons provocatrices allant jusqu’à professer un nihilisme suicidaire, soit en accueillant avec enthousiasme des ouvrages critiques du système actuel (comme Le chinois des éditions Q de Lin Changzhi paru en 2004), soit encore en se détournant brusquement des études après avoir échoué une première fois au concours d’entrée à l’université, se riant ainsi d’une société où certains étudient à en « devenir bêtes » (学傻 – xuesha, p. 226). Les jeux de cette génération qui oscille « entre fuite et colère » (p. 242) sont perçus par le pouvoir comme autant de sources de « désordre » ou d’ « anarchie » (p. 232). Ensuite, il y a aussi ces jeunes qui recherchent « d’autres voies et d’autres maîtres » (chapitre VIII) et se tournent vers une recherche de type religieuse (tolérée désormais officiellement depuis que la liberté de croyance a été inscrite dans la constitution chinoise en 1978). Enfin, Gladys Chicharro décrit les cybercafés (chapitre IX), fréquentés presqu’exclusivement par des moins de 30 ans (p. 291) comme autant de lieux où s’inventerait une nouvelle culture grâce, entre autres, à une écriture numérique permettant, par des jeux littéraires, des créations graphiques et même une réinvention originale du processus d’écriture, la création d’un nouveau sujet apte à échapper à l’État…

  • 4  Voir Pierre Masset, L’Empereur Mao – Essai sur le maoïsme, Paris, Lethielleux, 1979.

11En conclusion, ces jeunes Chinois, presque tous nés enfants uniques, ne se contenteraient pas, d’après Gladys Chicharro ­– et c’est son dernier mot –, « de devenir ce qu’on attendait qu’ils deviennent. Dans bien des cas, la créature parvient à échapper à la volonté de son créateur » (p. 296). Il est certes permis de douter qu’en jouant, fréquentant des temples ou tentant une « réinvention de l’écriture » sur leur ordinateur, la jeunesse chinoise contemporaine soit capable de générer progressivement une culture nouvelle capable de transformer une des sociétés les plus subtilement contrôlées du monde. Cependant, comment ne pas espérer avec Gladys Chicharro un fardeau un peu moins lourd pour les jeunes Chinois de demain… même si, après avoir lu son livre, nul ne pourra ignorer combien reste profondément gravé en chaque Chinois aujourd’hui, plus ou moins consciemment, plus ou moins par éducation, ce rêve impérial que Mao sut incarner à sa manière avec un tel talent qu’il reste encore aujourd’hui, soi-disant pour sa « générosité » (p. 208), un de ces « personnages modèles » (楷模人物 -kaimo renwu) dont le système éducatif chinois a tant besoin4.

Haut de page

Notes

1  Susan Greenhalgh, « Missile Science, Population Science: The Origins of China’s One-Child Policy », The China Quarterly, vol. 182, juin 2005, p. 253-276. Cet article a obtenu en 2006 le prix Gordon White, pour avoir été l’article le plus original dans le champ des études sur la Chine contemporaine.

2  On doit à Mayfair Mei-hui Yang l’invention du terme anglais de guanxiology (Gifts, Favors and Banquets. The Art of Social Relationships in China, Ithaca-Londres, Cornell University Press, 1994).

3  Michel Bonnin, Génération perdue. Le mouvement d’envoi des jeunes instruits à la campagne en Chine, 1968-1980, Paris, Éditions de l’EHESS, 2004.

4  Voir Pierre Masset, L’Empereur Mao – Essai sur le maoïsme, Paris, Lethielleux, 1979.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Henry de Bruyn, « Gladys Chicharro, Le fardeau des petits empereurs – Une génération d’enfants uniques en Chine », Perspectives chinoises [En ligne], 2011/2 | 2011, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5959

Haut de page

Auteur

Pierre-Henry de Bruyn

Chercheur au CEFC (Hong Kong), rédacteur en chef de China Perspectives et de Perspectives Chinoises.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page