Navigation – Plan du site
Dossier : Le monde ouvrier chinois en mouvement

Trente ans de réformes économiques chinoises et les transformations de la main-d’œuvre

Michel Cartier
p. 29-36

Résumé

Cette étude part de la constatation que les publications chinoises sur la main-d’œuvre se réfèrent à deux séries divergeant sur de nombreux points : celle des annuaires statistiques, qui prend en compte les statuts des emplois, et celle des recensements, qui adopte un double classement, selon la branche du travail et le type de l’emploi. Le présent travail cherche d’abord à concilier les deux séries pour en tirer une image plus vraisemblable de l’évolution de la situation au cours des trois dernières décennies. Il montre que la Chine a réussi à créer plus de 250 millions de nouveaux emplois pour faire face à une conjoncture démographique difficile, caractérisée par de très grands écarts entre les effectifs des générations montantes et ceux des générations quittant l’activité. On note, néanmoins, qu’au terme de 30 ans de réformes la structure des emplois s’apparente encore à celle du Japon de 1950, avec près de 50 % d’actifs du secteur primaire, 20 % du secteur secondaire et 30 % du secteur tertiaire. Il existerait tout d’abord un excédent de paysans supérieur à 100 millions. En second lieu, les emplois créés assurent à leurs détenteurs beaucoup moins de protection sociale que ceux de la période antérieure aux réformes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Cartier, « Trente ans de réformes économiques chinoises et les transformations de la main-d’œuvre », Perspectives chinoises [En ligne], 2011/2 | 2011, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5849

Haut de page

Auteur

Michel Cartier

Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75116 Paris, michel.cartier@ehess.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page