Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Edwards, Louise, Elaine Jeffreys (éd.), Celebrity in China

Hong Kong, Hong Kong University Press, 2010, 286 p.
Hai Ren
Traduction de Severine Bardon
p. 104-105

Texte intégral

1Cet ouvrage est un recueil d’études sur la célébrité en Chine contemporaine. Le chapitre introductif présente un panorama de la littérature universitaire sur la célébrité en Australie, dans les pays européens et aux États-Unis, analyse ses implications pour l’étude de la célébrité en Chine, et explore les principaux thèmes de ce domaine émergeant en Chine. Le reste de l’ouvrage rassemble une série d’études de cas. Les deux premiers, les héros militaires et les mères célèbres, révèlent le rôle du Parti-État communiste, qui utilise la publicité comme un appareil d’État. Viennent ensuite des cas de célébrités créées par un mélange de processus gouvernementaux et non gouvernementaux. Ils comprennent les « héroïnes de la chasteté », et des activistes célèbres dans la lutte contre le SIDA/VIH. L’ouvrage présente également deux types de cas dans le domaine de la culture populaire, qui montrent des trajectoires de vie réussies. L’un s’intéresse aux célébrités liées à la production de culture populaire, par exemple Jet Li dans le domaine des films et du sport, des romanciers connus, et des musiciens issus de minorités ethniques. L’autre examine les liens entre les personnes ayant du succès et leur statut de célébrité, ainsi que les effets sur la société chinoise. Ces cas incluent un danseur transsexuel renommé, des hommes d’affaires très connus, et des blogueurs populaires.

2Collectivement, les auteurs de cet ouvrage apportent une contribution significative aux études sur la culture populaire, et ce de deux façons. Le livre expose des documents et des exemples chinois qui peuvent être comparés avec ceux d’autres pays et régions. Comme le soulignent les coordinateurs de l’ouvrage, « la culture de la célébrité en Chine est marquée par l’influence du Parti-État et la fusion de valeurs culturelles et de valeurs socialistes, tout en reflétant certains aspects de la culture mondiale de la célébrité » (p. 15). Ainsi, l’ouvrage révèle un enjeu majeur : l’existence de « diverses interactions entre le Parti-État et la célébration commerciale d’individus publics en Chine aujourd’hui » (ibid.). Le chapitre de Louise Edwards sur les militaires affirme que le Parti-État utilise une culture commerciale pour promouvoir les généraux-héros de l’armée comme modèles de « bonne citoyenneté » plutôt que de « camaraderie exemplaire ». Le chapitre de Yingjie Guo démontre que les campagnes soutenues par le gouvernement et menées par les médias, comme dans le cas de la recherche et de la promotion des « mères extraordinaires » de Chine, utilisent « l’effet de la célébrité » pour produire une « cohésion sociale ». L’étude d’Elaine Jeffreys sur les « héroïnes de la chasteté » (des femmes devenues célèbres et participant à la promotion de la charité après avoir sauté du haut d’immeubles pour échapper à la prostitution forcée et en être restées handicapées), et le chapitre de Johanna Hoods sur l’acteur Pu Cunxin, qui aide le gouvernement à éduquer le public à la lutte contre le SIDA, s’intéressent à la même problématique générale.

3L’ouvrage comble également une lacune des études sur la culture populaire chinoise, en présentant une bonne vue d’ensemble des enjeux et questions liés à la célébrité en Chine. Les célébrités chinoises sont devenues très influentes ces dernières décennies : pour les lecteurs et universitaires qui s’intéressent à ce sujet, l’ouvrage apporte donc de façon collective une bonne compréhension des enjeux importants. Les études sur la célébrité proposent des clés de compréhension de l’évolution des valeurs sociales et morales. Dans la société chinoise, des éléments tels que la propriété publique, l’orientation du groupe, la réussite universitaire, la détermination et la parcimonie sont considérés comme des valeurs, des principes normatifs, mais ils influencent également les processus sociaux. La célébrité peut être considérée comme un bon instrument pour comprendre les processus sociaux qui permettent aux individus célèbres de transmettre des valeurs aux citoyens ordinaires. L’ouvrage suggère plusieurs enjeux à cet égard. Tout d’abord, les célébrités mises en avant par l’État promeuvent ces normes, comme le démontrent les militaires, les mères modèles et les acteurs célèbres. Deuxièmement, les individus qui sont perçus comme ayant surmonté des difficultés extraordinaires pour survivre ou réussir, sont également traités comme des célébrités, par exemple les femmes qui ont échappé à la prostitution forcée. Troisièmement, comme dans d’autres parties du monde, certaines célébrités en Chine « sont admirées non seulement pour leur persévérance, leur réussite et leurs bonnes actions, mais également pour leur style de vie opulent et leur consommation de produits de luxe, qui leur confèrent un statut social » (p. 18). Parmi ces cas se trouvent la romancière Wei Hui (auteur de Shanghai Baby) (chapitre de Shuyu Kong), le danseur Jin Xing (chapitre de Gloria et M. E. Davis), et le promoteur immobilier Wang Shi (chapitre de David Davies). Quatrièmement, les comportements philanthropiques, qu’ils soient influencés par les notions bouddhistes de compassion, la vertu humaniste du confucianisme, ou toute autre tradition culturelle, deviennent également importants pour les célébrités en Chine. L’une des fonctions de la philanthropie des célébrités est de légitimer la distribution des richesses, en atténuant le ressentiment très répandu contre ceux qui semblent s’être enrichis trop facilement lors de la transformation historique de la Chine d’un pays socialiste en un État néolibéral mêlant systèmes socialiste et capitaliste . Plusieurs chapitres du livre s’intéressent à la philanthropie, à la santé publique, et à la responsabilité sociale collective. Enfin, les célébrités chinoises montrent également que les valeurs normatives et les modes de vie peuvent être inspirés par la non-conformité et la transgression (l’« immoralité » selon les termes de l’ouvrage). Ces exemples incluent les travaux de Wang Shuo et Wei Hui sur l’exploration sexuelle (chapitre de Shuyu Kong), la transsexualité de Jin Xing mise en avant pour la publicité et la promotion (chapitre de Gloria et M. E. Davies), et l’autoreprésentation en ligne de Furong Jiejie (chapitre d’I. D. Roberts).

4Tout en reconnaissant les nombreux mérites de cet ouvrage, je me pose plusieurs questions. Tout d’abord, quels sont les termes qui, en Chine, font référence à la « célébrité » ? L’ouvrage en mentionne quelques-uns, comme « personnages » (renwu), « jolies filles » (meinu), « beaux garçons » (shuaige) et « noms courants » (mingliu). Il serait important d’analyser leurs origines et utilisations dans la culture populaire. Deuxièmement, si la célébrité est étroitement liée à la production de normes sociales, quels sont la nature et le statut de la célébrité en tant que norme ? Comment la célébrité rend-elle intelligibles les normes diffusées ? Comment qualifier les normes liées à la célébrité, comparées à d’autres sortes de normes, statistiques par exemple ? Quelles sont les différences entre ce qui est exemplaire et ce qui relève de la moyenne ? Plusieurs célébrités dans l’ouvrage semblent être exemplaires, comme les « modèles » (mofan) de la Chine socialiste, mais elles sont qualitativement différentes. Elles ne représentent plus le mode de vie maoïste, mais incarnent aujourd’hui le chacun pour soi (do-it-yourself). Peut-être l’une des questions les plus importantes et les plus difficiles concernant la célébrité, que ce soit en Chine ou ailleurs, est-elle la suivante : qu’implique le fait de vivre dans un monde façonné par les célébrités ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hai Ren, « Edwards, Louise, Elaine Jeffreys (éd.), Celebrity in China », Perspectives chinoises, 2011/1 | 2011, 104-105.

Référence électronique

Hai Ren, « Edwards, Louise, Elaine Jeffreys (éd.), Celebrity in China », Perspectives chinoises [En ligne], 2011/1 | 2011, mis en ligne le 30 mars 2011, consulté le 21 août 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5826

Haut de page

Auteur

Hai Ren

Maître de conférences au département d’études sur l’Asie orientale, université d’Arizona.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org