Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Marie-Claire Bergère, Shanghai: China’s Gateway to Modernity

Traduit par Janet Lloyd, Stanford (CA), Stanford University Press, 2009, 520 p.
Jeffrey Wasserstrom
Traduction de Severine Bardon
p. 97-99

Texte intégral

12008 était sans conteste l’année de Pékin, en termes de spectacles comme de publications. La ville accueillait alors les premiers Jeux olympiques de Chine, un spectacle grandiose inauguré par la très onéreuse Cérémonie d’ouverture. Largement inspirée de thèmes historiques, elle s’est déroulée dans l’un des stades ultramodernes qui ont donné à certains quartiers de la capitale un aspect futuriste. Les nombreux livres sur Pékin publiés cette année-là présentaient tous un certain éclectisme temporel, un mélange de thèmes historiques et actuels. La plupart de ces ouvrages cherchait à toucher cet insaisissable lecteur occidental doté d’une curiosité intellectuelle et désireux de mieux connaître la Chine. Certains se focalisaient uniquement sur le présent olympique de la ville, et ajoutaient pour faire bonne mesure quelques commentaires sur l’avenir de la métropole. D’autres s’intéressaient en revanche aux temps plus anciens, reliant les précédentes incarnations de la capitale chinoise (résidence des empereurs, des seigneurs de la guerre, puis de Mao) à sa situation contemporaine, mélange de structures historiques grandioses, telles la Cité interdite, et de pièces architecturales futuristes, comme le bâtiment controversé de la CCTV, conçu par Rem Koolhaas, et le stade Nid d’oiseau (au-dessus duquel les feux d’artifice ont fusé et les tambours résonné le 08/08/08). L’intense couverture médiatique internationale des Jeux et cette explosion du nombre d’ouvrages publiés sur Pékin ont fortement contribué à modifier l’image internationale de la métropole, jusqu’alors presque exclusivement associée à des sites politiques (comme la place Tiananmen) et historiques (la plupart du temps hérités des dynasties anciennes).

2Bien que Shanghai ait accueilli un prolongement des Jeux (l’Exposition universelle était considérée par la presse chinoise comme des « Jeux olympiques » économiques et technologiques), 2010 n’a pas été l’année de la ville de la même manière, ou du moins pas avec la même ampleur. Il est vrai que l’Exposition, inaugurée le 1er mai et close fin octobre, s’est révélée être, comme prévu, le plus grand événement en son genre dans l’histoire. Elle a eu plus d’impact et a attiré davantage de visiteurs (plus de 70 millions) que la plus ambitieuse exposition universelle du XIXe siècle (la grande Exposition de Paris) et que la plus onéreuse des Expositions du XXe siècle (celle d’Osaka en 1970, qui détenait le précédent record d’affluence, avec 64 millions de visiteurs). Mais aussi important qu’ait été ce spectacle pour le public intérieur (la plupart des visiteurs de l’Exposition de Shanghai étaient chinois), l’attention médiatique internationale et la modification de la perception de la ville ne pouvaient rivaliser avec les Jeux de Pékin. Pour ceux qui vivent hors de Chine, la réputation de Shanghai n’est pas très différente aujourd’hui (j’écris ceci en novembre 2010) de ce qu’elle était un an plus tôt. Avant l’ouverture de l’Exposition, Shanghai était déjà considérée comme une destination touristique attrayante, un centre d’affaires et de commerce florissant, et une métropole évoquant à la fois un passé haut en couleurs et un présent futuriste.

3Les publications de l’année des Jeux de Pékin et de celle de l’Exposition de Shanghai présentent également un net contraste. Quelques ouvrages intéressants ont certes été publiés sur la ville en 2010, mais ces parutions s’inscrivent dans la continuité d’une tendance de long terme. Des livres passionnants sur Shanghai, en langues occidentales et destinés à un large public, sont publiés régulièrement depuis maintenant près de deux décennies. Quelques travaux particulièrement intéressants et accessibles, consacrés à la ville concurrente de la capitale, ont même été publiés en 2008, rivalisant pour capter l’attention des lecteurs non-spécialistes. Parmi eux, le bel ouvrage élégamment conçu de Lynn Pan, Shanghai Style : Art and Design Between the Wars (Hong Kong, Joint Publishing, 2008) ; Urbanatomy : Shanghai 2008 (Shanghai, Urbanatomy, 2008), de Nick Land et al., un livre difficile à classer (à la fois guide touristique et incursion dans la théorie urbaine), dont j’étais l’un des nombreux contributeurs ; et à l’extrémité la plus académique, l’ambitieux recueil d’essais de Wen-hsin Yeh sur les premiers contacts de la ville avec le capitalisme mondial, Shanghai Splendor : Economic Sentiments and the Making of Modern China, 1843-1949 (University of California Press, 2008).

4Mais même si l’édition de nouveaux ouvrages sur Shanghai a été relativement normale en 2010, l’année a en revanche été marquée par des traductions en anglais de travaux existants. Elle a en effet débuté avec la publication par Stanford University Press de la très attendue édition anglaise de l’étude exhaustive, bien écrite et minutieusement détaillée de Marie-Claire Bergère sur le passé de la ville. Depuis plusieurs années, à ceux qui me demandaient où trouver un aperçu de l’histoire moderne de Shanghai, je répondais que des sommes imposantes avaient été publiées en chinois, en anglais et en japonais, mais que l’approche générale la plus satisfaisante du passé local, racontant à la fois le siècle des ports ouverts (1843-1943), les années de guerre civile (1945-1949), la période maoïste (1949-1976), et celle des réformes (à partir de 1979), n’était disponible qu’en français. On pouvait trouver de nombreuses introductions intéressantes à l’histoire du développement de Shanghai, depuis la ville fortifiée de quelque 200 000 habitants dans les années 1830 (contrairement à la légende, ce n’était pas à l’époque un simple « village de pêcheurs ») jusqu’à l’un des plus grands et des plus internationaux centres urbains mondiaux dans les années 1930. Certains travaux dans des langues autres que le français avaient tenté de relier le passé de la ville avant 1949 à la période contemporaine, par le biais d’épilogues (la stratégie utilisée par Yeh dans Shanghai Splendor) ou d’autres techniques (mon propre ouvrage publié chez Routledge en 2009, Global Shanghai, a par exemple recours à des « instantanés » de plusieurs années choisies, 1950, 1975 et 2000). Mais jusqu’en 2010, l’Histoire de Shanghai de Marie-Claire Bergère, l’une des doyennes de la sinologie française, formait une classe à part, un ouvrage synthétique, vivant, appuyé sur les meilleurs travaux dans plusieurs langues. Il entraînait le lecteur dans le récent passé multiforme de la ville, décennie par décennie et parfois année par année, tout en évitant le traitement rigide de la période post-1949 qui entache souvent même les meilleurs travaux en chinois.

5Marie-Claire Bergère était particulièrement bien armée pour relever le défi de synthétiser en une narration cohérente la transformation de la ville, d’un centre urbain chinois unifié (avant 1843), en un port ouvert morcelé (en trois districts séparés, deux d’entre eux gérés par des étrangers, et chacun gouverné d’une manière différente), puis en une métropole socialiste et aujourd’hui sans aucun doute postsocialiste (bien que toujours dirigée par le Parti communiste). Marie-Claire Bergère s’est longtemps passionnée pour l’histoire de la bourgeoisie chinoise et pour Shanghai qui, bien plus que toute autre ville du continent, a été identifiée comme la porte d’entrée en Chine, avant et après 1949, du capitalisme mondial, des modes internationales et des modèles de consommation globaux. Tout au long de sa carrière, Marie-Claire Bergère a alterné une écriture très académique, pour la revue des Annales par exemple, et des travaux synthétiques et des enquêtes destinées aux lecteurs non initiés et aux étudiants. Histoire de Shanghai était un apport bienvenu à la littérature sur la ville lors de sa première publication, puisqu’il alliait l’essentiel de sa profonde connaissance à ses talents narratifs. Il faut se féliciter que cet ouvrage soit aujourd’hui disponible en anglais, une langue dans laquelle il est très agréable à lire grâce aux talents du traducteur choisi par Stanford, Janet Lloyd, déjà auteur d’une traduction très fluide de la biographie de Sun Yat-sen par Marie-Claire Bergère.

6Shanghai : China’s Gateway to Modernity, titre de la version anglaise, est admirable à bien des égards. Pour les non-spécialistes, la clarté des descriptions des accords politiques complexes de la période des ports ouverts sera bienvenue. Marie-Claire Bergère parvient également à capter l’ambiance de moments particuliers du passé de la ville (sa description du quotidien de la métropole durant la Seconde Guerre mondiale est particulièrement fascinante), et à construire un récit des évolutions économiques, entrecoupé de courts épisodes mettant en scène d’importants personnages capitalistes, hommes de lettres et révolutionnaires. Pour les spécialistes, outre la volonté de Marie-Claire Bergère d’intégrer l’analyse des périodes pré-communiste et communiste, l’élément le plus novateur est la profonde attention qu’elle porte à la concession française dans les chapitres sur la période des ports ouverts. Elle ne surévalue pas l’importance de ce district, qui n’a jamais été aussi grand ni aussi significatif sur le plan économique que la concession internationale contrôlée par les Britanniques, qui retient davantage l’attention des récits de cette période. Marie-Claire Bergère souligne en effet à quel point la population de la concession française était réduite dans ses premières années. Marie-Claire Bergère nous rappelle néanmoins les importantes différences entre les concessions française et internationale, et fait une excellente utilisation de documents d’archives, mémoires et récits de voyage en français que d’autres chercheurs ont souvent ignorés. Le résultat est un texte qui n’est pas fondamentalement novateur, mais qui est rendu vivant par des citations et des commentaires pittoresques, dus à des personnes différentes des habituels hommes de lettre et journalistes.

7Je n’ai qu’un seul regret à la lecture de cet ouvrage : il ne comprend aucun épilogue sur l’histoire de la ville à partir du tournant du millénaire, alors que l’édition française a été complétée jusqu’à 2010. Les principaux arguments de Marie-Claire Bergère quant à la trajectoire actuelle de Shanghai restent valides. Marie-Claire Bergère a passé sa carrière à étudier Shanghai tout en enseignant dans la capitale française. Il aurait été intéressant de lire ses réflexions sur les changements liés à l’introduction du métro, et sur la façon dont l’organisation d’une exposition universelle aux caractéristiques du XXIe siècle pourrait modifier ce lointain centre urbain qui s’est longtemps vanté d’être le Paris de l’Orient. On aurait également souhaité lire son analyse sur la possibilité, pour une ville, de se prétendre la seule « porte d’entrée de la modernité » en Chine, à une époque où Pékin surfe sur la vague des Jeux olympiques, où Canton a les journalistes les plus audacieux, et où Hong Kong continue à remplir d’autres rôles autrefois assumés par le port ouvert de Shanghai.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeffrey Wasserstrom, « Marie-Claire Bergère, Shanghai: China’s Gateway to Modernity », Perspectives chinoises, 2011/1 | 2011, 97-99.

Référence électronique

Jeffrey Wasserstrom, « Marie-Claire Bergère, Shanghai: China’s Gateway to Modernity », Perspectives chinoises [En ligne], 2011/1 | 2011, mis en ligne le 30 mars 2011, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5814

Haut de page

Auteur

Jeffrey Wasserstrom

Professeur d’histoire et directeur du département d’histoire de l’université de Californie, Irvine.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org