Navigation – Plan du site
Dossier : Le renouveau des études nationales

Guoxue re et l'ambiguïté de la modernité chinoise

Xie Shaobo
Traduction de Camille Richou
p. 43-50

Résumé

Cet essai aborde la signification symbolique ou socio-idéologique de ce qu'on appelle aujourd'hui en Chine le guoxue re (engouement pour les études nationales). Selon l'auteur, bien que le concept de guoxue ait conservé la même morphologie, il a traversé l'histoire en changeant de contenu. Il revêt, selon les groupes sociaux, une signification différente et ne sert pas les mêmes intérêts. Le terme guoxue, employé de façon catachrètique, implose par son ambiguïté lorsqu'il est manipulé pour s'adapter aux désirs du marché en général et du marché culturel en particulier. Le vertigineux paysage kaléidoscopique qui se cache derrière le guoxue indique en fin de compte sans erreur possible une collusion entre le gouvernement, l'élite académique et le marché. Cette ambiguïté conceptuelle et discursive du guoxue s'inscrit dans la continuité de l'ambiguïté inhérente à la modernité chinoise, qui dans son état actuel constitue un mélange de capitalisme, de marxisme, de confucianisme et de développementalisme auquel s’ajoute la notion de société harmonieuse. En outre, à une époque où la vie en Chine est dominée par les règles du capital, cette fièvre du guoxue trahit un désir profondément ancré dans l'inconscient collectif chinois de changement radical de l'ordre social et de quête d'une autre humanité que celle définie par les modes de vie de la modernité capitaliste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xie Shaobo, « Guoxue re et l'ambiguïté de la modernité chinoise », Perspectives chinoises, 2011/1 | 2011, 43-50.

Référence électronique

Xie Shaobo, « Guoxue re et l'ambiguïté de la modernité chinoise », Perspectives chinoises [En ligne], 2011/1 | 2011, mis en ligne le 30 mars 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5790

Haut de page

Auteur

Xie Shaobo

Enseignant au Département d’anglais de l’université de Calgary. Il est éditeur des comptes-rendus de ARIEL. Il a publié sur les théories littéraires, les études postcoloniales, les études culturelles, la globalisation, la littérature comparée, la traduction et la modernité chinoise. Ses autres travaux incluent Cultural Critique and Critical Culture, New Directions in Postcolonial Studies (ARIEL-40th anniversary, numéro spécial co-édité avec Wang Ning), Dialogues on Cultural Studies Interviews with Contemporary Critics (co-édité avec Wang Fengzhen), et Cultural Politics of Resistance.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org