Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Chan Hing-ho, Joyce Liu Chi-hui, Peng Hsiao-yen, Angel Pino, and Isabelle Rabut (éds.), La littérature taïwanaise. État des recherches et réception à l'étranger

Paris, You Feng, 2011, 680 p.
Gwennaël Gaffric
p. 101-102

Texte intégral

  • 1  Contrairement à l'ouvrage de Sandrine Marchand, les éditeurs ont fait le choix de retranscrire les (...)
  • 2  Villages où étaient logées les familles des militaires ayant suivi le gouvernement de Chiang Kai-s (...)
  • 3  Deux récents articles (en chinois) peuvent partiellement combler ce manque : Zhuo Li (Esther Lin-R (...)

1Cet ouvrage est la publication de la quasi-totalité des actes d'un colloque qui s'est tenu à Bordeaux en 2004. Les contributions écrites en anglais et en chinois ont été traduites en français par Hervé Denès, Angel Pino et Isabelle Rabut.Outre l'introduction d'Angel Pino et Isabelle Rabut, le livre se divise en trois parties : les deux premières parties présentent des études originales sur la littérature taïwanaise, puis des analyses sur sa traduction et sa réception en Grande-Bretagne, en Allemagne, aux États-Unis et en France, tandis que la troisième est une vaste bibliographie de plus de 300 pages répertoriant les travaux académiques et les traductions effectuées autour de la littérature taïwanaise en allemand, anglais et français jusqu'en 2005.Le premier chapitre, « La question du modernisme », s'articule comme son nom l'indique autour de la réception et de la réinvention du modernisme littéraire à Taiwan entre les années 1950 et 1990. Les contributions de Chen Fang-ming, de Chiu Kuei-fen et de Zhang Yinde s'intéressent tout particulièrement aux questions de la lecture des œuvres et des théories du modernisme occidental dans les cercles littéraires à Taiwan, et réfutent l'idée d'une simple « imitation taïwanaise », ou d'une influence impérialiste occidentale à sens unique, en mettant en avant l'ambiguïté et la créativité des auteurs insulaires dans leurs retraductions, leurs appropriations, et leurs reconstructions intertextuelles.Le second chapitre est intitulé « Histoire de la littérature ». Les articles de Lin Juei-ming et de Li Xiangping fonctionnent en miroir : ils explorent les manières dont l'histoire de la littérature taïwanaise s'écrit, mais en présentant des points de vue radicalement différents. Si Lin Juei-ming s'efforce de redessiner les contours de ce qu'il appelle la « taïwanité », en soulignant les particularités de l'histoire de la critique littéraire à Taiwan, Li Xiangping propose lui une critique plus sino-centrée de ce qu'il considère comme le romantisme nationaliste d'une certaine historiographie littéraire à Taiwan, et insiste sur les traumatismes de la période japonaise (dont on devine qu'ils fonctionnent, pour ce dernier, comme stigmates communs rapprochant histoires taïwanaise et chinoise). Intercalé entre ces deux contributions, le travail de Chen Wan-yi reconsidère l'œuvre de l'écrivain Yang Kui1, en revenant notamment sur ses tentatives précoces d'une « littérature en taïwanais », dans un contexte (les cercles littéraires insulaires des années 1930) où la question du choix de la langue d'écriture est une problématique importante.Dans le troisième chapitre, « Littérature et Histoire », Peng Hsiao-yen montre les liens existant entre écriture et mémoire chez des écrivains des villages de garnison (juancun)2 comme Zhu Tianxin et Zhang Dachun. Joyce Liu Chi-hui fait l'analyse de la conscience décadente de certains poètes taïwanais de la période japonaise, notamment Yang Shichang (qui aurait en réalité dû être écrit Yang Chichang en pinyin). Mei Chia-ling propose quant à elle une étude de la représentation du corps dans la littérature romanesque taïwanaise à l'époque japonaise.Le quatrième chapitre, « De quelques œuvres littéraires taïwanaises », regroupe cinq contributions. Li Sher-shiueh rapproche En ce jardin d'un rêve brisé, de Bai Xianyong avec Mrs Dalloway de Virgina Woolf. Pei-yin Lin invite à la redécouverte d'un « canon alternatif », Vent et Lune, un périodique datant de « l'occupation japonaise ». Esther Lin effectue un tour d'horizon des nouvelles stratégies d'écriture chez la génération d'écrivains taïwanais nés après les années 1960. Sandrine Marchand revient sur la question de la mémoire dans Processus Familial de Wang Wenxing, et pour finir, Lin Ming-teh dissèque l'influence de L'Affaire Crainquebille d'Anatole France sur la célèbre nouvelle de Lai He, « Une "balance"» (chengzi en pinyin, alors qu'elle aurait également pu être rendue en taïwanais : chhìn-á conformément aux intentions premières de Lai He).Dans la seconde partie, les contributions d'Angel Pino, Isabelle Rabut, Christina Neder et Pei-yin Lin démontrent enfin de manière intéressante les liens entre les stratégies de traduction et d'édition de la littérature taïwanaise et la visibilité de Taiwan dans le monde.D'un simple point de vue d'organisation des contributions, il aurait peut-être été plus judicieux de commencer avec les réflexions sur la façon dont on écrit l'histoire de la littérature taïwanaise au lieu d'ouvrir le collectif avec la question du modernisme. De même, un découpage en chapitres chronologiques aurait évité que des études sur des auteurs écrivant pendant la période japonaise (comme Lai He, Yang Kui ou Yang Chichang, ou bien les analyses de Pei-yin Lin et de Mei Chia-ling) ne se retrouvent si éloignées les unes des autres. Les éditeurs auraient également pu choisir de mettre en miroir les analyses de Zhang Yinde et de Li Sher-shiueh, puisqu'ils proposent tous deux une étude comparative de l'œuvre de Bai Xianyong, et éviter enfin à la contribution d'Esther Lin, sur la nouvelle génération de romanciers taïwanais, de se voir coincée entre l'étude d'un périodique de la période japonaise et de celle d'un roman (Processus familial) paru en 1973.Par ailleurs, s'il est important de considérer à sa juste valeur le colossal travail bibliographique de Pei-yin Lin (Grande-Bretagne), Christiane Hammer (Allemagne), et surtout d'Angel Pino (États-Unis et France) dans la troisième partie de l'ouvrage, il est toutefois regrettable que la liste s'arrête en 2005 pour une publication en 2011, quand on sait par exemple que pas moins de 13 romans ou anthologies de poèmes taïwanais ont été traduits et publiés en français depuis cette date, sans compter l'importance des contributions académiques récentes sur le sujet3. Il aurait pu être tout aussi intéressant d'intégrer un état des lieux de la réception de la littérature taïwanaise au Japon, haut-lieu des études taïwanaises, et l'un des pays où le plus grand nombre d'œuvres littéraires taïwanaises ont été traduites, ainsi qu'une présentation de la littérature « aborigène » en chinois, étonnamment absente du collectif.On déplorera aussi les quelques coquilles présentes dans le livre. Enfin, et en dépit de la présence souvent pertinente de notes des traducteurs, il aurait peut-être été intéressant – au risque d'alourdir la traduction – de rajouter quelques informations concernant les termes utilisés dans la langue originelle des contributions. À quoi correspond par exemple « langue parlée taïwanaise » dans l'article de Chen Wan-yi : à taiyu ou taiwan huawen ? « Région chinoise de Taiwan » dans le texte de Li Xiangping est-il une traduction de taiwan qu, ou de taiwan sheng ?Malgré les quelques faiblesses éditoriales de l'ouvrage, celui-ci manifeste une volonté remarquable d'effectuer une présentation des différentes manières dont on pense la littérature taïwanaise de par le monde, en donnant la parole à des chercheurs de différents horizons et à travers des points de vue idéologiques divergents, proposant ainsi un aperçu très riche de l'histoire de la littérature taïwanaise à différentes époques. Dans la même optique, le travail bibliographique de la dernière partie reste, malgré son caractère incomplet, d'un recours inestimable pour tous ceux qui s'intéressent à la littérature taïwanaise.Dans leur introduction, Angel Pino et Isabelle Rabut posent la question de savoir si la littérature taïwanaise est une « branche » de la littérature chinoise, ou bien une littérature tout à fait indépendante (p. 15). Les dynamiques transtextuelles décryptées dans cet ouvrage et dans celui de Sandrine Marchand suggèrent la possibilité d'une interprétation alternative : la littérature taïwanaise n'étant effectivement ni exclusivement « sino-référentielle », ni tout à fait « autoréférentielle », ne pourrait-on pas affirmer que c'est plutôt la littérature chinoise qui est une composante de la littérature taïwanaise, au même titre que la littérature japonaise, ou que Virginia Woolf, James Joyce et Anatole France, ou plus récemment Milan Kundera, Haruki Murakami ou Gabriel Garcia Marquez ?Les deux livres présentés ci-dessus, les premiers ouvrages en français s'intéressant exclusivement à la littérature taïwanaise – d'une manière qui ne se veut toutefois nullement exclusive – témoignent de la richesse des particularités des poétiques taïwanaises et du devenir rhizomique des études francophones sur la littérature de Formose.

Haut de page

Notes

1  Contrairement à l'ouvrage de Sandrine Marchand, les éditeurs ont fait le choix de retranscrire les noms des auteurs en pinyin. Les deux livres proposent toutefois des correspondances dans leurs index.

2  Villages où étaient logées les familles des militaires ayant suivi le gouvernement de Chiang Kai-shek.

3  Deux récents articles (en chinois) peuvent partiellement combler ce manque : Zhuo Li (Esther Lin-Rosolato), « Taiwan wenxue zuopin fayi yu jieshou » (La traduction et la réception de la littérature taïwanaise en France), Taiwan wenxue guan tongxun (Bulletin du musée de la littérature taïwanaise), n° 32, septembre 2011, p. 18-23 et Guan Shou-qi (Gwennaël Gaffric), « Taiwan wenxue zai faguo de xianzhuang » (État des lieux de la littérature taïwanaise en France), Wenshi Taiwan xuebao (Revue académique sur la littérature et l'histoire de Taiwan), n° 3, décembre 2011, p. 101-120.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gwennaël Gaffric, « Chan Hing-ho, Joyce Liu Chi-hui, Peng Hsiao-yen, Angel Pino, and Isabelle Rabut (éds.), La littérature taïwanaise. État des recherches et réception à l'étranger », Perspectives chinoises, 2012/2 | 2012, 101-102.

Référence électronique

Gwennaël Gaffric, « Chan Hing-ho, Joyce Liu Chi-hui, Peng Hsiao-yen, Angel Pino, and Isabelle Rabut (éds.), La littérature taïwanaise. État des recherches et réception à l'étranger », Perspectives chinoises [En ligne], 2012/2 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5770

Haut de page

Auteur

Gwennaël Gaffric

Doctorant à l'Institut d'études transtextuelles et transculturelles (IETT) de l'Université Jean Moulin Lyon 3, actuellement en échange universitaire à l'Institut de littérature taïwanaise de l'Université nationale de Taiwan.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org