Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Sandrine Marchand, Sur le fil de la mémoire : littérature taïwanaise des années 1970-1990

Lyon, Tigre de Papier, 2009, 390 p.
Gwennaël Gaffric
p. 100-101

Texte intégral

  • 1  Ce que l'auteur appelle la langue taïwanaise désigne le taiyu (selon le terme en chinois mandarin) (...)

1Comme son titre l'indique, l'ouvrage de Sandrine Marchand est consacré à la question féconde de la mémoire dans la littérature taïwanaise, en se concentrant principalement sur la période allant du début des années 1970 à la fin des années 1990. L'auteur s'accorde toutefois certaines exceptions, en proposant la lecture de textes publiés dans les années 1950 et 1960 (de Ch'en Ying-chen, Lin Hai-yin et Chu Hsi-ning notamment), ainsi qu'une partie de l'œuvre cinématographique de Hou Hsiao-hsien.Dans son introduction, Sandrine Marchand effectue une présentation intéressante de l'histoire de la littérature taïwanaise, en soulignant la pertinence d'une étude articulée autour des processus d'écriture mémorielle. Sandrine Marchand ne se limite pas ainsi à une conception unique de « la » mémoire, mais s'attache à démontrer l'imbrication de plusieurs modalités mémorielles : la mémoire et son rapport au temps (l'enfance, la guerre, l'histoire), à l'autre (la mère, le père, l'adulte, le soldat américain, le Japonais), à l'espace (pays natals réel et imaginaire, paysages, jardins), à la sensation, à la langue... C'est d'ailleurs une organisation en chapitres thématiques que choisit l'auteur pour présenter les différentes facettes de l'écriture du souvenir, parfois écriture de l'oubli, en faisant dialoguer, autour d'un thème commun, les textes de différents auteurs.Une grande place est accordée en particulier à deux auteurs : Wang Wen-hsing et Ch'en Ying-chen, dont la lecture est le sentier principal que se propose d'emprunter l'auteur, et sur lesquels elle revient dans chaque chapitre. Sandrine Marchand réussit le défi de saisir les deux auteurs dans toute l'ambiguïté de leur relation à la mémoire, à l'histoire, à l'identité et à la littérature. Ambiguïté de Wang, dans son modernisme iconoclaste qui croise sa volonté de se poser en continuateur de la littérature chinoise ancienne et ambiguïté de Ch'en, à la fois ardent défenseur d'un nationalisme chinois, et profondément attaché aux expériences historiques de l'île de Taiwan. Des analyses de nombreux autres auteurs sont également faites dans l'ouvrage (Hwang Ch'un-ming, Li Ang, Ch'i Teng-sheng, Ch'i Chun, Chu T'ien-hsin, Kuo Song-fen...).Le but de l'auteur est ainsi de présenter un large éventail de forces, de flux, de subjectivités, qui s'affrontent, s'interrogent et se réinventent. La critique que l'on peut adresser à Sandrine Marchand se situe d'ailleurs dans son choix d'une certaine exhaustivité. Il est nécessaire d'affirmer en premier lieu que l'auteur a une connaissance poussée des trajectoires mosaïques de la littérature taïwanaise, et il serait injuste de lui faire le procès de méconnaître des auteurs importants. Malgré son choix manifeste d'élargir son champ d'investigation à un grand nombre d'auteurs, le processus de sélection des œuvres pose inévitablement la question fondamentale du canon littéraire, à plus forte raison lorsqu'on s'intéresse au sujet si sensible de la mémoire. Quels textes, quels auteurs sont les plus à même d'être discutés afin de pouvoir saisir au mieux les processus de « reconstruction mnésique » du formidable magma littéraire taïwanais des années 1970 à 1990 ? D'un seul même évènement peuvent parfois fleurir une multitude de lectures et d'interprétations : le traitement textuel du 28 février 1947 est par exemple révélateur des distorsions mémorielles à l'œuvre dans la littérature taïwanaise, et si Sandrine Marchand présente le cas de Kuo Song-fen, de Hou Hsiao-hsien (cinéma) et moins directement de Li Ang et Ch'en Ying-chen, elle aurait pu évoquer d'autres écritures de cet évènement, provenant d'auteurs aux positions idéologiques différentes tels que Lin Shuang-pu, Lin Yao-de, Yeh Shih-tao, Cheng Ch'ing-wen ou Wu He pour ne citer qu'eux. Si l'ouvrage ne se veut pas un inventaire encyclopédique de la question mémorielle à Taiwan dans les années 1970-1990, il aurait été utile de parler de la recrudescence, importante à l'époque, des « romans fleuves » (dahe xiaoshuo) : ceux de Tung Fang-pai, Chung Chao-cheng, Li Ch'iao entre autres, dont les auteurs – souvent engagés du côté du nationalisme taïwanais – tentent de réinventer à travers leurs romans historiques des liens entre mémoire nationale et familiale. Ne sont pas mentionnés non plus les balbutiements naissants d'une littérature « aborigène » en langue chinoise (alors que des auteurs comme Monaneng et Walis Nokan inscrivent par exemple ouvertement leur démarche dans une tentative d'exploration mémorielle de l'histoire « aborigène »). Il est également dommage que l'auteur ne revienne pas avec plus de détails sur le contexte extra-littéraire de la période qu'elle s'est donnée d'étudier, alors qu'il aurait été nécessaire d'évoquer d'autres stratégies d'investissement de la mémoire à Taiwan, et notamment l'historiographie. Sandrine Marchand conclut en examinant la question complexe du choix des langues d'écriture, mais elle n'évoque pas toute la production littéraire en langue « taïwanaise »1 ou en langue hakka, qui connaît pourtant un essor important durant cette période, ni de Wang Chen-ho, écrivain dont la recherche d'une langue hybride (entremêlement de chinois, de taïwanais, de japonais et d'anglais) est peut-être la plus poussée à l'époque. Néanmoins, Sandrine Marchand a bien conscience qu'« à Taiwan, la langue – les langues devrait-on dire – ont une valeur toute particulière dans leur rapport avec l'identité de Taiwan et la mémoire » (p. 308) et en présentant finalement la littérature taïwanaise comme « littérature mineure » (conception partagée par d'autres chercheurs, tels que Lee Yu-lin, Yang Kai-lin ou Carlos Rojas), où « tout est politique », elle suggère avec justesse l'importance de la question mémorielle chez des auteurs ouvertement politisés comme Ch'en Ying-chen ou résolument apolitiques comme Chu T'ien-hsin.Le discours de Sandrine Marchand est régulièrement enrichi de nombreux extraits des œuvres étudiées, ainsi que de leur traduction en français. Par ailleurs, la bibliographie est très fournie, avec une présence importante de textes académiques en chinois. L'auteur se singularise aussi par son écriture recherchée, parfois lyrique, et par sa mise en perspective originale des textes avec des réflexions d'auteurs généralement inconnus ou négligés par ceux qui travaillent sur la littérature taïwanaise, comme Ernest Renan, Augustin Berque et Édouard Glissant. On déplorera toutefois les très nombreuses coquilles qui parsèment l'ouvrage (typographie, dates, noms, et parfois même correspondance entre le texte original et la traduction française).En somme, si la difficulté de traiter la question éminemment sélective de la mémoire n'échappe pas au risque d'un choix « canonique », Sandrine Marchand semble malgré tout consciente de cet obstacle lorsqu'elle cite dès les premières lignes cette phrase de Borges : « penser c'est oublier des différences, c'est généraliser, abstraire » (p. 19).L'ouvrage constitue ainsi – en dépit et peut-être même grâce aux interrogations qu'il suscite – une contribution essentielle pour le domaine des études taïwanaises en France, et incite à d'autres immersions dans l'archipel littéraire formosan.

Haut de page

Notes

1  Ce que l'auteur appelle la langue taïwanaise désigne le taiyu (selon le terme en chinois mandarin), ou taigi en hoklo. Apparenté au minnan, parlé dans la province du Fujian, le hoklo était la langue majoritaire à Taiwan jusqu'à ce que le régime du KMT impose le mandarin. On estime que la langue est encore parlée par plus de 60 % de la population aujourd'hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gwennaël Gaffric, « Sandrine Marchand, Sur le fil de la mémoire : littérature taïwanaise des années 1970-1990 », Perspectives chinoises, 2012/2 | 2012, 100-101.

Référence électronique

Gwennaël Gaffric, « Sandrine Marchand, Sur le fil de la mémoire : littérature taïwanaise des années 1970-1990 », Perspectives chinoises [En ligne], 2012/2 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5767

Haut de page

Auteur

Gwennaël Gaffric

Doctorant à l'Institut d'études transtextuelles et transculturelles (IETT) de l'Université Jean Moulin Lyon 3, actuellement en échange universitaire à l'Institut de littérature taïwanaise de l'Université nationale de Taiwan.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org