Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Gordon Mathews, Ghetto at the Center of the World: Chungking Mansions, Hong Kong

Hong Kong University Press 2011, 241 p.
N. Jayaram
Traduction de Juliette Genevaz
p. 99-100

Texte intégral

1J'ai commencé ma carrière de correspondant à Pékin pour une agence de presse indienne en 1988. C'est dans ce cadre que je fis mon premier voyage à Hong Kong en 1989, encouragé par des Indiens habitant la capitale chinoise, à me rendre aux Chunking Mansions pour acheter du matériel. Je m'établis donc dans l'un des « hôtels » du lieu pour quelques jours – à l'issue desquels je me promis de ne plus jamais y remettre les pieds. Non pas que l'hôtel fût malpropre ; au contraire, l'associée philippine de l'Indien qui le régissait le maintenait dans un état tout à fait acceptable. C'était l'absence complète de fenêtre et la longue attente pour des ascenseurs minuscules qui rendaient l'endroit claustrophobique et déplaisant. Avec emphase, je pris l'habitude de dire que des radiations nucléaires auraient peine à pénétrer ce bâtiment labyrinthique. La première fois que je m'aventurai par ailleurs à comparer les prix du matériel électronique et électrique dans les boutiques du rez-de-chaussée, je me fis insulter en urdu/punjabi – par un vendeur chinois.Un an ou deux après avoir emménagé à Hong Kong en 1995, je me mis à nouveau à flâner dans les Chungking Mansions, où l'on mangeait pour moins cher que dans les autres soi-disant restaurants indiens de Hong Kong. Alors qu'on commençait à trouver de plus en plus de produits du sous-continent, les boutiques des Chungking Mansions pratiquaient des prix moins élevés que les autres épiceries de Hong Kong où les prix montaient en flèche.La proximité du Centre culturel, lieu de concerts et de festivals artistiques et cinématographiques, attirait dans ce lieu les moins tatillons des gens de ce milieu. Une fois, j'entendis les bribes d'une conversation venant d'une table proche de la mienne dans un restaurant des Chungking Mansions. Des participants au festival annuel du film de Hong Kong y parlaient de l'influence néfaste des Américains d'origine cubaine vivant en Floride sur la politique de Washington vis-à-vis de la Havane !Ceci me revint en mémoire à la lecture d'un passage du livre de Gordon Mathews, professeur d'anthropologie à l'université chinoise de Hong Kong – la similitude ne concernant pas tant le thème de la discussion, que la langue. Mathews y explique que, lui-même américain, se retrouva à parler avec un Bangladais et un Camerounais à la table d'un restaurant du bâtiment – en japonais (p. 96-97).Mathews décrit les Chungking Mansions comme le centre de « la mondialisation bas de gamme » (low-end globalisation) rassemblant marchands à la sauvette, demandeurs d'asile, travailleurs itinérants, entrepreneurs de bas étage, touristes et leur apanage de prostituées et de drogués. Il définit la « mondialisation bas de gamme » comme « le flux international de biens fondé sur de petites sommes d'argent ainsi que sur des transactions informelles, parfois illégales ou semi-légales, que l'on associe au "monde en développement". Il s'agit de la mondialisation des marchands africains qui retournent au pays le sac plein de téléphones portables, et des travailleurs temporaires d'Asie du Sud qui rapportent à la maison les quelques centaines de dollars qui feront la différence, ainsi que des histoires extraordinaires venues d'un monde qui n'existe pour leurs familles qu'en imagination » (p. 19-20).Si Hong Kong a longtemps servi d'entrepôt pour la Chine avec le reste du monde, les Chungking Mansions remplissent la fonction de micro-entrepôt, employant et répondant aux besoins des populations les plus pauvres du monde, celles qui sont à la recherche de téléphones portables à bas prix et de vêtements fabriqués en Chine.Le bâtiment est une sorte d'Organisation des Nations Unies informelle. Au cours de ses enquêtes dans des hôtels et de ses entretiens, Mathews a recensé 129 nationalités différentes (p. 7). Il ne serait pas irréaliste d'estimer à plus de 150 le nombre de pays représentés par les gens qui vont et viennent aux Chungking Mansions. Il s'agit principalement de touristes, marchands en tout genre, travailleurs migrants, chalands locaux, clientèle de restaurant (elle-même d'origine diverse) et demandeurs d'asile. D'après Mathews, même ces derniers « font partie de l'élite de leur société d'origine », puisqu'ils ont été en mesure de payer le billet d'avion qui les a amenés à Hong Kong, ce que la majorité de leurs compatriotes ne pourra jamais faire » (p. 102).Certains lecteurs se trouveront sans doute mal à l'aise face à la défense tacite que Mathews fait du « néolibéralisme » régnant aux Chungking Mansions. Il écrit que « la littérature anthropologique dans son ensemble dépeint le néolibéralisme comme un mal profond, qui représente les forces du capitalisme mondialisé dominant et détruit toute possibilité de résistance. D'un point de vue macroscopique, il est en effet vrai que le néolibéralisme a un effet néfaste sur le monde. Mais dans le microcosme des Chungking Mansions, les effets du libéralisme sont relativement bénins » (p. 213). Mathews cite en exemple de nombreux travailleurs des Chungking Mansions qui, sous-payés et exploités, nourrissent cependant l'ambition de devenir eux-mêmes patrons un jour.Mathews prend toutefois soin de remarquer que ceux qui se retrouvent aux Chungking Mansions ont fait le choix d'y être. En ce sens, il a fait l'étude d'un groupe social dont les membres sont les acteurs de leur propre destin. Il ne s'agit pas de syndicalistes ou autres militants et même s'ils professaient un engagement politique dans leur propre pays, ils se doivent de respecter les règles du jeu – formelles et informelles – en vigueur lorsqu'ils sont à Hong Kong et aux Chungking Mansions. En ce sens, il est permis de se demander pourquoi Mathews fait si grand cas de l'aspect « néolibéral » du bâtiment.Un autre élément agaçant est la manière dont il s'appesantit sur les confrontations entre habitants de différentes nationalités au sein du bâtiment. De nombreux comptes-rendus du livre parus dans la presse relèvent un passage citant un Pakistanais qui explique qu'il n'aime pas les Indiens mais qu'il n'est pas en mesure de se battre avec eux (p. 101). Or il y aurait sûrement autant d'exemples de liens d'amitié et de solidarité entre les personnes de ces deux nationalités qui ont en commun la langue, ainsi que des goûts culturels et culinaires. D'autant qu'elles sont l'objet des mêmes formes de discrimination de la part de certains Chinois et Occidentaux à Hong Kong. Nombreux sont par ailleurs les Pakistanais et les Indiens qui soutiennent l'équipe de cricket des uns et des autres lorsqu'elle affronte celle d'un pays tiers, par exemple.Ceci dit, il est clair que Mathews éprouve de la sympathie pour tous les personnages habitant le bâtiment. Intellectuel engagé, il a enseigné à des demandeurs d'asile, est intervenu au cours de plusieurs litiges, et a même servi d'intermédiaire auprès de la police et d'autres administrations à Hong Kong, pour venir en aide aux habitants du bâtiment. Avec l'aide de quelques uns de ses étudiants, il a passé de nombreux jours et de nombreuses nuits à étudier ce qui s'y joue, ainsi que les gens qui y vivent, y travaillent ou y passent. Il exprime également un intérêt pour l'avenir du lieu, menacé par la hausse des loyers et la présence croissante des Chinois à Hong Kong. Régulièrement, on lit dans la presse hongkongaise des appels à la démolition du bâtiment. En un sens, Mathews montre la frivolité de tels appels, en mettant en lumière la richesse de la vie aux Chungking Mansions et dans leurs alentours. Le bâtiment a d'ailleurs été récemment rénové – il semble donc qu'il n'en soit pas à son dernier jour – et des exemplaires de l'ouvrage furent distribués pour l'occasion.Au-delà de l'intérêt anthropologique qu'il représente – et Mathews raconte, avec force détails, les histoires étonnantes des entretiens que son équipe a menés avec les habitants du bâtiment et les difficultés qu'ils ont rencontrées – le livre sera sans aucun doute en haut de la liste des ouvrages à lire pour les voyageurs qui veulent se faire une réelle idée de Hong Kong avant de s'y aventurer. De ce point de vue, voilà un livre qui attirera autant les universitaires que le grand public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

N. Jayaram, « Gordon Mathews, Ghetto at the Center of the World: Chungking Mansions, Hong Kong », Perspectives chinoises [En ligne], 2012/2 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5764

Haut de page

Auteur

N. Jayaram

Journaliste à Bangalore, en Inde et a travaillé comme correspondant à Hong Kong, Pékin et New Delhi.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page