Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Nanlai Cao, Constructing China's Jerusalem: Christians, Power and Place in the City of Wenzhou

Stanford, Stanford University Press, 2010, 232 pp.
Marie-Eve Reny
Traduction de Matei Gheorghiu
p. 98-99

Texte intégral

1Fondé sur 19 mois de travail de terrain anthropologique et sur 70 entretiens approfondis réalisés entre 2004 et 2006, Constructing China's Jerusalem présente une ethnographie riche, détaillée, et particulièrement nuancée des pratiques chrétiennes quotidiennes dans la ville de Wenzhou située dans la province du Zhejiang, dans laquelle plus de 10 % de la population est protestante. La question centrale de l'ouvrage porte sur la manière dont se construisent les identités, valeurs et symboles chrétiens, dans une dynamique qui refaçonne les structures locales du pouvoir. Pour l'auteur, le christianisme à Wenzhou est « une construction régionale historiquement complexe structurée autour d'un discours moral sur la modernité » (p. 12). Différents acteurs au sein de l'église prennent une part active dans la constitution d'une communauté chrétienne chinoise. Cao porte une attention particulière au rôle majeur de la communauté d'affaires locale, composée d'entrepreneurs chrétiens et de prêcheurs évangélistes actifs. L'auteur explore par ailleurs les liens informels des entrepreneurs chrétiens avec les autorités locales, la division sexuée des rôles au sein de l'église, et les dynamiques à l'oeuvre dans les interactions entre les travailleurs migrants chrétiens et les fidèles locaux. L'ouvrage de Cao apporte trois contributions majeures. En premier lieu, il s'éloigne des analyses politisées du christianisme en Chine qui inscrivent l'effervescence religieuse dans un projet plus large de résistance vis-à-vis de l'État-Parti. De telles conceptions peuvent conduire à des simplifications et des interprétations erronées dans la mesure où des membres et des leaders d'églises jouent le rôle de « partenaires de l'État dans la gouvernance des communautés locales » (p. 29). À Wenzhou, les entrepreneurs chrétiens considèrent être au service de Dieu lorsqu'ils travaillent dans l'intérêt du Parti et du gouvernement local. Les leaders d'églises jouant un rôle influent dans le développement économique local et utilisent leurs bonnes relations d'affaires (guanxi) avec les officiels « pour obtenir une reconnaissance informelle de la part des autorités concernées » (p. 27). Loin d'un quelconque engagement politique, les entrepreneurs et chrétiens pratiquants conçoivent leur foi comme le symbole d'une modernité occidentale et cosmopolite, tandis que les travailleurs migrants associent leur participation à la vie de l'église à l'accès à une citoyenneté urbaine.En second lieu, le livre attire l'attention sur la relation étroite qui existe entre l'économie de marché capitaliste et la pratique du christianisme et constitue un phénomène caractéristique à Wenzhou. Cao illustre ce fait de nombreux exemples, à l'image de ces entrepreneurs chrétiens qui font office de leaders d'églises clandestines (« house churches »), de ces entreprises dirigées par des chrétiens et baptisées du nom de lieux bibliques, de la présence de chapelles au sein d'usines pour attirer et convertir les ouvriers, ou encore du rôle des associations professionnelles chrétiennes dans la « conception de produits attractifs pour les fidèles » et dans la promotion du « christianisme comme une marque de Wenzhou » (p. 39). Pour beaucoup d'entrepreneurs de Wenzhou, la Bible est la voie de la réussite matérielle et économique. Ses principes sont mis en œuvre dans la gestion quotidienne des affaires, « avoir la foi et un statut socioéconomique élevé sont perçus comme allant de pair » (p. 55).Enfin, Cao nous livre un compte-rendu captivant des dynamiques de genre et de classe à l'œuvre dans la vie quotidienne des églises, un sujet peu abordé dans la littérature sur le christianisme en Chine. L'auteur observe que si les « fidèles femmes sont plus nombreuses que leurs homologues masculins » (p. 99), elles sont néanmoins sous-représentées au sein de la direction de l'église. Leurs rôles dans la congrégation se cantonnent aux tâches ménagères quotidiennes et à l'engagement dans des activités artistiques évangéliques à l'instar des chants religieux. Cette division du travail s'enracine dans « un penchant communément répandu à associer les femmes avec les émotions (ganxing) et les hommes avec la rationalité (lixing) » (p. 10).Cao montre également comment la discrimination sociale à laquelle se heurtent les travailleurs migrants dans un contexte urbain se trouve reproduite à l'intérieur des églises de Wenzhou. Bien que ces dernières offrent à la population migrante un sentiment d'appartenance à une communauté d'entraide et leur assurent un accès à la modernité urbaine, « la conversion ou le baptême ne garantissent pas un statut de membre à part entière dans la communauté chrétienne » (p. 155). Cibles faciles du prosélytisme des entrepreneurs chrétiens, les travailleurs migrants demeurent toutefois des citoyens de seconde zone et des étrangers urbains dans les communautés religieuses locales.Malgré ces contributions significatives, le livre présente trois faiblesses. En premier lieu, si l'auteur souligne à juste titre qu'« il serait simpliste de réduire les églises clandestines à une forme de résistance » (p. 7), on ne peut entièrement détacher leur étude de la question plus vaste du contrôle de l'État et de la défiance des églises. Dans la mesure où les églises clandestines fonctionnent comme des organisations informelles dans un contexte politique où une société civile indépendante demeure interdite, le choix de diriger une église non enregistrée officiellement est potentiellement politique, et les dirigeants des églises sont contraints de négocier avec les autorités locales la garantie d'une forme de protection informelle. Le fait que les autorités locales et les entrepreneurs chrétiens trouvent un intérêt commun à maintenir de bonnes guanxi ne signifie en aucun cas qu'il n'y ait pas de règles ou de lignes rouges délimitant les frontières de leurs interactions, ou que le clergé ne cherche pas occasionnellement à étendre, renégocier ou outrepasser ces règles. Dans certaines circonstances, qu'ils choisissent d'en faire usage ou pas, la puissance économique des entrepreneurs chrétiens peut renforcer la capacité de leurs églises à défier les règles officielles ou informelles de l'État en matière de pratiques religieuses.Le rejet par l'auteur d'un cadre d'analyse domination/résistance a pu être influencé par le choix de Wenzhou comme cas d'étude, c'est-à-dire une ville dominée par le monde économique et où les préoccupations de Pékin concernant l'expansion du christianisme sont moins présentes. Mais cela pourrait être aussi symptomatique de l'intérêt prédominant porté par Cao aux membres de l'église (par opposition au clergé) comme unité d'analyse. Tandis que la plupart des fidèles ne considèrent pas la pratique religieuse comme un acte de résistance, ils sont aussi en majorité tenus à l'écart des tractations politiques qui déterminent les relations entre les églises clandestines et les gouvernements locaux. Enfin, les hypothèses avancées dans l'analyse ne sont pas étrangères à la question centrale de Cao. Si l'auteur se penche, dans le chapitre 2,  sur certaines des stratégies de survie et d'expansion du clergé clandestin, l'analyse des raisons de la survie des églises, dont certaines sont intrinsèquement liées au contexte politique dans lequel agit le clergé, dépasse l'objet de l'étude.En second lieu, l'auteur rejette l'approche domination/résistance, mais le cadre théorique alternatif du livre est peu explicité, au-delà de l'affirmation de Cao d'adopter « une analyse historiquement fondée et attentive aux significations d'une localité chrétienne » (p. 8). Il manque à l'étude un compte-rendu explicatif et inductif théoriquement fondé qui détaillerait les processus à travers lesquels les fidèles locaux font l'expérience de leur foi chrétienne. En exposant la manière dont la religion devient un symbole de la modernité, l'auteur aurait pu s'inspirer davantage de la littérature consacrée aux questions d'identité. Ce qui peut toutefois rendre difficile la construction d'un cadre théorique est la variété de thématiques que le livre aborde, sujets qui ne sont pas tous faciles à concilier, des relations des entrepreneurs chrétiens avec les autorités locales à la division sexuée des rôles dans l'église. En ce sens manque à l'ouvrage un noyau théorique permettant d'unifier tous les chapitres autour d'une problématique centrale.Enfin, l'auteur aurait pu détailler davantage certains exemples présentant la construction et la reproduction des hiérarchies de genre au sein de l'église. Cao observe que « l'élite masculine des fidèles [a promu] un christianisme textuel par le biais de publications » (p. 105). La manière dont le contenu de telles publications valide les différences de genre demeure toutefois obscure. Le seul fait que ces textes aient été écrits par des hommes ne suffit pas à en faire des textes discriminants. Une analyse discursive des textes illustrant des récits genrés aurait pu lier plus efficacement cette problématique au reste de l'analyse. De plus, si l'auteur décrit superbement la manière dont les rôles genrés dans l'église sont perçus et cultivés, il reste à rendre compte des processus de construction des identités prenant leur origine dans de telles perceptions. Enfin, si hommes et femmes prennent une part active dans le maintien de la division sexuée des rôles, on se demande jusqu'à quel point certain(e)s ont pu remettre en cause une telle répartition.L'ouvrage de Nanlai Cao apporte une contribution significative aux études sur les relations entre l'État et la société, la religion et la politique, ainsi que les relations de genre et de classe dans la Chine contemporaine. À l'heure actuelle, il s'agit du compte-rendu le plus complet des dynamiques complexes à l'œuvre dans la vie quotidienne des églises clandestines protestantes en Chine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Eve Reny, « Nanlai Cao, Constructing China's Jerusalem: Christians, Power and Place in the City of Wenzhou », Perspectives chinoises [En ligne], 2012/2 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5762

Haut de page

Auteur

Marie-Eve Reny

Chercheure en postdoctorat au Département de science politique de l'Université de Chicago.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page