Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Monika Gaenssbauer, Confucianism and Social Issues in China—The Academician Kang Xiaoguang: Investigations Into NGOs in China, the Falun Gong, Chinese Reportage, and the Confucian Tradition

Bochum/Freiburg, Projekt verlag, 2011, 122 p.
David Ownby
Traduction de Matei Gheorghiu
p. 97-98

Texte intégral

1Dans ce mince volume, Monika Ganessbauer, professeur d'études chinoises invitée à l'université d'Erlangen, explore diverses facettes de l'œuvre et de l'engagement de l'universitaire chinois Kang Xiaoguang. Kang, professeur d'économie et de politique régionale à la faculté d'économie agricole et de développement rural de l'Université  Renmin à Pékin est un personnage fascinant et digne d'attention, tant pour les recherches qu'il entreprend que pour les idées qu'il expose, illustrant les possibilités intellectuelles et discursives des intellectuels engagés dans la Chine contemporaine. Kang est un auteur prolifique abordant des thèmes très divers. Né en 1963, diplômé de l'université technologique de Dalian en mathématiques appliquées en 1986, Kang reprend ses études universitaires en 1990, après quelques années d'enseignement. Après l'obtention d'une maîtrise au département d'écologie de l'Académie des sciences sociales de Chine, il devient chercheur à l'Institut d'études politiques et de management, puis membre du Centre de recherche en sciences éco-environnementales avant de prendre son poste actuel à l'Université Renmin en 2005. Depuis 2007, il est également le directeur de l'Institut des organisations à but non lucratif, toujours à l'Université Renmin. Ses principaux travaux académiques portent sur la question de la réduction de la pauvreté mais aussi sur les organisations du « troisième secteur », incluant les organisations non-gouvernementales, à but non lucratif, ainsi que d'autres organisations tentant de préserver un certain degré d'indépendance vis-à-vis du gouvernement chinois. Intellectuel engagé, Kang aborde fréquemment des thèmes débordant le champ de ses centres d'intérêt académiques, consacrant par exemple des ouvrages à Falun Gong ou à la nécessité d'une renaissance du confucianisme en Chine. Certains de ses travaux les plus importants ont été publiés à Hong Kong et Singapour. Loin d'être un « dissident » selon l'usage établi de ce terme dans le contexte chinois (Kang est très critique à l'égard de la démocratie occidentale), il fait l'effet d'un franc-tireur patriote dévoué avant tout à l'avenir de la Chine plutôt qu'à ses dirigeants actuels.

2Les trois premiers chapitres de l'ouvrage de Gaenssbauer se penchent sur les écrits que Kang a consacrés au mouvement Falun Gong, aux activités des ONG en Chine, ainsi qu'au cas de Li Siyi, une enfant de trois ans morte de faim dans son appartement suite à l'arrestation de sa mère, toxicomane, et à l'incapacité des autorités chinoises à satisfaire les demandes de celle-ci de prendre soin de sa fille. Le dernier chapitre traite quant à lui de la proposition de Kang en faveur de l'établissement d'une église confucéenne. Gaenssbauer présente les thèmes selon un ordre qu'elle considère comme chronologique – ordre attesté par les dates de publications des articles de Kang – et développe chaque chapitre de manière largement indépendante, tout en établissant des liens entre eux. Commencer par le travail de Kang sur Falun Gong me semble erroné. Ses recherches sur la question de la réduction de la pauvreté et son engagement envers les ONG sont antérieurs de quelques années à son travail sur Falun Gong. Choqué par les événements de juin 1989, Kang a essayé de reconstruire l'équivalent d'une « société civile » en Chine en travaillant notamment avec des ONG tout au long des années 1990, et malgré ses critiques à l'égard de certaines de leurs pratiques, il était dans l'ensemble satisfait des progrès accomplis par ces groupes. La réaction excessive de l'État chinois à la manifestation organisée par Falun Gong en avril 1999 lui a montré à quel point ce « contrat social » émergent était encore fragile. Le travail de Kang sur Falun Gong s'inscrit par conséquent dans le prolongement de son intérêt pour les ONG et la société civile ; il a ensuite élargi son horizon pour se pencher sur la religion et la communauté, qui n'avaient été jusqu'alors que des centres d'intérêt secondaires. À mon sens, le livre de Kang sur le cas Li Siyi constitue, de manière analogue, un « projet annexe » (de même que son travail sur Falun Gong) ; l'énergie de Kang et sa passion lui permettent aisément de poursuivre plusieurs projets à la fois. Cela étant, les tragédies des cas de Falun Gong et de Li Siyi ont visiblement nourri l'enthousiasme croissant de Kang pour le confucianisme et pour l'idée que l'établissement d'une église confucéenne en Chine pourrait être un moyen culturellement viable pour reconnecter l'État et la société. Kang se perçoit lui-même comme poursuivant l'entreprise lancée par Kang Youwei au début du xxe siècle, qui visait à faire du confucianisme une religion d'État. De ce point de vue, Kang est probablement un exemple intéressant de ces Chinois qui espèrent mobiliser et réactualiser des éléments de la tradition dans l'espoir de forger une modernité chinoise singulière. Kang n'est en aucune façon un conservateur à l'esprit étroit : il défend farouchement la liberté de la presse comme un moyen de garantir une honnêteté minimale des élites politiques et économiques chinoises, mais il rejette la démocratie (dont il a pu avoir un aperçu en tant que chercheur invité aux États-Unis en 1999), en raison de l'influence corruptrice de l'argent sur la vie politique. Quoi qu'il en soit, Kang mérite d'être étudié pour la diversité de ses centres d'intérêt, pour le sérieux de ses recherches, pour son style polémique (mais toutefois parfaitement lisible), et pour son indépendance intellectuelle. À l'heure actuelle, il est principalement connu en Occident pour ses écrits sur le confucianisme, et Gaenssbauer nous présente utilement d'autres aspects de ses nombreux centres d'intérêt et activités.

3La présentation de Kang par Gaenssbauer est une excellente introduction à ce personnage fascinant, bien que les chapitres soient peut-être un peu trop concis pour lui rendre pleinement justice. Malgré cela, Gaenssbauer a lu une bonne partie de l'œuvre protéiforme de Kang et la rend accessible aux lecteurs, en l'accompagnant d'une mise en contexte indispensable pour comprendre les intentions de son auteur. Elle s'efforce également de traiter Kang non seulement comme un objet d'études sinologiques, mais aussi comme le participant d'un dialogue transculturel portant sur les problèmes de l'État et de la société dans notre monde globalisé. Par exemple, elle critique la proposition de Kang d'établir une église confucéenne en Chine sous contrôle gouvernemental, en citant Habermas, selon lequel « le représentant du pouvoir dans un État constitutionnel ne peut en aucun cas faire référence à des conditions pré-constitutionnelles » (p. 92). De même, elle fait part de ses propres opinions sur le bon fonctionnement des ONG et commente les conséquences de la décision de Kang de publier certaines de ses œuvres en dehors de Chine (elle est « irritée » par l'ambiguïté que cela provoque). Malgré l'aspect rafraîchissant de cette approche, elle risque de détourner l'attention de l'essentiel, tout particulièrement dans une étude générale qui cherche à englober, à un niveau introductif, des sujets aussi divers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Ownby, « Monika Gaenssbauer, Confucianism and Social Issues in China—The Academician Kang Xiaoguang: Investigations Into NGOs in China, the Falun Gong, Chinese Reportage, and the Confucian Tradition », Perspectives chinoises, 2012/2 | 2012, 97-98.

Référence électronique

David Ownby, « Monika Gaenssbauer, Confucianism and Social Issues in China—The Academician Kang Xiaoguang: Investigations Into NGOs in China, the Falun Gong, Chinese Reportage, and the Confucian Tradition », Perspectives chinoises [En ligne], 2012/2 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5760

Haut de page

Auteur

David Ownby

Professeur à l'Université de Montréal.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org