Navigation – Plan du site
Dossier. Mao aujourd'hui : une icône politique pour une époque prospère

Mao Zedong dans l'historiographie et le discours officiel chinois aujourd'hui

Arif Dirlik
Traduction de Raphaël Jacquet
p. 19-30

Résumé

Plutôt que de répudier l’héritage de Mao, le régime postrévolutionnaire chinois a tenté de le récupérer pour soutenir sa politique de « réforme et d’ouverture ». Dès 1978, sous Deng Xiaoping, l’historiographie officielle a établi une distinction entre le Mao de la Révolution culturelle et celui qui est à l’origine du « marxisme chinois » – une forme de marxisme qui adapte la théorie à la réalité de la société chinoise. L’essence même du marxisme chinois se trouve englobée dans le concept de « pensée Mao-Zedong », perçue comme l’expression non seulement de l’individu Mao mais aussi de la direction collective du Parti. La plupart des représentations récentes établissent que le « marxisme chinois » s’est développé en deux étapes : la Nouvelle démocratie qui porta le Parti communiste au pouvoir en 1949, et le « socialisme aux caractéristiques chinoises », inauguré sous Deng Xiaoping puis peaufiné par ses successeurs, qui représente un développement encore plus avancé de la pensée Mao-Zedong. Sous la direction de Hu Jintao, le régime actuel s’est efforcé de présenter le « marxisme chinois » comme le développement le plus avancé du marxisme, susceptible de servir de modèle à d’autres pays. Ces interprétations ont « récupéré » Mao pour servir la révolution nationale et renforcer la légitimité du Parti. Toutefois, cette récupération a l’inconvénient de raviver le souvenir de certaines politiques maoïstes dont le Parti n’est pas toujours en mesure de contrôler les effets dans la mémoire politique, comme le montre l’exemple récent de l’expérience de Chongqing.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arif Dirlik, « Mao Zedong dans l'historiographie et le discours officiel chinois aujourd'hui », Perspectives chinoises [En ligne], 2012/2 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5732

Haut de page

Auteur

Arif Dirlik

A récemment occupé la chaire Rajni Kothari pour la Démocratie du « Centre for the Study of Developing Societies » de New Delhi. Parmi ses livres récents : Culture and History in Post-revolutionary China, ainsi que les deux volumes Sociology and Anthropology in Twentieth Century China et Global Capitalism and the Future of Agrarian Society.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page