Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Michal Meidan (éd.), Shaping China’s Energy Security : The Inside Perspective

Thierry Kellner

Texte intégral

1Michal Meidan (éd.), Shaping China’s Energy Security : The Inside Perspective, Paris, Asia Centre/Centre études Asie, 2007, 239 p.

  • 1  Claude Mandil, « préface » in Jean-Marie Chevalier (éd.), Les nouveaux défis de l’énergie, Paris, (...)
  • 2  Tonne équivalent pétrole

2Comme le relevait récemment Claude Mandil, l’ancien directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie, le système international est aujourd’hui confronté sur le plan énergétique  à une triple crise : crise de l’approvisionnement, crise climatique et enfin crise économique1. Les acteurs du système vont devoir assurer à la fois une production accrue d’énergie tout en réduisant de manière significative les émissions de gaz à effet de serre pour faire face au problème du changement climatique. Il s’agit d’un défi inédit pour l’humanité. Or, une partie essentielle de l’effort pour résoudre cette équation énergétique nouvelle devra être réalisée en Asie et particulièrement en Chine. Aujourd’hui, un Chinois consomme moins de 1 tep/an2 contre 4 tep/an pour un Européen et 8 tep/an pour un Américain. Cette situation est cependant appelée à évoluer. Bénéficiant de la croissance économique du pays depuis plus de deux décennies, un nombre croissant de citoyens chinois souhaite désormais accéder aux modes de consommation des pays industrialisés. Dans le secteur automobile, une Chine équipée comme les Européens verrait son parc atteindre les 700 millions de voitures. L’ensemble de la production pétrolière du Moyen-Orient serait nécessaire pour l’alimenter ! On peut multiplier les exemples de cette formidable demande potentielle dans d’autres secteurs. Dans ce contexte, les choix que Pékin va opérer en matière énergétique seront déterminants non seulement pour la Chine elle-même mais également pour l’ensemble de la planète. La connaissance du secteur énergétique chinois, des réformes dont il a été l’objet depuis la décennie 1990, des motivations et des obstacles à ces réformes, de son organisation actuelle, des acteurs clés, des difficultés et des obstacles protéiformes auxquels il est confronté, des politiques menées ainsi que des réalisations et des avancées ces dernières années et enfin de ses priorités et de ses contraintes pour l’avenir, constituent donc autant de sujets majeurs. Le livre édité par Michal Meidan, produit d’un projet de recherche mené en 2006 et 2007 et réunissant autour de cinq tables rondes quelques-uns des meilleurs experts académiques et industriels, tant du côté occidental que du côté chinois, vient à point nommé nous éclairer sur une large gamme de matières touchant à ces différentes questions. Après une large introduction de François Godement et Michal Meidan, l’ouvrage se divise en quatre parties, elles-mêmes subdivisées en chapitres. La première aborde la question du « défi institutionnel », un des plus importants problèmes – souvent ignoré - auquel Pékin est confronté en matière de sécurité énergétique. M. Meidan, P. Andrews-Speed et Ma Xin explorent dans un premier chapitre la question de la définition de la politique énergétique chinoise (structure, acteurs, influences, déterminants et contraintes) alors que E. Downs rend compte, dans un second, de l’évolution des institutions chargées des questions énergétiques en Chine et des obstacles institutionnels qui pèsent sur la sécurité énergétique du pays. La seconde partie de l’ouvrage explore les dimensions sectorielles de la sécurité énergétique. Brian Ricketts s’attache ainsi au secteur du charbon – la plus importante source d’énergie primaire consommée en Chine - dans une perspective globale (chapitre 3). Le chapitre 4, rédigé par Shi Dan, rend compte des réformes structurelles de l’industrie pétrolière chinoise, de leurs réalisations et de leurs problèmes, alors que le chapitre 5 s’attache à la question de la réforme du secteur de l’électricité. La troisième partie de l’ouvrage s’intéresse aux outils de politique énergétique et aux systèmes incitatifs en la matière. Dans le chapitre 6, Yang Lan, Mao Xianqiang, Liu Zhaoyang et Xing Youkai explorent la question de l’adoption d’une taxe sur l’énergie et de ses effets tant positifs que négatifs pour l’économie et la société chinoises. Dans le chapitre 7, Wang Mingyuan offre une analyse juridique du système de supervision du mécanisme de développement propre (MDP, dont la Chine est un des principaux bénéficiaires) prévu dans le cadre du Protocole de Kyoto que le gouvernement chinois a mis en place. Enfin, la quatrième partie aborde la question de la sécurité énergétique de la Chine dans une perspective globale. Dans le chapitre 8, Yu Hongyuan rend compte de la diplomatie chinoise à l’égard de la délicate question du changement climatique. Ce chapitre fournit un arrière-plan très éclairant permettant de mieux comprendre les positions adoptées par Pékin lors de la récente conférence de Copenhague (décembre 2009). Le chapitre 9, écrit par Tadakatsu Sano, résume ensuite l’expérience japonaise en matière de politique énergétique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et dégage une série de pistes dont pourrait s’inspirer la Chine. L’ouvrage se termine par des conclusions de Michal Meidan offrant une synthèse utile des points saillants des quatre parties. Cet ouvrage fondamental aborde la question de la sécurité énergétique de la Chine dans une perspective non seulement originale mais aussi très pertinente puisqu’il s’appuie en grande partie sur l’analyse établie par les acteurs chinois eux-mêmes et sur leurs perceptions des défis énergétiques auxquels la Chine est confrontée. Outre les précieuses informations factuelles - par exemple sur la nature des rapports entre les compagnies nationales pétrolières et le gouvernement - et les analyses érudites qu’il contient et dont il n’est pas possible de dresser ici un bilan, il permet, sur un plan plus global, de corriger certains clichés ancrés dans la littérature occidentale. Pour ne prendre qu’un exemple, le lecteur découvre ainsi que la perception de l’ « insécurité énergétique » a considérablement varié en Chine et que, dès 2006, de nombreux experts chinois des questions énergétiques en sont venus à considérer que le problème de la « sécurité pétrolière » - qui a fait couler beaucoup d’encre en Occident et ailleurs - ne se pose en fait pas pour Pékin. L’ouvrage rappelle aussi très utilement qu’une part importante de l’insécurité énergétique chinoise est en fait liée au contexte interne (faiblesse institutionnelle, insécurité environnementale, prix non soumis au marché…) et pas à l’environnement international. Cet ouvrage constitue donc une lecture essentielle pour les chercheurs, les étudiants, les journalistes, mais aussi les décideurs soucieux de s’informer aux meilleures sources des défis et des contraintes énergétiques pesant sur la Chine mais aussi des initiatives et des réponses parfois spectaculaires déjà apportées par les autorités de Pékin à ces questions.  On ne peut qu’espérer que cet ouvrage connaîtra un prolongement. Les évolutions enregistrées depuis 2007 sont en effet conséquentes. D’autres analyses sectorielles (on pense au secteur du gaz, mais aussi des énergies renouvelables ou du nucléaire par exemple), les évolutions de la position chinoise en matière de changement climatique, les rapports avec l’Agence internationale de l’énergie ou l’essor de la coopération bilatérale ou multilatérale en matière énergétique méritent en effet d’être également explorés.  

Haut de page

Notes

1  Claude Mandil, « préface » in Jean-Marie Chevalier (éd.), Les nouveaux défis de l’énergie, Paris, Economica, 2009, p. xi.

2  Tonne équivalent pétrole

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Kellner, « Michal Meidan (éd.), Shaping China’s Energy Security : The Inside Perspective », Perspectives chinoises [En ligne], 2010/4 | 2010, mis en ligne le 31 décembre 2010, consulté le 27 mai 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5717

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page