Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Wu Hung, Making history. Wu Hung on Contemporary Art, Hong Kong, Time Zone 8, 2008.

Wu Hung, Contemporary Chinese Artists, Hong Kong, Time Zone 8, 2009
Emmanuel Lincot
p. 158-159

Texte intégral

1Professeur d’histoire de l’art à l’Université de Chicago, Wu Hung a publié deux ouvrages importants chez Time Zone 8, maison d’édition spécialisée dans l’art contemporain chinois que dirige depuis Pékin Robert Bernell. Making history n’est pas sans rappeler L’écriture de l’histoire d’un Michel de Certeau, transposé toutefois à une tout autre réalité : celle de la Chine et de ses artistes. Illustré en première page de couverture d’une œuvre de Xu Bing, ce premier ouvrage rend compte de la complexité pour le chercheur à croiser la théorie de l’art aux origines les plus diverses (européenne, américaine, japonaise, chinoise…) avec le champ d’une expérience sensible nourrie de réflexions politiques qui ont été, depuis ces 30 dernières années, porteuses d’un très riche et profond renouvellement des études non seulement marxistes et kantiennes mais aussi confucéennes.

2La question des limites éthiques de l’art et de l’esthétique occupe un champ essentiel de la critique idéologique et sociale entreprise par Li Zehou en Chine ou Kojin Karatani au Japon. Wu Hung souligne la richesse de la pensée de ces auteurs qui ont ouvert un champ de perspectives très vastes à l’esthétique comme condition d’une renaissance de la subjectivité et du devoir moral. Ce préalable historiographique est d’autant plus heureux qu’il nous permet de mieux comprendre les allers et retours entre des écrits (encore méconnus en Europe, réinterprétant pourtant des notions pénétrées d’idéologie et de valeurs : modernité et post-modernité…) et des œuvres d’artistes chinois qui, à partir des années 1990, ont suscité auprès des galeristes occidentaux l’engouement que l’on sait. Wu Hung décrit les principaux courants de cet art contemporain, de la peinture en particulier, que l’on aurait tort d’assimiler à des pastiches de l’art occidental dans la mesure où ils se réfèrent pour beaucoup à la Révolution culturelle et sont à l’origine, nous dit il, d’un véritable « style »(p. 8). Ce dernier concourt non seulement à l’atomisation des pratiques de l’art en Chine mais aussi à sa propre « déterritorialisation » (p. 32) en intégrant des expositions internationales qui contribueront à sa renommée. Est évoquée Venise ainsi que Shanghai dont  la biennale de l’année 2000 avait été remarquée pour la participation en « off »d’artistes aussi sulfureux que Feng Boyi et Ai Wei Wei.

3C’est l’intérêt que Wu Hung porte aux lieux de mémoire comme Tiananmen ou Dashanzià Pékin, réinvesti par des ateliers d’artistes et des galeries, qui l’incite à conduire une double et non moins contradictoire réflexion : sur la réhabilitation du patrimoine urbain d’une part et sur le goût des ruines de l’autre. La première nous renvoie à une posture (celle des artistes) et à un choix (celui de la municipalité) qui ne sont pas nécessairement en accord bien qu’ils s’inscrivent tous les deux dans un contexte où le contemporain dispute les signes de sa reconnaissance à la modernité, et ce qui l’a (en Europe tout au moins) caractérisée : le culte, précisément, des ruines. De cette période (la modernité), les historiens Lü Peng et Yi Dan établissent un continuum entre le mouvement du 4-Mai 1919 et la fin des années 1980, par delà la période maoïste mise temporairement entre parenthèses. Ce débat historiographique dépasse de loin des enjeux inhérents à la seule culture chinoise. Dans une conclusion-manifeste, Wu Hung déclare : « L'art asiatique contemporain ne se limite plus à ses frontières géographiques et n’est plus qualifié d’après l’appartenance ethnique de l’artiste » (p. 251). Cette redéfinition de la géographie mondiale des arts a propulsé de grands noms chinois sur la scène internationale : Zhang Dali, Liu Xiaodong, Lin Yilin, Rong Rong, Ma Liuming mais aussi Wang Guangyi, Wang Gongxin, Cai Guoqiang et Hong Hao.

4à des degrés divers, ils ont, nous rappelle Wu Hung, développé leurs recherches autour de trois thèmes majeurs : mémoire / histoire ; nature / culture ; local / global. Soit en optant pour un discours biographique, soit en se situant sur un mode performatif et « expérimental »(shiyan meishu)à la frontière et de l’art contemporain et de ses institutions. En cela, pour parler le langage de Chang Tsang-Zung, célèbre galeriste de Hong Kong, l’exposition No u-turn au Zhongguo Meishu Guan de Pékin (février 1989) a été l’amorce d’une « rupture »à la fois sociétale et politique qui anticipe les bouleversements que connaîtra la culture urbaine en Chine, jusques et y compris dans la culture traditionnelle dite « néo-lettrée »que s’attache à définir le grand critique Pi Daojian et qui n’en reste pas moins soumise à une constante réinvention.

5Dans l’ouvrage intitulé Contemporary Chinese Artists l’auteur brosse le portrait d’artistes appartenant au monde chinois. Complémentaire du premier, il s’ajoute aux monographies très utiles quoiqu’inégalement abouties, publiées il y a quelques années par Karen Smith et Martina Köppel-Yang. Wu Hung nous présente successivement : le peintre Mu Xin dont la vie d’exilé (qui n’est pas sans nous faire penser aux tumultes d’un Gao Xingjian…) oscille entre Taiwan et les États-Unis, l’installationiste Cai Guoqiang pénétré de culture taoïste à l’instar de Xu Bing qui est à l’initiative, quant à lui, de ce que Wu Hung qualifie de « Countermonuments »(Contre-monuments)(p. 25) quand l’artiste s’approprie la Grande Muraille pour y suspendre ses rouleaux calligraphiés au pochoir. Cette singularité de l’œuvre dans l’espace inédit d’un sanctuaire (ainsi le costume transparent de facture Ming exhibé dans l’enceinte du Palais d’été par Wang Jin (1997)…) - acte duchampien s’il en est - déplace la norme. Et c’est encore la norme que l’artiste Zhang Dali questionne en parsemant à son retour de Bologne, les murs de la capitale chinoise de ses étranges graffitis où se distinguent tour à tour une silhouette ornée d’une signature. Nouveau marqueur identitaire, la ville devient le laboratoire de tous les possibles laissant au photographe Rong Rong et à ses contemporains de l’East village un champ neuf fait de ruines ou de constructions futuristes bâties sans ménagement de part et d’autre de l’immense Chine, tel le grand barrage des Trois Gorges que filme le cinéaste Jia Zhangke avec la participation du peintre Liu Xiaodong.

6Transferts (mémoriels, poétiques…), délocalisation (industrielle, humaine…) ou décontextualisation (d’objets, de discours…) et décentrement (visuel, politique…) sont autant de phénomènes propres à la mondialisation. Ils suscitent un questionnement qui n’est pas sans rappeler des domaines explorés par Arjun Appadurai ou Fredric Jameson. Wu Hung s’y réfère comme au pragmatisme dans son appréhension de l’art non seulement en tant que théoricien mais aussi et surtout en tant que commissaire ou conseiller artistique. Il rend compte, dans le dixième chapitre, de son expérience bouleversante auprès de Song Dong et de Zhao Xiangyuan et insiste à la manière de John Dewey, auteur de L’art comme expérience, sur les propriétés curatives de l’art. À travers ces deux ouvrages écrits par Wu Hung, c’est la société chinoise et ses artistes qu’il nous est ainsi permis de mieux comprendre. Il faut saluer le remarquable travail d’archives effectué par l’auteur pour reproduire – en noir et blanc il est vrai – une iconographie très riche et jusqu’à ce jour inédite. On peut regretter l’absence de noms transcrits en caractères chinois. Nonobstant cette dernière observation, la lecture de cette œuvre ne peut qu’être vivement recommandée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Lincot, « Wu Hung, Making history. Wu Hung on Contemporary Art, Hong Kong, Time Zone 8, 2008. », Perspectives chinoises [En ligne], 2010/3 | 2010, mis en ligne le 06 août 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5679

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page