Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Jean-Pierre Cabestan, Tanguy Le Pesant, L’esprit de défense de Taiwan face à la Chine, la jeunesse taiwanaise face à la tentation de la Chine

Paris, L’Harmattan, 2009, 256 p.
Benoît Vermander
p. 154-156

Texte intégral

1L’intérêt de cet ouvrage est triple : il constitue un coup de projecteur sur une nouvelle génération taiwanaise (les 20 à 30 ans) ; il montre l’enrichissement et l’affinement progressifs des représentations identitaires dans une société « post-moderne » comme, à bien des égards, l’est aujourd’hui Taiwan ; enfin, en interrogeant la notion d’« esprit de défense » il se situe dans une perspective originale et propre aux entreprises comparatistes.

2Après un chapitre introductif sur les évolutions politiques à Taiwan entre 2000 et 2008, et leurs implications inter-détroit et internationales, la première partie de l’ouvrage est basée sur une enquête approfondie menée en 2005 auprès de 564 étudiants âgés de 20 à 25 ans dans 12 universités taiwanaises. Cette enquête est complétée par une cinquantaine d’entretiens individuels menés avec des personnes âgées de 26 à 40 ans, des entretiens menés de nouveau entre 2006 et 2008 avec des individus de la première classe d’âge considérée et, enfin, une enquête complémentaire auprès d’hommes d’affaires taiwanais établis en Chine. La plupart des résultats statistiques fournis par l’ouvrage proviennent de l’enquête initiale de 2005. La multiplicité et relative hétérogénéité des sources comme les changements politiques intervenus entre 2005 et la date de parution du livre obligent les auteurs à faire preuve de prudence dans l’interprétation des données et à redoubler de précautions oratoires. Si quelques résultats sont de fait rapidement rendus obsolètes par le temps, des « tendances lourdes » n’en émergent pas moins, que la diversité même des sources confirme au fil de la lecture.

3La Chine, aux yeux des jeunes Taiwanais, est d’abord une source toujours grandissante d’opportunités économiques, une perception que redouble le pessimisme sur l’évolution du marché intérieur de l’île. À noter que la majorité d’entre eux n’ont pas encore visité la Chine, et que leurs sources d’information sont pauvres (quand il s’agit de s’informer sur la Chine, la télévision l’emporte toujours sur internet…). L’expatriation temporaire sur le continent est souvent source de désillusions. L’expatriation de long terme, quand elle est envisagée, se ferait plutôt vers les États-Unis, l’Europe ou le Japon. C’est sur le plan politique que les perspectives ouvertes par l’enquête sont les plus éclairantes. Pour les résumer en une formule : l’identité taiwanaise s’affirme plus nettement dans la classe générationnelle la plus jeune, mais cette identité est de plus en plus ouverte et flexible. Près de la moitié des personnes interrogées se définissent comme « taiwanaises », plus de 40 % revendiquent une identité double, et un peu plus de 3 % se définissent comme « chinoises ».  En même temps, les futurs politiques restent ouverts, même la fusion entre les deux rives n’étant pas rejetée (si et seulement si elle s’avère bénéfique pour Taiwan) : 75 % des personnes interrogées sont pour l’indépendance si la paix est maintenue, mais 46 % acceptent un scénario ou un autre d’unification (le refus inconditionnel de l’unification ne réunit que 32 % des opinions.) Les autres réponses confirment la grande flexibilité des options. Au plus profond, notent les auteurs, les jeunes Taiwanais ressentent un grand désir de vivre dans un pays « normalisé ». Taiwan est vu moins en termes identitaires traditionnels que comme une « communauté de destin » dont les habitants, quelles que soient leurs origines, doivent pouvoir décider ensemble (p. 65-66). Il est intéressant de noter qu’un séjour d’étude à l’étranger renforce habituellement le sentiment d’identité, la marginalisation diplomatique du pays étant alors plus intensément ressentie. A l’étranger, notent les auteurs, se dessine un nouvel « attachement au drapeau » (p. 67-70). Mais, lorsqu’elle vit sur l’île, la génération adulte la plus jeune est déjà une génération « post-réformes », faiblement politisée, avec une forte aspiration à « vivre sa vie », un fatalisme prononcé quant aux affaires du monde (p. 85), et un très grand pragmatisme quant aux options politiques futures. Mais c’est aussi une génération prompte à se cristalliser sur des causes bien identifiées ou à se mobiliser si elle sent ses acquis menacés.

4Si la Chine est bien vue comme source d’opportunités économiques, elle est tout aussi clairement identifiée comme une menace politique pour Taiwan (p. 93). Cette perception du reste est ambivalente dans ses expressions car elle s’accompagne parfois d’une sorte de fascination pour la nouvelle puissance chinoise. Cette même perception est aussi très abstraite : lorsque la question devient de savoir si la Chine attaquera Taiwan, la répartition se fait presque par tiers entre ceux qui pensent cela plausible, ceux qui ne croient pas à cette éventualité et ceux qui refusent de se prononcer (p. 101). Si un tel conflit se déclenchait, le pessimisme sur l’issue de la confrontation est prépondérant. En revanche, les jeunes Taiwanais croient toujours à une intervention américaine en cas de conflit, surtout si ce dernier n’est pas provoqué par une déclaration unilatérale d’indépendance (p. 117). On ne s’étonnera donc pas que les préférences aillent très majoritairement vers une résolution pacifique et négociée du conflit. Le paradoxe, relèvent les auteurs, reste le suivant : « l’esprit de défense » pris en son acception traditionnelle est faible et continuellement déclinant ; en même temps, l’identité taiwanaise est en affirmation constante ; or, c’est la minorité « politisée » de cette classe d’âge, celle dont l’identité taiwanaise est la plus affirmée, qui montre aussi l’esprit de défense le plus fort. Il n’est donc pas impossible qu’après avoir connu un « creux de la vague » l’esprit de défense taiwanais se redresse progressivement, en concordance avec la généralisation d’une identité taiwanaise de plus en plus en plus indiscutée et partagée.

5Les auteurs continuent avec l’examen de la communauté des hommes d’affaires taiwanais vivant en Chine, vivant souvent des situations paradoxales reflétées dans un discours contradictoire, mais dont l’identité taiwanaise reste en définitive bien ancrée, sinon toujours clairement affirmée. Ils notent en conclusion de la première partie que la capacité de Pékin à générer des mesures et des attitudes de confiance, en évitant les gestes humiliants ou provocateurs jouera un grand rôle dans la détermination des choix d’une génération aux contours encore fuyants. À cet égard, ajouterai-je, la politique taiwanaise suivie par la Chine continentale depuis 2008 fait montre de plus de retenue que par le passé, si l’on en juge par exemple par l’attitude de Pékin lors de la tenue en 2009 des World Games à Kaohsiung et des jeux Olympiques pour les sourds à Taipei (Deaflympics) et, en 2010, de l’exposition florale universelle (Taipei International Flora Expo).

6La seconde partie, consacrée aux conséquences extérieures et internationales de l’esprit de défense à Taiwan, apporte moins de faits nouveaux. Elle comprend des rappels utiles sur la politique de sécurité et de défense progressivement développée par le nouveau gouvernement KMT. Elle exprime avec justesse les opinions du camp « bleu foncé » (unificationniste), et compare avec attention et subtilité ces positions avec celles, plus centristes, tenues par Ma Ying-jeou, lequel a su entretenir une certaine part de mystère sur ses options de fond (p. 193-197). Les auteurs estiment qu’au delà des péripéties parlementaires et politiciennes un certain consensus « pragmatique » et trans-partisan est sans doute en train de se reformer quant aux conditions a minima de la défense du pays. Les auteurs parlent d’un « consensus en creux » sur la souveraineté de la RDC, le renforcement des moyens budgétaires consacrés à la défense, et le maintien d’une relation stratégique étroite avec les États-Unis (p. 204-205). Enfin, à la complexité de la situation taiwanaise (et en conséquence directe de cette même complexité) correspond une évaluation des options stratégiques plus diverse et contrastée qu’on ne le dit parfois, cela tant à Pékin qu’à Washington. (p. 207-230). Si les données politiques ont connu un changement profond après 2008, l’éventail des futurs de l’île reste sans doute bien plus ouvert qu’il n’est souvent supposé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Vermander, « Jean-Pierre Cabestan, Tanguy Le Pesant, L’esprit de défense de Taiwan face à la Chine, la jeunesse taiwanaise face à la tentation de la Chine », Perspectives chinoises, 2010/3 | 2010, 154-156.

Référence électronique

Benoît Vermander, « Jean-Pierre Cabestan, Tanguy Le Pesant, L’esprit de défense de Taiwan face à la Chine, la jeunesse taiwanaise face à la tentation de la Chine », Perspectives chinoises [En ligne], 2010/3 | 2010, mis en ligne le 06 août 2012, consulté le 28 juin 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5677

Haut de page

Auteur

Benoît Vermander

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org