Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Nancy Bernkopf Tucker, Strait Talk. United States-Taiwan Relations and the Crisis with China

Jean-Pierre Cabestan

Texte intégral

1Nancy Bernkopf Tucker, Strait Talk. United States-Taiwan Relations and the Crisis with China, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2009, 390 p.

2Ce livre pèse lourd dans la bibliothèque sur les relations entre les États-Unis et Taiwan ainsi qu’entre les deux rives du détroit de Formose. Non pas que sa version reliée soit particulièrement massive : 280 pages de texte, certes dense, mais agréable à lire. Cependant, incluant plus de 50 pages de notes et une très riche bibliographie, cet ouvrage apporte une contribution déterminante à la compréhension des rapports complexes et souvent conflictuels qu’ont entretenus Washington et Taipei depuis 1971, année où Nixon et Kissinger décidèrent de « sacrifier » Taiwan sur l’autel du processus de normalisation avec la République populaire de Chine. Il permet aussi de mieux évaluer l’interaction non moins complexe entre cette méfiance persistante, d’une part, et les relations entre Washington et Pékin et Taipei et Pékin, d’autre part, bref les facteurs structurant et modifiant le triangle qui nous occupe.

3  

4Se concentrant sur les moments charnières qui ont jalonné les 40 dernières années des relations entre les États-Unis et Taiwan, ce livre est complémentaire de la lumineuse analyse de Richard Bush (At Cross Purposes, Armonk, New York, M. E. Sharpe, 2004), qui possède à la fois l’avantage et l’inconvénient d’avoir été écrit par un des acteurs clés de cette période (ou tout au moins des années 1990 et 2000). De fait, si elle connaît personnellement et a interviewé pour cet ouvrage la quasi-totalité des Américains et des Taiwanais qui ont joué un rôle dans cette véritable « saga » diplomatico-stratégique, Nancy Tucker a maintenu avec son objet une distance qui renforce sa démonstration. Quelle est sa thèse ?

5Celle-ci est à première vue simple : les intérêts défendus et les objectifs prioritaires suivis par Washington et Taipei ont le plus souvent été différents et parfois ouvertement contradictoires, provoquant de multiples frictions. Exposée par d’autres auteurs, cette réalité est toutefois expliquée ici de manière beaucoup plus complète et documentée, et par conséquent subtile et convaincante.

6Tout d’abord, Nancy Tucker nous rappelle et nous convainc que l’histoire est écrite par les hommes et les femmes en situation de faire des choix et de prendre des décisions. Rien n’était prédéterminé dans le triangle Washington-Taipei-Pékin. Par exemple, la capitulation connue de Kissinger face à un Zhou Enlai particulièrement retors en 1971 sur Taiwan (p. 41-43) est le fait d’un homme plus que d’une administration encore ouvertement favorable à une politique des deux Chine à l’ONU, politique d’ailleurs défendue avec ardeur par George H. W. Bush (le père !) alors représentant des États-Unis dans l’enceinte internationale…

7Ensuite, l’auteur nous montre combien la démocratisation de Taiwan a modifié la nature du triangle, alors même que le monde sortait de la guerre froide : longtemps sous évaluée par l’administration américaine, cette évolution fondamentale a contraint cette dernière à replacer sur un pied d’égalité formelle la Chine et Taiwan : aucune décision concernant l’avenir de Taiwan ne pourra être prise sans l’accord de la majorité des Taiwanais, comme devait le reconnaître finalement Bill Clinton en 2000, quatre jours après que Pékin eut publié un livre blanc particulièrement menaçant contre Taiwan (p. 249).

8Mais ce qui frappe le plus, c’est la multiplicité des forces qui aux États-Unis cherchent à influencer cette relation (ce qui est connu) et surtout (ce qui l’est moins) les hésitations qui en résultent au sommet de l’État : les milieux de la défense, les diplomates, les hommes d’affaires mais aussi bien évidemment le Congrès. Si Taiwan a longtemps réussi à tirer parti de cette situation, utilisant par exemple les services d’une société de communication pour faciliter la visite de Lee Teng-hui à l’Université Cornell en 1995, la Chine a aussi appris à activer les lobbies, risquant d’affaiblir à terme les engagements de sécurité américains à l’égard de Taipei.

9Ces engagements, Nancy Tucker le rappelle, demeurent forts et difficilement modifiables au risque de remettre en cause le statut et le rôle des États-Unis dans la région Asie-Pacifique dans son ensemble. Elle montre en particulier, ce qui est d’actualité, combien l’application par Washington du troisième communiqué sino-américain d’août 1982, relatif à la diminution progressive des ventes d’armes américaines à Taiwan, reste tributaire de la démilitarisation du détroit de Taiwan et de la mise en œuvre véritable par Pékin d’une politique de réunification exclusivement pacifique. L’analyse détaillée de l’engrenage de la crise des missiles (1995-1996) est aussi éclairant à cet égard.

10De ce fait, l’on peut se demander avec l’auteur si la guerre globale contre le terrorisme n’a pas occulté de manière exagérée les risques que continue de présenter, en dépit de la détente actuelle, la confrontation entre Pékin et Taipei dans le détroit de Formose. Ne faut-il pas en effet rappeler que c’est le seul conflit au monde susceptible potentiellement de provoquer un affrontement nucléaire entre les États-Unis et la Chine. C’est pourquoi, comme elle le montre à plusieurs reprises, toute démonstration de faiblesse ou même tout « mini-recul » diplomatique de la part de Washington sur la question de Taiwan conduit Pékin à non seulement pousser son avantage mais aussi à une prise de risque supplémentaire. Cela a été le cas par exemple de la lettre confidentielle exposant les « trois non » de la politique américaine (non à l’indépendance de Taiwan, non à « une Chine et un Taiwan », non à l’entrée de Taiwan dans les organisations internationales interétatiques) adressée par Clinton à Jiang Zemin en août 1995 afin de le rassurer sur les intentions de son pays. Au lieu de calmer les choses, cette assurance écrite a conduit Jiang à aller plus loin et organiser des tirs de missiles nettement plus menaçants et dangereux en mars 1996, essais qui devaient contraindre les États-Unis, comme on le sait, à dépêcher deux groupe aéronavals dans la zone de Taiwan afin que les élections présidentielles s’y déroulent dans l’environnement pacifique souhaité (p. 217-218).  

11Pour autant, les relations entre Washington et Taipei sont constamment restées compliquées et surtout subordonnées, aux yeux de la première capitale, à ses intérêts nationaux, y compris au maintien  d’une relation stable avec Pékin. On le sait, Chen Shui-bian en a fait les frais, s’aliénant le soutien de l’administration Bush (fils !), un exploit à inscrire d’une certaine manière au Guiness diplomatique des records... Mais plus généralement, les Américains veulent à la fois que les Taiwanais prennent leur défense au sérieux et rester maître du jeu en cas de conflit armé entre Taiwan et la Chine. Voyant le fossé avec l’Armée populaire de libération s’approfondir, Taipei rechigne à trop investir dans sa sécurité et table plutôt sur ses contacts avec Pékin pour gérer les crises et prévenir toute guerre. Les développements de l’ouvrage consacrés aux contacts secrets utilisés tant par Lee Teng-hui que par Chen Shui-bian dans les moments de tension (crise des missiles, théorie des deux États en 1999 ou 2002), et le plus souvent à l’insu des Américains, met au jour la confiance relative qu’entretiennent Washington et Taipei… voire le jeu de dupes dans lequel ils sont peut-être aujourd’hui enferrés, la première capitale fournissant à la seconde un parapluie de sécurité dont certains, au sein du Kuomintang, pensent déjà ne plus avoir besoin…

12Cela nous conduit à émettre une réserve : plus que la « méfiance » (mistrust), c’est tout simplement les divergences d’intérêts qui expliquent les « dysfonctionnements » observés dans les relations entre les États-Unis, Taiwan et la Chine. Certes, une meilleure communication et à un plus haut niveau entre Washington et Taipei, comme Nancy Tucker l’appelle de ses vœux, peut aider. Mais, mieux communiquer (ou comme elle dit strait/straight talk) ne peut « déplacer les montagnes » ! La Chine en est une qui grandit, Taiwan qui se réduit et les États-Unis une montagne qui a de fortes chances de projeter encore longtemps son ombre sur le détroit de Formose. Et surtout, la détente actuelle entre Taipei et Pékin ne peut faire oublier la donnée la plus fondamentale qu’expose avec brio l’auteur : Taiwan est un État dont la survie dépend largement des États-Unis. Si, comme tout État, Taiwan défend ses intérêts nationaux, il ne peut mettre trop à mal sa relation avec son unique protecteur.

13C’est pourquoi, l’on ne peut que souscrire à la conclusion avancée par Nancy Tucker : étant donné le rôle joué par Washington dans la sécurité de Taiwan et la paix dans le détroit de Formose, l’on voit mal comment cette dernière capitale peut rester absente de toute négociation entre Pékin et Taipei sur l’avenir de leur relation.  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Cabestan, « Nancy Bernkopf Tucker, Strait Talk. United States-Taiwan Relations and the Crisis with China », Perspectives chinoises [En ligne], 2010/2 | 2010, mis en ligne le 30 juillet 2010, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5641

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Cabestan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org