Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Joanna Handlin Smith,The Art of Doing Good. Charity in Late MingChina

André Laliberté

Texte intégral

1Joanna Handlin Smith,The Art of Doing Good. Charity in Late MingChina,Berkeley, University of California Press, 2009, 406 p.

2Directrice du prestigieux Harvard Journal of Asiatic Studies, Joanna Handlin Smith a rassemblé dans cet ouvrage le fruit de plus de plus de deux décennies de recherche, les matériaux présentés dans cette monographie ayant déjà fait l’objet de publications dans les périodiques scientifiques Journal for Asian Studies et Journal for the Economic and Social History of the Orient, ainsi que dans l’ouvrage collectif Philanthropy in the World’s Traditions. Bien que ce texte renvoie à une réalité sociale importante durant le dernier demi-siècle de la dynastie des Ming, il aborde un thème qui est pertinent pour la réalité chinoise contemporaine. Dans un contexte où l’État tente d’assurer la stabilité sociale par l’établissement d’une couverture sociale plus généreuse et la mise en œuvre de mesures permettant de venir en aide aux populations vulnérables sur les plans socioéconomiques, beaucoup s’interrogent sur le rôle de la philanthropie pour appuyer l’État.

3Il s’agit du premier ouvrage entièrement consacré à la philanthropie en Chine en langue anglaise depuis 1912. L’auteur note que jusqu’aux années 1980, ce thème de recherche était jugé insignifiant, les études entreprises par les missions chrétiennes au XIXe siècle ayant en bonne partie découragé toute recherche sérieuse sur ce sujet. En conséquence, la perception a longtemps prévalu que les Chinois ne pratiquent la charité qu’envers leurs proches ; que leur bienveillance manque de piété et n’est pas entièrement désintéressée, et qu’elle ne sert que les intérêts des élites. Les assauts contre les traditions chinoises au  XXe siècle par les Chinois eux-mêmes, fait-elle observer, n’ont fait que confirmer la vision occidentale dominante, sceptique à l’égard d’une tradition philanthropique en Chine. Et pourtant, rappelle Smith, la langue chinoise dispose d’un vaste répertoire sémantique pour décrire les activités caritatives, nous permettant de voir là l’indice d’une pratique sociale bien enracinée dans ce pays.

  • 1  Jacques Gernet, L’intelligence de la Chine : le social et le mental, Paris, Gallimard, 1994, p. 88 (...)

4Jacques Gernet avait déjà décrit la vitalité des clubs, cénacles et cercles littéraires qui proliférèrent durant le siècle précédant la fin de la dynastie des Ming en 1644, laissant entrevoir une Chine plurielle, sinon pluraliste, et suggérant une société où régnait une remarquable effervescence intellectuelle1. Le portrait que trace Smith des « sociétés pour le bien commun » (tongshan hui) et autres associations philanthropiques, contribue à enrichir davantage notre portrait de cette époque. L’auteur prend bien soin d’éviter le recours à des critères tirés de l’expérience occidentale lorsqu’elle cherche à identifier les principes qui motivaient les philanthropes chinois durant la période Ming. Son étude est très sensible à la difficulté de comparer la pratique de la charité en Occident, intimement liée aux institutions religieuses, et définie comme une activité qui a lieu à l’extérieur du cadre familial, à la pratique de la charité en Chine. Elle note aussi l’absence de frontière nette entre la philanthropie pratiquée par les notables et la mission traditionnelle d’aide aux personnes défavorisées qui incombait à l’État. Les activités caritatives de la fin de la dynastie des Ming ayant laissé peu de traces à cause des destructions occasionnées par les désordres politiques ultérieurs, l’auteur a compensé ce problème par l’examen minutieux des écrits laissés par cinq personnages exceptionnels ayant pris l’initiative de mettre sur pied et de soutenir des activités philanthropiques dans la province de Zhejiang. Les cinq notables que Smith étudie ont vécu entre 1548 et 1672, durant la période tumultueuse qui voit l’empire Ming connaître son apogée puis succomber à ses contradictions internes avant d’être submergé par les Mandchous.

5L’ouvrage est divisé en deux parties. Dans un premier temps, l’auteur reconstitue dans cinq chapitres la genèse des premières sociétés de bienfaisance que ces cinq personnages ont mises sur pied, puis, dans un deuxième temps, elle présente dans quatre études de cas le rôle joué par ces sociétés en situation de crise. Elle se penche dans un premier chapitre sur les sociétés pour la libération des animaux (Fangsheng hui), qu’elle présente comme précurseurs des sociétés de bienfaisance dans les valeurs de compassion universelle qu’elles épousent, mais aussi dans leur souci de préserver l’ordre social. Dans le chapitre suivant, elle souligne dans sa présentation des sociétés de bienfaisance et de leurs fondateurs, à quel point l’autorité de ces derniers ne reposait pas tant sur l’étendue de leurs propriétés ou leurs réseaux d’influence, que sur la force de leurs convictions morales. Le troisième chapitre indique que ces sociétés de bienfaisance, les premières du genre en Chine, représentaient non seulement une alternative aux institutions bouddhistes et à l’État, mais aussi aux pactes ruraux (xiangyue) – ces institutions par lesquelles les fonctionnaires tentent d’inspirer la bonne conduite –, à la charité individuelle et, pour finir, à la pratique du don à travers des associations lignagères. Smith révèle dans le chapitre 4 que les sociétés de bienfaisance émergeaient en réponse à une réalité socioéconomique nouvelle, soit la montée d’une classe marchande prospère soucieuse d’asseoir sa légitimité dans l’économie morale chinoise, et voyant donc dans la pratique de la philanthropie la démonstration que la valeur ne dérivait pas seulement de la connaissance des classiques qui étaient l’apanage des lettrés. Le chapitre suivant propose un éclairage différent sur les sociétés de bienfaisance, en s’appuyant sur les écrits laissés par Lu Shiyi, lui aussi animateur d’une société de bienfaisance, mais d’extraction plus modeste que ses pairs. Son témoignage, proposant une description réaliste et désabusée de ces sociétés et du contexte où elles évoluaient, apparaît surtout utile et informatif aux yeux de Smith, parce qu’il met aussi en relief le fait que c’est l’optimisme des notables qui permettait à ceux-ci d’assurer le développement de leurs activités caritatives.

6Les crises que Smith examine jettent des éclairages différents sur les sociétés de bienfaisance. Elle propose dans le chapitre 6 une explication psychologique pour aider à comprendre la capacité de la population de la préfecture de Shaoxing à se mobiliser pour faire face à une situation de famine. Cette mobilisation aurait été rendue possible grâce aux pressions incessantes exercées sur le préfet par Qi Biaojia, un riche propriétaire terrien de la région responsable d’une société de bienfaisance, et qui aurait été porté à agir de la sorte suite au décès de sa mère. Le chapitre 7 avance un point capital qui ne manquera pas d’intéresser le lecteur préoccupé par des situations contemporaines : le soutien officiel de l’administration publique s’avérait indispensable pour permettre l’organisation efficace de secours par des sociétés philanthropiques. Dans le chapitre suivant, Smith met l’accent sur les interactions sociales que les sociétés philanthropiques mettent en œuvre. Elle montre que la fourniture de médicaments et d’autres bonnes actions offraient à des individus de toute condition des occasions pour affirmer leur influence. Finalement, dans son dernier chapitre, elle démontre à quel point les actions de philanthropes ont contribué à transformer l’économie morale dans la préfecture de Shaoxing à la fin de la dynastie des Ming. Les bonnes actions, conclut-elle, n’étaient plus tant une obligation morale que la source d’un intense sentiment d’accomplissement, grâce à l’inspiration d’individus exceptionnels.

7L’étude par Smith des écrits laissés par les notables ayant mis sur pied des sociétés philanthropiques ont permis d’arriver à des conclusions qui n’étaient pas anticipées. Ces sociétés ont acquis une visibilité exceptionnelle et ont laissé une marque pour la postérité à cause de deux changements sociaux majeurs : d’une part, l’expansion du système des examens impériaux, qui a mené à la formation d’une couche sociale d’aspirants fonctionnaires pouvant faire carrière dans le commerce, la publication ou l’écriture s’ils échouaient aux examens et, d’autre part, une mobilité sociale sans précédent, où les élites et les classes populaires entretiennent des rapports plus étroits. Par ailleurs, ces écrits révèlent aussi l’importance des autorités politiques locales, même lorsque l’autorité du gouvernement central semble fléchir. Un autre constat inattendu, souligne Smith, est le fait que quatre dirigeants sur cinq des sociétés philanthropiques qu’elle a étudiées appartenaient à l’élite locale. La crainte du désordre, les tragédies personnelles, le souci de maintenir la réputation de son clan familial constituent autant de facteurs les ayant poussés à aller dans cette voie. Il est néanmoins remarquable que ces individus aient agi de la sorte : ceux qui investissaient beaucoup d’énergie ou de ressources dans les activités caritatives, note Smith, couraient toujours le risque d’attiser les jalousies de leurs pairs.

8L’ouvrage de Smith soulève un grand nombre de questions pertinentes pour la Chine contemporaine. Dans quelle mesure le désir de « faire du bien » demeure-t-il un moteur de la philanthropie aujourd’hui ? Dans quelle mesure les nouvelles générations d’entrepreneurs souhaitent-ils soutenir financièrement le développement de la charité ? Quel rôle sont appelées à jouer les associations religieuses dans ces tendances ? L’importance de cet ouvrage est qu’il contribue à réfuter les perceptions négatives et les préjugés entretenus à propos d’un prétendu manque d’esprit altruiste dans la société chinoise. L’ouvrage de Smith apporte un démenti cinglant à la thèse d’un manque d’esprit caritatif, de compassion, ou de comportements désintéressés dans la tradition chinoise qui expliquerait les difficultés auxquelles se heurtent les tentatives de développer des associations philanthropiques en Chine contemporaine. L’auteure démontre qu’une longue tradition philanthropique a existé dans ce pays, et donc que l’on trouve un vaste répertoire de pratiques sur lesquelles les associations caritatives contemporaines peuvent s’appuyer. Cet examen, cependant, ne doit pas non plus mener à un optimisme exagéré : un gouffre vertigineux sépare la Chine de la dynastie des Ming et la République populaire. Si les communications, la richesse collective et la capacité de l’État permettent de décupler les possibilités de créer et d’étendre des réseaux philanthropiques, les exigences du mode de vie consumériste contemporain et la méfiance de l’État envers des associations indépendantes constituent des obstacles imposants.

9Glossaire

10Fangsheng hui 放 生 會

11Lu Shiyi 陸 世 儀

12Qi Biaojia 祁 彪 佳

13Tongshan hui   同 善 會

14Xiangyue 鄉 約

Haut de page

Notes

1  Jacques Gernet, L’intelligence de la Chine : le social et le mental, Paris, Gallimard, 1994, p. 88-97.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Laliberté, « Joanna Handlin Smith,The Art of Doing Good. Charity in Late MingChina », Perspectives chinoises [En ligne], 2010/2 | 2010, mis en ligne le 30 juillet 2010, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5629

Haut de page

Auteur

André Laliberté

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org