Navigation – Plan du site
Quel rôle pour la littérature chinoise aujourd'hui? L'exemple de Gao Xingjian

Sur les marges de la modernité

Une étude comparée de Gao Xingjian et Ōe Kenzaburō
Sebastian Veg

Résumé

Gao Xingjian et Ōe Kenzaburō partagent un intérêt pour les marges qui a servi de base à un dialogue entre eux organisé en 2006. Une comparaison plus approfondie de leurs ouvrages respectifs La Montagne de l’âme (Ling shan, 1982-1989) et Le Jeu du siècle (Man’en gannen no futtobōru, 1967) nous révèle également leur méfiance commune pour la modernité, ainsi qu’une préférence plus spécifique pour les marges de la culture locale. Cette critique culturelle de la modernité est étayée dans leurs essais. Toutefois, bien que leurs doutes sur la modernité et sur les cultures centrales se traduisent par la formulation similaire d’une éthique individuelle, Ōe ne partage pas la vision qu’a Gao de l’auteur détaché écrivant de la « littérature froide », mais revendique d’assumer les implications politiques découlant de sa posture éthique. On développera ici l’hypothèse que leurs définitions respectives de la littérature peuvent être appréhendées comme des explorations d’une autre forme de modernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sebastian Veg, « Sur les marges de la modernité », Perspectives chinoises [En ligne], 2010/2 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5620

Haut de page

Auteur

Sebastian Veg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org