Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Su Chi, Taiwan’s Relations with Mainland China. A Tail Wagging Two Dogs

Jean-Pierre Cabestan

Texte intégral

1Su Chi, Taiwan’s Relations with Mainland China. A Tail Wagging Two Dogs, Londres & New York, Routledge, 2009, xix, 342 p

2Qui ne connaît pas Su Chi ? Secrétaire général du Conseil national de sécurité de Taiwan, pardon de la République de Chine (RDC), depuis l’entrée en fonction en mai 2008 du Président Ma Ying-jeou, le candidat du Kuomintang (KMT) confortablement élu deux mois auparavant avec 58 % des voix, Su Chi occupe depuis longtemps une place reconnue dans le paysage politique insulaire. Conçu sur le continent mais né à Taiwan en 1949, Su est issu de l’une de ces nombreuses familles de militaires du KMT qui ont dû leur vie sauve à leur réinstallation, initialement pensée comme provisoire, sur une terre plus marquée par 50 années d’occupation et de modernisation japonaises que par sept ans de « résistance » anti-nippone.

3Appartenant à la génération des « baby boomers » qui ont pu bénéficier des premières retombées dans les années 1970 du décollage économique de Taiwan, Su a étudié aux États-Unis avant d’enseigner un temps à l’université (Chengchi et Tamkang). Il rejoint alors le KMT puis, à partir de 1993, il entre au gouvernement, d’abord (entre autres fonctions) comme secrétaire général adjoint de la Présidence de la république, puis comme Président du Conseil aux affaires continentales (CAC), le ministère en charge des relations avec la Chine populaire. Après l’élection de Chen Shui-bian en 2000, il devient célèbre en forgeant le concept de « consensus de 92 » (jiu’er gongshi), expression destinée à définir le compromis trouvé en novembre 1992 par les représentants de Pékin et de Taipei sur l’idée de la « Chine unique » et, d’après Su Chi lui-même, à faciliter - y compris pour la nouvelle majorité présidentielle issue du Parti démocrate progressiste (PDP) - la reprise des pourparlers officieux entre ces deux capitales que ce compromis avait permis d’engager huit ans auparavant.

4Député entre 2005 et 2008, il appartient à la garde rapprochée du candidat Ma Ying-jeou, le suit dans ses déplacements à l’étranger, notamment à Washington en 2006, en tant que conseiller diplomatique, avant de jouer un rôle clé dans sa campagne électorale. C’est donc tout naturellement qu’il rejoint Ma au Palais présidentiel et, probablement, qu’il  occupe encore aujourd’hui les fonctions indiquées plus haut, en dépit des appels à la démission émis par l’opposition à la suite de la catastrophe provoquée par le typhon Morakot en août 2009 (il aurait été responsable du refus initial de Taipei de tout appel à l’aide internationale). Acteur de premier plan du rapprochement actuel entre les deux Chine, Su Chi mérite donc d’être lu et compris.

5Comme beaucoup d’observateurs de Taiwan, je connais personnellement Su Chi et entretiens avec lui des relations cordiales. D’où mon hésitation initiale à commenter ce livre. Toutefois, son caractère hybride — étude d’un universitaire spécialiste des relations entre les deux rives du détroit de Formose et aussi document politique d’un haut responsable du KMT — m’a convaincu de passer outre cette barrière, ayant au préalable prévenu le lecteur du risque de subjectivité qui pèse sur cette recension.

6Cet ouvrage est une traduction mise à jour et complétée du livre en chinois intitulé Weixian Bianyuan : cong liangguo lun dao yibian yiguo (Stratégie du bord du gouffre : de la théorie des deux États à un pays de chaque côté du détroit / Brinkmanship : From Two-States Theory to One-Country-on-Each-Side) publié par Su Chi en 2003. Il couvre donc les années 2004-2007, quoique surtout l’année de la réélection contestée de Chen Shui-bian (2004).

7Disons le franchement, son principal intérêt réside dans la manière dont Su Chi, pourtant membre du KMT puis du gouvernement de Lee Teng-hui, « revisite » les années 1990. Son analyse des années de « conciliation » (1991-1994) est détaillée, complète, incluant notamment les pourparlers secrets qui ont précédé les discussions connues et dans l’ensemble assez exacte (chapitre 1). En particulier, il explique comment l’idée du « consensus de 92 » lui est venue. Rappelant les ambiguïtés du compromis verbal trouvé en novembre 1992 par les négociateurs de Taipei et de Pékin, il juge cependant que ces derniers n’avaient pas alors ouvertement rejeté la formule lancée par les médias taïwanais : « une Chine, deux interprétations » (yi ge zhongguo, gezi biaoshu), le Conseil à l’unification nationale (CUN) de la RDC estimant alors (août 1992) que « Chine unique = RDC ». Donc pas question et impossible de reconnaître la République populaire de Chine (RPC). C’est en effet l’interprétation classique du KMT avec laquelle ce parti a renoué en 2000 à travers l’adoption du « consensus » de Su Chi que rapidement, on le sait, Pékin a fait sien.

8Plus inattendu, Su Chi veut montrer (chapitre 2) à quel point le voyage de Lee Teng-hui aux États-Unis et à l’Université Cornell en juin 1995 a été la source initiale de tous les problèmes futurs, et pas uniquement de la crise des missiles (1995-1996). Mais sa véritable « bête noire » est la « théorie des deux États » que le Président Lee avança en juillet 1999 (chapitre 3). Alors patron du CAC mais informé au dernier moment de cette initiative, Su Chi fut chargé d’expliquer urbi et orbi que cette théorie n’entrait finalement pas en contradiction avec le principe de la Chine unique. Une tâche impossible, l’on peut s’en douter, qui le conduisit au bord de la démission. Pourtant, curieusement, il nous explique sans trop nous convaincre pourquoi il resta au gouvernement (p. 64 sq). Acteur puis détracteur de l’équipe de Lee, Su Chi nous offre ici à la fois un témoignage très utile et une description parfois captivante des forces intérieures (les conseillers de Lee comme Mme Tsai Ying-wen, le KMT et le PDP) et extérieures (gouvernements chinois et américain) à l’œuvre. C’est à mon sens le meilleur passage de son livre.

9Les années Chen Shui-bian sont présentées de manière plus banale, avec l’esprit critique et exagérément inquiet d’un homme politique d’opposition tenté constamment de plus charger ses rivaux intérieurs que la puissance extérieure qui menace l’existence même de son pays. Le rôle préventif des États-Unis (chapitre 8) est finement analysé, trop finement peut-être, donnant par exemple une importance démesurée à la relation entre Donald Keyser, un haut responsable du Département d’État et une espionne taiwanaise (p. 260), au risque de perdre de vue la situation globale, la « big picture » comme on dit en anglais. Car au fond, Chen n’a jamais eu la majorité parlementaire dont il avait besoin pour réformer la constitution et légaliser les frontières réelles et non plus fictives de la RDC. Et s’il a gelé le fonctionnement du CUN, Chen ne jouissait que d’une marge de manœuvre étroite, corseté qu’il était par le double étau d’une Chine chaque jour plus puissante et d’une administration Bush fidèle à la politique américaine traditionnelle de la Chine unique.

10La narration de l’année 2004 est probablement la plus partisane, dominée par l’irritation américano-chinoise face au référendum de Chen Shui-bian et surtout l’incapacité du KMT à accepter la victoire à l’arrachée de ce dernier sur une coalition finalement mal ficelée et peu convaincante (Lien Chan et James Soong Chu-yu) qui, même avant l’attentat contre Chen et sa coéquipière Annette Lu Hsiu-lien, avait déjà perdu l’avance dont certains la créditaient.

11La visite de Lien Chan en Chine et la restauration des relations entre le KMT et le PC chinois sont brièvement évoquées en fin de volume, presqu’à la va-vite, alors que ces rapports de parti à parti occupent aujourd’hui une place particulièrement importante dans la détente entre Taipei et Pékin.

12On l’aura compris, ce livre nous informe sur la compréhension et l’état d’esprit non seulement d’un des principaux piliers de l’équipe Ma mais d’une bonne partie du « camp bleu » (le KMT et ses alliés). On aura aussi compris que sous la plume de Su Chi l’homme politique partisan l’emporte nettement sur l’analyste universitaire, conduisant le premier à omettre les réalités que le second aurait forcément évoquées, mais aussi par là même - et c’est plus grave – risquant d’affaiblir la crédibilité de la stratégie des autorités actuelles de Taipei à l’égard de Pékin.

13La première réalité incontournable est que le camp vert (le PDP et ses alliés) et donc près de la moitié des Taiwanais ne se reconnaissent pas dans le « consensus de 92 ». Chen Shui-bian a bien parlé à plusieurs reprises de « l’esprit de 92 » mais cela n’a pas suffi aux Chinois pour engager des discussions avec lui. Nulle part, Su Chi nous rappelle que ni CUN établi en 1991 ni les lignes directrice sur l’unification que cette instance a alors adoptées n’ont une quelconque légitimité démocratique. En effet, le CUN fut désigné par un président alors non élu démocratiquement et ses décisions ne pouvaient en aucun cas refléter un quelconque consensus national. D’ailleurs, un seul (ancien) membre du PDP (Kang Ning-hsiang) y a siégé. La définition de la Chine unique avancée par le CUN et reprise à son compte par Su Chi est légalement en conformité avec la vieille constitution de la RDC (promulguée sur le continent en 1947). Néanmoins, la démocratisation de Taiwan a imposé une nouvelle définition, et celle-ci politique, de la RDC : les territoires effectivement contrôlés par Taipei. C’est cette réalité que Lee Teng-hui en 1999, puis Chen Shui-bian en 2002, ont cherché à rappeler à Pékin, à Washington  et au reste du monde. En d’autres termes, la définition de la Chine unique à laquelle se raccroche le KMT aujourd’hui est dépassée, illégitime aux yeux de nombreux Taiwanais, et interdit à la RDC de s’extraire de sa qualité de non-État. En effet, la majorité de la communauté internationale ne reconnaît qu’une Chine, la RPC, et Taiwan en fait partie.

14Le second silence de Su Chi a trait à la tentative, dès 1993, de Lee Teng-hui de faire réintégrer à la RDC/Taiwan les Nations unies. Evoquée en passant (p. 81), cette entreprise, il est vrai homérique, n’en a pas moins contribué à consolider le consensus à Taiwan sur l’avenir de l’île, consensus aujourd’hui mis à mal par les amours particulières entre le KMT et son ancien frère ennemi. Lee avait compris que la détente et la « normalisation » avec la Chine n’avaient de valeur que si elles ne faisaient pas obstacle à l’amélioration du statut international de la RDC/Taiwan. Or, pour Su Chi, probablement plus que pour que Ma ou les autres responsables du KMT, la priorité doit clairement être donnée à la construction d’une relation étroite avec le continent et à la suppression à tout prix de tout ce qui pourrait irriter Pékin. Mais est-ce l’intérêt des États-Unis de voir les Taiwanais baisser la garde ?

15La troisième omission concerne l’identité et la conscience taiwanaise. Combien d’ouvrages ont montré comment le processus de démocratisation, et notamment l’introduction de l’élection du président au suffrage universel direct en 1996, ont consolidé l’identité politique nationale taiwanaise ? Or, tout en admettant la montée de l’identité taiwanaise au détriment de la chinoise, Su Chi reste trop souvent tenté de crier « manipulation électorale » (p. 49) dès qu’un politicien joue la carte identitaire, faisant abstraction du passé original de l’île et de la mémoire collective de 85 % des Taiwanais. Pas un mot par exemple sur le massacre du 28 février 1947 ni sur l’œuvre de mémoire et de réconciliation du KMT de Lee Teng-hui. Dit autrement, Su Chi adopte un point de vue qui sera forcément considéré comme « continental » par un grand nombre de ses compatriotes qui seront, pour leur part, tentés d’ajouter « rien d’étonnant, vu ses origines »…

16Enfin, concernant le « consensus de 92 », ce que ne discute pas Su Chi, c’est son caractère ambigu et limité. Ambigu car dès que les Chinois sont mécontents des Taiwanais, ils dénoncent la formule « une Chine unique, chacun son interprétation » et cherchent à imposer à tous, y compris à Taipei, la souveraineté de la RPC sur Taiwan. Limité car Pékin n’approuva cette vague définition, ou plutôt cette absence de définition, uniquement pour pouvoir engager des discussions techniques (on functional issues) avec Taipei. Ce compromis laisse de côté les questions liées à la souveraineté et par conséquent ne peut les régler. Or, comment la RPC et la RDC peuvent-elles engager des discussions politiques, et a fortiori négocier un traité de paix sans aborder et tenter de surmonter d’une manière ou d’une autre cette divergence essentielle, sans accepter que coexistent deux États chinois ?  

17Que Su Chi soit pour une réunification de Taiwan et de la Chine, une fois que cette dernière se sera convertie à la démocratie, c’est son droit le plus strict. Et c’est probablement la seule solution véritable à très long terme de la question. Cependant, en attendant de construire cet avenir brillant mais lointain et hypothétique, Su Chi et les autres responsables bleus de Taiwan devraient prendre plus en compte la réalité taiwanaise et tenter de réduire plutôt que de risquer, en restaurant la vieille idéologie KMT, d’approfondir les divisions de la société insulaire. Ils devraient aussi et surtout déployer plus d’énergie à renforcer la position de leur gouvernement dans les négociations difficiles qu’il conduit depuis 2008 avec Pékin, et non pas contribuer, en affichant un point de vue à la fois trop partisan et trop conciliant à l’égard de la République populaire, à l’affaiblir.

18Comme on peut le constater, j’ai été franc avec Su Chi, en espérant que cette franchise sera utile à Taiwan et, plus important peut-être, vous convaincra de lire ce livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Cabestan, « Su Chi, Taiwan’s Relations with Mainland China. A Tail Wagging Two Dogs », Perspectives chinoises [En ligne], 2009/4 | octobre-décembre 2009, mis en ligne le 28 janvier 2010, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5392

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Cabestan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org