Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Angus Maddison, L’économie chinoise. Une perspective historique.

Jean-Paul Maréchal

Texte intégral

1Angus Maddison, L’économie chinoise. Une perspective historique. Deuxième édition, révisée et mise à jour : 960-2030, Paris, OCDE, 2007, 213 p.

2Spécialiste des questions de croissance et de développement, Angus Maddison est surtout connu pour sa somme parue en 2001 : L’économie mondiale. Une perspective millénaire (OCDE) où il retrace, à l’aide de centaines de séries statistiques reconstituées, l’évolution économique de la planète sur plus de dix siècles.

3Dans L’économie chinoise. Une perspective historique (dont la première édition remonte à 1998) il nous livre une histoire chiffrée de l’évolution économique de l’empire du Milieu de la fin du Xe siècle à nos jours, histoire qui s’achève par une prospective consacrée aux 25 prochaines années. Le véritable intérêt d’un tel ouvrage, et ce qui en rend d’ailleurs toute véritable synthèse impossible, réside dans les milliers de chiffres qu’il recèle et qui en font une mine inépuisable pour tout chercheur intéressé par le cas chinois. Mais, et c’est là le grand talent d’Angus Maddison, la lecture de ses livres n’est jamais pesante, tant il parvient à mettre en miroir un texte relativement vivant et des tableaux et graphiques qui le complètent et l’enrichissent considérablement, mais dont l’examen peut être laissé momentanément de côté pour qui veut aller à l’essentiel. Le livre suit un plan chronologique qui va, sans surprise, de la Chine impériale (chapitre 1) aux pronostics de l’auteur pour le prochain quart de siècle (chapitre 4) en passant par les vicissitudes que subit l’empire du Milieu entre 1820 et 1949 (chapitre 3) et la dynamique de développement dont le pays a fait preuve depuis 1949 et surtout depuis 1978 (chapitre 3).  

4Entre le VIIIe et le XIIIe siècle, le centre de gravité de l’économie chinoise, explique l’auteur, s’est déplacé vers le sud. Au VIIIe siècle, les trois quarts de la population vivaient dans le nord et cultivaient essentiellement du blé et du millet, cinq siècles plus tard, 75 % vivaient au sud du fleuve Yangzi et cultivaient du riz. Du Xe au début du XVe siècle, le revenu par habitant a été, en Chine, supérieur à celui observé en Europe. C’est entre le XVe et le XVIIIe siècle que la Chine a perdu sa supériorité économique au profit d’une Europe mieux à même de donner naissance au capitalisme moderne. Puis suivit, entre 1820 et 1949, une longue période de « déclin économique et d’humiliations extérieures » (p. 49). La création de la République populaire de Chine en 1949 inversa cette tendance et Angus Maddison souligne, par exemple, qu’entre 1952 et 1978 – malgré les blessures du Grand Bond en avant (1958-1960), de la Révolution culturelle (1966-1976), d’un isolement politique, de relations tendues avec l’URSS et les États-Unis ainsi que des guerres contre la Corée et l’Inde – le PIB chinois fut tout de même multiplié par trois tandis que le revenu par habitant était multiplié par 1,8 et la productivité de la main-d’œuvre par 1,6. (p. 69) La structure économique du pays fut bouleversée. La part de l’industrie dans le PIB passa de 8 à 52 % alors que celle de l’agriculture se replia de 60 à 16 %. (p. 80). Puis vient le tournant vers l’économie de marché impulsé par Deng Xiaoping en 1978. Entre cette date et 2003, le PIB a été multiplié pratiquement par sept, le revenu réel par habitant par cinq, la productivité de la main-d’œuvre par quatre. (p. 69) Un chiffre résume l’ampleur de ces bouleversements : le PIB par tête a connu une progression annuelle de 6,6 %. En 1990 le PIB chinois était moitié moins important que celui de la Fédération de Russie, il est six fois supérieur en 2003 (p. 109).

5S’appuyant sur des calculs en parité de pouvoir d’achat (méthode qui, à la différence du recours au taux de change, ne sous-estime pas la performance de la Chine et, plus généralement, des pays pauvres ou en transition1), Maddison met en évidence que la part de la Chine dans le PIB mondial était de 5 % en 1978, 15 % en 2003 et pourrait atteindre 23 % en 2030. Avec cette méthode de calcul, le PIB chinois représentait, en 2003, 73 % du PIB des États-Unis et plus du double de celui du Japon.  (p. 117)

6D’après certains scénarios, la Chine devrait avoir retrouvé son statut de première puissance économique mondiale d’ici 2015. Naturellement, la crise économique qui a éclaté depuis la publication de ce livre rebat de nombreuses cartes et fait de tout pronostic un exercice à haut risque2.

7Au-delà des tendances que nous venons de rappeler, l’ouvrage d’Angus Maddison contient des dizaines de tableaux et de graphiques portant sur les thèmes les plus divers : population, PIB, agriculture, exportations… parfois abordés dans le cadre de comparaisons internationales. Une telle profusion de données en fait un ouvrage indispensable pour qui souhaite se pencher sur l’histoire économique d’un des acteurs majeurs du XXIe siècle3.

Haut de page

Notes

1 Sur cette question et sur les reclassements internationaux qui en résultent, on lira : Norman Myers et Jennifer Kent, The New Consumers. The Influence of Affluence on the Environment, Washington, Londres, Covelo, 2004, Island Press.
2 On lira les excellents articles de Benoît Vermander, « La crise entre en Chine », Projet, n° 309, mars 2009, p. 45-50 et de Valérie Niquet, « La Chine face à la crise », Perspectives chinoises, n° 3, 2009, p. 86-93.
3 Le lecteur intéressé pourra se reporter à la controverse qui a opposé Carsten Holz à Angus Maddison dans la Review of Income and Wealth en 2006, suite aux critiques que le premier a formulées au sujet du livre du second. La dernière réponse de Carsten Holz est disponible en ligne :

http://ihome.ust.hk/%7Esocholz/Maddison/CH-response-to-Maddison-21March06.pdf (NDLR).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Maréchal, « Angus Maddison, L’économie chinoise. Une perspective historique. », Perspectives chinoises [En ligne], 2009/4 | octobre-décembre 2009, mis en ligne le 28 janvier 2010, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5389

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Maréchal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org