Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Qian Liqun, Jujue yiwang. « 1957 nian xue » yanjiu biji (Refuser l’oubli : notes pour « Etudes de l’année 1957 »

Yinde Zhang

Texte intégral

1Qian Liqun, Jujue yiwang. « 1957 nian xue » yanjiu biji (Refuser l’oubli : notes pour « Etudes de l’année 1957 »), Hong Kong, Oxford University Press (Chine), 2007, 502 p.

2Les Presses de l’Encyclopédie chinoise (Zhongguo dabaike quanshu chubanshe) ont publié cette année un recueil d’études de Qian Liqun, intitulé Refuser l’oubli : il s’agit de la réédition d’un ouvrage qui date de 1999, rassemblant des essais consacrés à Lu Xun et à différents débats intellectuels. Celui dont il est question ici porte le même titre mais relève encore du domaine de l’interdit sur le continent pour aborder un sujet sur lequel les autorités maintiennent leur verdict et silence. La campagne antidroitière de 1957 constitue en effet la mémoire trouée de l’histoire de la République populaire, pour des raisons politiques, historiques et sociales. La légitimité du régime impose la thèse de la nécessité d’une telle campagne coercitive, en passant outre aux incohérences juridictionnelles et aux revendications de réparation : la quasi-totalité des  victimes – 550 000 – ont été réhabilitées à l’exception de 98, en l’absence absolue d’indemnités. Encore s’agit-il plus exactement de « rectification » (gaizheng) que de « réhabilitation » (pingfan). À cette décision politique s’ajoute un contexte historique peu propice. L’événement tragique n’a jamais bénéficié du desserrement idéologique qui caractérise l’immédiat après de la Révolution culturelle, qualifiée de « catastrophe » dans une certaine forme de consensus : la « post-campagne antidroitière » n’a pas eu lieu d’autant qu’elle a été occultée par la « post-Révolution culturelle ». Enfin la dichotomie forgée depuis longtemps par le régime entre l’intelligentsia et les classes laborieuses ne favorise guère la sensibilisation à ce traumatisme censé affecter la seule catégorie des intellectuels. L’édification d’une mémoire collective s’avère en conséquence plus difficile que pour la Révolution culturelle. Elle est cependant aussi difficile qu’impérative avec le vieillissement, voire la disparition, des survivants.

3L’ouvrage de Qian Liqun émane de ce sentiment impérieux qui lui dicte ce travail comme un acte d’engagement. Professeur émérite de l’Université de Pékin et témoin direct de l’événement – il était en deuxième année d’études de journalisme dans le même établissement et taxé lui-même par bonheur de « droitier modéré » (zhongyou) –, il a consacré les quatre premières années de sa retraite à la mise en œuvre d’un vaste programme d’investigation dont on aperçoit les premiers résultats. Partant d’un constat désolant, qu’il a pu dresser lors des pompes commémoratives du centenaire de la fondation de l’Université de Pékin en 1998, sur les pages blanches de la période sinistrée dans les chroniques de l’établissement, alors qu’il était le foyer des débats bouillonnants avant d’être le théâtre d’une répression impitoyable, Qian Liqun entreprend des enquêtes qui ont abouti à un fonds non négligeable : des correspondances privées, des mémoires publiées ou manuscrites, des textes ronéotypés qui ont échappé à l’autodafé uniquement parce qu’ils servaient de pièces à conviction. Les documents ainsi collectés, dont il souhaite qu’ils compensent les archives toujours inaccessibles, étaient ses réflexions qui s’organisent autour de quatre axes.  

4L’ouvrage s’ouvre avec une étude fondamentale (p. 19-72) consacrée à la crise qui sourdait dans le monde industriel et rural car, pour l’auteur, elle était à l’origine de la tempête qui a particulièrement agité l’opinion des intellectuels. L’enquête porte donc sur le malaise des ouvriers et paysans présent dans les débats intellectuels, ainsi que sur l’antagonisme pernicieux que Mao a réussi à instaurer en opposant les classes travailleuses et le milieu universitaire et en mettant sur pied la « dictature de masse » (qunzhong zhuanzheng). Cette analyse sociale est suivie d’une série d’observations sur les mouvements déployés au sein du campus de l’Université de Pékin, autour de la date symbolique du 19 mai 1957, jour de l’explosion des dazibaos contestataires. Le choix des protagonistes, Liu Diqi, Lin Xiling, Tan Tianrong, permet à l’auteur de faire l’archéologie des débats et de la campagne répressive en les enracinant dans le contexte national et international : d’un côté,  l’adoption de la Constitution en 1954, le limogeage de Gao Gang et de Rao Shushi, la lutte contre Hu Feng, ainsi que l’élimination des antirévolutionnaires l’année suivante, et de l’autre, le XXe congrès du PC de l’URSS, les incidents en Pologne et en Hongrie en 1956. Ces éléments contextuels ont catalysé une conscience protestataire en réactivant la tradition du 4-Mai née dans l’établissement. Le discours des leaders se prolonge dans les publications estudiantines, telles que Honglou (Bâtiments rouges), d’un enthousiasme poétique et juvénile, Place publique (Guangchang), virulente dans son indépendance dénonciatrice, ainsi que Les Vagues baignent le sable (Lang tao sha), qui apportent les réponses légitimistes. Un « mouvement démocratique socialiste » inédit se profile dans la remise en question du Parti rongé par la corruption et la sclérose bureaucratique. C’est la revendication d’une vraie démocratie au sein du système socialiste qui caractérise, selon l’auteur, l’ « esprit droitier » (youpai jingshen), en dépit de l’indigence conceptuelle propre à la génération de jeunes étudiants et enseignants. L’éloge de l’ « esprit droitier » se transforme en hommage rendu, dans la troisième partie, aux victimes de la répression. L’auteur en retrace le destin tragique à travers quelques figures plus ou moins célèbres. L’histoire de He Fengming, exilée à la ferme de Jiabiangou, au Gansu, en regard des récits de Yang Xianhui, révèle l’un des camps les plus funestes de l’appareil punitif, tandis que le cas de Zhang Xianchi, au Sichuan, illustre l’efficacité cruelle du contrôle quotidien reposant sur la dictature de masse, sans compter les humiliations, persécutions et condamnations sommaires.  Le totalitarisme n’est pas pour autant parvenu à éradiquer l’ « hérésie » : c’est ce que tente de montrer la dernière partie à travers trois exemples pathétiques, qui entretiennent des parcelles de lumière durant ces années sombres : Lin Zhao, passionaria du 19 mai 1957 et exécutée en 1968, n’a jamais renoncé à réclamer liberté, démocratie et droits de l’homme ; Gu Zhun, a persévéré dans sa recherche pionnière et périlleuse sur le mécanisme du marché au sein de l’économie socialiste ; Zhang Zhongxiao, victime de la campagne contre Hu Feng, a conduit, dans la solitude et la misère, des réflexions sur la philosophie hégélienne, les valeurs de l’individu, l’origine culturelle du système totalitaire. Une enquête en contrepoint vient clôturer ces commentaires. Elle porte sur les groupes étudiants « réactionnaires », tels que « Colonne du Soleil » (Taiyang zongdui) ou « Groupe X » (X xiaozu), avatars souterrains de 1957, mais qui, au lieu de perpétuer l’humanisme libéral du 4-Mai, s’inspirent des idées de Mao, dont ils effectuent une lecture plus réfléchie que dogmatique pour dénoncer les abus du système.

5Les études de Qian Liqun, qui se veulent scientifiques malgré les limites inhérentes aux investigations individuelles, s’appuient sur des cas précis tout en prenant une certaine extension temporelle. Elles ont en effet atteint l’objectif, fixé par l’auteur, de révéler la continuité d’une politique dictatoriale dans sa logique implacable : le culte de la personnalité se confond avec le statut sacré du Parti, dont la moindre critique, aussi justifiée soit-elle, est perçue comme transgression condamnable. La campagne antidroitière fournit un parfait exemple de cette raison d’État qui broie tout individu déviant.  On lui sait gré de baliser le champ avec la mise au jour de certains documents inconnus, comme les écrits de ces étudiants réprimés, et d’en livrer une lecture lucide et empathique, largement inspirée par Lu Xun, dont il est l’un des commentateurs les plus avisés. Pour intituler l’ouvrage Refuser l’oubli, l’auteur s’avère néanmoins plus habité par le souci du factuel et par un humanisme compassionnel que par le questionnement philosophique, psychologique et littéraire, dans la mesure où peu d’analyses ont été proposées sur le discours mémoriel du traumatisme vécu ou sur les valeurs symboliques des lieux de répression. Or, la mise en récits récente des expériences de camps, comme celui de Jiabiangou, mouroir à la lisière du désert et sous une administration tyrannique, tend à dévoiler un dispositif et un processus de déshumanisation à tous égards comparables au Goulag : l’identification d’un lieu symbolique ne doit pas être sans favoriser l’émergence d’une reconnaissance collective quant au caractère catastrophique de l’événement 1957. Mais l’ouvrage, en l’état, apporte déjà un démenti informé aux arguties de certains rhéteurs de la nouvelle gauche, comme Wang Shaoguang, qui défendent le diable au mépris de la vérité historique et des souffrances de millions d’individus au destin brisé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yinde Zhang, « Qian Liqun, Jujue yiwang. « 1957 nian xue » yanjiu biji (Refuser l’oubli : notes pour « Etudes de l’année 1957 » », Perspectives chinoises [En ligne], 2009/4 | octobre-décembre 2009, mis en ligne le 28 janvier 2010, consulté le 22 juin 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5388

Haut de page

Auteur

Yinde Zhang

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org