Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Mayfair Mei-Hui Yang (éd.), Chinese religiosities: Afflictions of Modernity and State Formation

Julie Remoiville

Texte intégral

1Mayfair Mei-Hui Yang (éd.), Chinese religiosities: Afflictions of Modernity and State Formation, University of California Press, Berkeley, Los Angeles, Londres, 2008, 464 p.

2 Édité par Mayfair Yang, Chinese Religiosities est un volume collectif qui vise à analyser l’impact de la modernité sur la vie religieuse et sur le processus de sécularisation en Chine. Il comporte des essais rédigés par des spécialistes de disciplines variées qui se sont efforcés de replacer  leurs contributions dans le cadre des relations entre l'État chinois moderne et les pratiques religieuses. L’ouvrage met notamment l’accent sur la difficile application de la catégorie de religion à un contexte chinois et sur les malentendus et tensions qu’elle suscite.  

3 Dans un premier temps, deux auteurs s'interrogent sur le rapport entre religion et ordre séculier. Ya-pei Kuo analyse la transformation du culte impérial avant la sécularisation de l'État chinois. Elle décrit l’évolution du culte d’État à Confucius, de la fin de la dynastie des Qing jusqu’à l’avènement de l’État moderne, et en conclut que les nouvelles formes de rituel ont contribué à l'établissement d'un État nationaliste laïc. Prasenjit Duara se demande quant à lui pourquoi le nouvel État-nation chinois développe une sévère politique antireligieuse alors que, paradoxalement, les chinois d'outre-mer recourent à la religion pour renforcer leur identité ethnique.

4 La deuxième partie de l’ouvrage regroupe les contributions de cinq auteurs, qui expliquent comment le discours de l'État chinois moderne et ses actions ont radicalement changé la structure de la vie religieuse. David Palmer et Benjamin Penny étudient le lien entre les conditions de la vie religieuse à l’époque de la modernité, et les anciennes traditions religieuses dans l'histoire de la Chine impériale. Ils soulignent les ambiguïtés du discours de l’État depuis les dernières dynasties sur le contrôle des mouvements religieux hétérodoxes qui jouent un rôle important dans la reconfiguration de l’idéologie socialiste moderne. La religion est vue désormais comme un possible garant du régime postmaoïste. Ryan Dunch examine le dialogue entre les protestants chinois et les théoriciens du Parti communiste depuis 1978 en montrant comment les deux parties s’influencent réciproquement.

5La question de l'islam est traitée par Dru Gladney qui explique comment les communautés musulmanes gèrent tant bien que mal leur intégration dans un  État sécularisé. Enfin, Rebecca Nedostup examine l’hostilité du Guomindang à la religion traditionnelle dans les années 1930. Elle montre comment les rituels basés sur le calendrier lunaire ou les fêtes de temple ont perdu, entre les mains du Guomindang, le pouvoir structurant qu'ils possédaient sous le système impérial.

6 La troisième partie de l’ouvrage est consacrée aux institutions religieuses et à leurs changements en Chine moderne. Trois organisations sont traitées : la communauté monastique du Tibet, le christianisme et le bouddhisme dit « chinois ».

7José Cabezón met en avant l'immense contraste entre l’anti-modernisme de la communauté monastique du Tibet et l'hyper-modernisme de l'État chinois associé à un contrôle sévère de la situation. Vincent Goossaert examine l'invention des associations religieuses nationales qui se distinguent à la fois de la société laïque et de la sphère des  « superstitions » durant les premières années de l'État républicain. On réalise à quel point le modèle de fonctionnement des églises chrétiennes a exercé une influence déterminante dans l’invention des structures religieuses officielles de la Chine au XXe siècle. Ce phénomène a également eu un impact sur la transformation du bouddhisme chinois moderne. Pourtant, Ji Zhe démontre comment une modernisation basée sur le modèle du christianisme des pays occidentaux ne s'adapte pas au bouddhisme. En effet, des termes supposés être universels tels que ceux de  « séparation de l'Église et de l'État » ou encore de « désinstitutionalisation et privatisation de la religion » demeurent peu adaptés au modèle religieux chinois moderne.  

8 Pour clore le volume, une dernière partie rédigée par Richard Madsen et Mayfair Yang est consacrée à Taïwan. Richard Madsen s'interroge sur l'application que l'on peut y faire de la thèse de  Max Weber relative à la rationalisation de la religion tandis que Mayfair Yang examine l'étrange alliance entre les médias capitalistes (la télévision satellite à Taïwan) et la religion populaire. Elle montre notamment comment le célèbre culte de Mazu a créé un lien entre le continent et l'île grâce aux informations véhiculées par satellite.

9  Chinese religiosities  se singularise par la variété des approches historiques proposées, lesquelles permettent d'éclairer la situation actuelle. Il constitue une riche source de réflexions pour les spécialistes, mais aussi pour ceux qui s'intéressent à l'évolution des traditions religieuses en Chine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Remoiville, « Mayfair Mei-Hui Yang (éd.), Chinese religiosities: Afflictions of Modernity and State Formation », Perspectives chinoises [En ligne], 2009/4 | octobre-décembre 2009, mis en ligne le 28 janvier 2010, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5386

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org