Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

History and Memory: Present Reflections on the Past to Build our Future.

David Bartel

Texte intégral

1Ce livre réunit les actes d’un colloque international tenu par l’Institut Ricci en 2005 à Macao, cinquième édition d’un forum consacré à la réflexion sur de grands sujets comme l’art, la loi ou la religion1. Il faut noter d’abord, à la fois un excellent travail d'édition et la haute qualité de l'ensemble des interventions réunies ici pour aborder les thèmes complexes de la mémoire et de l'histoire, en Chine et ailleurs. Car la particularité de cet ouvrage est d’aborder cette problématique dans une volonté pluridisciplinaire et donc de faire se télescoper dans un même ouvrage l’Inquisition espagnole, la Résistance française ou la mémoire de la Shoah avec les apories de la mémoire chinoise. Autant de perspectives permettent de cerner les difficultés du traitement des questions mémorielles. Le risque d'une telle profusion (une trentaine d’interventions) que le livre ne peut éviter, est de diluer son objet dans un nombre trop important de points de vue, de méthodes et de thèmes abordés. Il est en effet impossible de lire l’ensemble des textes avec le même intérêt. La richesse de l’ensemble permettra cependant à chacun de faire son choix. L’ouvrage permet de fait de mesurer la multiplicité des approches historiographiques contemporaines, et leur pertinence. Il permet en même temps de rapprocher la dramatique expérience chinoise du XXe siècle de celles, non moins tragiques, d’autres victimes de ce siècle.

2Dans une longue introduction, Du Weiming rappelle à la fois le rôle de l’historien et les spécificités chinoises de cette profession (p. 16-17). Surtout, il insiste sur l’amnésie qui marque l’histoire du XXe siècle en Chine (p. 18) et sur la volonté du gouvernement de ne regarder que vers l’avenir, pour mieux transformer le passé en récit hagiographique d’où n’émergent que la résistance antijaponaise, et la montée du Parti communiste chinois (PCC) instrumentalisées à outrance pour mieux masquer la vacuité idéologique du Parti et la fragilité du système politique (p. 20). Le refus obstiné d’autoriser les recherches sur la Révolution culturelle et la répression violente du 4 juin 1989 sont pour lui une indication claire que la tentation politique d’effacer les mémoires collectives est une pièce majeure du contrôle idéologique en Chine contemporaine (p. 21). Du Weiming termine son intervention de manière bien pessimiste. Pour lui, les chances de réussir un développement pacifique, ouvert et pluraliste sont bien maigres. Mais, dit-il, l’effort est significatif et nécessaire (p. 32).

3La virtuosité méthodologique de l’intervention de Chen Fangchun mérite d’être soulignée. En prenant en compte les trois types de données qui se rapportent à un même événement (documents officiels, mémoire des personnages officiels, mémoire orale des protagonistes et des témoins), il nous propose une lecture du même fait historique – l’incident de Pingyuan au Shandong pendant la guerre des Boxers – sous trois angles différents. Cette même histoire contée trois fois est un exercice de style savoureux qui permet de faire comprendre la difficulté d’établir une vérité historique à partir de sources multiples. Une analyse des limites et de la pertinence de cette triple perspective donnée sur un même événement permet de cerner – si ce n’est de saisir – la réalité des faits (p. 139). Cependant, malgré la profusion des sources, l’incident de Pingyuan laisse encore des zones d’ombre et des ambiguïtés qui poussent l’auteur à poser la question de la possibilité de la vérité historique. Il pense que s’il est impossible d’obtenir la totalité des faits, les recherches sur cet incident particulier pourront toujours offrir des outils pour une meilleure compréhension de la guerre des Boxers dans sa globalité (p. 142).

4Jin Guantao et Liu Qingfeng proposent de leur coté une approche méthodologique différente à travers une étonnante relecture de l'évolution de la conception chinoise des relations internationales au XIXe siècle. Ils expliquent comment, du fait de l’évolution discursive qui substitue au « monde sous le Ciel » (tianxia) la notion de « myriade de pays » (wanguo), les affrontements entre la Chine et la France d'abord, la Chine et le Japon ensuite, devinrent inévitables. Ils s’appuient sur une méthode statistique quantitative censée sortir des récits occidentaux construits en Asie (p. 266), et permettant d’exposer les conceptions qui se cachent derrière les événements pour pouvoir rétablir la réalité des faits historiques (p. 253). Ils valident ici le choix de leur « tournant linguistique », entrepris il y a presque une décennie, et dont ils ont a fait le cœur méthodologique de leur dernier ouvrage2. Ce « tournant », en réalité plus terminologique que linguistique, est une méthode pour démontrer qu’en s’attachant à l’évolution du sens des concepts qui définissent un événement historique, on peut réécrire et réinterpréter le sens de certains moments de l’histoire de la Chine moderne et contemporaine dans un sens plus objectif. Le couple nous propose ainsi une relecture intéressante des événements de 1911 autour de la réception et de l’évolution du concept de « révolution » (p. 257-59). En ce qui concerne la guerre sino-japonaise de 1895, Jin et Liu affirment que la méthode quantitative qu’ils utilisent est une voie possible pour sortir de « l’émotion aveugle » qui opacifie les relations entre le deux voisins (p. 265).

5Les interventions de Jean-Philippe Béja, de Michel Bonnin et de Xu Youyu appartiennent à un même champ d’investigation – celui des difficultés à penser et écrire la mémoire du XXe en Chine – dans une perspective encore une fois plurielle. Le premier continue à étudier la difficulté de structurer un mouvement d’opposition quand chaque génération est élevée dans une profusion de commémorations glorieuses où sont systématiquement réécrits les angles morts du passé. Une mémoire « hachée » et amnésique responsable selon lui de l’impossibilité de la transmission normale de l’expérience d’une génération vers une autre. Cette occlusion de la mémoire oblige donc chaque génération à repenser les problèmes politiques qui se présentent, sans bénéficier des leçons apprises dans la douleur par la précédente3. Le second se concentre plus particulièrement sur le débat qui anime les générations qui ont vécu le mouvement d’envoi à la campagne des « jeunes instruits ». Michel Bonnin nous explique les difficultés à organiser une mémoire collective entre un monopole de l’histoire jalousement conservé par le Parti, et les interstices d’un espace public aux contours instables et mal définis (p. 465-8)4. L’intervention de Xu Youyu, très personnelle, évoque l’expérience personnelle de l’auteur de ce phénomène d’atrophie mémorielle. Xu utilise sa propre expérience de garde rouge pour regretter l’absence d’une mémoire collective qui seule pourrait se transformer en histoire pour éviter la répétition d’une telle catastrophe. Si Simon Leys a déjà comparé la longévité de la tradition chinoise à celle de la tradition juive, Xu Youyu fait appel à Vera Schwarcz et à Elie Wiesel pour insister sur la capacité du peuple juif à se retourner sur les souvenirs même les plus douloureux pour les repenser et les systématiser. Il utilise cette comparaison pour démontrer la capacité des uns à transformer une mémoire collective en histoire commune et pour dénoncer l’incapacité des autres à transformer plusieurs épisodes dramatiques et traumatisant en inconscient collectif. Pour Vera Schwarcz, cette capacité réflexive est « la source de la force qui a permis au peuple juif de survivre aux temps de misère » (p. 449). Xu ne peut que regretter la capacité à oublier de la génération qui a vécu la Révolution culturelle et son inaptitude à se pencher sur son expérience commune (p. 454). Dans un ouvrage devenu classique, Alexander et Margarete Mitscherlich analysent le processus lié à l’adoration sans borne d’un chef qui a offert à son peuple un degré de fierté qu’il n’aurait pu atteindre par ses propres moyens, et à sa disparition dans une situation de défaite et de chaos5. Le constat qu’ils dressent de l’Allemagne des années 1960 (le livre a été publié pour la première fois en 1967) est étonnamment proche des rapports entre passé et présent en Chine contemporaine. D’abord, ils décrivent une tendance lourde à éloigner toute réflexion publique sur le passé, ce que Xu Youyu confirme quand il oppose, en Chine, une capacité individuelle normale de se remémorer le passé, à une mémoire collective totalement défectueuse (p. 450). Ensuite, le couple de psychanalystes allemands évoque l’atomisation des mémoires entre les groupes de survivants. Il suffit de lire l’intervention de Michel Bonnin pour comprendre que si 17 millions de « jeunes instruits » ont bien vu leur vie bouleversée par le mouvement d’envoi à la campagne, la mémoire de la « génération perdue » reste fragmentée entre douleur muette, nostalgie de jeunesse et les oscillations des autorités (p. 464-65). Enfin, la société allemande et française de l’après-guerre, comme celle de la Chine d’aujourd’hui, étaient focalisées sur le présent et tournées vers le futur, partagées entre préoccupations quotidiennes et promesses de succès économiques futurs6. Le parallèle doit cependant s’arrêter là, car la particularité de la situation chinoise est que les premières victimes de persécutions, les « intellectuels »7, qui seraient désormais à même de prendre la distance nécessaire pour transformer leurs mémoires en histoire, vivent aujourd’hui côte à côte avec leurs persécuteurs. Une particularité chinoise qui explique pour Suzanne Weigelin-Schwiedrzik l’impossibilité de sortir de la fragmentation mémorielle pour entreprendre le « grand récit » historique de la République populaire8. L’ignorance que les générations ont du passé le plus proche est certainement une faiblesse du mouvement démocratique en Chine aujourd’hui. Le jeune garde rouge Wei Jingsheng avait grandi dans le mythe des droitiers de 1957 (Béja, p. 211-12), tout comme Xu Youyu (p. 451-53). Cette ignorance du passé le plus proche a permis la violence exercée par la génération des gardes rouges sur leurs prédécesseurs et est aussi responsable de l’impossible union entre les différentes générations d’intellectuels sur la place Tiananmen en 19899. Rana Mitter nous rappelle cependant que, dans d’autres contextes, la mémoire n’a pu se déployer vers la réconciliation nationale que lors d’un significatif mouvement de démocratisation, en Allemagne de l’Est, à Taïwan ou dans l’Afrique du Sud postapartheid (p. 478).  

6Enfin, pour terminer ce parcours non exhaustif dans le recueil de l’Institut Ricci, le texte de la conservatrice du Musée d’histoire de l’Holocauste de Yad-Vashem est sans doute le moment le plus émouvant du livre. Le Musée de la Révolution culturelle cher à feu Ba Jin et la muséographie de la mémoire chinoise restent à construire. Mme Haviva Peled-Carméli offre les clefs qui permettront aux Chinois de commémorer ceux qui ont souffert. Alors que les photos, les films, les documents sur la Shoah sont innombrables, c’est trop souvent une caméra guidée par l’idéologie du persécuteur qui filme (p. 339) : par conséquent, le Musée Yad-Vashem est entièrement tourné vers les objets et les histoires personnels de victimes qui, en sortant de l’anonymat, reviennent à la lumière et éclairent le drame de leurs semblables. En misant sur l’individu pour dire l’histoire de la masse, la perspective s’inverse. L’effet est saisissant. Qui a été à Yad-Vashem n’oubliera jamais la poupée d’Éva Modvál ou les lunettes cassées de Bluma Wallach. Il faudra un jour aux muséographes chinois un immense effort pour rendre cohérentes les mémoires obscurcies des traumatismes des Cent fleurs, de la Grande famine, de la Révolution culturelle. Ils pourront trouver dans le travail de Mme Peled-Carméli une source d’inspiration utile.  

7En fin de compte, l'ensemble du livre permet de cerner les différentes manières d’aborder aujourd’hui la question des rapports entre l'histoire et la mémoire en Chine, à sa marge et au-delà. Chacun pourra selon ses centres d’intérêts et ses besoins y trouver nombre de pistes de réflexion et de références académiques. Ce livre est donc à la fois une contribution importante pour ceux que les problèmes de mémoire en Chine intéressent, mais il s’adresse aussi plus généralement à tous les amateurs d’histoire qui y trouveront un état des lieux complet des approches, des méthodes et des thèmes que propose l’historiographie contemporaine.

Haut de page

Notes

1 On trouvera sur le site de l’Institut les thèmes abordés lors des quatre éditions précédentes : [http://www.riccimac.org/eng/mris/index.htm].
2 Jin Guantao, Liu Qingfeng, Guannianshi yanjiu (Étude de l'histoire des concepts), Hong Kong, Chinese University Press, 2008.
3 Jean-Philippe Béja développe ce processus de fragmentation dans son ouvrage paru en 2004 : À la recherche d’une ombre chinoise (Le Seuil).
4 Il faut noter ici que le livre de Michel Bonnin, Génération perdue (Paris, Éditions de l’EHESS, 2004) vient d’être traduit en Chinois aux Éditions de l’Université chinoise de Hong Kong et qu’il trouvera d’une manière ou d’une autre sa voie vers le continent pour alimenter les débats sur le sujet toujours sensible de la mémoire de la Révolution culturelle.  
5 Alexander et Margarete Mitscherlich, Le deuil impossible : Les fondements du comportement collectif, Paris, Payot, 2005.
6 Le cas français, rappelle justement Olivier Wieviorka est similaire en terme de comportement vis-à-vis du passé (p. 499). C’est la sortie en 1969 du documentaire Le chagrin et la pitié, et la publication en 1973, du livre de l’historien Robert Paxton, La France de Vichy (Seuil) qui ont permis de sortir du mythe gaullien de la France résistante et, pour l’historiographie française, de revenir sur ce moment douloureux et politiquement sensible (p. 505-06).
7 La particularité de la notion de « l’intellectuel » en RPC est qu’elle est beaucoup plus large qu’en Occident, et intègre aussi bien les instituteurs que les ingénieurs ou le personnel médical. Pour une tentative de définition, voir David Kelly, « Chinese Intellectuals in the 1989 Democracy Movement », in George Hicks (éd.), The Broken Mirror: China after Tiananmen, Londres, Longman, 1990, p.24-27.  
8 Suzanne Weigelin-Schwiedrzik, « In Search for a Master Narrative », The China Quarterly, Londres, Cambridge University Press, n° 188, 2006, p. 1086-87.
9 Jean-Philippe Béja, À la recherche d’une ombre chinoise, op. cit. ; voir aussi Chen Yan, L’éveil de la Chine, La Tour d’Aigues, L’Aube, 2002.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Bartel, « History and Memory: Present Reflections on the Past to Build our Future. », Perspectives chinoises [En ligne], 2009/3 | 2009, mis en ligne le 16 octobre 2009, consulté le 27 juin 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5331

Haut de page

Auteur

David Bartel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org