Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Tamara Jacka, Rural Women in Urban China: Gender, Migration and Social Change.

Sally Sargeson

Texte intégral

1Ces dernières années la « révolution urbaine » chinoise est devenue l’objet d’une abondante littérature. Cependant, l’essentiel de ces nouvelles recherches s’inspire d’études plus anciennes concernant le rôle joué par la migration campagne-ville dans l’explosion des populations citadines, le défi qu’elle lance aux institutions et aux pratiques de gouvernance, et la diversification des cultures urbaines qu’elle entraîne. Peu d’attention a comparativement été consacrée aux revendications de genre qui sous-tendent souvent les meilleurs de ces travaux, et démontrent clairement que la migration est spécifique selon le genre et qu’elle engendre des conséquences sur les rapports entre sexes. Par exemple, comparativement aux citadins des deux sexes et aux hommes ruraux, les femmes rurales tendent à capitaliser un moindre nombre d’années d’études. Elles sont donc tout d’abord considérées comme « moins compétitives » sur le marché du travail urbain, mais aussi significativement plus vulnérables aux abus et à l’exploitation. Des présupposés biologiques sous-tendent ainsi certaines normes morales et comportementales pour les hommes et les femmes migrants. De plus, les femmes mariées étant présumées responsables du bien-être familial et de la reproduction sociale, elles prennent en charge la majeure partie de la logistique physique, sociale et émotionnelle qu’implique l’éclatement géographique des foyers.

2Il semble ainsi opportun de reconsidérer comment l’une des études majeures de la migration, telle qu’elle est vécue par des femmes rurales, peut nous aider à avancer dans notre compréhension de la migration féminine et de la manière dont celle-ci reconfigure les catégories de sexe dans les villes chinoises en expansion. Rural Women in Urban China: Gender, Migration and Social Change de Tamara Jacka, a été l’un des premiers livres traitant des migrantes dans l’espace urbain contemporain, et reste l’un des plus perspicaces. L’ouvrage est préfacé par un examen de la manière dont les images d’« idiotie rurale » continuent de s’opposer aux projections de « modernité urbaine » qui sous-tendent la rhétorique de l’État et des médias. Pointant la fonction progressiste de ces figures de style, Jacka montre comment elles nourrissent cependant aussi l’anxiété et l’ambivalence des désirs au sein de la catégorie de sujets sexués que constituent les « femmes rurales migrantes ».

3Dans les chapitres de fond qui suivent, des conversations de 1995 avec des migrantes à Hangzhou, puis des entretiens, des observations et une petite enquête réalisée à Pékin entre 2001 et 2002, fournissent à Jacka ses matériaux empiriques. Sur cette base, l’auteur élabore une description nuancée et sympathique de l’image publique aux multiples facettes de ces migrantes, ainsi que de leur regard discursif sur leur propre positionnement social en fonction du temps, de l’espace relationnel et du lieu.

4L’analyse du chapitre deux concernant le club des femmes migrantes de Pékin est l’une des plus intéressantes du livre. Ce club constitue-t-il un espace subalterne « contre-public » - où les migrantes se rassemblent et réinterprètent leurs identités et leurs intérêts en s’« opposant » – ou plutôt un lieu où se reproduit simplement la hiérarchie des discours dominants ? Fondé en 1996 sous l’égide de la Fédération chinoise des femmes, ce club initia des efforts pour articuler et avancer les intérêts de ces femmes en tant que migrantes. Il est cependant clair que les objectifs, les campagnes et les activités du club étaient sous-tendus par des hiérarchies implicites ville-campagne et homme-femme, et se voyaient donc limités dans leurs effets. Le discours autour duquel le club rallia initialement des migrantes décrivait en effet ces femmes comme les sujets vulnérables, mais malléables, d’agents urbains aux projets modernistes et civilisateurs.

5En 2001, suite à une restructuration majeure, l’objectif du club glissa de l’amélioration de la qualité individuelle des femmes, ou suzhi, à l’identification des origines structurelles de leurs désavantages sociaux et à la mise en place d’une fonction pastorale. Mais en dépit de ces ajustements au sein du club – et comme dans d’autres associations quasi non gouvernementales affiliées aux organisations de masse chinoises – les questions d’inégalités de genre restèrent assujetties aux « demandes » de l’économie urbaine. Même si les migrantes qui utilisaient le club étaient à un certain degré sensibles à la hiérarchie implicite de ce discours moderniste, leur regard critique sur le club et le fait qu’elles « votaient avec leurs pieds », indiquent qu’elles n’étaient nullement des sujets passifs, ni de simples résistantes, par rapport à leurs dirigeants. Les analyses contemporaines d’une gouvernance urbaine qui limite le mécontentement social en promouvant un récit national de la modernisation et un style de consommation privée homogène, feraient bien de se pencher sur les causes et les modes d’expression de l’ambivalence, de la déception et de l’hétérogénéité des migrantes présentées par Jacka.

6La section suivante examine comment les expériences de migration de ces femmes et leur identité de migrantes sont « situées » (emplaced). D’un point de vue institutionnel bien sûr, le système de permis de résidence, ainsi que les marchés du logement et du travail urbains désavantagent les interlocutrices de Jacka. Mais l’auteur parvient à naviguer au-delà de ces territoires analytiques trop usuels. Se refusant d’utiliser des catégories rudimentaires telles que le « lieu d’origine » (place of origin) ou la « trajectoire de vie » (life course), Jacka met en lumière les topographies matérielles, sociales et imaginaires dans lesquelles évoluent des femmes jeunes et célibataires ou plus âgées et mariées. Positionnées différemment au sein d’espaces temporels et relationnels, filles « filiales » ou « rebelles », « dragueuses », épouses en proie au doute ou restant fidèles, sont chacune motivées par des jugements et des désirs radicalement différents pour se rendre en ville. Décrivant les villages comme des lieux  où « il n’y avait rien à faire », les récits de jeunes femmes sur les raisons de leur départ « ne connotent pas seulement l’inactivité et l’ennui qui l’accompagne, mais impliquent aussi un sentiment de dévaluation ». Mais pour elles, la ville ne se pose pas simplement en opposition au village, comme un « contre-lieu » où l’activité, l’inspiration et l’estime se relient à des trajectoires de « développement personnel ». Elle stimule tout autant les attentes romantiques, les volontés et les besoins de ces jeunes, ainsi que l’importance qu’elles accordent à l’autonomie dans leurs relations. Pour de nombreuses femmes mariées, plus âgées, la ville est envisagée stratégiquement, comme un carrefour de flux (d’argent, de personnes, de savoirs et de services), qui leur propose un outil avec lequel elles sont en mesure de construire une interdépendance intergénérationnelle et un développement qui dépasse les clivages générationnels. Ces approches relationnelles et temporelles sexuées du milieu urbain court-circuitent les schémas simples d’une inclusion/exclusion produite par la gouvernance, ou d’une hiérarchisation sociale ou de classes dérivée des institutions rurales-urbaines.

7En bref, ce livre ouvre la voie à une analyse de l’urbanisation comme processus sexué, qui ne serait donc pas impulsé uniquement par des décisions politiques venues du haut, par un remaniement concurrentiel des juridictions urbaines et du marché immobilier, et par des activités du gouvernement, mais encore par une population bigarrée d’hommes et de femmes qui, lorsqu’ils résident dans l’espace de la cité ou le traversent, transforment la manière dont les relations de genre sont actualisées, et configurent ainsi le milieu urbain.

8Traduit par Georges Favraud

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sally Sargeson, « Tamara Jacka, Rural Women in Urban China: Gender, Migration and Social Change. », Perspectives chinoises [En ligne], 2009/3 | 2009, mis en ligne le 16 octobre 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5327

Haut de page

Auteur

Sally Sargeson

Chercheuse associée au centre de la Chine contemporaine et au département Changement politique et social de l’Ecole de recherche sur le Pacifique et l’Asie à l’Australian National University.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page