Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Melvyn Goldstein, A History of Modern Tibet, Volume 2 : The Calm Before the Storm, 1951-1955.

Robert Barnett

Texte intégral

1Melvyn Goldstein, le plus éminent spécialiste de l’histoire politique et de la langue tibétaines au XXe siècle, a toujours été d’une productivité exceptionnelle. Son dernier ouvrage nous le confirme en consacrant une étude de 600 pages uniquement aux cinq premières années de l’incorporation du Tibet à la République populaire de Chine. La plupart de ses travaux ont suscité la controverse, notamment auprès des nationalistes tibétains qui lui firent des procès d’intention au lieu de s’atteler à la tâche beaucoup plus fructueuse de rivaliser avec son immense savoir et sa prodigieuse érudition. L’atmosphère entourant les débats s’est améliorée avec l’émergence d’intellectuels tibétains en exil et son dernier ouvrage provoquera sans doute plus de débats productifs et importants que de calomnies. Le livre contient beaucoup d’informations qui seront nouvelles et même étonnantes y compris pour les lecteurs familiarisés avec cette période cruciale dans l’histoire de la Chine et du Tibet.

2En effet, le début des années 1950 constitue la seule période de l’histoire où les efforts mis en œuvre par les Chinois afin d’obtenir la coopération des Tibétains rencontrèrent – presque – un franc succès. En 1954, les généraux communistes en poste à Lhassa ont réussi à persuader le dalaï-lama, âgé alors de 19 ans, de se rendre à Pékin, où Mao le couvrit d’éloges et d’attentions, qui furent sincèrement payés de retour par le chef tibétain. Goldstein rend compte avec beaucoup de bienveillance de l’admiration qu’avait développée le dalaï-lama pour le dirigeant chinois à cette époque, une admiration que le chef spirituel tibétain a souvent évoquée depuis lors. Goldstein décrit également les efforts incroyables déployés par les officiels du Parti, tout particulièrement dans le domaine du protocole, afin de calmer les doutes tibétains. Nous apprenons par exemple qu’après leur première entrevue, Mao a raccompagné le dalaï-lama à sa voiture et lui a ouvert la portière. Mais le livre souligne également l’importance extraordinaire que les Chinois accordaient à la nécessité de gagner la sympathie du dalaï-lama : lorsque le Secrétaire du Parti du Sichuan de l’époque Li Jingquan a refusé de rencontrer le jeune chef tibétain (ce qui a rendu ce dernier furieux) à son arrivée à Chengdu en 1955, le Comité central du Parti a immédiatement demandé au Premier ministre Zhou Enlai de se rendre sur place pendant son voyage de retour de la Conférence de Bandung afin de réparer le tort qui avait été fait. De retour à Lhassa, le chef tibétain a donné son premier discours public (la date et le lieu ne sont pas précisés), dans lequel il témoignait d’un engagement positif pour le nouvel ordre des choses, mais prenait bien soin d’insister sur l’égalité et une évolution graduelle : 

3Les cadres de nationalité chinoise vivant ici sont venus offrir leur aide car nous n’avons pas réussi à bien gérer les affaires séculières. Ils ne sont pas venus pour être nos seigneurs.

4En l’espace de cinq ans, la confiance entre les deux camps s’est effondrée et attend toujours d’être restaurée.

5The Calm before the Storm évoque certains des facteurs qui ont, selon l’auteur, conduit à la détérioration des relations. En s’appuyant sur les travaux pionniers de Tsering Shakya, de John Kenneth Knaus1 et sur le précédent volume du livre de Goldstein, The Demise of the Lamaist State2, la première partie de l’ouvrage montre qu’à l’exception de la coterie autour du panchen-lama, les Tibétains sont entrés dans le giron de la Chine contre leur gré. Les Anglais et les Indiens ont évité toute responsabilité lorsqu’en 1950 le Tibet a cherché à obtenir un soutien international (un phénomène qui n’a fait qu’empirer : en 1950, les Anglais ont affirmé que leur traité de reconnaissance du statut autonome du Tibet baignait dans un « flou juridique » (p. 67), alors qu’en 2008, ils l’ont déclaré « anachronique » et « dépassé »). Les États-Unis ont offert secrètement leur soutien aux Tibétains mais, comme les officiels tibétains l’ont remarqué immédiatement, les lettres américaines étaient ambiguës, avançaient toujours la condition du soutien indien, et n’étaient jamais signées, ni écrites sur du papier à en-tête. Cela a finalement contraint les dirigeants tibétains à accepter avec réticence mais résignation l’accord en 17 points avec la Chine en 1951.

6Si la première partie du livre décrit la réponse dysfonctionnelle de la communauté internationale à l’absorption du Tibet par la Chine, la deuxième partie nous dévoile l’intensité des conflits internes au sein des élites tibétaines mais également chinoises à Lhassa. Le gouvernement traditionnel tibétain de Lhassa a obtenu la permission de rester aux commandes après 1950, mais ses ministres tentaient de contenir et de faire revoir à la baisse les exigences chinoises au moment même où ses Premiers ministres s’adonnaient régulièrement à des concours de hurlements avec leurs homologues chinois. Le camp chinois était encore plus divisé : les officiels de la Région militaire du nord-ouest dépêchés à Lhassa par leur chef Peng Dehuai lancèrent une campagne d’une incroyable violence contre la faction de la Région du sud-ouest, dirigée à l’origine par Deng Xiaoping et à cette époque dominante dans la région, en exigeant que le territoire qui est aujourd’hui la RAT soit divisé en deux zones, l’une pour leur protégé, le panchen-lama, l’autre pour le dalaï-lama. Le panchen-lama devait selon leurs demandes entreprendre une réforme agraire immédiatement. Mao rejeta finalement cette proposition en 1954 et accorda au dalaï-lama un statut supérieur (Goldstein inclut le rapport interne complet de cette controverse, p. 436-450), mais cette querelle montre que les officiels tibétains entourant le jeune panchen-lama étaient prêts à faire voler en éclats tout semblant d’unité tibétaine. La décision de Mao de retarder le développement rapide du Tibet reflète en grande partie les contraintes pratiques et militaires auxquelles il faisait face : la grande difficulté que rencontraient les troupes chinoises était de s’approvisionner en nourriture sans provoquer d’hyperinflation dans les territoires nouvellement occupés.

7La dernière partie du livre est consacrée aux efforts réalisés par le gouvernement traditionnel tibétain pour introduire des réformes sociales en 1953 et à la visite aux allures de lune de miel du dalaï-lama à Pékin l’année suivante. Les indices expliquant les raisons de l’impossibilité de parvenir à un compromis viable pointent vers les dirigeants tibétains qui « ne parlaient pas d’une même voix et n’avaient pas de stratégie claire dans la gestion de leur nouveau statut au sein de la République populaire de Chine » (p. 544). Ils pointent également vers un « faux » mouvement nationaliste appelé « l’Association du peuple » qui envoyait des pétitions aux Chinois pour que ceux-ci retirent leurs troupes du Tibet, et vers les obscurs complots antichinois d’aristocrates tibétains exilés en Inde et en Amérique. Goldstein, dans la partie la plus polémique de son récit, suggère que les trois frères aînés du dalaï-lama ont insinué faussement dans des lettres envoyées aux Américains et à d’autres qu’ils avaient l’appui personnel de leur frère pour organiser une résistance anti-chinoise. Si c’est bien le cas, cette tactique est toujours vivace dans la politique des exilés, y compris parmi les occidentaux. Le point de vue complet de l’auteur sur les causes du conflit ne sera parfaitement clair que dans son prochain ouvrage, dont on peut imaginer qu’il traitera des politiques désastreuses que la Chine a imposées dans les régions orientales du Tibet. Mais on peut déjà sentir un malaise à l’égard des méthodes grossières employées par les Tibétains opposés à la domination chinoise, dû peut-être en grande partie au fait qu’elles ont échoué.

8Le livre inclut un grand nombre de matériaux de première main tirés de sources officielles chinoises, ainsi que des documents d’époque uniques et des morceaux d’histoire orale uniques, souvent cités en entier, ce qui confère à cette collection une grande valeur pour l’étude de la période (en dépit de la décision de l’auteur d’afficher les mots tibétains à partir d’une vague approximation de leur prononciation et non d’un système de translittération plus répandu). Le livre, en revanche, ne donnera pas de piste à ceux qui veulent se pencher sur l’aspect moral du rôle de la Chine au Tibet – il s’agit d’un récit critique sur la manière dont les élites ont pris leurs décisions et non d’une étude sur l’expérience du joug chinois par les Tibétains ordinaires, et qui, de surcroît, n’inclut pas les régions tibétaines orientales. Son cadre narratif se concentre sur une question très pragmatique : les Tibétains auraient-ils pu agir plus efficacement pour éviter le conflit et atteindre un meilleur compromis ? Cette question est tout à fait légitime car, pendant ces années-là, Mao était étonnamment modéré dans ses directives politiques à l’égard du Tibet, et parce que sa machine était particulièrement efficace. Une impression de téléologie wébérienne entoure cette conception, dans laquelle les Tibétains, avec leurs aristocrates et leurs monastères, leurs conflits et leurs conspirations, apparaissent automatiquement comme déficients. Mais mis en comparaison avec les tentatives des Qing d’incorporation du Tibet 50 ans auparavant, ou avec celle des Anglais en Inde au XIXe siècle, ou encore avec celle des Soviétiques en Asie centrale, un récit bien différent pourrait voir le jour. Les divisions internes au sein des Tibétains, et même leurs dissimulations et leurs requêtes mimétiques auprès des puissances étrangères apparaîtraient dans ce cas bien plus comme des effets des jeux de pouvoir de l’époque que comme des défauts d’origine culturelle.

9Des événements d’importance secondaire présentés dans les documents, comme la moquerie publique du général Zhang Jingwu à l’égard des Tibétains qui suggéraient qu’il n’était pas sûr pour le dalaï-lama de se rendre à Pékin en avion (p. 482), ou les fantasmes de Mao d’exploiter le Tibet pour ses minerais, suggèrent des pistes que d’autres spécialistes pourront explorer à l’avenir en s’appuyant sur ces riches matériaux. Bien que le travail fascinant de Goldstein ne s’aventure pas dans ce domaine, on peut se demander quand les spécialistes chinois commenceront enfin à utiliser les outils de la critique postcoloniale pour comprendre leur projet tibétain – et sur ce point, on peut se demander également, comme l’a fait Peter Hansen il y a six ans3, pourquoi les plus grands spécialistes du postcolonialisme en Inde et en Occident semblent si réticents à appliquer leurs propres méthodes à l’intégration mouvementée du Tibet par la Chine.

10Traduit par Jérôme Bonnin

Haut de page

Notes

1 Voir Tsering Shakya, The Dragon in the Land of Snows. A History of Modern Tibet since 1947, Londres, Pimlico, 1999 ; John Kenneth Knaus, Orphans of the Cold War : America and the Tibetan struggle for survival, New York, Public Affairs, 1999.
2 Melvyn C. Goldstein, avec la collaboration de Gelek Rimpoche, A History of Modern Tibet, 1913-1951: The Demise of the Lamaist state, Berkeley, University of California Press, 1989.
3 Peter Hansen, « Why is there no subaltern studies for Tibet? » Tibet Journal, vol. XXVIII, n° 4, 2003, p. 7-22.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Barnett, « Melvyn Goldstein, A History of Modern Tibet, Volume 2 : The Calm Before the Storm, 1951-1955. », Perspectives chinoises [En ligne], 2009/3 | 2009, mis en ligne le 16 octobre 2009, consulté le 26 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5323

Haut de page

Auteur

Robert Barnett

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page