Navigation – Plan du site
L'impasse au Tibet

Éditorial

Elisabeth Allès et Françoise Robin

Texte intégral

1Près de 60 ans après l’entrée des premières troupes de l’Armée populaire de Libération à Lhasa, le problème tibétain demeure. Il se manifeste par des mouvements récurrents de protestation de la part des populations tibétaines. Ces mouvements ont affecté la Région autonome du Tibet (RAT) en 1987-1989 mais bien plus largement l’ensemble du haut plateau tibétain en 1956-1959 et plus récemment au printemps 2008.

2Ces mouvements relèvent de causes multiples et complexes. Quelle est la part de la contestation économique ? Quelle est celle de la revendication politique et culturelle ? Quel est le rôle de la religion dans la révolte ? Dans quelle mesure l’installation dans les villes tibétaines d’un nombre croissant de populations principalement Han et Hui, envenime-t-elle la situation ? Quel est l’impact des politiques de sédentarisation ? La manière dont les autorités chinoises traitent la question tibétaine, notamment sur le plan des droits et des libertés, est-elle de nature à résoudre le problème ou au contraire à le perpétuer, voire à l’aggraver ?

3Ce questionnement, qui porte plus généralement sur la gestion des régions frontalières de la Chine, n’est pas spécifique au Tibet. Il s’est déjà posé et se pose encore de manière analogue en Mongolie-Intérieure et au Xinjiang, même si le cas du Tibet se singularise par la personnalité du dalaï-lama et par l’écho rencontré par la question tibétaine sur la scène internationale. La conception défendue par Sun Yatsen selon laquelle la nation chinoise est composée de cinq peuples (Han, Tibétain, Mongol, Mandchou et Hui1) a été au cœur de la construction de l’État-nation « Chine » dès le début du XXe siècle. Depuis 1949, si le gouvernement de la République populaire de Chine a reconnu 55 nationalités minoritaires (shaoshu minzu), sa politique a été très mouvante. Elle a oscillé entre phases relativement libérales et phases de répression, entre phases de reconnaissance culturelle et religieuse et phases d’assimilation. À ce titre, le processus d’assimilation des Mongols de Mongolie-Intérieure, qui a commencé sous la dernière dynastie Qing, est un exemple significatif2.

4C’est ainsi que la notion de zhonghua minzu (nation chinoise) est devenue centrale pour le gouvernement chinois qui en a fait un axe essentiel de légitimation de son pouvoir. Comme le soulignait déjà l’anthropologue Uradyn E. Bulag : « À la lumière de l’effondrement de l’Union soviétique, l’État chinois a adopté une nouvelle voie de gestion de son empire multinational. En dépit de son apparence multiculturelle, la Chine relance activement la notion d’un seul peuple chinois (zhongghua minzu) que les communistes chinois avaient d’abord condamnée comme chauvinisme Han3. » Révélatrice à cet égard est la décision en 2008 de changer la traduction anglaise de l’Université centrale des nationalités (Central University of Nationalities) en Université centrale des minzu (Central Minzu University)4.

5Par ailleurs, la manière dont le gouvernement chinois traite les populations des confins reflète la nature autoritaire du régime et aussi le rapport qu’il entretient avec l’ensemble de la population du pays, qu’elle soit minoritaire ou majoritaire. Dans ce cadre, comme le montre l’analyse de Wang Lixiong dans ce dossier, les hauts fonctionnaires locaux jouent un rôle important dans l’aggravation ou la résolution des conflits. Des exemples nombreux, comme ceux qui sont liés à la corruption, illustrent aujourd’hui en Chine le poids de plus en plus lourd des autorités locales face à un pouvoir central qui pourrait parfois apparaître comme impuissant.

6Dans ce dossier spécial, nous avons associé des regards croisés et critiques de tibétologues et de sinologues de différentes disciplines. Une rencontre initiale s’était déroulée à l’automne 2008 à Paris, qui avait permis un premier échange5. Il s’agissait pour nous de comprendre, au-delà des clichés, les événements du printemps 2008.

7Notre attention a porté sur quelques axes de réflexion peu traités qui concernent le Tibet, c’est-à-dire l’ensemble de l’aire culturelle tibétaine en Chine (RAT, Qinghai, Gansu, Sichuan, Yunnan)6. Nous avons dû faire des choix et de ce fait nous n’aborderons pas la question de l’éducation7, de la langue8 et celle des Tibétains en exil9.

8Ce dossier présente, dans un premier temps, une série d’articles où sont mises en perspective les conditions historiques, sociales et économiques qui doivent être prises en compte pour tenter de comprendre les causes de la contestation tibétaine. Puis sont décrits et analysés les événements de 2008 en eux-mêmes, et enfin il nous a semblé essentiel de faire entendre différentes voix chinoises qui ont émergé dans la société en réaction aux événements du printemps 2008.

9L’histoire contestée10 de l’aire culturelle tibétaine est abordée par l’historien Elliot Sperling. Il éclaire les fluctuations de l’historiographie officielle de la RPC sur l’appartenance du Tibet à la Chine et il traduit l’original tibétain, découvert en 2006, du traité tibéto-mongol de 1913, document qui affirme conjointement l’indépendance du Tibet et de la Mongolie. Andrew M. Fischer analyse les données du développement économique de la RAT depuis les années 1990 et l’effet « boomerang » de la politique d’investissements massifs, engagée par le gouvernement central, qui accentue la dépendance de la région et marginalise la plupart des Tibétains. En outre, l’auteur reprend dans une courte notice le débat sur la population au Tibet. Afin de compléter le tableau de la situation présente, Françoise Robin soulève la question de la sédentarisation des éleveurs nomades et de la relocalisation des agriculteurs tibétains.

10Le tibétologue Robert Barnett nous propose dans ce dossier la description la plus exhaustive, existant à ce jour, des événements de mars-avril 2008. Il montre non seulement l’ampleur du mouvement à l’extérieur de la RAT, mais aussi l’implication du monde rural et des jeunes urbains. De son côté Michel Bonnin examine les modes de réaction du gouvernement chinois et ses correspondances avec la rhétorique politique à l’œuvre, par exemple, pendant la Révolution culturelle.

11Un troisième volet s’ouvre ensuite avec ce que nous appelons les autres voix chinoises. Marie Holzman évoque les voix courageuses et minoritaires qui ont soutenu les Tibétains, comme celle du célèbre écrivain Wang Lixiong. Lara Maconi traduit une partie d’un long texte d’analyse que ce dernier a publié sur son blog à propos de la situation tibétaine et des apories du système. En contrepoint elle fournit des éléments d’informations sur les « Jeunes d’avril » dont le site Internet reflète une position critique contre les manifestations tibétaines largement partagée dans la population chinoise11.

Haut de page

Notes

1 Au tournant du XXe siècle, le terme Hui désignait les musulmans. Pour Sun Yatsen il englobait principalement les populations turcophones, c’est-à-dire les Ouighours d’aujourd’hui.
2 Cf. Jirgal Burjgin et Naran Bilik, « Contemporary Mongolian Population Distribution, Migration, Cultural Change and Identity », in R. Iredale et al. (éd.), China’s Minorities on the Move, Armonk, M.E. Sharpe, 2003, p. 53-68 ; Uradyn E. Bulag, « Inner Mongolia », in M. Rossabi (éd.), Governing China’s Multiethnic Frontiers, Seattle-London, University of Washington Press, 2004, p. 84-116.
3 Uradyn E. Bulag, (éd.), Governing China’s Multiethnic Frontiers op. cit., p. 113.
4 Dans ce cas la notion de minzu prend le sens de « groupe ethnique » et non plus de nationalité qui suggère l’existence d’une nation avec un État comme le souligne aussi Robbie Barnett dans une note de son article.
5 Sous l’égide du CECMC de l’UMR 8173 Chine, Corée Japon (CNRS-EHESS) et de l’équipe Tibet de l’UMR 8155 Centre de recherches sur les civilisations chinoise, japonaise et tibétaine (CNRS-EPHE). Nous avions organisé cette journée en collaboration avec Heather Stoddard que nous remercions vivement. Son beau travail de compilation de 80 cartes géographiques concernant le Tibet n’a malheureusement pas pu trouver place dans ce dossier pour des raisons éditoriales.
6 Ce qui est appelé Xizang (Tibet) en Chine ne recouvre que la seule Région autonome du Tibet.
7 Le journal Educational Review a publié en 2008 un numéro spécial (vol. 60, n°1) qui consacre cinq articles à l’éducation des Tibétains, en Chine comme en exil.
8 Déjà abordée dans la revue par Nicolas Tournadre, « Le bilinguisme tibétain-chinois », Perspectives chinoises, n° 74, 2002, p. 31-38.
9 Ils représentent 3 % de la population tibétaine totale et ont déjà fait l’objet de nombreuses études.
10 Par cette formule, nous faisons référence aussi à l’histoire contestée du Xinjiang. Voir Gardner Bovingdon, « Contested histories », in S. Frederick Starr (éd.), Xinjiang. China’s Muslim Borderland, Armonk, M.E. Sharpe, 2004, p. 353-374.
11 Cette introduction a été rédigée alors que les événements qui ont eu lieu à Urumqi le 5 juillet 2009 n’étaient pas encore connus mais ces derniers ne font que confirmer les analyses qui suivent. La constante pression politique et policière qui s’exerce dans la RA Ouighour du Xinjiang produit des effets similaires au Tibet : des explosions de colère auxquelles il n’est répondu que par la répression.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Allès et Françoise Robin, « Éditorial », Perspectives chinoises [En ligne], 2009/3 | 2009, mis en ligne le 16 octobre 2009, consulté le 28 juin 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5299

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org