Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Andrew C. Mertha, China’s Water Warriors: Citizen Action and Policy Change

Ithaca & Londres, Cornell University Press, 2008, 192 p.
Christoph H. Steinhardt
p. 124-128

Texte intégral

1L’ouvrage d’Andrew C. Mertha nous emmène dans le monde des grands projets de barrages sur les rivières du Sud-Ouest de la Chine. Ses recherches portent sur les mouvements de résistance contre certains de ces projets. Cet ouvrage tente d’expliquer un phénomène étonnant : des contestataires apparemment impuissants parviennent à mettre en échec de grands projets de développement industriels bénéficiant du soutien sans réserve du puissant Parti-État chinois, un État qui contrôle tous les moyens de coercition sans doute mieux que n’importe quel autre régime non-totalitaire contemporain. Depuis la forte médiatisation de la résistance contre le projet d’usine chimique de Xiamen en 2007, ce phénomène a attiré une forte attention.

2Les cas de Mertha se déroulent cependant quelques années avant « Xiamen PX ». L’auteur fournit des comptes-rendus détaillés d’enquêtes de terrain, et propose des idées innovantes pour les interpréter. Il aborde son sujet selon la méthode des cas les plus semblables. Les trois cas de son étude, situés sur la rivière Dadu (Pubugou) et la rivière Min (Dujiangyan) dans le Sichuan, et sur la rivière Nu dans le Yunnan, présentent des degrés variés de résistance fructueuse (la variable dépendante), et se déroulent à peu près au même moment (2003-2006) et au même endroit. Les changements structurels seuls, qui les affectent tous de façon égale, ne peuvent donc pas expliquer les différents degrés de succès. Par conséquent, l’argument de Mertha, résu mé dans le premier chapitre, tourne autour de l’entrepreneuriat politique et du cadrage des problèmes. Tous deux peuvent se déployer à cause des caractéristiques structurelles au sens large des politiques contemporaines chinoises, que Mertha identifie comme un « autoritarisme fragmenté », un cadre défini par Kenneth Lieberthal et Michel Oksenberg. Il fournit les « espaces nécessaires [aux entrepreneurs politiques] pour exister sans être étouffés par l’appareil coercitif de l’État » (p. 18). Le principal argument de l’ouvrage (p. 18 sq) est donc que le changement de politiques est possible lorsque a) l’entrepreneuriat politique est fort (condition nécessaire) et lorsque b) les tactiques de cadrage auxquelles ont recours ces entrepreneurs dominent la sphère publique (condition suffisante).

3Un aspect remarquable de l’analyse de Mertha est qu’il situe le discours dans un champ institutionnel très concret. Ceci permet de rendre particulièrement tangible le rôle du langage et de la production de sens dans le processus politique chinois. L’auteur peut ainsi démontrer de façon convaincante que l’utilisation de symboles peut effectivement produire des changements politiques très réels. Bien que le rôle du langage dans les conflits en Chine ait déjà été étudié, la part discursive de cas concrets de conflits n’avait probablement jamais été analysée avec autant de minutie. Cet ouvrage témoigne donc de l’intérêt dans le champ des études chinoises pour les « politiques de la signification1». Mertha démontre que les entrepreneurs politiques sont souvent des « fonctionnaires mécontents », des journalistes ou des militants d’ONG2. Les entrepreneurs qu’il étudie semblent très straté giques : « les entrepreneurs politiques attendent le bon moment jusqu’à ce qu’une opportunité se présente, ce qui démontre peut-être qu’ils ne fournissent pas simplement une solution à un problème existant, mais qu’ils attendent que le problème approprié apparaisse […] pour proposer leurs solutions toutes prêtes » (p. 6). Ils promeuvent leurs idées en les exposant, par le choix de « symboles qui peuvent être déployés de telle sorte qu’ils offrent une autre perspective pour comprendre et évaluer les événements, les objets et les situations », et en les amplifiant, ce qui consiste à « réduire à l’essentiel les composants centraux de la narration afin de pouvoir transposer le cadrage d’un groupe d’individus à un autre » grâce à des slogans, métaphores et analogies (p. 7).

4L’auteur développe son argument en s’inspirant de l’école du cadrage des théoriciens de la contestation, qu’il cite lorsqu’il explique que la fonction la plus importante du cadrage est « de mobiliser » les gens (p. 14), en particulier ceux « hors du groupe central des militants » (p. 15). Ainsi, lorsque les entrepreneurs politiques sont efficaces, leur cadrage conduit à « l’expansion de la sphère politique du conflit [et mobilise] des coalitions et de larges soutiens » (p. 16). Mertha s’appuie ici sur l’analyse des « coalitions plaidantes » de Paul A. Sabatier3. De façon générale, on pourrait émettre la réserve que la distinction entre l’entrepreneuriat politique et le « cadrage » est un peu floue. Les entrepreneurs politiques oeuvrent à exposer et amplifier leurs idées : ces activités discursives semblent être l’essence même du cadrage.

5Dans le deuxième chapitre, l’auteur souligne les enjeux : le développement économique, le déplacement de populations, le patrimoine culturel, et les questions d’environnement. Mertha présente enfin les principaux acteurs : ministères et agences du gouvernement à différents niveaux, ONG gouvernementales et ONG de protection de l’environnement. Étant donné le rôle crucial joué par les médias dans l’argumentation du livre, on ne comprend pas très bien pourquoi ceux-ci sont absents de cette liste. L’organisation des arguments dans les deux premiers chapitres, qui s’étendent sur 64 pages, aurait sans doute pu être un peu plus simple et condensée.

6Les chapitres trois à cinq analysent les trois cas en détails. Le projet de barrage de Pubugou dans le Sichuan, implique des déplacements de population à grande échelle, touchant un tiers de la population du district voisin. La résistance, incluant de violents mouvements de protestation à grande échelle, était largement due aux récriminations contre les très faibles compensations offertes pour la relocalisation des paysans. La résistance était en grande partie spontanée, et visiblement sans aucune planification stratégique. Elle n’a finalement pas réussi à arrêter la construction du barrage.

7Mertha souligne que dans les trois mois précédant les mouvements de protestation, des reportages étaient apparus dans les médias nationaux sur les problèmes de déplacement de populations. Pourtant, aucun entreprenariat politique stratégique, tel que défini par Mertha, ne s’est développé. Aucune tentative n’a été faite pour coopter une partie de la bureaucratie d’État et des médias. Mertha considère également que le cadrage du problème comme une question d’injustice sociale a contribué à la défaite de l’opposition. Selon lui, l’injustice manquait tout simplement « du pouvoir d’attraction permettant d’obtenir le large soutien nécessaire à un changement de politique » (p. 93), parce que des problèmes similaires touchent de nombreux Chinois, et qu’ils ont donc du mal à provoquer l’empathie4. Dès que les mouvements de protestation massifs ont éclaté, l’État a adopté un mode répressif, a déployé de nombreuses unités militaires et policières, et a déclaré que le problème représentait une menace pour la stabilité sociale. Une fois l’événement déclaré politique, les reportages sont devenus politiquement trop risqués, et toutes les portes pour des ajustements significatifs, sans parler celles d’une résistance fructueuse, se sont fermées. Pubugou s’est transformé en non-événement hautement sensible.

8Dans le deuxième cas, celui de Dujiangyan, le déroulement est presque diamétralement opposé à celui de Pubugou. Le site abrite un ancien système d’irrigation, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, et désormais connu dans le monde entier à cause du tragique tremblement de terre de 2008, qui a enseveli des centaines d’élèves sous les décombres de leurs écoles. Le problème est apparu en 2000 lorsque les projets de barrage sur le site voisin de Zipingpu se sont concrétisés5. Mais en 2003, des fonctionnaires locaux de Dujiangyan ont découvert ce qui semblait être les préparatifs pour la construction d’un barrage sur le lac Yangliu de Dujiangyan, par le promoteur de Zipingpu. Après avoir mis au jour ces préparatifs secrets, les bureaux du gouvernement de la municipalité de Dujiangyan ont rapidement découvert qu’ils avaient de nombreuses raisons de s’opposer à ce projet, la plus remarquable étant probablement la perte de revenus touristiques liée à une « pollution visuelle » (p. 100) du site historique. Par la suite, deux journalistes spécialisés sur l’environnement en reportage dans le Sichuan ont été « nourris » d’informations internes par le Bureau du patrimoine mondial de Dujiangyan. Leur reportage a donné naissance à un cadrage dénonçant le fait que le barrage menacerait le patrimoine culturel national chinois. C’était le premier d’une vague de reportages médiatiques reprenant ce cadrage, et qui ont finalement entraîné l’abandon du projet en octobre 2003. Mertha démontre que le thème du patrimoine culturel a touché le public chinois et qu’il « se rattache sans effort à la notion plus large de nationalisme, le seul « isme » que Pékin autorise à coexister avec le marxisme » (p. 107).

9Le cinquième chapitre apporte le fascinant récit du déroulement des événements entourant les projets de barrages sur la rivière Nu, dans la province du Yunnan. Le conflit a démarré en 2003, et se poursuit aujourd’hui encore. L’un des principaux entrepreneurs politiques est l’ONG écologiste Green Watershed, et son remarquable leader Yu Xiaogang. Yu et le militant/journaliste écologiste Wang Yongchen – qui était déjà impliqué dans la controverse de Dujiangyan – ont magistralement utilisé et élargi l’espace fourni par les réglementations juridiques et les conventions politiques informelles. Ils ont trouvé et fourni des informations et perspectives sur les questions en jeu (par exemple en permettant à un représentant des paysans locaux de parler lors d’une conférence internationale sur le sujet, en diffusant des films sur des habitants délocalisés et non dédommagés, sans terre, et qui devaient ramasser des détritus pour vivre), qui sont normalement soigneusement gardées hors de portée du public par les fonctionnaires du gouvernement. Les médias nationaux ont commencé à faire de nombreux reportages sur ce sujet. D’autres ONG, le ministère pour la Protection de l’environnement, des membres d’autres agences du gouvernement, un délégué de l’Assemblée populaire nationale, et même le Premier ministre Wen, sont intervenus ou ont été impliqués.

10Mais l’alliance soutenant le projet n’est pas non plus restée inactive. Au niveau local, les autorités du Yunnan étaient parfaitement capables de bâillonner toute voix critique à leur portée. Les partisans du projet ont eux aussi commencé à mener des activités de cadrage. Ils ont pu trouver un porte-parole talentueux en la personne du physicien Fang Shimin. Il a largement contribué aux campagnes de délégitimation présentant l’opposition et ses arguments comme irrationnels, non scientifiques, élitistes ou préoccupés par des intérêts personnels. L’auteur démontre que le front scientifique en particulier a été le « talon d’Achille » (p. 146) des résistants. La connaissance scientifique est en effet sous le contrôle des autorités, et il est donc impossible de s’engager dans un débat sur des données scientifiques. Mertha commente ce mécanisme en faisant référence à Foucault : « le savoir est le vrai pouvoir » (p. 147). Les tentatives de cadrage de l’opposition n’ont donc jamais dominé le débat (la condition suffisante de Mertha) et les résultats de la résistance dans cet épisode sont bien moins efficaces que dans le cas précédent de Dujiangyan.

11Pour finir, nous aimerions revenir sur certains points de l’analyse de Mertha. Tout d’abord, en début d’ouvrage, l’auteur soutient que ces cas étaient des « cas critiques, dans lesquels un changement de politique suite à une pression de la base vers le haut était le moins probable ». Il étaye cet argument avec « l’importance de la question et l’immense pouvoir politique des militants les plus ardents de cette politique » (p. 38 et 39). Cependant, cet argument ne résiste pas à la lecture de l’analyse de Mertha. Car les perspectives de l’ouvrage suggèrent plutôt l’inverse. Ce n’est que parce que ces projets de grande échelle avaient de forts enjeux et une forte visibilité qu’il a été possible de lancer un débat médiatique national sur ces sujets, et que ce débat médiatique a alors rendu possible le succès de la résistance. On peut considérer qu’un projet industriel moyen bénéficiant du soutien de l’autorité largement incontrôlée des secrétaires locaux du Parti a une chance très mince d’être défié par les mécanismes que décrit Mertha. Cette remarque ne remet pas en cause l’importance de cette analyse, mais elle indique que les cas choisis sont critiques pour d’autres raisons, qui restent à définir.

12Deuxièmement, il semble que certaines hypothèses théoriques utilisées par Mertha ne correspondent pas totalement à ses résultats analytiques. L’auteur soutient par exemple que la principale fonction du « cadrage » est de mobiliser (p. 14), et que les cadrages doivent donc rencontrer un écho auprès du grand public. Cependant cette fonction n’est pas totalement avérée dans son analyse. Qui a en réalité été mobilisé par le cadrage qui a mis en échec le projet de Dujiangyan ? Le cadrage a pu avoir un écho mais comment le savons-nous (p. 108) et pourquoi a-t-il été décisif ? Mertha fait également allusion à une autre fonction des cadrages lorsqu’il introduit le concept : ils peuvent délégitimer ou « submerger le cadrage officiel de l’État » (p. 23) sur une politique. Le facteur décisif semble donc être la dé-légitimation plutôt que la résonance, et la capacité de mobilisation qui en découle. Cependant, la relation entre le cadrage, le pouvoir politique, l’État et son discours de légitimation est une question toujours négligée par la théorie du cadrage. Cette approche s’intéresse avant tout à l’interaction discursive entre les acteurs du mouvement social et leur audience (potentiellement mobilisable). Ceci pourrait appeler un élargissement théorique pour dépasser la catégorie du cadrage dans les analyses futures de la résistance discursive en Chine. Dans le sixième chapitre, conclusif, Mertha compare son travail à celui d’O’Brien et Li6. Il souligne les différences avec leurs travaux, qui ne seront pas contestées ici. Il nous semble cependant que les deux approches partagent une même perspective clé qui pourrait mériter une plus grande attention. Les deux monographies mettent en lumière le fait que le pouvoir peut être renversé par le langage si celui-ci juxtapose les pratiques du pouvoir et les principes légitimant l’ordre supérieur revendiqué par l’État chinois comme guidant l’exercice de son autorité. Plus cette attaque portant sur les revendications de légitimé se déroule en public, plus l’élan politique est fort.

13Ceci conduit à une autre question fondamentale qui est soulignée par l’analyse de Mertha. Les récits convaincants des cas de résistance réussie contre des opposants puissants doivent expliquer comment des personnes en apparence impuissantes peuvent vaincre les puissants. Les études majoritaires, issues par exemple de la théorie de la contestatation, résolvent ce problème de base en donnant aux acteurs des ressources (de mobilisation) ou des opportunités politiques qui rendent la capacité coercitive de l’État moins menaçante. Depuis les années 1980, la théorie du cadrage précise qu’un travail significatif sur le discours peut aider à mobiliser des militants. Tous ces concepts ont en commun leur perception du pouvoir et de sa résistance en termes essentiellement matériels. Quand les opposants ont des ressources, exploitent des opportunités ou quand ils sont nombreux, il est plausible qu’ils puissent renverser un opposant matériellement puissant. Cependant, le point crucial de l’étude de Mertha n’indique pas que ce type de pouvoir soit décisif. Au contraire, ses résistants n’ont pas le pouvoir des ressources, et ne peuvent s’appuyer sur la force du nombre. Bien que ses opposants ne soient pas indépendants de la configuration générale qu’il appelle la fragmentation, et qui pourrait être analysée comme une opportunité politique, il montre que la fragmentation doit être transformée en opportunité par les entrepreneurs politiques qui cherchent à produire du sens. En dernière analyse, la subversion du puissant État chinois semble dépendre crucialement de la manipulation de la sphère politique. Le pouvoir est renversé par les opposants qui ont un pouvoir symbolique plus que matériel.

14Par conséquent, China’s Water Warriors pourrait indiquer que les analyses des politiques chinoises (du moins celles qui cherchent à étudier la possibilité de politiques et de changements politiques impulsés par la base) devraient tenter d’élargir leur prisme théorique et considérer plus sérieusement le pouvoir politique et sa résistance dans leurs dimensions symboliques et linguistiques. Il semble que les recherches de Mertha illustrent l’utilité durable de la perspective de Stuart Hall qui soulignait en 1982 : « plus on accepte que la façon dont les gens vont agir dépend en partie de la façon dont les situations dans lesquelles ils agissent sont définies, moins on peut déterminer une signification naturelle ou un consensus universel sur la signification des choses – plus important […] devient alors le processus qui permet à certains événements […] d’être signifiés de certaines manières. […] Le pouvoir en jeu est ici un pouvoir idéologique : le pouvoir de signifier les événements d’une certaine manière7 ».

15L’étude d’Andrew C. Mertha incite à la réflexion à partir d’une recherche solidement appuyée sur une enquête de terrain détaillée. Elle ouvre la porte à une compréhension de certains processus politiques chinois qui semblent peu étudiés. China’s Water Warriors devrait faire partie de la littérature indispensable à toute personne intéressée par les études sur les politiques chinoises, sur la contestation, sur les politiques de l’environnement et sur la politique chinoise en général. L’approche innovante de l’auteur donne à l’ouvrage le potentiel pour inspirer de nouvelles recherches.  

16Traduit par Séverine Bardon

Haut de page

Notes

1 Stuart Hall, « The Rediscovery of “Ideology”: The Return of the Repressed inMedia Studies », in Michael Gurevitch (éd.), Culture, Society, and the Media, Londres, Methuen, 1982, p. 56-90
2 Il mentionne le fait que les deux derniers ont souvent des relations particulièrement étroites voire travaillent ensemble à titre personnel (p. 10-11, 13).

3 Mertha décrit la formation de cette coalition en soulignant que le cadrage ou le discours « lie ces entrepreneurs entre eux » (p. 16). Pourtant, il suit ensuite Sabatier qui considère que la coalition est liée par « un ensemble de croyances normatives et causales » (p. 17,

voir également p. 156). Son argument initial, qui souligne le lien discursif, correspond largement au concept de Hajer sur les coalitions de discours, alors que Hajer critique explicitement l’hypothèse de Sabatier de normes et croyances partagées. Dans le cas de Dujiangyan, il est particulièrement évident que l’hypothèse des normes et croyances partagées est très difficile à défendre. Mertha ne fournit ici aucune raison de penser que la coalition des opposants au barrage soit liée par autre chose que cet objectif partagé d’entraver le projet du barrage, et par le cadre discursif entourant cet objectif. (Maarten A. Hajer, The Politics of Environmental Discourse, Oxford, Oxford University Press, 1995, p. 68 sq.

    

4 Ceci soulève la question de savoir pourquoi les appels à la justice sociale semblent être si efficaces quand, par exemple, des ouvriers à la retraite se battent pour leur allocations (William Hurst et Kevin O’Brien, « China’s contentious pensioners », China Quarterly, n° 170, juin 2002, p. 345-360)

5 Ce barrage a récemment été accusé d’être l’une des causes possibles du tremblement de terre de 2008.

6 Kevin O’Brien et Lianjiang Li, Rightful Resistance in Rural China, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

7 S. Hall, « The Rediscovery of “Ideology”: Return of the repressed in media studies », art. cit., p. 69.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christoph H. Steinhardt, « Andrew C. Mertha, China’s Water Warriors: Citizen Action and Policy Change », Perspectives chinoises, 2009/2 | 2009, 124-128.

Référence électronique

Christoph H. Steinhardt, « Andrew C. Mertha, China’s Water Warriors: Citizen Action and Policy Change », Perspectives chinoises [En ligne], 2009/2 | 2009, mis en ligne le 01 avril 2009, consulté le 27 juin 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5242

Haut de page

Auteur

Christoph H. Steinhardt

Doctorant dans le département d’affaires publiques et gouvernementales de l’Université chinoise de Hong Kong et chercheur associé au CEFC.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org