Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Alan M. Wachman, Why Taiwan? Geostrategic Rationales for China’s Territorial Integrity

Stanford, Stanford University Press, 2007, 272 p.
Yves-Heng Lim
p. 141-142

Texte intégral

1Six décennies après le repli des troupes nationalistes sur Taiwan, la question taiwanaise conserve son caractère saillant et a même pu être définie, à diverses reprises, comme l’unique problématique pouvant amener à une confrontation directe entre grandes puissances dans l’après guerre froide. Pour Alan Wachman, l’essentiel de la question taiwanaise s’articule autour de ce qu’il baptise le « paradigme de Shi Lang » (p. 112), paradigme qui prévaut depuis la fin du XVIIe siècle. Dans cette perspective, le contrôle de Taiwan apparaît nécessaire pour des raisons principalement défensives : qu’elle soit un foyer de rébellion ou un port – et plus tard l’« unsinkable aircraft carrier » du général Mac Arthur – à la disposition d’une puissance adverse, livrée à elle-même, l’île est une menace constante pour les provinces du sud-est de la Chine continentale. Cette particularité de la position taiwanaise explique, pour Alan Wachman, l’extrême rigidité de la position chinoise. L’auteur souligne en effet le caractère peu convaincant des arguments reliant celle-ci à l’exacerbation du sentiment nationaliste sur le continent ou à l’attachement de Pékin à l’intégrité territoriale. Très clairement, alors que les « impératifs catégoriques » (p. 38) que sont les principes de souveraineté ou d’unité nationale auraient dû interdire toute négociation « perdante » sur l’ensemble des conflits territoriaux impliquant Pékin, « la Chine a réglé pacifiquement 14 de ses 16 disputes frontalières, surtout en offrant de substantielles concessions à ses voisins1 ».

2L’argumentaire d’Alan Wachman est étayé par une étude détaillée de la position de Taiwan dans la « “carte mentale” de la Chine » (p. 47). L’auteur souligne ainsi l’entrée de Taiwan dans cette carte après la soumission des héritiers de Zheng Chenggong grâce à l’intervention de Shi Lang auprès de Kangxi, originellement peu intéressé par l’île (p. 55). Wachman remarque que cette « intégration » de Taiwan à la Chine se fait alors pour des raisons liées à la sécurité des provinces côtières du continent, ce rattachement même apparaissant comme partiel, une ligne traversant l’île du nord au sud, séparant une aire sous contrôle réel d’une zone sous contrôle nominal. D’une telle zone d’ombre entourant la souveraineté réelle de Pékin sur l’île et de l’absence de contrôle sur les populations aborigènes, Soejima tirera un prétexte pour justifier une intervention japonaise. Taiwan devient alors plus clairement l’enjeu d’une rivalité entre deux grandes puissances, l’une en reflux, l’autre en pleine ascension.

3Alan Wachman met par ailleurs en exergue le fait qu’une conséquence de la césure introduite par le traité de Shimonoseki est un estompement de Taiwan de cette « carte mentale » de la Chine. Sun Yat-sen et, dans un premier temps, Chiang Kaishek aussi bien que Mao Zedong expriment peu d’intérêt pour Taiwan sans mentionner un quelconque rattachement ultérieur. L’auteur souligne, en outre, que la réémergence d’une revendication concernant Taiwan, près d’un demi-siècle après la cession de l’île au Japon, est intimement liée à une inquiétude concernant la sécurité du conti nent. À partir des années 1941-42, pour le Guomindang comme pour le Parti communiste (PCC), Taiwan apparaît comme une zone tampon offrant des garanties essentielles pour la sécurité du futur État chinois.

4Le sixième chapitre navigue en eaux plus connues et rappelle les fondements géostratégiques de la question taiwanaise au commencement de la guerre froide. La décision du Président Truman de neutraliser le détroit de Taiwan par l’envoi de la septième flotte, par crainte que le début des hostilités ne soit que le début d’une vaste offensive communiste, définit les conditions du jeu pour les décennies à venir. Wachman souligne que, pour un PCC récemment victorieux sur le continent, cette mesure est perçue non seulement comme la pierre de touche d’un endiguement (containment) contre-révolutionnaire, mais aussi comme une menace substantielle pesant sur les côtes de la République populaire. La confirmation d’un lien fort entre Taiwan et Washington au lendemain de la guerre de Corée attise les craintes de Pékin tout en définissant durablement la structure élémentaire de la question taiwanaise. Malgré d’importantes évolutions de l’environnement global et régional, Taiwan demeure jusqu’à présent un enjeu central de la rivalité entre les États-Unis et la Chine, l’importance cruciale de l’île restant liée au « paradigme de Shi Lang » pour cette dernière.

5La place de Taiwan dans la « “géographie imaginée” de la République populaire de Chine » (p. 118) au cours de la période contemporaine reste, pour l’auteur, profondément marquée par une inquiétude quant à la vulnérabilité chinoise. À cette dimension « défensive » se surajoute cependant un intérêt plus « offensif ». Taiwan se présente comme une porte d’entrée sur le Pacifique, point unique d’accès dans la première chaîne d’îles n’empiétant sur les revendications d’aucun autre État. De ce point de vue, l’importance de Taiwan apparaît comme cruciale, en tant que clé d’accès à la puissance navale et donc au statut de grande puissance. Alan Wachman met notamment en lumière un recours récurrent à l’ouvrage fondateur d’Alfred Mahan dans les arguments mis en avant par la majorité des analystes militaires chinois. Plus que jamais peut-être, Taiwan apparaît comme la pierre angulaire de l’édification d’une Chine rétablie dans sa puissance et son statut.

6S’appuyant sur une continuité stratégique, l’ouvrage d’Alan Wachman se présente comme un antidote puissant à la croyance en un fondement exclusivement « identitaire » de la question taiwanaise. Le recours à la notion de « géographie imaginée » demeure cependant moins convaincant dans la mesure où la relation entre géographie et rapport de puissance repose sur des bases relativement tangibles comme le déploiement de deux groupes aéronavals à proximité de Taiwan par l’administration Clinton au printemps 1996. L’argumentaire de Wachman sur la puissance navale chinoise demeure également problématique dans la mesure où le contrôle de l’île est d’une importance marginale pour la sécurité des lignes de communication maritime chinoises, et que la modernisation de la structure des forces navales chinoises montre des spécificités – notamment une tendance au déni d’accès – qui demeurent difficiles à mettre en relation avec les explications offertes par l’ouvrage de Wachman.

Haut de page

Notes

1 Robert J. Art, “The United States and the Rise of China” in Robert S. Ross and Zhu Feng,

China’s Ascent: Power Security and the Future of International Politics, Ithaca, Cornell University Press, 2008, p. 279

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves-Heng Lim, « Alan M. Wachman, Why Taiwan? Geostrategic Rationales for China’s Territorial Integrity », Perspectives chinoises [En ligne], 2009/2 | 2009, mis en ligne le 01 avril 2009, consulté le 22 mai 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5239

Haut de page

Auteur

Yves-Heng Lim

Assistant de recherche à l’Université catholique de Fujen

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page