Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

David M. Lampton, The Three Faces of Chinese Power: Might, Money, and Minds

Berkeley, University of California Press, 2008, 362 p.
Barrett L. McCormick
p. 133-135

Texte intégral

1David Lampton soutient que pour les 20 ans à venir, la Chine et les États-Unis seront dans une situation de « double pari ». Les États-Unis doivent parier que les dirigeants chinois sont plus intéressés par les besoins de leur développement économique que par une agressivité tournée vers l’extérieur, et qu’ils deviendront de ce fait « un modèle de responsabilité et de décence pour les autres » (p. 2). Les dirigeants chinois doivent parier que les États- Unis ne feront rien pour entraver le retour de la Chine à la puissance et la prospérité. L’argumentation s’appuie sur une analyse de trois formes de puissance : la force, l’argent, et les esprits. Après des chapitres consacrés à chacune de ces questions, Lampton développe un chapitre sur l’analyse des relations de la Chine avec ses voisins, un chapitre sur les vulnérabilités intérieures de la Chine, et une conclusion s’intéressant « à la signification de la puissance chinoise pour les États-Unis et pour le monde » (p. 252). Lampton place la barre haut, s’inspirant de la théorie des relations internationales et des politiques comparées pour développer des arguments sophistiqués et nuancés. Il distingue par exemple le « pouvoir », défini comme une capacité à réaliser des objectifs, de « l’impact », défini comme l’effet sur les autres, sans référence aux objectifs, pour démontrer que la Chine a beaucoup d’impact souvent perçu comme du pouvoir. Sa recherche offre de nombreuses informations pertinentes et utiles. Elle s’appuie sur de nombreuses interviews perspicaces avec des fonctionnaires et universitaires en Chine et dans plusieurs autres pays asiatiques.

2Le principal apport de cet ouvrage est de rassurer les lecteurs sur le fait que les dirigeants chinois cherchent à remplir leur part du contrat. Lampton est impressionné par l’augmentation de la puissance militaire chinoise. Tout en soulignant la capacité croissante de la Chine à projeter une image de puissance, il démontre également que les dirigeants chinois ont rassuré leurs voisins sur le fait qu’ils n’avaient aucune mauvaise intension, et qu’au contraire de George W. Bush, ils comprennent qu’il est contreproductif de s’appuyer excessivement sur la force. De plus, les États- Unis conserveront leur supériorité militaire pour quelques temps encore. En ce qui concerne la puissance économique croissante de la Chine, Lampton démontre que l’impact de la Chine en tant que vendeur est souvent exagéré, alors que la puissance de la Chine en tant qu’acheteur est sous-estimée. Tout en notant la puissance considérable que mobilise la Chine en coordonnant l’aide et les transactions économiques avec ses objectifs de politique étrangère, il remarque aussi que le muscle économique chinois peut créer du ressentiment, comme lorsque les Africains, les Brésiliens et d’autres sont transformés en fournisseurs de matières premières avec très peu de valeur ajoutée. Une large partie du chapitre sur les esprits vante la qualité des dirigeants chinois et de leurs représentants à l’étranger qui, selon Lampton, ont effectué un travail remarquable en présentant la Chine au monde. L’évaluation que Lampton fait du « Consensus de Pékin » est ambiguë, et il reconnaît que la démocratie est plus séduisante, mais il remarque aussi judicieusement que la Chine est un modèle attractif d’accession rapide à la prospérité, et que, en particulier pour les élites des pays les plus pauvres, les politiques autoritaires de la Chine peuvent être attirantes.

3Dans le chapitre sur « la Chine et ses voisins », l’argumentation de Lampton se développe à partir de plusieurs observations : « l’objectif de la Chine dans la région n’est pas de dicter des résultats mais plutôt d’empêcher les autres acteurs de la région de mener des activités qui menaceraient les intérêts centraux de la Chine » ; et « les voisins de la Chine… cherchent “l’eau très loin” [les États-Unis] pour aider à contrôler “le feu tout proche” [la Chine] » (p. 169). Ce cadre permet de comprendre ce que Lampton qualifie avec raison de voisinage difficile et complexe. Mais la distinction entre ne pas dicter des résultats et prévenir les menaces envers ses intérêts immédiats ne tient pas dans le cas de certaines positions chinoises, telles que son opposition à l’accès du Japon à un siège de membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU ou son rejet de toute indépendance de jure de Taiwan. La substance de l’argument sur le rôle régional de la Chine peut être tirée d’un commentaire antérieur selon lequel « presque tous les cas où la Chine a utilisé la force à l’extérieur […] sont liés aux frontières et à la souveraineté » (p. 16), ce qui semble être pour Lampton une preuve que Pékin est une puissance défensive. Mais quelles sont les frontières raisonnables à défendre ? Les prétentions territoriales extravagantes de la Chine dans la mer de Chine du Sud et ses disputes territoriales avec le Japon et l’Inde ne sont mentionnées que brièvement. Lampton évite soigneusement d’accorder à Taiwan plus qu’une référence passagère à propos des voisins de la Chine, et affirme presque que les États-Unis devraient accepter d’entendre les revendications de la Chine quand elle affirme que son intérêt pour Taiwan est défensif. Lampton conclut en effet : « je trouve peu de raisons de penser que le changement pacifique dans les relations politiques à travers le détroit, dans le sens d’un rapprochement, […] serait nuisible aux intérêts cruciaux américains » (p. 270). En bref, l’argument consiste à dire que le désir du gouvernement chinois d’être la puissance régionale dominante, ses revendications territoriales et son attitude envers Taiwan sont fondamentalement raisonnables, et ne menacent donc pas les États- Unis ou le monde, tant que les États-Unis en particulier n’adoptent pas une attitude alarmiste ou menaçante.

4Le chapitre sur les politiques nationales chinoises affirme que les problèmes intérieurs lient les mains des dirigeants politiques et poussent la Chine vers la démocratie. Ce livre ayant été publié en 2008, on ne peut pas attendre de Lampton qu’il accorde autant d’attention à la vulnérabilité liée à la crise économique internationale que s’il écrivait aujourd’hui. Cette réserve mise à part, la liste des vulnérabilités est crédible et appuyée sur un grand nombre de statistiques que l’on peut trouver tout au long de l’ouvrage. L’argument de la démocratisation est fondé sur la théorie des politiques comparées, selon laquelle la modernisation requiert la démocratisation, telle qu’elle est formulée dans le texte classique de Gabriel Almond et G. Bingham Powell, Comparative Politics, et dans celui de Samuel Huntington, Political Order in Changing Societies. Ainsi, les dirigeants chinois qui cherchent à surmonter les obstacles vers la modernisation ouvrent, selon Lampton, le chemin vers la démocratie. La confiance dans la possibilité d’une évolution démocratique explique peut-être son scepticisme quant au besoin de mettre en avant les droits de l’homme dans la politique étrangère, une prédilection qu’il écarte comme une idéologie américaine irréaliste. Cela explique peut-être aussi l’analyse très limitée du soutien de la Chine à certains des pires dictateurs du monde en Birmanie, et de nombreuses autres actions que le gouvernement chinois a menées pour affaiblir le respect international des droits de l’homme. Ceux qui restent sceptiques face à l’argument téléologique selon lequel la modernisation demande la démocratisation pourraient en revanche considérer que les dirigeants chinois soutiennent une hiérarchie autoritaire par tous les moyens qu’ils jugent efficaces, et pourront ainsi douter que l’État chinois sera une puissance bienveillante dans la politique mondiale.

5En résumé, il s’agit d’un ouvrage bien conçu et méticuleusement documenté, qui articule avec dextérité ce qui peut être considéré comme la perspective dominante sur la Chine dans le monde occidental : d’une part, la Chine pose des défis, mais les États-Unis et le reste du monde peuvent y faire face sans renoncer à leurs intérêts vitaux ; d’autre part, elle est confrontée à des problèmes intérieurs qui auront probablement pour effet une modernisation selon des schémas connus. Ce livre n’est pas au-dessus de tout reproche, mais il mérite certainement une place dans de nombreuses bibliographies.  

6Traduit par Séverine Bardon   

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barrett L. McCormick, « David M. Lampton, The Three Faces of Chinese Power: Might, Money, and Minds », Perspectives chinoises, 2009/2 | 2009, 133-135.

Référence électronique

Barrett L. McCormick, « David M. Lampton, The Three Faces of Chinese Power: Might, Money, and Minds », Perspectives chinoises [En ligne], 2009/2 | 2009, mis en ligne le 01 avril 2009, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5233

Haut de page

Auteur

Barrett L. McCormick

Professeur dans le département de sciences politiques de l’Université Marquette

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org